• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Solidarité


    La solidarité : Vivre ensemble ? par college-des-bernardins L'actualité nous renvoie bien souvent à la détresse des gens de la rue. Déjà au XIXe siècle, un laïc comme Frédéric Ozanam s'était attelé à combattre l'exclusion et la pauvreté. Dans le cadre du bicentenaire de la naissance de cette figure éminente du catholicisme social, Régis Burnet reçoit Gérard Cholvy, historien, spécialiste de l'histoire religieuse contemporaine, auteur d'une belle biographie sur Ozanam et Jean-Louis Souchon, président de la Conférence Saint-Vincent-de-Paul de la paroisse Saint-Vincent-de-Paul dans le 10e arrondissement de Paris et qui anime une équipe de bénévoles au service des pauvres. Ils nous parlent de la solidarité, telle que Frédéric Ozanam l'a vécue et telle qu'elle peut être vécue de nos jours. Une émission qui plaira à tous ceux que la détresse interpelle. "La foi prise aux mots", KTO, émission du 27 janvier 2013.

    Définition

    «Interdépendance impliquant une responsabilité mutuelle d’assistance et d’entraide réciproques entre les membres d’un groupe, fondée sur le contrat et/ou la communauté d’intérêts. (...)

    Note: La solidarité revêt des aspects multiples. Ainsi à côté des solidarités traditionnelles familiales ou professionnelles, sont apparus des systèmes au sein desquels des institutions nouvelles ont mis en place la solidarité nationale: assurance maladie, assurance chômage, assurance vieillesse, allocations familiales. (...) Enfin de multiples actions de solidarité de proximité sont mises en oeuvre au quotidien par le monde associatif.»


    source: Les mots du social. Définition des mots les plus courants du domaine social selon la Commission générale de terminologie et de néologie, Min. de l'Emploi et de la Solidarité, France

    Voir aussi: Définition de la solidarité (L'Atelier Espace Divergence Réflexion)

    Enjeux

    Soins de santé: l' urgence d'une solidarité mondiale

    «Au Sud de cette planète, on est encore aux prises avec les infections dont le Nord a commencé à triompher au Moyen Age. Au Sud, on souffre encore de tous les autres maux liés à la misère et à la malnutrition. Au Nord, on est atteint de maladies de pléthore, de dégénérescence.

    Compte tenu de ce qu'il en coûte pour obtenir de bons résultats dans le traitement des maladies dégénératives du Nord et des moyens simples avec lesquels on peut lutter contre les infections au Sud, un dollar investi au Sud est peut-être mille fois plus rentable qu'un dollar investi au Nord.

    Les problèmes environnementaux rendent désormais cette solidarité si nécessaire qu'un gouvernement mondial semble être la seule solution adéquate. On dit, avec raison, que les forêts tropicales sont le poumon de la planète. C'est l'ensemble du grand organisme Terre-Humanité qui doit veiller sur la santé du poumon. Puisque c'est la qualité de la vie sur l'ensemble de la planète qui est en cause dans cette affaire, il n'est ni juste ni pensable que ce soit des pays comme le Brésil et l'Éthiopie qui fassent seuls les frais du redressement de la situation.»

