• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Saint Thomas d’Aquin

    Thomas d'Aquin. Deux invités nous invitent à découvrir saint Thomas d'Aquin : le Père Olivier-Thomas Venard, dominicain de l'Ecole Biblique de Jérusalem, bibliste, mais aussi auteur d'une trilogie parue aux éditions Ad Solem : « Thomas d'Aquin, poète théologien », et le Professeur Gilbert Dahan, directeur d'Etudes à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes sur la chaire d'« histoire de l'exégèse chrétienne au Moyen-âge », auteur - entre autres - d'une édition du commentaire de Thomas sur l'Epître aux Galates. "La Foi prise au mot", émission du 8 novembre 2009 (KTO).

    Philosophe et théologien européen né Italie. «Il devient de plus en plus malaisé de déguiser le fait que Thomas d'Aquin fut l'un des grands libérateurs de l'esprit humain, en réconciliant raison et religion. Il lui ouvrit les voies de l'expérimentation scientifique, il rendit aux impressions sensibles leur dignité de fenêtres de l'âme, et à l'intellect son droit divin de se nourrir de faits vérifiés. Il permit à la Foi d'assimiler la substantifique moelle de la plus dense et de la plus trapue des philosophies antiques.» Chesterton, Saint Thomas d'Aquin, Paris, Plon 1939, p.30

     

     

    Source: Thoemmes Press Portrait Gallery

    Biographie

    Au début de sa biographie de Thomas d'Aquin, Chesterton évoque le contexte dans lequel est né et a vécu ce grand de ce monde qui se fit petit devant Dieu.

    «D'une façon étrange et symbolique, Thomas d'Aquin jaillit au centre même du monde civilisé de son époque: au coeur de la rencontre entre les puissances qui contrôlaient alors la Chrétienté. Il avait des liens proches avec chacune, même avec celles qu'on pouvait considérer comme étant destructrices de la Chrétienté. Toute la querelle religieuse et toute la querelle internationale étaient, dans son cas, une querelle familiale. Il était né dans la pourpre, presque littéralement de la frange du manteau impérial, car son cousin était Empereur du Saint Empire Romain. Il aurait pu inscrire les emblèmes de la moitié des royaumes d'Europe sur son bouclier, s'il n'avait pas balancé le bouclier. Il était italien, français, allemand et totalement européen. D'un côté, il était héritier de la force des Normands qui avaient fait des incursions et des razzias dans tous les coins de l'Europe et aux confins du monde; une de ces expéditions les avait menés à la suite du Duc Guillaume à travers les neiges aveuglantes du nord jusqu'à Chester; une autre, sur la trace des Grecs et des Carthaginois, atteignit les portes de Syracuse en Sicile. Un autre lien de sang le liait aux grands Empereurs du Rhin et du Danube, qui prétendaient porter la couronne de Charlemagne. Barberousse, qui dort sous les flots rapides, était son grand oncle et Frédéric II, dit la Merveille du Monde, était son cousin au deuxième degré. Il était cependant encore plus attaché par d'innombrables liens à la vie intime, à la vivacité locale, aux petites nations entourées de murs et aux mille lieux saints d'Italie. Physiquement parent de l'Empereur, il était encore plus parent