• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Parent Simon-Napoléon

    Avocat, homme politique et fonctionnaire québécois. Premier ministre du Québec (1900-1905).

    Biographie

    «Né à Beauport, le 12 septembre 1855, fils de Simon-Polycarpe Parent, cultivateur et commerçant, et de Luce Bélanger.

    Fit ses études à l'École normale. Interrompit ses études pour devenir teneur de livres. Poursuivit des études à l'université Laval où il fut diplômé en droit en 1881. Récipiendaire de la médaille d'or du gouverneur général et du prix Tessier. Fit sa cléricature auprès de Mes Thomas Chase Casgrain et Guillaume Amyot, député à la Chambre des communes de 1881 à 1896. Admis au barreau de la province de Québec le 9 août 1881. Créé conseil en loi de la reine le 19 mai 1899.

    Établit son cabinet d'avocat dans la paroisse Saint-Sauveur à Québec et s'associa par la suite à Joseph-Évariste Prince (1882-1883), John Constantine O'Donnel (1884-1891), Charles De Guise (1895), Charles Fitzpatrick, Louis-Alexandre Taschereau, Ferdinand Roy (1898-1905) et, vers 1900, Lawrence Arthur Cannon. Président de la Compagnie du pont de Québec en 1897.

    Conseiller municipal du quartier Saint-Vallier au conseil municipal de Québec de 1890 à 1894, maire suppléant en 1892, puis maire du 2 avril 1894 au 12 janvier 1906. Élu député libéral dans Saint-Sauveur en 1890. Réélu en 1892 (sans opposition) et 1897. Son siège devint vacant lors de sa nomination au cabinet. Réélu sans opposition à l'élection partielle du 12 juin 1897. Commissaire des Terres, Forêts et Pêcheries dans le cabinet Marchand du 26 mai 1897 au 3 octobre 1900. Réélu sans opposition en 1900. Premier ministre et président du Conseil exécutif du 3 octobre 1900 au 21 mars 1905. Commissaire des Terres, Forêts et Pêcheries du 3 octobre 1900 au 2 juillet 1901 et commissaire des Terres, Mines et Pêcheries du 2 juillet 1901 au 23 mars 1905. Trésorier intérimaire du 8 juillet au 6 octobre 1903. Réélu sans opposition en 1904. Trois de ses ministres, Lomer Gouin, Adélard Turgeon et William Alexander Weir, prirent la tête d'un mouvement qui aboutit à sa démission à titre de premier ministre, le 21 mars 1905. Résigna son siège de député le 5 septembre 1905.

    Nommé président de la Commission du chemin de fer Transcontinental le 31 juillet 1905, il occupa ce poste jusqu'en 1911. Président de la Commission du régime des eaux courantes de Québec de 1911 à 1920.

    Docteur en droit honoris causa du Bishop's College en 1902. A publié la Loi de la cession des biens (1892) et Discours sur la question des droits de coupe sur le bois de pulpe (1903). Membre du Club de la garnison de Québec, du Club Rideau, du Club Laurentien, du Club Ottawa, de l'Union Club et de la Société Saint-Jean-Baptiste. Président de l'Association Saint-Patrice de Montréal et président honoraire de plusieurs autres associations.

    Décédé à Montréal, le 7 septembre 1920, à l'âge de 64 ans et 11 mois. Inhumé à Québec, dans le cimetière Saint-Charles, le 10 septembre 1920.

    Avait épousé à Beauport, le 17 octobre 1877, Clara Gendron, fille d'Ambroise Gendron, inspecteur de bois et arpenteur, et d'Esther Chamberland.

    Père de Georges Parent, député à la Chambre des communes de 1904 à 1911 et de 1917 à 1930, puis sénateur de 1930 à 1942, et de Charles-Eugène Parent, député à la Chambre des communes de 1935 à 1953. Beau-père de Robert Laurier, député à l'Assemblée législative ontarienne de 1940 à 1945. Beau-frère de Ferdinand-Ambroise Gendron

    Source : Simon-Napoléon Parent (Les parlementaires depuis 1792, Assemblée nationale du Québec)

    Documentation

    Images anciennes (Bibliothèque nationale du Québec)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    Québec
    Naissance
    12 / 09 / 1855, Beauport
    Déces
    06 / 09 / 1920
    Documents Associés
    Jacques Lamarche
    Politique québécoise
    Raccourcis
    Substantiel article du Dictionnaire biographique du Canada (auteur : Michèle Brassard et Jean Hamelin)
    Brève biographie (Commission de la Capitale nationale du Québec)

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.