    Jacques Dufresne, Choix pour l'an 2000 (extrait), dossier Santé publique

    Essentiel

    « Dans Lettre à un otage, Antoine de Saint-Exupéry raconte comment au cours d’un reportage sur la guerre civile en Espagne, il a été fait prisonnier par des miliciens anarchistes. L’ennui, l’angoisse et un dégoût profond devant l’absurde de sa situation s’effacèrent à la suite d’un « miracle très discret », suscité pas sa quête d'une cigarette auprès d’un de ses geôliers, en ébauchant un vague sourire. « L’homme s’étira d’abord, passa lentement la main sur son front, leva les yeux dans la direction, non plus de ma cravate, mais de mon visage et, à ma grande stupéfaction, ébaucha, lui aussi, un sourire. Ce fut comme le lever du jour. Ce miracle ne dénoua pas le drame, il l’effaça, tout simplement, comme la lumière, l’ombre. Aucun drame n’avait plus eu lieu. Ce miracle ne modifia rien qui fût visible. La mauvaise lampe à pétrole, une table aux papiers épars, les hommes adossés au mur, la couleur des objets, l’odeur, tout persista. Mais toute chose fut transformée dans sa substance même. Ce sourire me délivrait. C’était un signe aussi définitif, aussi évident dans ses conséquences prochaines, aussi irréversible que l’apparition du soleil. Il ouvrait une ère neuve. Rien n’avait changé, tout avait changé. [...] Les hommes non plus n’avaient pas bougé, mais, alors qu’ils m’apparaissaient une seconde plus tôt comme plus éloignés de moi qu’une espèce antédiluvienne, voici qu’ils naissaient à une vie proche. J’éprouvais une extraordinaire sensation de présence. C’est bien ça : de présence! Et je sentais ma parenté ».

    Plus loin, Saint-Exupéry ajoute : « J’entrai dans leur sourire à tous comme dans un pays neuf et libre. J’entrai dans leur sourire comme autrefois dans le sourire de nos sauveteurs du Sahara. [...] Du sourire des sauveteurs, si j’étais naufragé, du sourire des naufragés, si j’étais sauveteur, je me souviens aussi comme d’une patrie où je me sentais tellement heureux. Le plaisir véritable est plaisir de convive. Le sauvetage n’était que l’occasion de ce plaisir. L’eau n’a point le pouvoir d’enchanter, si elle n’est d’abord cadeau de la bonne volonté des hommes. Les soins accordés au malade, l’accueil offert au proscrit, le pardon même ne valent que grâce au sourire qui éclaire la fête. Nous nous rejoignons dans le sourire au-dessus des langages, des castes, des partis » (1).

    Ce que Saint-Exupéry appelle « cette qualité de la joie » révèle la dimension la plus profonde de notre être : par delà les langages, les castes et les partis, par-delà toutes les différences, se découvre une solidarité humaine fondamentale.»

    Thomas De Koninck, « S’ouvrir à l’autre ».

    (1) Antoine de Saint-Exupéry, « Lettre à un otage », IV, in Oeuvres, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1953, p. 401-402.

    Documentation

    P. Van Parijs, Sauver la solidarité, Paris, Cerf, 1995
    P. Van Parijs, Refonder la solidarité, Paris, Cerf, 1996
    P. Van Parijs, Qu'est-ce qu'une société juste ?, Paris, Seuil, 1991

    Revenu d'existence et solidarité, par Yoland Bresson (Res Publica, n° 15, mai 1997)

    Joseph Yvon Thériault, Démocratie et solidarité. Communication présentée dans le cadre de "La démocratie dans tous ses états", séminaire organisé en 1999-2000 par la Chaire Unesco d'étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique (Université du Québec à Montréal)

    Bjarne Melkevik, La solidarité, la philosophie et notre présent. Communication présentée dans le cadre de "Nécessités politiques et libertés économiques à l'ère de la mondialisation", séminaire organisé à l'hiver 1999 par la Chaire Unesco d'étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique (Université du Québec à Montréal)

    Carlos Eduardo Maldonado, Human Rights, Solidarity and Subsidiarity: Essays toward a Social Ontology, Washington, D.C., É.-U., The Council for Research in Values and Philosophy, 1997 (Cultural Heritage and Contemporary Change. Series V, Latin America; v. 5)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2014-09-24
    Loading
    Informations
    Documents Associés
    Andrée Mathieu
    Christchurch, Initiatives de Transition, Solidarité, Inondations en Montérégie,
    Josette Lanteigne
    Pauvreté, Grameen Bank, agriculture biologique, nutrition, micro-économie, PVD, Bangladesh, végétarisme
    Léon Gérin
    Assurance sociale
    Raccourcis

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.