spirituellement du Pape. Il avait le sens de Rome et comprenait comment Rome menait encore le monde, et il n'allait pas penser que les Empereurs allemands de son époque pouvaient, pas plus que les Empereurs grecs d'une autre époque, être réellement romains à l'encontre de Rome. Il ajouta, à l'ensemble cosmopolite dont il avait hérité, bien des acquisitions personnelles qui facilitèrent sa compréhension des peuples et lui donnèrent une sorte de caractère d'ambassadeur et d'interprète. Il voyagea beaucoup. Il n'était pas seulement connu à Paris et dans les universités allemandes, mais il a certainement dû visiter l'Angleterre; on conçoit qu'il se soit rendu à Oxford et à Londres; et on raconte que nous suivons probablement sa trace et celles de ses compagnons dominicains quand nous allons à la gare de chemin de fer près de la rivière, qu'on nomme Black-friars [les Moines en Noir]. Cette vérité s'applique autant aux voyages de son esprit que de son corps. Il étudia la littérature des adversaires du Christianisme avec beaucoup plus de soin et d'impartialité qu'il n'était habituel à l'époque; il chercha réellement à comprendre l'Aristotélisme arabe des Musulmans; et il rédigea un profond traité plein d'humanité concernant la façon de traiter les Juifs. Il cherchait toujours à tout comprendre de l'intérieur et fut particulièrement choyé d'être né à l'intérieur du régime étatique et de la haute politique de son temps. On peut observer son jugement à leur égard par la prochaine étape de son histoire.
    S. Thomas était l'image de l'Homme international, selon le titre d'un livre moderne. Mais on doit se rappeler qu'il vivait à une époque internationale, dans un monde qui était plus international que toutes les préoccupations de tout livre moderne et de l'homme moderne. Si j'ai bon souvenir, le candidat moderne pour le poste de l'Homme international était Cobden, un homme presque anormalement national. S'il a toujours été un homme de sa nation, c'est parce qu'il a toujours été un homme normal. C'est dire normal au dix-neuvième siècle. Le treizième siècle était différent. À cette époque, un homme doté d'influence internationale, du genre de Cobden, pouvait aussi presque posséder une nationalité internationale. Les noms des nations, des villes et des lieux n'exprimaient pas la présente division profonde qui caractérise le monde moderne. L'étudiant Thomas d'Aquin reçu le surnom de Boeuf de Sicile, bien que son lieu de naissance ait été près de Naples; mais cela n'empêcha pas la ville de Paris de le considérer tellement et assurément parisien, pour avoir été la gloire de la Sorbonne, qu'elle offrit de recevoir sa sépulture. Considérons un contraste encore plus frappant avec notre époque. Voyez ce qu'on entend par professeur allemand et rendez-vous compte que le plus grand des professeurs allemands d'alors, Albert le Grand, fut lui-même une des gloires de l'Université de Paris, et que Thomas d'Aquin prit son parti à Paris. Imaginerait-on un professeur allemand moderne [de la première moitié du vingtième siècle] acquérant une réputation internationale pour avoir était populaire à Paris?» Source et suite.

