• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    Paul Verlaine


    Villiers de l'Isle-Adam
    « Tu nous fuis, comme fuit le soleil sous la mer,Derrière un rideau lourd de pourpres léthargiques,Las d’avoir splendi seul sur les ombres tragiquesDe la terre sans verbe et de l’aveugle éther.Tu pars, âme chrétienne, on m’a dit résignée,Parce que tu savais que ton Dieu préparaitUn fête enfin claire à ton cœur sans secret,Une amour toute flamme à ton...

    Bonheur
    Vous n'avez pas eu toute patience,Cela se comprend par malheur, de reste.Vous êtes si jeune! et l'insouciance,C'est le lot amer de l'âge céleste!Vous n'avez pas eu toute la douceur,Cela par malheur d'ailleurs se comprend;Vous êtes si jeune, ô ma froide sœur,Que votre coeur doit être indifférent![...]Hélas! on se prend toujours au désirQu'on a d'être heureux malgré...

    Bonheur
    Vous n'avez pas eu toute patience,Cela se comprend par malheur, de reste.Vous êtes si jeune! et l'insouciance,C'est le lot amer de l'âge céleste!Vous n'avez pas eu toute la douceur,Cela par malheur d'ailleurs se comprend;Vous êtes si jeune, ô ma froide sœur,Que votre coeur doit être indifférent![...]Hélas! on se prend toujours au désirQu'on a d'être heureux malgré...

    Verlaine Paul
    « Écoutez la chanson bien douceQui ne pleure que pour vous plaire.Elle est discrète, elle est légère :Un frisson d'eau sur de la mousse !La voix vous fut connue (et chère ?)Mais à présent elle est voiléeComme une veuve désolée,Pourtant comme elle encore fière,Et dans les longs plis de son voileQui palpite aux brises d'automne,Cache et montre au coeur qui s'étonneLa vérité comme...

    Barbey d'Aurevilly Jules
    « Barbey d'Aurevilly, formidable imbécile ! » chanterait quelque part, à ce qu'on me raconte, un vers inédit de Victor Hugo, qui est bien joli mais que Barbey d'Aurevilly lui-même appréciait ainsi :Formidable, oui ! mais imbécile, je vous le demande.Imbécile, ô non, mille fois ! Formidable, à mon tour, je me le demande.Voyons donc.Est-ce comme romancier ou comme critique ou comme...

    Bloy Léon
    « Le Dogme certes, et la Loi,Mais Charité qui ne commenceNi ne finit, énorme, immense,Telle la foi de Léon Bloy.Un Abel mais un saint Éloi :Enclume et marteau sans clémence,La raison jusqu’à la démence,Telle la foi de Léon Bloy.Une tête féroce et douce,Très extraordinairementUn peu va comme je te pousse ;Un génie horrible et charmant, Et tout l’être et tout...

    Trèfle alsike
    Vers les prés le vent cherche noise Aux girouettes, détail fin Du château de quelque échevin, Rouge de brique et bleu d'ardoise, Vers les prés clairs, les prés sans fin...    Comme les arbres des féeries, Des frênes, vagues frondaisons, Echelonnent mille horizons A ce Sahara de prairies, Trèfle, luzerne et blancs gazons.    Les wagons filent en silence Parmi ces sites apaisés.

    Bourgeois
    Il est grave : il est maire et père de famille.Son faux col engloutit son oreille. Ses yeuxDans un rêve sans fin flottent, insoucieux,Et le printemps en fleurs sur ses pantoufles brille.Que lui fait l’astre d’or, que lui fait la charmilleOù l’oiseau chante à l’ombre, et que lui font les cieux,Et les prés verts et les gazons silencieux ?Monsieur Prudhomme songe...

    Verlaine Paul
    « N'est-ce pas ? en dépit des sots et des méchantsQui ne manqueront pas d'envier notre joie,Nous serons fiers parfois et toujours indulgents.N'est-ce pas ? nous irons, gais et lents, dans la voieModeste que nous montre en souriant l'Espoir,Peu soucieux qu'on nous ignore ou qu'on nous voie.Isolés dans l'amour ainsi qu'en un bois noir,Nos deux coeurs, exhalant leur...

    Nénuphar
    Le couchant dardait ses rayons suprêmesEt le vent berçait les nénuphars blêmes ;Les grands nénuphars, entre les roseaux,Tristement luisaient sur les calmes eaux.Moi, j’errais tout seul, promenant ma plaieAu long de l’étang, parmi la saulaieOù la brume vague évoquait un grandFantôme laiteux se désespérantEt pleurant avec la voix des sarcellesQui se rappelaient en battant...

    Ponchon Raoul
    Raoul Ponchon, poète français, est né en 1849, à La Roche-sur-Yon, comme il nous l'apprend lui-même.Caen a ses tripes; CologneSon eau Farina; Bologne Sa mortadelle, et Lyon Peut vanter à juste titre Ce fier éperon au litre Son saucisson de Lyon; Si vous désirez connaîtreLa ville qui m'a vu naître :C'est toi, La Roche-sur-Yon !Dans une déjà ancienne biographie de M. Jean Richepin...

    Verlaine Paul
    ARIETTES OUBLIEESILe vent dans la plaineSuspend son haleine.(Favart)C'est l'extase langoureuse,C'est la fatigue amoureuse,C'est tous les frissons des boisParmi l'étreinte des brises,C'est, vers les ramures grises,Le choeur des petites voix.O le frêle et frais murmure!Cela gazouille et susurre,Cela ressemble au cri douxQue l'herbe agitée expire...Tu dirais, sous l'eau...

    Villiers de l'Isle-Adam
    Le comte Philippe-Auguste-Mathias de Villiers de l'Isle-Adam, poète français, né à Saint-Brieuc, le 7 novembre 1840, descend d'une des plus hautes maisons de France et d'Europe.Il débuta presque enfant dans les lettres par un volume de vers édité chez Perrin, de Lyon, et introuvable. Ce livre contenait un grand nombre de morceaux des plus remarquables dont il me serait agréable de pouvoir...