Faits saillants, 23 novembre 2021

Gérard Croteau

Une bombe météorologique a généré des vagues jusqu'à une pointe maximale de 18 mètres sur côte pacifique des États-Unis. - L'optimisme des signataires de l'accord de la COP26 contredit dès le lendemain par des inondations d'une ampleur jamais vue en Amérique du Nord. -  Popular Science a illustré l'évolution de la température au cours des 24 000 dernières années dans les grandes villes américaines. - Même si l'Alberta s'oppose vigoureusement à la taxe sur le carbone, elle met quand même sur pieds un plan B pour réduire ses émissions. - 

Extraits de la revue de presse de l’American Meteorological Society
Le Népal est victime de glissements de terrain chaque année pendant la mousson, entre juin et août.  L'analyse de 13 000 événements sur 30 ans révèle que leur fréquence peut être multipliée par six lorsque des séismes coincident avec des précipitations extrêmes, comme ce fut le cas en 2015.  Les glissements ne se produisent pas à l'épicentre des séismes mais plutôt dans le voisinage, là où les pentes du relief  sont très accentuées.  L'article ne précise pas la distinction entre une  mousson normale et des précipitations extrêmes mais indique deux cas dans la base de données et prévoit une fréquence accrue avec les changements climatiques. https://www.sciencedaily.com/releases/2021/11/211118061544.htm

Des conférenciers de la COP26 présentaient des photos de leurs petits-enfants comme motivation pour lutter contre les changements climatiques.  Même cette approche est trop optimiste.  L'accord final était à peine signé que la côte ouest des États-Unis et du Canada subissait des inondations d'une ampleur jamais vue.  Il faut donc cesser de s'inquiéter du futur et se préoccuper du présent.  Dans cette espèce de course qu'on peut observer entre le climat et nos efforts de prévention et d'adaptation, le climat est nettement en avance, et contrairement à la tortue de la fable, on ne pourra pas l'arrêter, même dans une génération, alors qu'il faudra des années à notre lièvre pour s'en approcher, s'il s'y décide. https://www.axios.com/extreme-weather-climate-change-glasgow-cop26-flooding-a28a1c67-1ee6-473c-bd8d-0039bff0d8be.html

Une bombe météorologique dans l'est du Pacifique a généré des vagues jusqu'à une pointe maximale de 18 mètres près de la côte ouest des États-Unis la dernière semaine d'octobre.  Pour référence, c'est équivalent à un immeuble de sept étages.  La dépression a atteint une pression centrale de 942.5 hectopascals et une puissance équivalente à un ouragan de catégorie 4. https://www.latimes.com/california/story/2021-11-18/october-bomb-cyclone-generated-60-foot-waves-pacific-coast

Popular Science a illustré l'évolution de la température au cours des 24 000 dernières années à Los Angeles, New York, Houston, et globalement. On peut noter le refroidissement de l'ère glaciaire pendant les 6000 premières années, puis un réchauffement graduel pendant 8000 ans suivi par un plateau stable jusqu'au début de l'ère industrielle, et enfin une forte tendance à la hausse dans les dernières décennies. https://www.popsci.com/science/24000-years-of-climate-history-gif/

Avec les engagements additionnels annoncés lors de la COP26 on prévoit maintenant une hausse de température globale de 2.4C au cours de ce siècle.  Sauf que ceci suppose que les engagements seront tous respectés et ignore l'incertitude inhérente à ces extrapolations.  Ça peut donner aux participants l'impression d'accomplir quelque chose et d'approcher du but final, alors que la limite supérieure de l'incertitude permet encore une hausse de 3C.  Bref, ces prévisions peuvent encore être trop optimistes.      https://phys.org/news/2021-11-climate-rosy.html

Extraits de la revue de presse d’Environnement et changement climatique Canada
Bien que l'Alberta s'oppose vigoureusement à la taxe sur le carbone et s'efforce de protéger l'exploitation pétrolière, elle met quand même sur pieds un plan B pour réduire ses émissions ainsi que pour capturer et emmagasiner le carbone. Elle investit donc $131 millions pour prévenir l'émission de 2.9 millions de tonnes avant 2030, et bien sûr, créer plus de 2000 emplois.  https://www.cbc.ca/news/canada/edmonton/alberta-carbon-capture-kenney-1.6253997

Il y a environ 30 rivières atmosphériques par année qui atteignent la côte de la Colombie Britannique, généralement pour le bien des ecosystèmes locaux. Un ensemble de facteurs ont contribué à rendre la dernière désastreuse.  La sécheresse et les incendies de l'été dernier ont affaibli la capacité d'absorption de l'eau par la végétation, laquelle était moins efficace à retenir le sol en place, les cendres et débris accumulés en surface retenaient l'eau sur la surface, et l'intensité de cette rivière a atteint un niveau exceptionnel qu'on aurait cru ne voir qu'une seule fois par siècle avant les changements climatiques.  https://www.cbc.ca/news/canada/british-columbia/bc-flood-storm-circumstances-combination-1.6256297   et  https://www.cbc.ca/news/science/post-wildfire-floodring-1.6253544

Un regroupement de 22 pays, en plus de la Commission européenne, lance le projet Mission Innovation afin de stimuler la recherche et accélérer la décarbonisation des secteurs les plus polluants de l'économie.  Des investissements totalisant 250 milliards cette décennie s'attaquent à toutes les facettes du problème: réduction des émissions industrielles, transition vers les énergies renouvelables, et capture du carbone.  https://www.rechargenews.com/energy-transition/new-us-led-net-zero-mission-launched-for-cities-industries-and-next-gen-co2-removal/2-1-1095579

Extrait

Un regroupement de 22 pays, en plus de la Commission européenne, lance le projet Mission Innovation afin de stimuler la recherche et accélérer la décarbonisation des secteurs les plus polluants de l'économie. 

Publications récentes


Dérèglements climatiques

La gestion de l'urgence climatique et le Canada? un désastre!!!
Robert Mailhot
En 2020, le Canada s'est classé au 55e rang des 61 pays évalués au niveau d

Climat et mondialisation: les États-Unis à la croisée des chemins
Robert Mailhot
Il y a plus d’un an déjà, j’étais persuadé que les enjeux cl

Les dérèglements climatiques 3, L’atmosphère et les océans
Robert Mailhot
Voici le troisième volet de Belle et fragile, la fresque scientifique de Robert Mailhot sur l

Dérèglements climatiques, les régions polaires
Robert Mailhot
 Voici, dans ce premier article, un aperçu des découvertes scientifiques qui, au




En marge de la Conférence de Glasgow