• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Après l'homme...le cyborg?

    Définition

    Ce livre, paru en 1999, est l'une des premières réflexions en langue française sur cette question du posthumanisme devenue depuis un sujet majeur. Il a été écrit dans une conjoncture bien particulière, au terme d'une recherche de trois ans sur le thème suivant : Les inforoutes et l'avenir du Québec. Chaque fois qu'un nouveau média est apparu au XXème siècle, le cinéma, la radio, la télévision, il s'est trouvé au Canada anglais des Cassandre pour prédire que cet événement entraînerait la disparation du fait français au Canada. Chaque fois, sous l'inspiration du Québec, la Canada français a rebondi pour tranformer un obstacle en un avantage. Allait-il faire preuve de la même vitalité, de la même créativité face à Internet? Ce fut l'un de nos sujets de recherche et de réflexion. Nous devions aussi étudier l'impact du nouveau media sur la société, la famille, l'école, la religion, la vie politique, la nation. Le rapport détaillé de nos travaux, s'étalant sur plus de 800 pages est toujours disponbile en ligne.

    Chacun sait hélas! que les rapports de ce genre ne suscitent pas toujours dans l'immédiat les résultats souhaités. Or nous découvrîmes, liée aux inforoutes et donc à notre mandat, une chose d'une extrême importance, à laquelle nous n'avions pas pensé initialement : rien de moins que l'avènement d'une nouvelle étape dans l'évolution de l'espèce humaine. Nos recherches nous ont, par exemple, permis de croiser Ray Kurzweil et obligé à réfléchir sur son rêve d'immortalité sur disque dur. Cela nous a incité en fin de parcours à réorganiser toutes nos analyses et toutes nos recommandations autour de la question de la posthumanité. La tâche étant impossible à l'échelle de l'ensemble du rapport, je l'ai assumée à mes risques et périls dans le cadre d'un essai personnel paru sous le titre de Après l'homme, le cyborg.

    Les êtres humains me semblant déjà trop semblables à la machine, pour leur malheur, rien ne pouvait me réjouir dans le fait que Danny Hillis, président de Thinking Machine déclare « qu'il veut faire une machine qui sera fière de lui.[...] et qu'il n'hésiterait pas si la chose était possible, à fabriquer un nouveau corps qui durerait 10 000 ans ». Tout me paraissait si excessif dans ces diverses déclarations, que je me suis d'abord demandé si je devais prendre ces prédictions au sérieux, s'il ne s'agissait pas là d'un canular. Ray Kurzweil entre autres me paraissait complètement fou et je n'ai pas changé d'opinon à ce sujet, le fou étant à mes yeux ce qu'il est pour Chesterton : celui qui a tout perdu sauf la raison.

    Chesterton est aussi celui qui a dénoncé les vertus chrétiennes devenues folles. La plus folle de ces idées c'est la transposition sur terre de ce royaume de Dieu qui n'est pas de ce monde. Or quand j'ai découvert le posthumanisme, je terminais la lecture d'un ouvrage de David Noble intiulé The religion of technology. Dans cet ouvrage, Noble rattache le posthumanisme, sans le désigner expressément, au grand mouvement millénariste qui a marqué toute l'histoire de la chrétienté. Cette thèse, que j'ai adoptée, a entre autres avantages, celui de nous aider à comprendre pourquoi le paradis sur terre par la technoscience a tant d'adeptes parmi les américains. Le paradis sur terre fait partie de leurs croyances.

    Il ne fait pas partie des miennes. Il est l'une des formes que prend en ce moment la désincarnation, la chose au monde dont j'ai le plus horreur parce qu'elle est synonyme de déshumanisation. « Le meilleur moyen de faire de la terre un enfer, c'est de vouloir en faire un paradis ». Je n'ai jamais si bien compris ce mot de Lord Acton. Les ancêtres de Kurzweil et des autres millénaristes contemporains sont ces viri spirituales, esprits purs et élevés, dédaigneux de la chair et de la femme. Ils sont près à sacrifier l'incarnation à une perfection qui en l'absence de la chair, sera nécessairement celle d'une machine ou ce qui revient au même d'un processus purement « formaliste ».