     

    La philosophie de saint Thomas d'Aquin (Harald Höffding)
    « La pensée du Moyen Âge, comme l'architecture, visait au grand et à l'infini, en même temps qu'elle tendait à encastrer tous les éléments de la connaissance du monde, qu'on possédait alors, comme sommiers et comme piliers dans le grand édifice de l'esprit. En bas, le monde de la nature tel qu'Aristote l'avait représenté; au-dessus, le monde de la grâce qui s'était fait jour avec Jésus-Christ, et en haut, la perspective du monde éternel de la gloire. L'idéal était un échelonnement harmonieux de natura, gralia et gloria, et tel, que le champ supérieur, loin de rompre avec le champ inférieur, l'achevait. Cette aspiration a son expression la plus parfaite dans Thomas d'Aquin (1227-1274), qui consomme l'œuvre de la scolastique, l'un des hommes les plus systématiques qui aient jamais vécu. Il a inspiré le Dante, fut canonisé en 1323, était désigné, dans les écoles de théologie du Moyen Âge, sous le nom de doctor angelicus, et subsiste encore comme penseur classique de l'Église romaine, le pape actuel ayant décrété en 1879 que sa philosophie devait servir de base dans les établissements d'enseignement catholique.

    Malgré le grandiose d'un système qui, de nos jours encore, comprend aux yeux d'une foule de gens les éléments de l'existence et en éclaire les rapports, il n'en contient pas moins dès le début des défauts extrêmement graves. Ce n'est qu'artificiellement que ces éléments puisés à des sources si diverses ont été rassemblés pour concilier la science naturelle, que l'on croyait comprise dans sa totalité par Aristote, avec les hypothèses surnaturelles de l'Église, il fallait, ou bien en donner une autre interprétation, ou bien la paralyser dans le développement de toutes ses conséquences. La philosophie d'Aristote s'attachait en réalité à représenter l'être comme une progression harmonieuse. Les idées fondamentales avec lesquelles opérait Aristote étaient empruntées aux phénomènes de la vie organique. Il voyait dans la nature le processus d'une grande évolution, dans lequel les degrés supérieurs étaient aux degrés inférieurs comme la forme à la matière, ou comme la réalité à la possibilité. Ce qui, au degré inférieur, n'est que potentiel, devient actuel au degré supérieur. Aristote n'a pu pousser lui-même jusqu'au bout cette importante conception. Mais on voit clairement en quel sens elle entraine des conséquences. Comme penseur ecclésiastique, Thomas d'Aquin était cependant obligé de rompre complètement avec ces conséquences, de repousser le monisme auquel elles menaient, pour y substituer un dualisme. C'est ce qui se montre d'une façon caractéristique dans sa psychologie et dans son éthique. D'après la psychologie d'Aristote, l'âme est la «forme» du corps: ce qui dans le corps n'est donné que comme simple possibilité, se manifeste dans toute son activité et dans toute sa réalité dans la vie psychique. Mais un rapport aussi étroit entre l'âme et le corps répugne aux hypothèses religieuses; et tout en s'associant en paroles à Aristote, puisqu'il nomme l'âme la forme du corps, Thomas d'Aquin traite en réalité l'âme comme une substance absolument différente du corps, de même qu'il ne se fait aucun scrupule d'admettre des «formes» sans matière, afin de ménager la place aux anges! Dans l'éthique, même dualisme. Aux Grecs, il emprunte une série de vertus naturelles, la sagesse, la justice, le courage et la maîtrise de soi-même. Mais alors qu'elles formaient pour les Grecs toute la vertu, il leur superpose les trois vertus «théologales»: la foi, l'espérance et l'amour, qui naissent seulement de façon surnaturelle. Le développement est donc interrompu, et Thomas d'Aquin ne se donne même pas la peine de rechercher si les formes de volonté comprises sous ces vertus théologales ne pourraient pas non plus très bien trouver place dans les vertus «naturelles», en tant que formes particulières de celles-ci. »

    HARALD HÖFFDING, Histoire de la philosophie moderne, tome I, Paris, Félix Alcan éditeur, 1906. Voir "La philosophie au Moyen Âge"

     

    Oeuvres

    Traductions françaises

    Somme théologique (Summa theologiae)
    On se reportera de préférence à la traduction publiée aux Éditions de La Revue des jeunes.

    Somme contre les Gentils (Summa contra Gentiles). Traduit par R. Bernier, M. Corvez et al. Paris, Cerf, 1993.

    Commentaire sur les Psaumes. Introduction, traduction et notes par Jean-Éric Stroobant de Saint-Éloy. Paris, Cerf, 1996.

    Commentaire sur l'Évangile de saint Jean. Tome I: Le Prologue. La vie apostolique du Christ. Traduit sous la direction de M.-D. Philippe. Paris, Cerf, 1998.

    Commentaire de l'épître aux Romains suivi de Lettre à Bernard Ayglier, abbé du Mont-Cassin. Avant-propos par Gilles Berceville. Traduction et tables par Jean-Éric Stroobant de Saint-Éloy. Paris, Cerf, 1999.

    Commentaire de la première épître aux Corinthiens complété par Postille sur la première épître aux Corinthiens de Pierre de Tarentaise. Introduction par Gilbert Dahan. Traduction et tables par Jean-Éric Stroobant de Saint-Éloy. Paris, Cerf, 2002.

    L'être et l'essence (De ente et essentia)

    Commentaire du traité De l'âme d'Aristote. Introduction et traduction par Jean-Marie Vernier. Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 1999.

    Commentaire du Peryermenias (Traité de l'interprétation) d'Aristote. Traduction, introduction et notes de Bruno et Maylis Couillaud. Paris, Les Belles Lettres, 2004.

    Questions disputées sur la vérité Q. 11: De l'enseignement (De Magistro). 2e éd. revue et corrigée. Traduction et présentation de Bernard Jolibert. Klincksieck, 2003.

