• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Roumanie

    Description

    "Pays de l’Europe de l’Est situé au nord-est des Balkans, la Roumanie est bordée par la Hongrie au nord-ouest, l’Ukraine au nord et à l’est, la Moldavie à l’est, la mer Noire au sud-est, la Bulgarie au sud, et la Yougoslavie au sud-ouest.
    Le relief de la Roumanie n’est pas sans évoquer la forme d’un grand amphithéâtre: la chaîne des Carpates, qui recouvre environ un tiers du pays, forme un grand arc de cercle au centre duquel s’étend un vaste plateau. À la périphérie de cet ensemble se succèdent collines et plaines.

    Le célèbre Danube forme avec la mer Noire un véritable système de navigation : les bateaux en provenance d’Europe centrale peuvent en effet descendre le Danube pour rejoindre la mer Noire puis la Méditerranée.

    En Roumanie, il y a quatre saisons, comme au Canada: l’automne et le printemps sont pluvieux, l’été est chaud et sec, et l’hiver très froid et très enneigé. Les précipitations varient d’une région à l’autre, d’une année à l’autre. Les deux mois les plus froids sont janvier et février, la température pouvant descendre sous - 5 ºC ; les mois les plus chauds sont juillet et août, avec des températures dépassant 25 ºC.

    La Roumanie est souvent comparée à un Canada miniature. Le pays est en effet riche en ressources naturelles : outre le pétrole, il regorge de céreales, de bois et de minerais (surtout de métaux). Près de la moitié du territoire est recouverte de terres arables, sur lesquelles sont produits du maïs, du blé, du houblon, de l’avoine, du tabac et des fibres textiles. On élève des moutons dans les prairies des hauteurs.

    Les forêts de Roumanie abritent de nombreuses espèces sauvages, dont des loups, des ours, des cerfs et des biches, des lynx, des chamois et d’innombrables variétes d’oiseaux."

    Source : Roumanie (Projet des Profils culturels, Centre Anti-Racism, Multiculturalism and Native Issues (AMNI), Faculté de travail social, Université de Toronto, avec l'aide de Citoyenneté et Immigration Canada) (reproduction autorisée)

    Source : Roumanie (Projet des Profils culturels, Centre Anti-Racism, Multiculturalism and Native Issues (AMNI), Faculté de travail social, Université de Toronto, avec l'aide de Citoyenneté et Immigration Canada) (reproduction autorisée)

    Carte du Ministère français des Affaires étrangères
    Carte détaillée

    Histoire

    Histoire
    "Les études archéologiques révèlent que la région correspondant à la Roumanie d’aujourd’hui est habitée depuis l’époque préhistorique. La Roumanie correspond en fait au territoire de l’ancienne Dacie, qui, en 106, fut conquise par les Romains et devint province romaine. Une partie des Daces trouvèrent refuge dans les montagnes, où ils purent préserver leurs coutumes et leurs traditions. Les colons romains construisirent des routes, des forts, des villes et établirent des colonies. On peut voir encore aujourd’hui des ruines des constructions romaines.
    Le peuple roumain d’aujourd’hui résulte des unions entre les Daces et les nombreux envahisseurs qui sont venus s’installer dans le pays au cours des siècles. Ce furent tout d’abord les Magyars (des Huns) qui occupèrent la Transylvanie ; puis, à partir du xive siècle, les Turcs de l’Empire ottoman et leurs officiers grecs, qui ètendirent leur domination au territoire roumain. Les Russes et les Autrichiens eurent eux aussi des visées territoriales, mais les nobles résistèrent à l’invasion étrangère et créèrdde la population. Les deux principautés furent réunies en 1859 et prirent le nom de Roumanie en 1862. Le pays prit sa forme définitive à la fin de la Première Guerre mondiale, en 1918, quand la Transylvanie fut rattachée à la Valachie et à la Moldavie.

    Le parti communiste roumain naquit dans les années 1920. Avec l’appui de l’Union soviétique pendant et après la Seconde Guerre mondiale, les communistes roumains prirent le pouvoir et établirent une économie basée sur le modèle soviétique. Nicolae Ceausescu, qui prit la tête de la Roumanie en 1965, mena une politique étrangère indépendante de celle de l’Union soviétique.

    Durant les dernières années du gouvernement du dictateur communiste Ceausescu, le travail et les matières premières devinrent de plus en plus rares et la vie de plus en plus difficile. Poussé par ces difficultés économiques et le manque de liberté, le peuple roumain se révolta en 1987 à Brasov. Le gouvernement écrasa les révoltes mais les Roumains s’insurgèrent finalement contre le dictateur, qu’ils exécutèrent en décembre 1989. Le pays s’ouvrit alors à la démocratie et à l’économie de marché. Il est maintenant gouverné démocratiquement par un gouvernement élu."

    Source : Roumanie (Projet des Profils culturels, Centre Anti-Racism, Multiculturalism and Native Issues (AMNI), Faculté de travail social, Université de Toronto, avec l'aide de Citoyenneté et Immigration Canada) (reproduction autorisée)

    Doocumentation

    Documentation
    Censorship in Romania, par Lidia Vianu, Central European University Press, 1998
    La tradition de francophonie et de francophilie en Roumanie, par Valérie-Barbara Rosoux, in Francité. Revue de la Maison de la Francité, no 14, février-mars 1996.

    Dracula:
    Dit «l'Empaleur» † 1447, chevalier de l'ordre du Dragon, dracul: «démon» en roumain); la légende a fait d'un Cte roumain du XIXe s. un vampire depuis le roman Dracula de Bram Stoker, Irlandais, 1847-1912, paru 1897.
    source: http://www.quid.fr/WEB/ETATS/RO/Q033250.HTM
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.