• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Edwards Blake

    Débuts

    Fils et petit-fils de metteurs en scène de Théâtre, Blake Edwards appartient à la famille des enfants de la balle. Cet atavisme artistique le pousse naturellement vers le monde du Spectacle. Après ses études secondaires, le jeune homme s’essaie au métier d’acteur et tient quelques seconds rôles dans des films du début des années 1940. Ses inclinations profondes le dirigent néanmoins vers l’Ecriture. La réorientation est judicieuse et le succès, immédiat. Blake Edwards crée ainsi des shows télévisés puis, devient le scénariste attitré du cinéaste Richard Quine. Ces expériences fructueuses lui attirent la sympathie des studios Hollywoodiens. Il peut dès lors tourner ses premiers films, deux œuvres à la gloire du chanteur Américain Frankie Laine : Bring Your Smile Along (1955) et Rira bien (He Laughed Last) (1956).

    Particularités

    Blake Edwards est le cinéaste de toutes les confusions. On le cantonne à la série populaire La Panthère rose (The Pink Panther), il l’est l’auteur d’une trentaine de longs-métrages. On l’associe au Cinéma grand public, il est un metteur en scène profond dont le talent n’a d’égal que l’inventivité. On le réduit au Burlesque, il a signé des films policiers, un western (Deux hommes dans l’Ouest (Wild Rovers)) et une tragédie sur l’addiction à la mesure de l’excellent Homme au bras d’or (The Man with the Golden Arm) d’Otto Preminger : Le jour du vin et des roses (Days of Wine and Roses). On voit enfin en cet esprit foisonnant un progressiste, toujours prêt à traiter des sujets de Société les plus sensibles (désir, alcoolisme, homosexualité…), alors même qu’il n’a cessé de faire l’apologie subliminale du Conservatisme. Au-delà des apparences, Blake Edwards n’est pas un réalisateur libertaire, adepte des couleurs bariolées. C’est un chantre du Noir et Blanc, du contraste clairement marqué, de la différenciation entre les êtres, de l’inégalité conçue comme l’horizon indépassable de la Nature et de l’Institution.

    Plus prosaïquement, l’auteur de That’s Life est l’homme de la fidélité. Marié de 1970 à son décès à la comédienne Julie Andrews, héroïne de son mémorable Victor, Victoria, il a longtemps été le compagnon de route du compositeur Henry Mancini et des studios de la Mirisch Company. Grâce à des collaborations aussi profitables que régulières, il a également permis à trois Stars de briller au firmament de la Comédie Hollywoodienne : Jack Lemmon, Tony Curtis et Peter Sellers.

    S’il laisse une œuvre inégale, amoindrie par quelques films purement commerciaux, Blake Edwards n’en demeure pas moins l’un des plus dignes héritiers de ces Maîtres du Cinéma populaire que furent Ernst Lubitsch et Frank Capra. Ses pairs ont d’ailleurs fini par reconnaître ses mérites en lui décernant, au début de l’année 2004, un Oscar d’honneur pour l’ensemble de sa carrière.

    Blake Edwards

    Biographie

    Introduction à l’œuvre de l’auteur

    Chassez cette Différence que nous ne saurions voir ! L’Egalité est assurément l’une des plus anciennes, l’une des plus dévorantes de toutes les passions humaines. En son nom exaltant, Rois, Empereurs et autres tyrans ont été déposés. Les remparts de la Discrimination ont été pris d’assaut. L’esprit de soumission a été relégué dans les abîmes de la Honte. Par ses hauts faits, la Muse des Révolutionnaires s’est élevée au-dessus des basses controverses du Commun. Qui aurait donc l’impudence de rappeler à cette bienfaitrice universelle qu’ici et là, dans le tumulte de l’Histoire, elle a justifié les exactions des Niveleurs et de maints Totalitarismes ? Une Déesse ne se conteste pas, elle se vénère sans conditions. C’est un Totem qu’il est tabou de remettre en cause.