    Documentation


    En français

    1. Ouvrages fondamentaux

    Chenu, Marie-Dominique. Introduction à l'étude de saint Thomas d'Aquin. 2e éd. Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 1954.

    Chenu, Marie-Dominique. Saint Thomas d'Aquin et la théologie. Paris, Seuil, 1959. Coll. « Les Maîtres spirituels ».

    Gilson, Étienne. Le thomisme. Introduction à la philosophie de saint Thomas d'Aquin. 6e éd. Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 1972. Coll. « Études de philosophie médiévale » # I.

    Torrell, Jean-Pierre. Initiation à saint Thomas d'Aquin. Sa personne et son oeuvre. 2e éd. revue et augmentée. Paris, Cerf; Fribourg, Éditions universitaires, 2002.

    Torrell, Jean-Pierre. Saint Thomas d'Aquin, maître spirituel. 2e éd. revue et augmentée d'une postface. Paris, Cerf; Fribourg, Éditions universitaires, 2002.


    2. Études d'ensemble et portraits biographiques

    Chesterton, Gilbert Keith. Saint Thomas d'Aquin (St. Thomas Aquinas). Traduit par Maximilien Vox. Préface du R.P. Gillet. Paris, Plon, [1935]. Lire la version originale anglaise. La version française

    Gilson, Étienne. Saint Thomas d'Aquin. Paris, J. Gabalda, 1930.

    Maritain, Jacques. Le Docteur Angélique. Paris, DDB, 1936.

    Giroux, Laurent, Thomas d'Aquin en revue,


    3. Théologie de saint Thomas

    Bouillard, Henri. « Tradition biblique et tradition hellénique dans la doctrine chrétienne de Dieu chez saint Thomas d'Aquin », Recherches de science religieuse, tome 93, no 1, janvier-mars 2005, pp. 53-63. Texte présenté par Michel Castro.

    Corbin, Michel. Le chemin de la théologie chez Thomas d'Aquin. Paris, Beauchesne, 1974.

    Guggenheim, Antoine. Jésus-Christ, grand prêtre de l'ancienne et de la nouvelle Alliance. Étude théologique et herméneutique du commentaire de saint Thomas d'Aquin sur l'Épître aux Hébreux. [Paris], Parole et Silence, 2004.

    Paluch, Michal. La profondeur de l'amour divin. La prédestination dans l'oeuvre de saint Thomas d'Aquin. Préface de Jean-Pierre Torrell. Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 2004.

    Pesch, Otto Hermann. Thomas d'Aquin - Grandeur et limites de la théologie médiévale. Paris, Cerf, 1994. Coll. « Cogitatio Fidei » # 177.

    Rineau, Louis-M. Penser Dieu. Jugement et concept dans la théologie des noms divins d’après saint Thomas d’Aquin. Paris, Téqui, 2003.

    Torrell, Jean-Pierre. La « Somme de théologie » de saint Thomas. Paris, Cerf, 1998. Coll. « Classiques du christianisme ».


    4. Pensée philosophique de saint Thomas

    Courtès, Pierre-Ceslas. L'être et le non-être selon Thomas d'Aquin. Paris, Téqui, 1998. Coll. « Croire et savoir » # 27.

    Dubarle, Dominique. L'ontologie de Thomas d'Aquin. Paris, Cerf, 1996.

    Floucat, Yves. L'intime fécondité de l'intelligence. Le verbe mental selon saint Thomas d'Aquin. Paris, Téqui, 2001. Coll. « Croire et savoir » # 35.

    Geiger, Louis-B. Le problème de l'amour chez saint Thomas d'Aquin. Paris, Librairie philosophique J. Vrin; Montréal, Institut d'Études médiévales, 1952.

    Gilson, Étienne. Pourquoi saint Thomas a critiqué saint Augustin suivi de Avicenne et le point de départ de Duns Scot. Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 1986. Réimpression de deux articles parus à l'origine dans les Archives d'histoire doctrinale et littéraire du moyen âge.

