• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Montréal

    Description

    Métropole du Québec

    Quand nous avons lancé l'Encyclopédie de l'Agora en 1998, il n'y avait guère sur Internet de dossiers sur les pays, les villes et les villages, d'où notre engagement sur ce terrain. Les choses ont bien changé depuis. Pour faire oeuvre utile et originale, et pour rester dans l'esprit du mouvement Homo Vivens, nous nous limiterons désormais à publier  dans nos dossiers géographiques des documents, souvent historiques, ayant rapport avec le sentiment d'appartenance.

    Le premier de ces documents  est un article de Jacques Dufresne, éditeur de cette encyclopédie, paru dans le journal La Presse de Montréal, le 30 mai 1992, quelques semaines avant l'ouverture officielle du Biodôme de Montréal, le 20 juin 1992.  L'article évoque l'enracinement du Biodôme dans l'histoire de Montréal et du Québec.



    Le Biodôme de Montréal ouvrira ses portes le 19 juin. Cet événement marquera le 350e anniversaire de Montréal comme l'ouverture du Jardin botanique, sur le même site, avait marqué le 300e anniversaire . L'inauguration de cette Maison de la vie coïncide en outre avec le Sommet de Rio.

    Une authentique métamorphose des rapports de l'homme avec la vie s'opère actuellement. La vie, hier encore envahissante et menaçante, est désormais une réalité fragile qui attend tout de la sollicitude de l'homme. Même la jungle qui, en quelques années, recouvrait les établissements humains abandonnés, a besoin de nos soins attentifs. Gaia, la terre-mère, est notre enfant.

    Un événement, devenu banal à force d'avoir été marquant, illustre ce renversement, ce passage de l'homme à la totale responsabilité à l'égard de la vie : la vision de la terre depuis l'espace, la découverte de cette sphère colorée par la vie au milieu de l'universelle grisaille de la matière inanimée. C'est la première vision du monde. Auparavant il n'y avait eu que des représentations du monde où l'imagination avait plus de part que la perception.

    Au macrocosme, au grand univers, tes hommes ont souvent éprouvé le besoin de faire correspondre un microcosme, un petit univers. Leur être intime, leurs temples, leurs maisons ont ainsi abrité les principes, les symboles, les présences qu'ils apercevaient dans le monde.

    Le Biodôme est un microcosme qui correspond à la première vision de la terre: la sphère colorée vue de l'espèce. On n'y a pas seulement rassemblé des écosystèmes, on y a illustré un nouveau rapport avec la vie.

    L'art montre la fleur sauvage

    Ce rapport est ambigu, nous le savons tous par expérience. On retrouve cette ambiguïté dans le Biodôme.Même s'il est perméable a la lumière et s'il a la forme d'une coquille, ce dernier est d'abord une masse de béton et, en tant que tel, il symbolise la domination brutale de l'homme sur la nature.

    Toutes les craintes qu'a pu susciter le projet découlent de cette ambiguïté: le Biodôme est-il un temple de la vie ou la vie n'est-elle qu'un prétexte pour mettre la technique en relief? Si, comme on n'en saurait douter, le but des promoteurs du Biodôme était de susciter l'amour de la vie et de la terre vivante, pourquoi ont-ils enfermé cette vie dans un espace artificiel?

    Ne méprisons pas l'art, ni l'artifice. Ils résument l'effort civilisateur de l'homme. Les jardins chinois, arabes, japonais ou français sont des petits univers totalement recréés par l'homme, et donc artificiels. Contrairement à ce qu'on pense spontanément, l'homme — l'homme qui a fait l'histoire du moins— est initialement coupé du réel et de la vie. Il lui faut pour s'en rapprocher la médiation de l'art. «Une oeuvre d'art devrait toujours nous apprendre que nous n'avions pas vu ce que nous voyons», disait Valéry. On ne s'intéresse pas d'emblée aux minuscules fleurs sauvages. On a d'abord besoin d'être ébloui par les glorieux artifices d'un jardin ou d'un bouquet.

    La réconciliation de l'homme avec les animaux aura été une entreprise beaucoup plus difficile, qui commence à peine dans certaines régions du monde. Jusqu'à la fin du XIXe siècle, les animaux sauvages n'étaient montrés aux gens des villes que dans des cages étroites. Les parcs zoologiques, où l'on a pu voir les animaux dans une relative liberté, firent peu à peu leur apparition au cours du XXe siècle.

