• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    Stéphane Mallarmé


    Mallarmé Stéphane
    La lune s'attristait. Des séraphins en pleurs Rêvant, l'archet aux doigts, dans le calme des fleurs Vaporeuses, tiraient de mourantes violes De blancs sanglots glissant sur l'azur des corolles. - C'était le jour béni de ton premier baiser. Ma songerie aimant à me martyriser S'enivrait savamment du parfum de tristesse Que même sans regret et sans déboire laisse La cueillaison d'un Rêve...

    Le printemps maladif a chassé tristementL'hiver, saison de l'art serein, l'hiver lucide,Et, dans mon être à qui le sang morne présideL'impuissance s'étire en un long bâillement.Des crépuscules blancs tiédissent sous mon crâneQu'un cercle de fer serre ainsi qu'un vieux tombeauEt triste, j'erre après un rêve vague et beau,Par les champs où la sève immense se pavanePuis je tombe énervé...

    Poe Edgar Allan
    Tel qu'en Lui-même enfin l'éternité le change,Le Poète suscite avec un glaive nuSon siècle épouvanté de n'avoir pas connuQue la mort triomphait dans cette voix étrange!Eux, comme un vil sursaut d'hydre oyant jadis l'AngeDonner un sens plus pur aux mots de la tribu,Proclamèrent très haut le sortilège buDans le flot sans honneur de quelque noir mélange.Du sol et de la nue hostiles,...

    Mort
    Las du triste hôpital, et de l'encens fétide Qui monte en la blancheur banale des rideaux Vers le grand crucifix ennuyé du mur vide, Le moribond sournois y redresse un vieux dos, Se traîne et va, moins pour chauffer sa pourriture Que pour voir du soleil sur les pierres, coller Les poils blancs et les os de la maigre figure Aux fenêtres qu'un beau rayon clair veut hâler. Et la bouche...

    Reproduction
    Parce que de la viande était à point rôtieParce que le journal détaillait un violParce que sur sa gorge ignoble et mal bâtieLa servante oublia de boutonner son col Parce que, d'un lit grand comme une sacristie,Il voit sur la pendule un couple antique et folEt qu'il n'a pas sommeil et que sans modestieSa jambe sous le drap frôle une jambe au vol Un niais met sous lui sa femme froide...

    Printemps
    Le printemps maladif a chassé tristementL'hiver, saison de l'art serein, l'hiver lucide,Et, dans mon être à qui le sang morne présideL'impuissance s'étire en un long bâillement.Des crépuscules blancs tiédissent sous mon crâneQu'un cercle de fer serre ainsi qu'un vieux tombeauEt triste, j'erre après un rêve vague et beau,Par les champs où la sève immense se pavanePuis je tombe énervé...

    Printemps
    Le printemps maladif a chassé tristementL'hiver, saison de l'art serein, l'hiver lucide,Et, dans mon être à qui le sang morne présideL'impuissance s'étire en un long bâillement.Des crépuscules blancs tiédissent sous mon crâneQu'un cercle de fer serre ainsi qu'un vieux tombeauEt triste, j'erre après un rêve vague et beau,Par les champs où la sève immense se pavanePuis je tombe énervé...