• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    Platon


    Socrate
    « L'Apologie peut être divisée en trois parties, dont chacune a son objet.Dans la première partie, celle qui précède la délibération des juges sur l'innocence ou la culpabilité de l’accusé, Socrate répond en général à tous les adversaires que lui avaient faits sa manière de vivre loin des aires de la cité et ses conversations de tous les jours sur les places publiques,...

    Cigale
    « On raconte que les cigales étaient des hommes avant la naissance des Muses. Quand les Muses naquirent et le chant avec elles, il y eut des hommes que leurs accents transportèrent de plaisir, à tel point que la passion de chanter leur fit oublier le boire et le manger, et ils passèrent de la vie à la mort sans même s'en apercevoir. De ces hommes naquirent les cigales ; et les Muses...

    Cigale
    « On raconte que les cigales étaient des hommes avant la naissance des Muses. Quand les Muses naquirent et le chant avec elles, il y eut des hommes que leurs accents transportèrent de plaisir, à tel point que la passion de chanter leur fit oublier le boire et le manger, et ils passèrent de la vie à la mort sans même s'en apercevoir. De ces hommes naquirent les cigales ; et les Muses...

    Devoir
    « SOCRATE.Pourquoi viens-tu de si bonne heure, Criton ? N'est-il pas encore bien matin ?CRITON.Il est vrai. SOCRATE.Quelle heure peut-il bien être ?CRITONLe jour vient de paraître. SOCRATE.Je m'étonne que le geôlier ait voulu te laisser entrer (1).CRITON.C'est un homme habitué à moi, qui m'a vu ici assez souvent, et qui m'a quelque obligation.SOCRATE.Viens-tu d'arriver, ou...

    Amour
    «Socrate raconte son entretien avec DiotimeÉcoutez le discours que, concernant l'Amour, j'ouïs un beau jour d'une femme de Mantinée, nommée Diotime, laquelle sur ce chapitre était savante comme aussi sur une foule d'autres... C'est ainsi que, grâce à un sacrifice offert, une fois, par les Athéniens avant la peste, elle fit reculer de dix ans l'éclosion de l'épidémie, et c'est elle justement...

    Platon
    « EUTHYPHRON.Quelle nouveauté, Socrate? tu quittes tes habitudes du Lycée pour venir sous le portique du Roi1? Tu n’as pas, comme moi, quelque procès qui t'amène devant le Roi ?SOCRATE.C'est bien pis qu'un procès, Euthyphron, c'est ce que les Athéniens appellent une affaire d'État.EUTHYPHRON. Que me dis-tu là? quelqu'un t'accuse apparemment? car je ne croirai jamais que toi, tu...

    Politique
    SOCRATE. — Tant que les philosophes ne seront pas rois, ou que ceux qu’on appelle aujourd’hui rois et souverains ne seront pas vraiment et sérieusement philosophes: tant que la puissance politique et la philosophie ne se trouveront pas ensemble, et qu’une loi supérieure n’écartera pas la foule de ceux qui s’attachent aujourd’hui à l’une ou...

    Poésie
    « SOCRATE, ION d’Éphèse, rapsode (1).SOCRATE.Salut à Ion. D’où nous viens-tu, aujourd’hui ? Est-ce de chez toi, d’Éphèse ?ION.Point du tout, Socrate : je viens d’Épidaure (2) et des jeux d’Esculape.SOCRATE.Les Épidauriens ont-ils institué en l’honneur de leur dieu un combat de rapsodes ?ION.Oui vraiment, et de toutes les autres parties de...

    Harmonie
    « La médecine est la science de l'amour dans les corps, par rapport à la réplétion et à l'évacuation ; et le médecin qui sait le mieux discerner en cela l'amour réglé d'avec le vicieux doit être estimé le plus habile ; et celui qui dispose tellement des inclinations du corps, qu'il peut les changer selon le besoin, introduire l'amour là où il n'existe pas et où il est nécessaire, et le...

    Démocratie
    IntroductionPour expliquer l'harmonie à laquelle l'homme est appelé, Platon propose dans La République une division tripartite de l'âme: au sommet le noos, l'intelligence, correspondant à la tête, au centre, le thymos, correspondant au coeur, siège du courage, du sentiment de l'honneur, du besoin d'être reconnu; en bas, l'epithumia, le ventre, siège des désirs et des instincts. Il y a...

    Création
    «Tout ce qui a commencé doit être corporel, visible et tangible. Or, rien n'est visible sans feu, ni tangible sans quelque chose de solide, ni solide sans terre. Dieu commença donc par composer le corps de l'univers de feu et de terre. Mais il est impossible à deux choses de bien se joindre l'une à l'autre, sans une troisième : il faut qu'il y ait au milieu un lien qui rapproche les deux bouts...

    Chant du cygne
    « Selon vous, je ne vaux donc pas les cygnes pour la divination; les cygnes qui, lorsqu'ils sentent qu'il leur faut mourir, au lieu de chanter comme auparavant, chantent à ce moment davantage et avec plus de force, dans leur joie de s'en aller auprès du Dieu dont justement ils sont les serviteurs. Or les hommes, à cause de la crainte qu'ils ont de la mort, calomnient les cygnes,...