    Mon essai ne pouvait donc pas être une dissertation en trois points où après avoir pesé le pour et le contre on adopte une position modérée. Mon unique souci fut d'indiquer des idées à développer et des actes à poser pour empêcher l'avènement de l'homme de Kurzweil, comme on dit homme du Néerdenthal. Pour cela il me fallait remonter jusqu'aux racines lointaines du phénomène et refaire le chemin en sens inverse.

    Le déclin de la contemplation, de la connaissance immédiate, fusionnelle,

    La rupture progressive des liens avec le réel

    par la passion du choix,

    par les mots sans amarre, flottants,

    par les rapports humains en désarroi,

    La montée consécutive du formalisme,

    Le mépris des lois de la nature, du principe de clôture en particulier,

    Tous ces facteurs convergent vers le rêve d'un paradis sur terre au prix d'une désincarnation totale.

    Telle est la trajectoire parcourue dans le livre. Elle correspond à une conception de l'histoire que l'on peut faire remonter à Nieztsche à travers Klages, sombre histoire car son sens est l'élimination de l'âme et de la vie dont elle est le principe par l'esprit, réduit à la raison instrumentale. (Chaque lien renvoie à un passage du livre.)

    L'avènement du cyborg, hybride de l'homme et de la machine, marquera une étape importante dans cette histoire. Le pôle charnel du cyborg disparaîtra peu à peu pour ne laisser que la dimension logique, virtuelle, mécanique, métallique.

    En s'éloignant de ses sources divines et cosmiques l'homme devient moins que lui-même et tente de s'en consoler en augmentant ces performances qui lui tiennent lieu désormais de qualités.

    À cette histoire, dont on a trop de raison de croire qu'elle achèvera de se dérouler de la façon indiquée ci-après, on peut heureusement en opposer une autre, celle qu'Edgar Morin a évoqué dans La Voie et dont j'ai moi-même évoqué l'esprit dans un texte intitulé L'homme de la réconciliation. Dans Après l'homme... le cyborg?, je propose aussi diverses façons de sortir de la logique de la cyborghisation pour revenir à celle de l'incarnation.

     

     

    Date de création : 2012-05-27 | Date de modification : 2013-01-28
    Loading
    Informations
    Documents Associés
    Jacques Dufresne
    Noble (David F.), Millénarisme, Moravec (Hans), Teilhard de Chardin, Transcendance, Thibon (Gustave), Immortalité, Éternité
    Jacques Dufresne
    Orwell, 1984, Huxley, Postman (Neil) Soft Power, Nations, France, Hugo, Chateaubriand,
    Jacques Duifresne
    Médiateur, Incarnation, Abstraction, Jeûne médiatique, Péchés capitaux(nouveaux), Désincarnation
    Jacques Dufresne
    Écriture, École, Enseignement simultanée, École cafétéria, Technique à l'école
    Jacques Dufresne
    Famille, Ariès (Philippe), Famille nucléaire, Otaku, Médias
    Jacques Dufresne
    Personne, Membrane, Alexithymie, Klages, Powys (John C.), Apologie des sens, Raison imaginative, Élémentaire, Transcendant
    Jacques Dufresne
    Jacques Dufresne
    Réalité virtuelle,Transport aérien, Formalisme, Mcknight (John), Expert, Sentiment d'impuissance
    Jacques Dufresne
    Formalisme, Signes purs, Ordinateur, Montaigne, Date, Descartes, Leibniz, Shannon, Mesure, technique
    Jacques Dufresne

    45%
    Dons reçus (2016-2017): 9 040$
    Objectif (2016-2017): 20 000$


    Nous avons reçu 18 600$ lors de la campagne 2015-2016. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2016-2017, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.