    À cet égard, le Biodôme marque un progrès par rapport à tout ce qui a précédé. Non seulement améliore-t-il le sort des plantes, des animaux et des poissons considérés séparément, mais encore —et c'est cela qui constitue sa grande originalité— il réunit 'l'aquarium, le parc zoologique, le jardin botanique dont l'équivalent dans la nature forme un ensemble intégré appelé écosystème. I1 permet en outre d'embrasser dans un même regard des écosystèmes comme la forêt tropicale et la forêt boréale.

    Un tel ensemble n'est-il pas la plus belle porte que les hommes peuvent ouvrir sur la nature?

    La technique étant ainsi mise au service de la vie, l'ambiguïté du Biodôme s'estompe. Elle s'estompe concrètement: les machines sont littéralement enterrées. Elles sont à leur vraie place, cachée sous la vie qu'elles sont destinées à servir. Compte tenu du fait que le Biodôme sera animé par ceux qui l'ont conçu dans l'amour et le respect de la vie, on a toutes les raisons de présumer qu'il ne deviendra pas une simple attraction touristique où la technique aura, comme à Disney World, plus d'importance que la nature.

    Une science pour tous


    Le contexte dans lequel le Biodôme est apparu est également rassurant. Il a surgi près du jardin botanique de Montréal, après l'ouverture, sur le même site, d'un Jardin chinois et d'un Jardin japonais; et entre celui qui a réalisé le Jardin botanique, Marie-Victorin et celui qui a voulu le Biodôme après avoir doté Montréal de ses deux jardins orientaux, Pierre Bourque, il y a continuité ; il s'agit d'un même dessein, d'une oeuvre unique. D'une oeuvre qui a le mérite de bien refléter les rapports de l'homme d'ici avec la nature et, faut-il s'en étonner, de correspondre à la première sphère d'excellence qui soit apparue dans la science québécoise. (Ci-contre, photo de Pierre Bourque, l'ingénieur qui a désiré, pensé et construit le Biodôme , avant de devenir maire de Montréal. Il pousuit son oeuvre dans le cadre de Constellation Monde.

    Jardin ouvert au grand public (jardin d'abord et non musée), le Biodôme devra conserver sa vocation scientifique. Sa fécondité tiendra d'abord à la symbiose sous un même toit entre un savoir immédiatement accessible à tous et une recherche savante tournée vers un objet unique en son genre.

    Le jardin botanique de Montréal a été pensé et réalisé au cours de la décennie 1930, en dépit de la grande récession dont le monde industrialisé a mis tant de temps à sortir. D'où vient que les Québécois se soient ainsi donné un jardin à un moment où même l'avenir de l'Université de Montréal ne paraissait pas assuré? Les habitants francophones de Montréal, ouvriers en très grande majorité, étaient pour la plupart encore très proches de leurs racines paysannes, auxquelles ils étaient restés attachés, peut-être avant tout parce que leurs parents y étaient libres, le régime de la grande propriété avec main d'oeuvre asservie n'ayant jamais réussi à s'implanter au Québec.

    Offrir un jardin à ces ouvriers, durement atteints par la dépression, c'était les rappeler à la liberté, en même temps qu'à leur identité française, tout en leur donnant l'espoir de jours meilleurs, et peut-être... je ne sais quel humble avant-goût du paradis. Jardin en. grec se dit paradeisos. Le jardin le plus modeste conserve dans l'imaginaire des gens une parenté avec ces jardins babyloniens suspendus qu'on appelait Liens entre le ciel et la terre.

    Le Québec a également reçu l'apport bienfaisant de l'Angleterre, en ce qui a trait tout particulièrement aux jardins de même qu'aux liens avec les plantes et les animaux. Le Jardin botanique porte aussi la marque de cet apport. En 1992, les temps sont durs de nouveau, particulièrement dans l'Est de Montréal où est situé le Biodôme. Encore une fois les Québécois réagissent à la morosité en posant un geste justifié par sa signification plus que par une rentabilité immédiate qui ne tardera d'ailleurs pas à se concrétiser si tout va bien.

     




    Plan de Montréal, Universal Magazine, Londres, 1759; Archives nationales du Canada, NMC-27649
    Source: exposition «Aux sources de la Nouvelle-France», Archives nationales du Canada

    Histoire

    Histoire
    Les maires de la ville de Montréal (1833-1998)
    Le Montréal de William Osler, 1870-1885
    Images de la métropole du Canada, Montréal, 1872-1898
    Montréal: municipalité et métropole, 1920-1960 (301 photographies)
    Saint-Henri: Vivre en ville, 1890-1960

    Étymologie:
    On s'entend généralement pour affirmer que le nom de lieu Montréal vient de Mont Royal, lequel avait été attribué à la colline par Cartier en 1535. Le passage de la graphie Mont Royal à Montréal est encore une question non résolue. La forme traduite en italien, au XVIe siècle, n'est peut-être pas étrangère à l'apparition de la graphie Montréal. Sur son plan de Hochelaga de 1556, le géographe italien G. B. Ramusio inscrit Monte Real pour désigner le mont Royal. Dans sa Cosmographie universelle de tout de monde, l'historiographe François de Belleforest, en 1575, est le premier à faire mention de la forme Montréal et il applique de plus ce nom à la localité.

