• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Laënnec René-Théophile-Hyacinthe

    Biographie

    Notice tirée d'un célèbre dictionnaire médical français de la fin du XIXe siècle

    Le plus grand observateur des temps modernes. Il naquit à Quimper en Bretagne le 17 février 1781, commença ses études médicales à Nantes sous la direction de son oncle, médecin en chef des hôpitaux de cette ville, et vint les continuer à Paris, à partir de 1799, et avec un succès tel qu’en 1801 il remportait, au concours, les deux prix de médecine et de chirurgie. Obéissant dès lors aux tendances de l’époque et à l’impulsion donnée par Bichat, il se livra surtout à l’étude de l’anatomie pathologique, sans négliger pour cela les recherches de pure érudition comme le prouve sa dissertation inaugurale sur la doctrine d’Hippocrate (1804). Vers le même temps, il s’éleva entre Dupuytren et lui une contestation de priorité relativement à la classification des lésions matérielles dont l’étude constitue l’anatomie pathologique, et surtout à la distinction des altérations de texture en analogues aux tissus normaux de l’économie (productions séreuses, muqueuses, osseuses, etc., accidentelles), et sans analogie avec ces mêmes tissus (squirrhe, encéphaloïde, mélanose, tubercule, etc.). Ces deux esprits éminents se rencontrèrent-ils en effet dans l’idée de cette division? L’examen des réclamations échangées semble, cependant, donner gain de cause à Laennec. Du reste, suivant désormais deux carrières différentes, le souvenir de ce débat ne tarda pas à s’effacer complètement. Laennec continua à s’occuper avec ardeur de l’anatomie pathologique et d’enrichir la science par ses découvertes sur les vers vésiculaires et certains produits anormaux dont il fit connaître la structure mieux qu’on ne l’avait fait avant lui, surtout le squirrhe, le tissu cérébriforme ou encéphaloïde, la mélanose, le tubercule, etc. C’est ce que l’on peut voir dans l’excellent article Anatomie pathologique dont il enrichit le deuxième volume du Dictionnaire des sciences médicales (1812). Nommé en 1812 médecin de l’hôpital Beaujon, il passa bientôt à Necker où il faisait des leçons cliniques. C’est là qu’il fit et poursuivit dans tous ses détails, dans toutes ses applications, cette admirable découverte de l’auscultation, qu’il porta du premier jet à un point tel de perfection, qu’aujourd’hui, après cinquante années d’épreuves, l’ouvrage qui la promulgua est encore debout, et qu’à part certaines particularités relatives surtout aux maladies du cœur, il peut être regardé comme représentant l’état de la science. En 1822, Laennec, dont le nom avait si rapidement grandi, remplaça Hallé dans la chaire de médecine au Collège de France; puis, l’année suivante, après le coup d’État qui amena le renversement et la réorganisation de la Faculté, il y entra comme professeur de clinique interne. L’éclat de son enseignement, l’importance de ses travaux et de ses découvertes purent seuls lui faire pardonner d’avoir reçu par la faveur une position dont il était d’ailleurs si digne, et que, dans les tristes circonstances où l’on se trouvait alors, il dut peut-être autant à ses opinions religieuses qu’à son incontestable supériorité. Mais, malheureusement pour la science, il n’avait pas longtemps à jouir de cette position, et le 13 août 1826 il succombait à Kerlouanec, près de Douarnenez, aux progrès d’une phtisie pulmonaire pour laquelle il était allé chercher du soulagement dans l’air natal.

    Laennec avait été un des membres les plus actifs de la Société de la faculté de médecine; il était également membre de l’Académie depuis sa fondation.

    source : E. Beaugrand, article Laennec, dans : Amédée Dechambre (dir.), Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales. Deuxième série. Tome premier, Lab-Lar. Paris, P. Asselin, G. Masson, 1872, p. 120-121.

    Oeuvres


    De l'auscultation médiate ou Traité du diagnostic des maladies des poumons et du coeur, fondé principalement sur ce nouveau moyen d'exploration. Paris, J.-A. Brosson et J.-S. Chaudé, 1819 (Bibliothèque nationale de France, Gallica) Tome premier: XLVIII-456-[8] p.-8 p. de pl. (mode image, format PDF; mode texte(extrait))
    Tome second: XVI-472 p. (mode image, format PDF; mode texte (extrait)) Traité de l'auscultation médiate et des maladies des poumons et du cœur. Publié par les soins du Dr C.-J.-B. Comet. Augmenté d'une Notice historique sur Laënnec rédigé par M. Bayle. Bruxelles, Librairie médicale et scientifique, 1828, XXII-8-657 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica – mode image, format PDF)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Naissance
    1781
    Déces
    1826

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.