• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Val d'Aoste

    Description

    Tiré d'un article de Marisa Cavalli, dans la revue Éduction et francophonie. Il faut demander l'autorisation. La suite de l'article présente de l'intérêt pour la section enjeux, http://www.acelf.ca/c/revue/pdf/XXXIV_1_022.pdf


    Aperçu géo-historique Situé entre la France à l’ouest, la Suisse au nord et le Piémont à l’est et au sud, le VDA, pays de montagne dans les Alpes, est la plus petite des vingt régions italiennes : son territoire ne mesure que 3262 km2 (soit 1 % du territoire national) et ses 119 356 habitants représentent 0,2 % de la population de l’État. Depuis le XIe siècle, il fut lié par une fidélité de dix siècles à la maison de Savoie : à l’intérieur du Duché de Savoie il jouit d’un certain degré d’autonomie dérivant de sa situation d’état intramontain. Le VDA appartient linguistiquement à l’aire du francoprovençal qui s’étend, au-delà des Alpes, en Suisse et en France. Le francoprovençal, qui fait partie – avec la langue d’oïl et la langue d’oc – des parlers galloromans, n’a jamais coïncidé avec une entité politique et administrative définie. Il n’a pas non plus atteint l’état de koinè : encore de nos jours, chaque village a sa variété propre. Malgré l’existence de systèmes de transcription et malgré son emploi dans certains genres littéraires (poésie et théâtre populaire), c’est essentiellement une langue vernaculaire, utilisée à l’oral et dans des domaines « bas ». Employé, à partir du XIVe siècle, comme langue de culture par la cour de Savoie et, à son imitation, par l’aristocratie, le français fut adopté en 1561 par le duc Emmanuel Philibert, en lieu et place du latin, comme langue pour les actes officiels. Son édit suivit de 22 ans l’analogue ordonnance de Villers-Cotterêts par laquelle le roi François Ier avait sanctionné l’usage du français pour la France. Ainsi, pendant des siècles, le francoprovençal et le français se sont-ils partagé les domaines d’usage, sur un mode que nous pourrions qualifier de diglossique. Au XIXe siècle de grands ouleversements influèrent sur le destin du VDA : d’abord, en 1860, la séparation d’avec la Savoie, annexée à la France, et, ensuite, en 1861, avec l’unité d’Italie, le passage à ce nouvel État, juste constitué, dont le duc de Savoie devint le roi. Basculant abruptement d’un environnement francophone à un environnement italophone, le VDA eut à subir un lent processus d’italianisation dont les manifestations les plus dures et acharnées furent les mesures répressives des politiques linguistiques du régime fasciste. À la fin de la deuxième guerre mondiale, l’État italien octroya au VDA un statut d’autonomie, qui reconnaissait son bilinguisme et sanctionnait la co-officialité de l’italien et du français sur le territoire valdôtain3. Le statut inclut quatre mesures de sauvegarde du français : la rédaction des actes publics (sauf ceux de l’autorité judiciaire) dans les deux langues; l’enseignement paritaire – en termes d’heures – de l’italien et du français (mesure appliquée immédiatement dans l’après-guerre); la possibilité d’adapter les programmes scolaires nationaux aux exigences de la réalité socioculturelle valdôtaine ainsi que d’enseigner certaines disciplines en langue française (mesures appliquées à partir des années quatre-vingt, mais seulement à l’école enfantine et du premier cycle4). Pour ce qui est de l’enseignement supérieur, une loi de l’État accorde au Val d’Aoste la faculté de nommer, dans la mesure de 50 %, comme professeurs ou comme chercheurs de son Université libre, instituée en 2000, des scientifiques recouvrant des postes analogues dans des universités étrangères. Un article supplémentaire du Statut d’autonomie a étendu, en 1993, les mesures de sauvegarde linguistique à une autre langue minoritaire du Val d’Aoste, le walser, parler germanique de trois villages de la vallée du Lys5.



    2. L’Institut Régional de Recherche Éducative du Val d’Aoste a pour mandat institutionnel de soutenir les établissements scolaires dans leur autonomie pédagogique, d’organisation, de recherche, d’expérimentation et de développement.

    3. Rappelons qu’au Sud-Tyrol, auquel a été également accordé le statut de région autonome, l’État italien
    reconnut, par contre, l’existence de deux communautés distinctes.
    4. À l’école de l’enfance (depuis 1984), à l’école primaire (depuis 1988) et à l’école secondaire du premier
    degré (depuis 1993-94). Au niveau des lycées, c’est encore l’enseignement du français qui est prévu par
    les lois et non pas l’enseignement en français, comme pour les autres niveaux scolaires. Il existe, toutefois,
    quelques expérimentations d’éducation bilingue réalisées sur base volontaire par les établissements scolaires.
    5. En tout 1 491 habitants au 31 décembre 2002.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    2%
    Dons reçus (2017-2018): 509$
    Objectif (2017-2018): 25 000$


    Nous avons reçu près de 22 000$ lors de la campagne 2016-2017. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2017-2018, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.