• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Tussilage


    Photo prise au début de mai, dans un lieu humide, près d'un étang.
    ©L'Encyclopédie de L'Agora. Reproduction autorisée avec mention de la source

    Définition

    Fleur sauvage du Québec. (Voir le Sentier des fleurs sauvages). Introduite d'Europe.

    La fleur qui chasse la neige...et la toux. Dans sa Flore printanière, Gisèle Lamoureux note que les «premiers pissenlits aperçus par des non-initiés... sont souvent des tussilages pas-d'âne.»1

    * * *

    Herbacée vivace; épanouissement en deux étapes:
    Au printemps: tige brun-rouge, tomenteuse* (long. 10 à 20 cm), munie d'écailles; absence de feuilles; fleur en capitule* jaune vif (diam: 20 à 25 mm)
    En été: absence de fleur, feuilles d'un vert vibrant, un peu plus larges que longues, légèrement duvetées aux nervures, largement dentées.
    Fleurit au tout début du printemps dans les lieux ouverts et humides, souvent en colonies.

    Remarquez les écailles le long de la tige.


    Tussilages mûrs:


    Pendant l'été, les fleurs du tussilage disparaissent. À leur place poussent de larges feuilles en forme de traces de sabot.

    Photo prise au mois d'août à St-John, N-B.
    ©L'Encyclopédie de l'Agora. Reproduction autorisée avec mention de la source

    * * *


    « Les fleurs, extrêmement printanières, peuvent être considérées comme tardives: les boutons qui partent de l'aisselle des feuilles sont trop retardés pour fleurir à l'automne et passent l'hiver sous terre, s'épanouissant au premier soleil du printemps. Dès que la floraison est passée, les bractées se rapprochent, les aigrettes grandissent et le pinceau de soies blanches qu'elles forment sort de l'involucre. La hampe se recourbe ensuite vers la terre et ne se redresse que lorsque les graines sont mûres. A ce moment les aigrettes s'étalent, se dispersent au vent, et les nouvelles feuilles paraissent. »2

    * * *

    Usage médical:
    «Plante très vantée chez les anciens (Hippocrate, Dioscoride, Pline) dans les affections du poumon: on pensait que la fumée des feuilles apaise la toux. Cet usage très ancien se retrouve encore en Suède. – Dans le folklore français, le terrain où pousse abondamment le Tussilage passe pour être mauvais. "Terre à Taconet (Tussilage), laisse-là où elle est; terre à Renoncule rampante, achète-là si tu peux " dit un vieux proverbe.»3

    «Plante médicinale émoliante, expectorante, anti-inflamatoire et antispasmodique. Elle rentre fréquemment dans la composition des médicaments contre la toux et l'asthme. Les indiens d'Amérique du Nord faisaient sécher puis brûler les feuilles pour fabriquerun succédané du sel (pauvre en sodium et riche en potassium). »4

    Fiche de PasseportSanté


    N.B. Dans le Dictionnaire allemand des plantes médicinales, (Heilpflanzenlexikon) on recommande la prudence et la modération dans l'usage de cette plante. Elle contiendrait un élément cancérigène et serait dangereuse pour le foie. Quelques conseils: éviter de la consommer sous forme de tisane, pendant la grossesse, en limiter l'usage à six semaines par année.

    1. LAMOUREUX, Gisèle, Flore Printanière, Collaboration à la photographie R.Larose, Fleurbec éditeur, Saint-Henri-de-Lévis, Québec, 2002, 575 pages, p.146
    2. frère MARIE-VICTORIN (1885-1944), Flore laurentienne,Les Presses de l'Université de Montréal, 1964, p.594
    3. frère MARIE-VICTORIN, op. cit., p.594
    4. Source: Plantes comestibles: www.plantes-comestibles.com

    Essentiel

    Tels sont les pas de l'âne et telles sont les feuilles de tussilage au bord des fossés: humbles, réguliers, tendres et résistants.

    «J'aime l'âne si doux
    marchant le long des houx.
    (...)
    Il va, près des fossés,
    d'un petit pas cassé.

    (...) Dis-moi donc, ma chérie,
    si je pleure ou je ris ?

    Va trouver le vieil âne,
    et dis-lui que mon âme

    Est sur les grands chemins,
    comme lui le matin.

    Demande-lui, chérie,
    si je pleure ou je ris ?

    Je doute qu'il réponde :
    il marchera dans l'ombre,

    Crevé par la douceur,
    sur le chemin en fleurs.»

    Francis Jamme, J'aime l'âne

    Documentation

    Apparition à Kingscroft, mun. de Barnston Ouest, Qc.
    2004: le 9 avril
    2005: le 6 avril

    Planches de botanique:
    1. planche du Prof. Dr. Otto Wilhelm Thomé, 1885, Kurt Stübers library (All.)
    2. dessin par Marie-Joséphine Mousson (1805-1895), Musée botanique du canton de Vaud, (Suisse)

    Recette: Tempura de tussilage
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-08-04
    Loading

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.