• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Hill George Roy

    Introduction à l'oeuvre de l'auteur

    "Délicieusement exaspérant", tel est l'oxymore qui vient à l'esprit de celui qui, au gré d'une simple rediffusion télévisée ou dans un élan de cinéphilie, songe à George Roy Hill. Le réalisateur Américain laisse, dans les gorges insondables de la mémoire collective, la saveur douce amère de la perplexité admirative et de la curiosité agacée. Nous sentons confusément qu'il nous sourit pour mieux nous posséder mais nous sommes impuissants à cerner l'origine de notre malaise. Nous devinons que son oeuvre dissimule un mystère mais périsse notre fierté, nous sommes incapables d'en administrer la preuve. Feu le beau parleur s'adresse à nous, par-delà les murailles de la Mort, sans rien nous dire du secret obsédant que recèle sa vie artistique. Son étrange postérité porte l'empreinte de cette propension à l'ambiguité. Parlez de George Roy Hill devant un parterre de non-initiés et vous verrez poindre, dans le regard de l'auditoire, les lueurs embarrassées du doute et de l'ignorance. Evoquez ne serait-ce que L'Arnaque (The Sting) et ces mêmes quidams applaudiront comme un seul homme. Etre à la fois inconnu et familier du grand public, le paradoxe est d'envergure. Les experts du Cinéma l'expliqueront ainsi: Hill n'avait pas assez de génie pour entrer au Panthéon du Septième Art, mais il avait suffisamment de technique pour s'assurer que jamais ses récits ne sortiraient du coeur des foules; le metteur en scène avait, par ailleurs, l'entregent nécessaire pour obtenir l'appui inconditionnel de comédiens aussi populaires et intemporels que Paul Newman et Robert Redford. L'argumentaire, néanmoins, ne résiste pas à l'épreuve de la critique. Les oubliettes de l'Histoire sont en effet remplies de "bons faiseurs" et de longs-métrages honnêtement conçus avec l'aimable concours de vedettes internationales. En d'autres termes, la logique implacable de l'Audiovisuel aurait voulu que l'adaptateur du Monde selon Garp ( The World According to Garp) s'effaçât, comme bon nombre de ses semblables, de notre univers culturel.

    Puisque l'insaisissable George Roy Hill nous conduit d'énigme en énigme, il convient de changer notre grille d'analyse et de préférer les réflexions de fond aux commentaires formels. Quel est donc le dénominateur commun de films à l'image de Butch Cassidy et le Kid ( Butch Cassidy and the Sundance Kid) ou de La kermesse des aigles (The Great Waldo Pepper)? Ils retracent invariablement l'itinéraire d'individus qui, de la filouterie au braquage en passant par la duperie, ont fait profession d'abuser leur prochain. En une phrase simple et limpide, l'incompréhensible se change peu à peu en évidence. Hill a goûté au succès mondial en accommodant le mets favori du Public: la piquante mais savoureuse Escroquerie. Le grand chef de l'Imposture a toutefois fait plus que recopier les recettes qui ont valu mille étoiles au Policier, à la Comédie, au Western et à bien d'autres genres. Il s'est distingué de ses pairs en étudiant les ingrédients fondamentaux de l'Arnaque, plat royal auquel il a consacré son chef-d'oeuvre absolu. Ses conclusions audacieuses justifient pleinement l'Oscar qui a couronné son voyage au bout de la tricherie: l'Arnaqueur procède exactement à la façon du Cinéaste.

    Pareille affirmation ne manquera pas de heurter l'intelligence et le sens moral du Spectateur. En quoi les méthodes d'un vulgaire truand peuvent-elles être comparées à celle d'un honorable Artiste? En tout, persiste à répondre George Roy Hill avec le merveilleux aplomb qui le caractérise. La configuration du plus célèbre opus du cinéaste nous le signifie d'emblée. "La préparation", "le leurre", "le récit", "le télégramme", "rien ne va plus", une arnaque se subdivise en des séquences analogues à celles d'un long-métrage. L'examen détaillé de ces étapes établit que ce parallèle est plus qu'une vue de l'esprit.