    Mort
    «Réfléchissons en effet: que de raisons d'espérer que mourir est un bien! Car, de deux choses l'une: ou bien celui qui est mort n'est plus rien et, en ce cas, il n'a plus aucun sentiment de quoi que ce soit; ou bien, conformément à ce qui se dit, la mort est un départ, un passage de l'âme de ce lieu dans un autre.Si le sentiment n'existe plus, si la mort est un de ces sommeils où l'on ne...

    Philia
    « Il n'est pas difficile de comprendre les lois qui règlent l'amour dans les autres pays, car elles sont précises et simples. Il n'y a que les villes d'Athènes et de Lacédémone où la coutume soit sujette à explication. Dans l'Élide, par exemple, et dans la Béotie, où l'on est peu habile dans l'art de parler, on dit simplement qu'il est bon d'accorder ses faveurs à qui nous aime; personne ne...

    Socrate
    « Interlocuteurs :D’abord Apollodore, l’ami d’Apollodore ;Ensuite Socrate, Agathon, Phèdre, Pausanias, Éryximaque, Aristophane, Alcibiade.APOLLODORE.Je crois que je suis assez bien préparé à vous faire le récit que vous me demandez ; car, tout dernièrement, comme je me rendais de ma maison de Phalère (1) à la ville, un homme de ma connaissance, qui venait derrière moi...

    Socrate
    « Quand Agathon eut fini son discours, tous les assistants applaudirent et déclarèrent qu’il avait parlé d’une manière digne du dieu et de lui. Après quoi Socrate s'étant tourné vers Éryximaque : - Eh bien, dit-il, fils d’Acumène, n'avais-je pas raison de craindre, et n’étais-je pas bon prophète, quand je vous annonçais qu’Agathon ferait un discours admirable et...

    Démocratie
    Le gouvernement devient démocratique lorsque les pauvres, ayant remporté la victoire sur les riches, massacrent les uns, chassent les autres, et partagent également avec ceux qui restent les charges et l'administration des affaires, partage qui, dans ce gouvernement, se règle d'ordinaire par le sort.

    Vertu
    « En effet, personne ne connaît la mort, ni ne sait si elle n'est pas le plus grand de tous les biens pour l'homme. Cependant on la craint, comme si l'on savait certainement que c'est le plus grand de tous les maux. Eh ! n'est-ce pas une ignorance bien honteuse que de croire connaître ce que l'on ne connaît point ?Pour moi, Athéniens, je suis peut-être en cela bien différent de tous...

    Platon
    «La-dessus, en tout cas, il n'existe pas d'écrit qui soit de moi, et il n'en existera jamais non plus: effectivement ce n'est pas un savoir qui, à l'exemple des autres puisse aucunement se formuler en propositions; mais, résultat de l'établissement d'un commerce répété avec ce qui est la matière même de ce savoir, résultat d'une existence qu'on partage avec elle, soudainement, comme s'allume...

    Amitié
    « SOCRATE, HIPPOTHALÈS, CTÉSIPPE, MÉNEXÈNE, LYSIS.SOCRATE.J'allais de l'Académie tout droit au Lycée par le chemin extérieur qui longe le mur, lorsque, arrivé près de la petite porte où se trouve la source du Panopus, je rencontrai Hippothalès, fils d’Hiéronyme, et Ctésippe du bourg de Poeanée (1), au milieu d’un groupe nombreux de jeunes gens. Hippothalès qui m'avait vu venir...

    Platon
    « SOCRATE, PHÈDRE.SOCRATE.Mon cher Phèdre, où vas-tu et d'où viens-tu ?PHÈDRE.Je viens, Socrate, de chez Lysias (1), fils de Céphale, et je vais me promener hors des murs ; car j'ai passé toute la matinée assis auprès de lui, et pour suivre le précepte d'Acuménos (2), ton ami, Socrate, et le mien, je me promène sur les chemins ; cela délasse mieux, dit-il, que de se promener dans...

    Platon
    « PHÈDRE, SOCRATE.SOCRATE.Tu n’entends rien, mon cher Phèdre, aux détours de la vanité (30) ; et tu ne vois pas que nos hommes d’État les plus fiers sont ceux qui aiment le plus à composer des discours et à laisser des écrits. Dès qu’ils ont mis au jour quelque chose, ils sont si jaloux de l’admiration publique qu’ils n’ont rien de plus pressé que...

    Justice
    « Tout homme qui voudra s'opposer franchement et généreusement à tout un peuple, soit à vous, soit à d'autres, et qui se mettra en tête d'empêcher qu'il ne se commette des iniquités dans la république , ne le fera jamais impunément. Il faut de toute nécessité que celui qui veut combattre pour la justice, pour peu qu'il veuille vivre, demeure simple particulier, et ne soit pas homme public. »

    Justice
    « Tout homme qui voudra s'opposer franchement et généreusement à tout un peuple, soit à vous, soit à d'autres, et qui se mettra en tête d'empêcher qu'il ne se commette des iniquités dans la république, ne le fera jamais impunément. Il faut de toute nécessité que celui qui veut combattre pour la justice, pour peu qu'il veuille vivre, demeure simple particulier, et ne soit pas homme public. »

    Amitié
    « Il y a une chose que je désire depuis mon enfance, comme tout homme a son désir à lui : l'un veut avoir des chevaux, un autre des chiens, un autre de l'or, un autre encore des honneurs. Pour moi, je suis indifférent à tout cela, mais je ne sais rien de plus désirable au monde que d'avoir des amis ; et j'aimerais mieux posséder un bon ami que la meilleure caille, le meilleur coq (1) ou...