    Source: Jean Poirier, «Île de Montréal», Canoma, vol 5, no 2, p. 6-8

    À l'été 1642, une quarantaine de colons s'installèrent en permanence sur les terres de la place Royale*, sous la gouverne du sieur Chomedey de Maisonneuve.

    * Ainsi nommée par Samuel de Champlain, à qui doit revenir le crédit d'avoir choisi le site de la future ville de Montréal.

    Source: Jean-Claude Marsan, Montréal en évolution, Éditions Méridien, 1994, p. 34-35.

    Evocation de Montréal par Emma Calvé, qui y séjourna en 1894.

    Doocumentation

    Documentation
    Jean-Pierre Collin, La dynamique intramétropolitaine dans l'aglomération montréalaise
    Montréal: laboratoire de cosmopolitisme entre deux mondes, par Annick Germain, INRS-Urbanisation (site du Projet Metropolis, juin 1997)

    Stéphane Pinault, L'approche des régimes urbains appliquée aux milieux urbains: l'épisode de la création de la commission métroplitaine de Montréal

    François Dollier de Casson, Histoire du Montréal, 1640-1672, Montréal?, [s.n.], 1871?, 130 pages (Notre mémoire en ligne, format PDF)

    Propriété, bâti et population 1642-1805, Base de données du groupe de recherche sur Montréal

    Revue Histoire Québec, Montréal, Une histoire oubliée, vol.2, num.1, juin 1996
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Documents Associés
    Raccourcis
    Portail régional (Gouvernement du Québec)
    Site officiel de la ville
    toutMontréal.com (portail)
    Établissements de santé
    Informations routières
    Société de transport de Montréal
    Photographies
    Cinéma
    Place des Arts
    Les bouquinistes du Saint-Laurent
    Musée d'archéologie et d'histoire de Montréal (Pointe-à-Callière)
    Musée des beaux-arts de Montréal
    Musée d'art contemporain de Montréal
    Musée McCord d'histoire canadienne
    Centre canadien d'architecture
    Centre des sciences de Montréal
    Biodôme de Montréal
    Insectarium de Montréal
    Biosphère
    Planétarium de Montréal
    Jardin botanique de Montréal
    Palais des congrès de Montréal
    La Ronde
    Parc Olympique

    Médias:
    La Presse
    Le Devoir
    The Gazette
    Voir
    Mirror
    Ici
    Les hebdos de Montréal
    Radio-Canada section Montréal
    TVA
    Liste complète

    Arrondissements:
    Mercier/Hochelaga-Maisonneuve
    Rosemont/Petite-Patrie
    Villeray/Saint-Michel/Parc-Extension

    Tourisme:
    Québec Vacances: Montréal
    Bonjour Québec: Montréal
    Vieux-Montréal
    Quartier-Latin
    Vieux-Port de Montréal
    Association des hôtels du Grand-Montréal

    Événements:
    Grand Prix du Canada
    Festival international de jazz de Montréal
    Festival des films du Monde
    Festival Juste pour rire
    Festival de théâtre des Amériques
    Festival Montréal en lumière
    La fête des Neiges
    Le mondial SAQ

    Plein air et sports:
    Parc du Mont-Royal
    Parc Jean-Drapeau

    Économie:
    Fonds régional de solidarité Île de Montréal
    La Cité du multimédia
    Montréal International

    Éducation:
    Université:
    Concordia
    de Montréal
    du Québec à Montréal
    McGill
    École de technologie supérieure
    Cégeps:
    André-Laurendeau
    d'Ahuntsic
    de Bois-de-Boulogne
    de Maisonneuve
    de Rosemont
    de Saint-Laurent
    du Vieux Montréal
    Gérald-Godin
    John Abbott
    Marie-Victorin
    College Dawson
    Vanier College
    Commissions scolaires:
    de la Pointe-de-l'île
    de Montréal
    English-Montreal
    Lester-B.-Pearson
    Marguerite-Bourgeoys

    Environnement:
    Conseil régional de l'environnement de Montréal

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.