    George Roy Hill

    Biographie

    Débuts

    Il est d'abord journaliste. Son physique de jeune premier l'encourage ensuite à devenir acteur. Finalement, il choisit de passer derrière la caméra pour se consacrer à la mise en scène. C'est par ces sentiers à la fois rectilignes et sinueux, battus et singuliers que George Roy Hill pénètre dans le royaume éminemment sélectif des réalisateurs de renom. Ses débuts sont pourtant placés sous le signe de la discrétion. L'enfant du Minnesota n'arrive ainsi à Hollywood qu'à l'âge de quarante ans, après avoir fait ses classes à la rude école de la Télévision. Il inaugure par ailleurs sa carrière cinématographique en signant deux films dont la modestie ne laisse guère deviner l'étendue de son talent: L'école des jeunes mariés (Period of Adjustment) (1962) et Le tumulte (Toys in the Attic) (1963). Qu'importent néanmoins ces médiocres coups d'essais. La Réussite, l'avenir aura tôt fait de le confirmer, se bâtit souvent sur les décombres de l'échec...

    Particularités

    Malgré des débuts chaotiques, George Roy Hill s'affirme rapidement comme l'un des meilleurs artisans de la Scène Hollywoodienne. Son aptitude à diriger des Stars à l'image de Peter Sellers et plus encore, de Paul Newman et de Robert Redford, n'est sans doute pas étrangère à cette promotion. Il serait néanmoins injuste de réduire ce réalisateur inspiré à l'amitié qui le liait à quelques vedettes. L'auteur de La castagne (Slap Shot) n'avait ainsi que peu de rivaux lorsqu'il s'agissait de mettre en valeur un bon scénario. En outre, il savait s'entourer d'excellents techniciens tels que Conrad Hall et Robert Surtees, Maîtres de la Photographie ou Marvin Hamlisch, grand compositeur de bandes originales s'il en est. Cependant et contrairement aux idées reçues, c'est moins pour ses qualités de formaliste que pour son thème de prédilection que Hill restera dans l'Histoire de son Art. De Butch Cassidy et le Kid (Butch Cassidy and the Sundance Kid) à La kermesse des aigles (The Great Waldo Pepper) en passant par L'Arnaque (The Sting), chef-d'oeuvre de malice qui lui valut un Oscar, le cinéaste fut en effet l'analyste inégalé d'un personnage aussi présent dans la Réalité que dans la Fiction: l'Escroc.

    Pour ceux qui douteraient encore de la valeur de George Roy Hill et du respect qu'il inspirait à ses pairs, on rappellera que Robert Redford a crée un Festival du Cinéma indépendant dont le nom résonne à la façon d'un vibrant hommage: Sundance, inoubliable compagnon du non moins mémorable Butch Cassidy.

    Oeuvres

    Filmographie

    - Réalisateur

    • 1962 : L'école des jeunes mariés (Period of Adjustment)
    • 1963 : Le tumulte (Toys in the Attic)
    • 1964 : Deux copines... un séducteur (The World of Henry Orient)
    • 1966 : Hawaï (Hawaii)
    • 1967 : Millie (Thoroughly Modern Millie)
    • 1969 : Butch Cassidy et le Kid (Butch Cassidy and the Sundance Kid)
    • 1972 : Abattoir 5 (Slaughterhouse - Five)
    • 1973 : L'Arnaque (The Sting)
    • 1974 : La kermesse des aigles (The Great Waldo Pepper)
    • 1977 : La castagne (Slap Shot)
    • 1979 : I love you, je t'aime (Little Romance)
    • 1982 : Le Monde selon Garp (The World According to Garp)
    • 1983 : La petite fille au tambour (The Little Drummer Girl)
    • 1988 : Funny Farm
    • - Scénariste

      • 1969: Butch Cassidy et le Kid (Butch Cassidy and the Sundance Kid)
      • 1974: La kermesse des aigles (The Great Waldo Peppper)
      • - Producteur

        • 1982 : Le Monde selon Garp (The World According to Garp)
        • 1974 : La Kermesse des aigles (The Great Waldo Pepper)
        •  

    Date de création : 2014-10-30 | Date de modification : 2014-10-30
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    cinéaste Américain
    Naissance
    1922 , Minneapolis (Minnesota)
    Déces
    2002, New York
    Documents Associés

    2%
    Dons reçus (2017-2018): 509$
    Objectif (2017-2018): 25 000$


    Nous avons reçu près de 22 000$ lors de la campagne 2016-2017. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2017-2018, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.