• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    Gustave Lanson


    Rousseau Jean-Jacques
    L'Emile fut achevé en 1760. Par la volonté de M. de Malesherbes, l'ouvrage fut publié en France; Néaulme, de La Haye, l'imprima pour Duchesne. Les lenteurs de l'impression jetèrent Rousseau dans des transes mortelles; il crut un moment que les jésuites voulaient s'emparer de son livre pour le falsifier. Sa santé était fort mauvaise: il croyait sa mort prochaine. Il s'occupait d'assurer le sort...

    Rousseau Jean-Jacques
    Rousseau n'a pas donné d'exposé complet et cohérent de son système. Il a plutôt des tendances qu'un système, et des sentiments que des idées. La réalité qui le blesse le conduit à formuler des jugements et concevoir un idéal. Il opère péniblement ce passage du sentiment à l'idée, des impressions éparses et distinctes à la construction systématique. L'appareil logique est la seconde étape de...

    Rousseau Jean-Jacques
    Dans une page bien connue de ses Dialogues (Rousseau juge de Jean-Jacques), que j'ai citée dans mon Histoire de la littérature française, Rousseau défend l'unité de son système et expose l'idée qu'il s'en fait: toute son œuvre n'a été que le développement du plan conçu sous le chêne de Vincennes.Il n'a pas convaincu la critique, et on ne lui a rien disputé plus âprement que...

    Rousseau Jean-Jacques
    À Montmorency, Rousseau finit 1'Héloïse et l'Emile, et rédige le Contrat social. La Nouvelle Héloïse, ou Lettres de deux armants habitants d'une petite ville au pied des Alpes, fut imprimée en 1760, à Amsterdam, par Marc-Michel Rey (6 vol. in-4°); Duchesne en fit en même temps une édition parisienne. L'ouvrage se distribua au début de 1764. Rousseau s'était inspiré de Clarisse Harlowe; il...

    Rousseau Jean-Jacques
    Tandis que la Nouvelle Héloïse et l'Émile prennent l'homme pour le réformer dans le cadre des institutions sociales de la civilisation européenne et française, le Contrat social fait abstraction de toute réalité et pose des principes absolus qui expriment l'idéal rationnel. Rousseau avait eu dès 1743-44 l'idée d'un grand ouvrage sur les institutions politiques: le plan s'était précisé vers...

    Rousseau Jean-Jacques
    Les Confessions sont nées du regret de vieillir et de la joie de se souvenir: à ces sentiments se joint le désir, chez un timide et un glorieux, d'être connu tel qu'il est, c.-à-d. tel qu'il se juge. La première idée de l'ouvrage apparaît dans la correspondance de Rousseau avec Marc-Michel Rey; et le goût que Jean-Jacques aurait à écrire sa vie éclate dans les quatre Lettres à M. de...

    Rousseau Jean-Jacques
    L'Émile et le Contrat social furent mal accueillis des gouvernements et des Églises: l'Émile surtout, à cause du Vicaire savoyard. L'Émile fut condamné et brûlé à Genève (cf. E. Bitter, le Conseil de Genève jugeant les œuvres de J.-J. Rousseau, 1883), et l'auteur décrété de prise de corps s'il venait dans la ville (18-19 juin 1762). Le Sénat de Berne expulsa Rousseau d'Yverdun (9...

    Rousseau Jean-Jacques
    En 1749, Diderot étant prisonnier à Vincennes, Rousseau va le voir; chemin faisant, une question de l'Académie de Dijon, dans un volume du Mercure (octobre 1749), lui tombe sous les yeux: «Si le rétablissement des sciences et des arts a contribué à épurer les mœurs»: Rousseau répondit Non. Le 23 août 1750, l'Académie lui décerna le prix. À la fin de l'année le Discours fut imprimé (cf. G.