• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Saint-Camille

    Description

    Un village-monde du Québec

    par Bernard Cassen, Le monde diplomatique

    Un village du Québec ne voulait pas mourir… A l’initiative de quelques-uns de ses habitants, il s’est pris par la main en misant sur son intelligence collective et sur la solidarité pour tenter d’enrayer son déclin. L’accumulation d’expériences locales n’est pas suffisante pour régler tous les problèmes globaux, mais cette communauté déploie des principes et des valeurs susceptibles d’être appliqués à d’autres niveaux.

    Inutile de prendre un rendez-vous le vendredi en milieu de journée avec un habitant de Saint-Camille (1). S’il est présent dans le village, la probabilité est très forte de le trouver attablé avec famille et amis dans les avenantes salles du rez-de-chaussée du P’tit Bonheur pour savourer la pizza maison. Dès 4 heures du matin, le pâtissier voisin a préparé la pâte. Trois bénévoles sont venus la découper à partir de 7 heures. Trois autres s’activent devant nous en cuisine et en préparent plusieurs variétés, dont une végétarienne. On se sert et se ressert à volonté pour 8,25 dollars (2). Une excellente bière artisanale, produite à quelques kilomètres, est disponible pour les assoiffés, et on peut terminer le repas avec des fraises d’une ferme associée à la coopérative maraîchère et agroforestière locale, La Clé des champs.

    Si on n’a pas non plus envie de cuisiner le mardi midi, la « popote roulante » fonctionne également à partir de la cuisine du P’tit Bonheur. Ce sont des personnes âgées du village – les aînés, comme on dit au Québec – qui préparent, bénévolement, cela va sans dire, des repas livrés à domicile ou pris sur place, notamment par les enfants de l’école publique voisine, dont le nom – Christ-Roi – rappelle qu’elle fut fondée au début du siècle dernier par des sœurs de l’Assomption. Le tout à des prix imbattables : 4,50 dollars pour les adultes, 2 dollars pour les enfants.

    En dehors de ses prestations gastronomiques et de sa fonction de lieu convivial où l’on vient bavarder et boire un café ou un « breuvage » en passant, Le P’tit Bonheur, ainsi nommé en hommage au chanteur Félix Leclerc, est aussi un espace associatif sans but lucratif, destiné à toutes les classes d’âge (3). Il accueille réunions, animations, expositions, cours, conférences, théâtre, musique, café du dimanche matin, etc. Mais ce n’est pas seulement dans ce local que Saint-Camille vit et « bouge ». Ce matin-là, par exemple, le visiteur ne sait comment choisir entre trois réunions tenues simultanément dans trois lieux différents, dont une avec une délégation venue du Mali... Tout cela dans un village qui compte seulement 446 habitants !

    Où réside le secret ? Comme dans une troupe de théâtre dont les acteurs interprètent plusieurs rôles dans la même pièce, le Saint-Camillois n’est pas cantonné dans une identité unique : bénévole ou salarié, consommateur ou producteur, serveur ou client, enseignant ou apprenant, acteur ou spectateur, etc. Il est l’un et l’autre selon le moment de la journée, de la semaine ou du mois. Mais qui dit troupe et pièce de théâtre dit metteur en scène, pour assurer la cohésion du groupe et la bonne exécution du texte. Y aurait-il donc à Saint-Camille un gourou qui aurait façonné le village à la manière d’une secte ? L’idée même ferait s’esclaffer, dans une collectivité où chaque membre est jaloux de son indépendance, dans la lignée de son fondateur, un certain Edouard Desrivières, dont la chronique (4) rapporte qu’en 1848 il quitta la ville de Québec pour venir faire les premières coupes d’arbres dans la forêt de ce qui est aujourd’hui le territoire du village. Il y vécut ensuite trente ans en ermite.

    Mais l’étonnante alchimie de Saint-Camille, que des délégations du reste du Québec viennent régulièrement observer de près, n’est pas non plus le produit d’une quelconque « main invisible ». Derrière elle, on trouve les personnalités, souvent fortes, de quelques individus visionnaires, déterminés à assurer la survie de leur communauté, personnellement désintéressés, capables d’imaginer des solutions sortant des sentiers battus et de saisir au vol toutes les occasions. Par ailleurs suffisamment pédagogues pour les faire intérioriser par la majorité de leurs concitoyens, et en permanence « branchés » sur le reste d’un vaste monde qui commence au village voisin et s’étend aux cinq continents.. (Suite)

    Commentaires

    Opinions

    Fin du transport scolaire?

    Avez-vous entendu parler du mouvement Villes et villages en transition, sous entendu, en transition vers l'Après pétrole. Pour bien préparer cette transition il faut s'interroger collectivement sur ce que devrait être la municipalité dans trente ans. Je suis d'avis qu'il faudra se pencher sur la question du transport scolaire, imaginer une nouvelle formule combinant le déplacement des professeurs, l'utilisation des nouveaux médias et le déplacement mininal des élèves

    Bonnes idées

    Club de lecture, de cinéma

    Cuisine collective

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Raccourcis

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.