• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Python Monty

    Fiches signalétiques de la Brigade des Moeurs

    Matricule 0000000001: Cleese John (de son vrai nom Cheese John et ceci n'est pas une plaisanterie, hélas). Né le 27 octobre 1939 à Weston-super-Mare (Angleterre). Le feu sous la glace. Ferait se tordre de rire les sentinelles de Buckingham Palace avec son humour à froid. Très dangereux.

    Matricule 0000000002: Gilliam Terry. Né le 22 novembre 1940 à Minneapolis (Minnesota). Le plus Américain de la bande, ce qui n'est pas le moindre de ses défauts.

    Matricule 0000000003: Chapman Graham. Né à Melton Mowbray (Angleterre) le 8 janvier 1941, mort le 4 octobre 1989 dans une localité que les piteux rédacteurs de Wikipédia ont omis de préciser. Douze fois Camisole d'or au Festival de Sainte-Anne-des-Détraqués.

    Matricule 0000000004: Jones Terry. Né le 1er février 1942 à Colwyn Bay (Pays de Galles). Fait preuve d'une grande érudition pour mieux attirer l'ennemi dans ses traquenards humoristiques. S'appelle "Jones" comme 90% des Gallois, ce qui trahit un conformisme évident.

    Matricule 0000000005: Idle Eric. Né le 29 mars 1943 à South Shields (Angleterre). Tête à claques d'envergure internationale.

    Matricule 00000000000000000000000000000000006: Palin Michael. Né le 5 mai 1943 à Sheffield (Angleterre). Le plus jeune de la bande, ce que le Lecteur attentif n'aura pas manqué d'observer (quel sens aigu de l'Arithmétique...).

    Monty Python

    Biographie

    Premiers pas dans la délinquance audiovisuelle

    Les jeunes Graham Chapman, John Cleese, Terry Jones, Eric Idle et Michael Palin ont tout pour devenir d'honnêtes citoyens. Dès leur entrée dans l'âge adulte, ils basculent cependant du côté obscur de la Farce. Succombent-ils au charme vénéneux de la contestation Soixante-Huitarde, du Swinging London ou en règle générale, de la Contre-Culture Anglo-Saxonne? Plus prosaïquement, ne sont-ils que de répugnants pervers (pléonasme) qui, sous leurs cols amidonnés de fils de bonnes familles, brûlent d'envie de fréquenter les drogués, les satyres et les alcooliques hydrocéphales du Show Business? Le Biographe est titillé par une curiosité malsaine mais la pudeur Judéo-Chrétienne, loué soit le Seigneur, l'incite à laisser ces questions en suspens.

    Quoi qu'il en soit, les desperados du Rire se rencontrent à Oxford et à Cambridge. Soyons plus précis afin de couper court à tout procès en incohérence géographique: Terry Jones et Michael Palin se lient d'amitié à Oxford tandis que John Cleese et Graham Chapman se côtoient à Cambridge. Ces derniers sont bientôt rejoints par Eric Idle, retardataire notoire qui en guise de châtiment, est condamné à écrire dans la solitude pestilentielle de sa chambre d'étudiant (l'Histoire non officielle attribue cet ostracisme au fort accent Cockney du proscrit, adepte d'un phrasé insupportable au commun des mortels). Au gré de leurs basses besognes théâtrales, les cinq universitaires en perdition s'agglomèrent comme les ingrédients de ces puddings sordides dont raffolent les Anglais. Ils forment désormais un seul et même conglomérat d'imbéciles, prêts à toutes les facéties pour déclencher l'hilarité générale. Leurs premiers méfaits ont lieu à la Radio en 1964. La Télévision a l'inconscience de leur ouvrir l'Antenne à partir de 1966. Dès The Frost Report , le "Gang d'Oxbridge" manifeste ses penchants pour l'Absurde, le Surréalisme et toutes ces saletés réjouissantes qui arracheraient des gloussements à un cadavre en état de putréfaction avancée. Le succès, comme on pouvait le craindre, est immédiatement au rendez-vous. Il est tel que Cleese et ses complices sont invités à sévir, par la BBC, dans une série d'émissions inscrite à jamais dans les annales de la criminalité audiovisuelle: le Monty Python's Flying Circus.

    Nous sommes en 1969, année drolatique. Terry Gilliam, un obscur illustrateur venu du fin fond des Etats-Unis, vient se joindre à la bande de coupe-jarrets médiatiques qui, show après show, fait des millions de morts de rire dans les Iles Britanniques. Le jeune inconnu crée des animations qui relient les sketches de ses compères. Il devient ainsi "agent de liaison", piètre destinée pour un individu que de brillantes études secondaires vouaient aux plus hautes fonctions sociales. Une aberration en chassant toujours une autre ("l'abîme appelle l'abîme" disait opportunément David, Roi d'Israël et spéléologue averti), la troupe du Monty Python est recrutée par la Mafia du Grand Ecran. Pataquesse (And Now, Something Completely Different) et d'autres crétineries irrésistibles peuvent se succéder jusqu'en 1983. C'est le début de la fin pour les derniers esprits sérieux que compte encore ce bas monde.