    Libera, Alain de. L’Unité de l’intellect. Commentaire du De unitate intellectus contra averroistas de Thomas d’Aquin. Paris, Vrin, 2004.

    Rahner, Karl. L'Esprit dans le monde. La métaphysique de la connaissance finie chez saint Thomas d'Aquin (Geist in Welt. Zur Metaphysik der Endlichen Erkenntnis bei Thomas von Aquin). Ouvrage retravaillé et amplifié par J.-B. Metz. Paris, Mame, 1968.


    5. Aspects politiques, économiques et sociaux de la pensée de saint Thomas

    Lachance, Louis. Le concept de droit selon Aristote et saint Thomas. 2e éd. revue et corrigée. Montréal/Ottawa, Éditions du Lévrier, 1948.

    Lachance, Louis. L'humanisme politique de saint Thomas d'Aquin - Individu et État. Édition revue. Montréal, Éditions du Lévrier, 1965.


    6. Le thomisme: histoire et études

    Gilson, Étienne. Saint Thomas et nous. Montréal, Fondation St. Thomas d'Aquin, 1966.

    Kristeller, Paul O. Le thomisme et la pensée italienne de la Renaissance. Paris, Librairie philosophique J. Vrin; Montréal, Institut d'Études médiévales, 1967.

    Recherches de science religieuse, Dossier: « Présence de saint Thomas d'Aquin », tome 91, no 3, juillet-septembre 2003. Des articles de Jean-Pierre Torrell, Philippe Lécrivain et Gilles Berceville.

    Steenberghen, Fernand van. Le retour à saint Thomas a-t-il encore un sens aujourd'hui? Paris, Librairie philosophique J. Vrin; Montréal, Institut d'Études médiévales, 1967.

    Thomistes, ou de l'actualité de saint Thomas d'Aquin. Paris, Parole et Silence, 2003. Préface du Cardinal Christoph Schönborn. Des contributions de Serge-Thomas Bonino, Yves Floucat, O.-Th. Venard et al.


    7. Études comparatives

    Dienstag, Jacob I., éd. Studies in Maimonides and St. Thomas Aquinas. New York, KTAV Publishing House, 1975. Coll. « Bibliotheca Maimonidica ». Des textes de Jacob I. Dienstag, Étienne Gilson, Harry Blumberg, Pierre Duhem et al.


    En anglais

    Healy, Nicholas M. Thomas Aquinas - Theologian of the Christian Life. Ashgate, Burlington, 2003, xiii-168 p.


    Autres langues

    Tommaso d'Aquino. Nel Suo VII Centenario. Congresso Internazionale, Roma - Napoli, 17-24 aprile 1974. Des contributions de Karl Rahner, Marie-Dominique Chenu, Karol Wojtyla et al.


    Textes en ligne

    Cessario, Romanus. « Thomas Aquinas: A Doctor for the Ages », First Things, no 91, mars 1999, pp. 27-32.

    George, Marie I. « What Aquinas Really Said About Women », First Things, no 98, décembre 1999, pp. 11-13.

    Kennedy, D. J. St. Thomas Aquinas and Medieval Philosophy. New York, The Encyclopedia Press Inc., 1919 (Jacques Maritain Center).

    Langston, Douglas C. « Aquinas on Conscience, the Virtues, and Weakness of Will », New College of the University of the South (É.-U.) (Paideia Project, Twentieth World Congress of Philosophy, Boston, Massachusetts, É.-U., 10-15 août 1998).

    Porter, Jean. The Recovery of Virtue: The Relevance of Aquinas for Christian Ethics. Louisville, Westminster/John Knox, 1990, 208 p. Compte rendu de John R. Bowlin, Theology Today, vol. 49, no 1, avril 1992.

    Rahner, Karl. « Thomas Aquinas: Friar,Theologian, and Mystic », Cross and Crown, 20, 1968, pp. 5-9.

    Rousselot, Pierre. L'intellectualisme de saint Thomas (format RTF)

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-04-16
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    Italie
    Naissance
    1225, Roccasecca, Aquino, Italie
    Déces
    1274
    Raccourcis

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.