• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Réfugié

    La vie dans les camps de réfugiés. Conférence de Marc Antoine Pérouse de Montclos, chercheur en science politique. L'Université de tous les savoirs, 2007.


    Une femme et ses enfants, réfugiés du Sierra Leone ou du Liberia, dans un camp, à Conakry, en Guinée
    Photo illustrant l'article suivant : Jim Wright, Food For Peace: Taking Care of Refugees in Guinea, New Stories, USAID Guinea, 20 janvier 2001
    Source : USAID Guinea

    Définition

    "Aux termes de l'article 1er de la convention de Genève du 28 juillet 1951, peut être admise au statut de réfugié toute personne qui, 'craignant avec raison d'être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays; ou qui, si elle n'a pas de nationalité et se trouve hors du pays dans lequel elle avait sa résidence habituelle à la suite de tels événements, ne peut ou, en raison de ladite crainte, ne veut y retourner'."

    Les mots de l'immigration et de l'intégration (Commission de terminologie et de néologie du domaine social, Min. de l'Emploi et de la Solidarité, Fr.)

    Enjeux


    "Diverses études récentes indiquent que si l'ampleur et la rapidité des changements environnementaux sont aussi importants que prévus dans les décennies à venir, on pourra voir l'émergence de plus de 150 millions de "réfugiés environnementaux" (bien que ce terme ne soit pas, pour l'instant, reconnu au niveau légal ou institutionnel). À titre de comparaison, on estime aujourd'hui à environ 30 millions, le nombre de personnes déplacées pour cause de guerre ou raisons économiques. Etant donné les barrières actuelles à la migration dans pratiquement toutes les régions du monde, les conséquences politiques, sociales et économiques des "réfugiés environnementaux" seront d'une ampleur sans précédent.

    Les changements de l'environnement global, en particulier les changements climatiques, vont avoir une influence majeure sur des ressources telles que l'eau et les sols; il y aura également des transformations des paysages et de leurs écosystèmes. On peut donc s'attendre à des incidences significatives sur diverses activités socio-économiques, telle que l'agriculture, qui est un système particulièrement vulnérable aux aléas climatiques. L'une des conséquences prévisibles des changements environnementaux est la migration forcée de populations. Par exemple, l'augmentation du niveau des océans aura comme conséquence l'exode d'habitants de zones côtières et d'îles. Mais la migration peut aussi être liée à la perte de ressources essentielles, telles que la disponibilité en eau ou en denrées alimentaires."

    Environnement et migration: peut-être bientôt 150 millions de réfugiés. Université de Fribourg (Suisse), communiqué de presse, 13 septembre 2001

    Essentiel


    "Il n'existe pas de plus grande douleur au monde que la perte de sa terre natale" Euripide, 431 av. J.-C. Sources: http://www.unhcr.ch/french/fwelcome.htm

    Documentation

    Convention des Nations Unies relative au statut des réfugiés (Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme)

    Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, Les réfugiés dans le monde. Cinquante ans d'action humanitaire. Vous pouvez accéder au texte intégral de cet ouvrage en format PDF (Acrobat Reader)

    Le magazine Réfugiés publié par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés. De nombreux articles en ligne.

    La vie dans un camp de réfugié, Réfugiés, 105-III, 1996 (HCR)

    Michel Agier, Aux bords du monde, les réfugiés, Paris, Flammarion, 2002, 171 p. "Anthropologue, Michel Agier s'est intéressé au sort et aux conditions de vie des réfugiés et personnes déplacées (autrement dit des réfugiés dans leur propre pays) en Afrique et en Amérique latine. Il montre comment, à trop vouloir éviter de les installer dans leur statut de déplacés, on empêche ces gens de vivre, suspendus qu'ils sont hors du temps. On évalue aujourd'hui à 50 millions le nombre de personnes victimes de conflits ou de violence, qui sont ainsi "comme morts", parqués dans des camps qui ont toutes les apparences de villes sans en être, sans tissus économique autre que le trafic, sans perspective. En conclusion de son livre, Michel Agier en appelle à une solution politique de cette problématique, au lieu des approches humanitaires indispensables, mais de loin insuffisantes." (source: émission "Le meilleur des mondes", Espace 2, Radio suisse romande, 3 mars 2002)

    John Tirman, Nationalism in Exile. Following the political dreams of refugee communities, Boston Review, été 2001
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-03-07
    Loading

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.