    Cet unanimisme, justifié par la Morale et sanctifié par la Politique, s’est propagé à l’ensemble des Sociétés modernes. Le Cinéma, comme les autres Arts, n’a pas échappé à cette vague idéologique. Un simple regard panoramique en atteste : parmi les grands réalisateurs que le monde occidental a comptés, seul Blake Edwards a eu l’audace de porter un regard critique sur la plus consensuelle de toutes les valeurs. La Différence, proclame l’auteur de la Party au mépris de l’Egalitarisme dominant, est le moteur de l’Existence...

    Oeuvres

    Filmographie

    - Réalisateur

    - Cinéma

    N.B : Blake Edwards a scénarisé ou coscénarisé l’ensemble de ses films

    1955 : Bring Your Smile Along

    1956 : Rira bien (He Laughed Last)

    1957 : L'extravagant Monsieur Cory (Mister Cory)

    1958 : Le Démon de midi (This Happy Feeling)

    1958 : Vacances à Paris (The Perfect Furlough)

    1959 : Opération Jupons (Operation Petticoat)

    1960 : High Time

    1961 : Diamants sur canapé (Breakfast at Tiffany's)

    1962 : Allô, Brigade spéciale (Experiment in Terror)

    1962 : Le jour du vin et des roses (Days of Wine and Roses)

    1963 : La Panthère rose (The Pink Panther)

    1964 : Quand l'Inspecteur s'emmêle (A Shot in the Dark)

    1965 : La grande course autour du monde (The Great Race)

    1966 : Qu'as-tu fait à la guerre, papa ? (What Did You Do in the War, Daddy?)

    1967 : Peter Gunn, détective spécial (Gunn)

    1968 : La Party (The Party)

    1970 : Darling Lili

    1971 : Deux hommes dans l'Ouest (Wild Rovers)

    1972 : Opération clandestine (The Carey Treatment)

    1973 : Top Secret (The Tamarin Seed)

    1975 : Le retour de la Panthère rose (The Return of the Pink Panther)

    1976 : Quand la Panthère rose s'emmêle (The Pink Panther Strikes again)

    1978 : La malédiction de la panthère rose (Revenge of the Pink Panther)

    1979 : Elle (Ten)

    1981 : S.O.B.

    1982 : Victor, Victoria

    1982 : À la recherche de la panthère rose (Trail of the Pink Panther)

    1983 : L'héritier de la Panthère rose (Curse of The Pink Panther)

    1984 : L'homme à femmes (The Man who loved Women)

    1984 : Micki et Maude (Micki and Maude)

    1986 : Un sacré bordel (A Fine Mess)

    1986 : That's Life

    1987 : Boire et Déboires (Blind Date)

    1988 : Meurtre à Hollywood (Sunset)

    1988 : L'amour est une grande aventure (Skin Deep)

    1991 : Dans la peau d'une blonde (Switch)

    1993 : Le fils de la Panthère rose (Son of the Pink Panther)

    - Télévision

    1953-1954 : Four Star Playhouse (série TV)

    1958-1959 : Peter Gunn (série TV)

    1962 : The Dick Powell Show (série TV)

    1989 : Peter Gunn (téléfilm)

    1992 : Julie (série TV)

    1995 : Victor, Victoria (téléfilm)

    - Acteur

    - Cinéma

    1944 : Marshal of Reno : Lee

    1944 : She's a Sweetheart : un soldat

    1946 : Stranger of the Swamp : Christian Sanders Jr

    1946 : Tokyo Rose : Joe Bridger

    1948 : Le justicier de la sierra (Panhandle) : Floyd Schofield

    1948 : Leather Gloves : Vince Reed

    - Producteur

    Blake Edwards a produit ou coproduit la majeure partie de ses longs-métrages

    1967 : Waterhole n°3, de William Graham

    Distinctions

    2004 : Oscar d’Honneur pour l’ensemble de sa carrière

    Date de création : 2013-08-13 | Date de modification : 2013-08-14
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    Edwards (William Blake McEdwards, dit Blake) - cinéaste Américain
    Naissance
    1922, Tulsa (Oklahoma)
    Déces
    2010, Santa Monica (Californie)
    Documents Associés

    2%
    Dons reçus (2017-2018): 509$
    Objectif (2017-2018): 25 000$


    Nous avons reçu près de 22 000$ lors de la campagne 2016-2017. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2017-2018, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.