    Particularités, travers et autres motifs de honte

    Tout en folie furieuse et en maîtrise de soi, John Cleese est l'incarnation de la dualité Britannique. Il est assurément le plus connu des Monty Pythons. L'échalas n'a cependant aucun mérite. Scandaleusement grand, il doit l'essentiel de sa visibilité médiatique au fait qu'il dépasse ses complices de deux ou trois têtes. Ses prestations de chevalier stupide (Sacré Graal), de Centurion abruti (La vie de Brian) ou encore, d'avocat coincé ( Un poisson nommé Wanda), comptent parmi les plus sombres moments de la Comédie contemporaine.

    Aux yeux des historiens du Septième Art, des cinéphiles et des Masochistes Associés, Terry Jones est l'immortel réalisateur de La vie de Brian. Ce film, au même titre que les autres productions du cinéaste, ne nous laisse qu'un seul regret: la crucifixion, l'écartèlement et le supplice de la roue ne sont plus pratiqués à l'époque outrageusement douillette qu'est la nôtre.

    Il aurait pu se contenter d'être acteur dans les films de ses comparses, il s'est cru obligé d'être également musicien et chanteur: Eric Idle est l'apostat irrévérencieux (nouveau pléonasme) qui interprète Always Look on the Bright Side of Life durant la Passion de Brian, le faux jumeau de Jésus de Nazareth. Par sa faute, sa très grande faute, 12 cardinaux, 197 évêques, 845 prêtres, 1386 nonnes et Wolfgang Amadeus Mozart se sont donné la mort en avalant leur missel. Précisons néanmoins que pour Mozart, les causes du décès demeurent sujettes à caution.

    De tous ses compagnons d'infortune, Graham Chapman fut sans nul doute le plus enclin à la dérision. Imbibé d'alcool du 1er janvier au 31 décembre (week-ends et jours fériés inclus), l'interprète de Brian et de mille autres personnages de pure fantaisie vécut maritalement avec un homme, en des temps où le Mariage n'était pas (vraiment pas) "pour tous". Il poussa même la plaisanterie jusqu'à mourir avant l'âge de cinquante ans. Que ne ferait-on pour se singulariser...

    Michael Palin est l'acteur le plus complet de la sinistre bande des Monty Python. Du Ponce Pilate ridicule de La vie de Brian au fonctionnaire inquiétant de Brazil en passant par l'écologiste bègue d'Un poisson nommé Wanda, le ténébreux individu a démontré qu'il était capable de camper les personnages les plus divers. Son homonymie avec Sarah Palin, figure de proue du Comique involontaire à l'Américaine, a néanmoins porté un coup fatal à sa carrière.

    Terry Gilliam aurait pu sauver l'honneur de la troupe. Talentueux réalisateur de Brazil, de L'Armée des douze singes, de Fisher King ou encore, du fabuleux prologue du Sens de la Vie, il a excellé dans la mise en scène et est devenu l'un des auteurs les plus inventifs du Cinéma contemporain. Son humour porte le sceau de cette extraordinaire originalité. Gilliam a ainsi troqué sa citoyenneté Américaine contre la nationalité Britannique avant de faire, de sa version avortée de Don Quichotte, l'un des tournages les plus désastreux de l'Histoire. Ses chemises à fleur, son rire gras et son goût prononcé pour les flatulences ont malheureusement ruiné ses tentatives de réinsertion sociale.

    Oeuvres

    Casier judiciaire

    - 1971: Pataquesse (And Now, Something Completely Different) (réalisation: Ian McNaughton)

    - 1974: Monty Python, Sacré Graal! (Monty Python and the Holy Grail)

    - 1979: Monty Python, La vie de Brian (Life of Brian)

    - 1980: Monty Python, Live at the Hollywood Bowl (spectacle filmé)

    - 1983: Monty Python, Le sens de la Vie (Monty Python's The Meaning of Life)

    Date de création : 2013-12-18 | Date de modification : 2013-12-18
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    Troupe d'humoristes Britanniques
    Naissance
    1969
    Déces
    Dieu seul le sait
    Documents Associés

    10%
    Dons reçus (2017-2018): 2 396$
    Objectif (2017-2018): 25 000$


    Nous avons reçu près de 22 000$ lors de la campagne 2016-2017. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2017-2018, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.