• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    Jacques Lamarche


    Barrette Antonio
    Au caucus du 7 janvier qui suit l'enterrement de M. Sauvé, l'Union nationale choisit Antonio Barrette pour diriger le parti et le gouvernement. Son premier geste fut de faire approuver la loi des investissements immobiliers des universités, amorcée sous Sauvé, avec un engagement de dépenses de 75 millions.

    Flynn Edmund James
    Responsable des chemins de fer dans le cabinet Ross et solliciteur général de 1885 à 1887, il commence à jouer à la chaise musicale entre Québec et Ottawa, sans grand succès. Lorsque le premier ministre Taillon démissionne de Québec pour un ministère fédéral, en 1896, ses collègues conservateurs hissent le commissaire des Terres de la couronne au rang de premier ministre, le 11 mai 1896. ...

    Joly de Lotbinière Henri-Gustave
    En mars 1869, le caucus le reconnaît comme son chef. Il devient ainsi, par la force des choses et son mérite personnel, le fondateur du Parti national au Québec, dès 1870-1871. C'est lui qui «a créé les assises du Parti libéral» et préparé l'éventuelle arrivée au pouvoir de premiers ministres libéraux, comme Honoré Mercier en 1887.

    Mercier Honoré
    Dans l'histoire, Mercier demeure le premier à rêver publiquement «d'une république canadienne-française indépendante» qui inspirera, entre autres, le leader indépendantiste Marcel Chaput : «Votre rêve d'un État français libre persiste». Mercier, en outre, aura préparé la construction du pont de Québec et vu plusieurs de ses descendants continuer son oeuvre.

    Boucher de Boucherville Charles-Eugène
    Sympathique aux ultramontains regroupés autour de Mgr Bourget, il confirme le démantèlement du ministère de l'Instruction publique, donnant aux églises catholiques et protestantes des droits de regards et d'organisation. Il sera le premier, sous l'énergique influence de son trésorier, John Smyth Hall, à revendiquer le «déficit zéro» pour son gouvernement. Assignant son ministre...

    À compter de juin 1988, Robert Bourassa lui confie la présidence du Conseil du trésor. Il le confirme dans cette fonction, après l'élection générale du 25 septembre 1989, le chargeant, en outre, de présider le Comité permanent de développement du Grand Montréal. Lorsque Robert Bourassa quitte la politique, Daniel Johnson devient chef du Parti libéral.

    Marchand Félix-Gabriel
    Son expérience notariale est précieuse pour l'assainissement des finances publiques: le budget provincial affiche même des surplus. Après tout, n'est-il pas l'un des fondateurs et administrateurs de la Banque de Saint-Jean. À son crédit, au temps des premières armes, il a réclamé (dès 1868) l'abolition du double mandat de député à Québec et Ottawa. Premier ministre, il essaiera vainement...

    La transformation du ministère de l'Instruction publique en un Conseil aux comités catholique et protestante favorise la carrière du premier ministre démissionnaire. Le 28 janvier 1876, Me Gédéon Ouimet est nommé surintendant. À ce titre, il soutient à fond les démarches d'Urgel-Eugène Archambault, en 1873, pour la fondation de l'École polytechnique de Montréal.

    Parizeau Jacques
    Le premier ministre Lévesque lui confie divers ministères économiques : Revenu, Conseil du Trésor, Finances, de 1976 à 1984. Jacques Parizeau retrouve le pouvoir du 26 septembre 1994 à la fin de janvier 1996. Il devient premier ministre et, à ce titre, préside le Comité national du OUI lors du référendum de novembre 1995.

    Lesage Jean
    Une dizaine de députés du Québec, Jean Lesage en tête, s'objectent au Red Ensign à feuille d'érable en or. Le 17 septembre 1953, Saint-Laurent confie au «brillant et laborieux, mais imprévisible Jean Lesage» le ministère des Ressources et du Développement économique de Robert Winters. Le député de Québec-Ouest devient premier ministre et conserve les Finances, et s'occupera aussi...

    Ross John Jones
    En 1884, devenu premier ministre, il réunit autour de lui une équipe de toutes tendances conservatrices. Il entreprend, avec son trésorier Robertson, une guerre d'usure contre le fédéral et parvient à réunir en un tout la propriété des deux tronçons du chemin de fer sous la houlette du Canadien Pacifique.Il réussit à ramener sous son autorité, par la loi sur les asiles d'aliénés, le...

    Mousseau Joseph-Alfred
    Président du Conseil exécutif, procureur général et premier ministre, Mousseau subit les contrecoups de la vente «à bas prix», par son prédécesseur, des deux tronçons de chemin de fer et doit affronter la colère montante de «castors» (les ultramontains de François-Xavier-Anselme Trudel).

    Gouin Lomer
    Dès 1900, le premier ministre Parent lui confie le portefeuille des Travaux pubilcs, puis celui de la Colonisation. Le 20 mars 1905, le lieutenant-gouverneur invitera Lomer Gouin à former un nouveau gouvernement. Il occupera le poste de ministre de la Justce tout au long de sa carrière à Québec. Il accumulera les directorats dans d'innombrables entreprises financières: Banque de Montréal,...

    Duplessis Maurice
    En 1936, Maurice Duplessis devient premier ministre et ministre de la Justice. Dès son arrivée, il adopte deux mesures sociales majeures: la loi du crédit agricole provincial et la loi de l'électrification rurale.Rétrogradé à l'opposition durant la guerre, il revient en force en 1944, il favorise aussitôt la construction d'une vingtaine d'hôpitaux et l'agrandissement d'autant d'autres. En 1946...

    Johnson Pierre-Marc
    Pierre-Marc Johnson, homme polyvalent, dirigera six ministères différents: Travail et Main d'oeuvre, Consommateurs, Coopératives et Institutions financières, Affaires sociales, Justice, Communautés culturelles et Immigration, Affaires intergouvernementales canadiennes.Depuis sa triple démission, le 10 novembre 1987 (député d'Anjou, chef de l'opposition et chef du parti), Pierre-Marc Johnson...

    Lévesque René
    Élu député dans Montréal Laurier en 1960, il devient aussitôt ministre des Ressources naturelles et des Travaux publics. En 1965, il le devient aussi à la Famille et au Bien-être social. En 1967, il fonde le Mouvement souveraineté associations et en assume la présidence jusqu'au mois de juin 1985 alors que le nom est devenu le Parti québécois qui, met fin alors au premier mandat du chef...

    Parent Simon-Napoléon
    Le premier ministre libéral Félix-Gabriel Marchand l'invite au cabinet et lui confie les Terres, Fôrets et Pêcheries. Il lui succède à la tête du gouvernement et conserve le même ministère (commissariat) tout en s'occupant de la Trésorerie durant quelque mois. Il faut noter qu'il demeure maire de Québec durant cette période. Président-fondateur de la compagnie du pont de Québec, de la...