• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Mélancolie

    Friedrich Schiller

    «Le poète sentimental réfléchit sur l’impression que les objets produisent sur lui et c’est sur cette réflexion seule qu’est fondée l’émotion qu’il éprouve et qu’il nous fait éprouver. L’objet est ici mis en rapport avec une Idée et c’est sur ce rapport seulement que se fonde sa puissance poétique» (Friedrich Schiller,.« Poésie naïve et poésie sentimentale » (1793-1795), Aubier, 1947, p. 139). Le présent poème de Schiller est une réflexion sur la proximité de la mort, éprouvée en évoquant la figure de la jeune fille.

    À LAURA.
    Laura, le rayon du soleil levant brille dans tes regards, un sang de pourpre colore tes joues et le ravissement fait tomber comme des perles les larmes de tes yeux. Celui qui a vu cette douce rosée qui, à travers les larmes, contemple la Divinité, celui-là voit l’aurore apparaître à ses yeux.

    Ton âme, pure et riante comme le cristal de l’onde, change en un jour de printemps mon pâle automne. Le désert, silencieux et sombre, s’égaye à ton aspect ; les nuages obscurs de l’avenir se dorent par ta puissance ; tu souris aux harmonies de ce monde, et moi je les pleure. L’empire de la nuit n’a-t-il déjà pas enseveli les monuments de la terre ? Nos palais superbes, nos villes splendides s’élèvent sur des ossements modernes ; les œillets puisent leur doux parfum dans la corruption, et la source d’eau limpide tombe d’une sépulture humaine. [ page ]Élève tes regards vers les astres flottants, fais-toi raconter leur histoire sous leurs globes, des milliers de printemps ont déjà passé, des milliers de trônes se sont élevés, des milliers de batailles ont retenti d’un bruit sinistre. Cherche dans les campagnes la trace de ces événements : tôt ou tard brisés, les mages retournent dans le cercle des astres.

    Regarde maintenant ce soleil éclatant qui se plonge dans la mer ténébreuse. Demande-moi d’où viennent tes fraîches couleurs, d’où vient l’éclat de tes yeux. Peux-tu être fière du sang qui colore ta joue et qui vient d’un impur limon ? Ah ! la mort te prête cette fraicheur avec usure et te la fera payer chèrement.

    Ne parle pas des forts. Une joue jeune, colorée, est le plus beau trône de la mort. Derrière ces fleurs de ton visage elle prépare déjà son arc. Crois-moi, c’est la mort même que ton regard languissant appelle, et chaque rayon de tes regards consume la lampe de ta vie. Tes artères, me dis-tu, palpitent encore si vivement. Hélas ! dans leurs palpitations, elles préparent ta destruction.

    D’un souffle, la mort fera disparaître ce sourire comme le vent dissipe l’écume légère d’une eau diaprée. En vain tu demandes où est cette mort, elle est dans le printemps de la nature, dans la vie et dans ses germes. Malheureux ! je vois les roses de ta [ page ]jeunesse s’effeuiller, tes douces lèvres pâlir, tes joues, aux suaves contours, altérées par les hivers, voilées par les sombres années, je vois la source de ton printemps couverte d’un nuage sombre, alors Laura n’aimera plus et Laura ne sera plus aimable.

    Jeune fille, ton poëte reste ferme comme le chêne, le dard impuissant de la mort s’émoussera sur le roc de ma jeunesse. Mes regards seront plus ardents, mon esprit plus audacieux.

    Tu tressailles, Laura, ton cœur bat violemment : apprends donc, jeune fille, que ce bonheur dont je parle, que ce calice où je respire un arôme divin est empoisonné. Malheureux ! malheureux sont ceux qui osent faire jaillir de la poussière l’étincelle céleste. Ah ! la plus grande harmonie brise l’instrument, et cette flamme éthérée, que l’on appelle génie, ne s’entretient que des rayons de la vie.

    http://fr.wikisource.org/wiki/M%C3%A9lancolie_(Schiller)
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30
    Loading

    Documents associés

    • Le vaisseau d'or
    • Ce fut un grand Vaisseau taillé dans l'or massif: Ses mâts touchaient l'azur, sur des mers...
    • Le réveil par un poignard
    • Le réveil par un poignard La lumière fatigue La tête renversée Le cou dans un carcan de métal Ne...
    • Mélancolie
    • À LAURA. Laura, le rayon du soleil levant brille dans tes regards, un sang de pourpre colore tes...
    • D'humeur sombre
    • V MÉLANCOLIE Il y a quelque temps, je voyais un ami qui souffrait d'un caillou dans le rein, et...
    • Le mélancolique
    • Pour Freud*, le «moi» forme le noyau central de la personnalité, ce qui permet de dire «je». Le...
    • Angoisse métaphysique
    • Quoique tous mes souvenirs affluent en moi au fur et à mesure que je les évoque, et ressuscitent...
    • Le vaisseau d'or
    • Ce fut un grand Vaisseau taillé dans l'or massif: Ses mâts touchaient l'azur, sur des mers...
    • Le réveil par un poignard
    • Le réveil par un poignard La lumière fatigue La tête renversée Le cou dans un carcan de métal Ne...
    • Mélancolie
    • À LAURA. Laura, le rayon du soleil levant brille dans tes regards, un sang de pourpre colore tes...
    • D'humeur sombre
    • V MÉLANCOLIE Il y a quelque temps, je voyais un ami qui souffrait d'un caillou dans le rein, et...
    • Le mélancolique
    • Pour Freud*, le «moi» forme le noyau central de la personnalité, ce qui permet de dire «je». Le...
    • Angoisse métaphysique
    • Quoique tous mes souvenirs affluent en moi au fur et à mesure que je les évoque, et ressuscitent...