• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Porc

    Documentaire sur les conséquences sociales et environnementales de la multiplication rapide des mégaporcheries. Abandonnés par l'état, des groupes de citoyens élèvent la voix et se réapproprient la démocratie. Grains de sable inattendus dans une machine bien huilée par le dogme néolibéral, ils revendiquent une société à échelle humaine.

    Définition

    En cours: Consultation publique sur le développement durable de la production porcine au Québec.

    On appelle le porc sanglier lorsqu’il est à l’état sauvage et cochon lorsqu’il est domestiqué. Le second est le descendant du premier; selon des études au carbone 14, le porc aurait été domestiqué en Thaïlande environ 8000 ans av. J-C. et en Thessalie 7000 ans av. J-C. Le dictionnaire de la civilisation égyptienne nous apprend que «la race porcine qui figurait dans les fermes égyptiennes provenait d’une espèce de sanglier appelée sus scrofa ferus. Ce sanglier, disent les naturalistes, s’apprivoise aisément; de même que le porc domestique, rendu à sa liberté, reprend le faciès et les habitudes de son ancêtre.» Même si les Égyptiens consommaient le porc, ils le considéraient comme une bête impure. «Si, raconte Hérodote, quelqu’un en frôle un en passant, il va se plonger dans le fleuve avec ses vêtements; quant aux porchers, bien qu’ils soient Égyptiens de naissance, ils sont les seuls de tous qui ne pénètrent pas dans un sanctuaire…Ils marient leurs filles et prennent femme les uns chez les autres.» Les religions juives et musulmanes interdiront la consommation de la viande de cet animal impur (cf. C. Fabre-Vassas, La bête singulière. Les chrétiens, les juifs et le cochon, Paris, Gallimard, 1994)

    Impur et pourtant si semblable aux humains, puisqu'il est omnivore... et insatiable comme eux, s'il faut ajouter foi aux statistiques sur l'obésité, laquelle semble croître en fonction de la richesse des nations.

    Le porc faisait aussi partie de l'alimentation des paysans du Moyen Âge, comme il avait fait partie de celle des Grecs. L'Athénien moyen appréciait les abats, la tête et la langue particulièrement. La charcuterie n'était pas très développée, on consommait volontiers le cochon de lait. Par contre, c'est un certain Aphtonitas qui aurait inventé le boudin. Mais il faudra attendre les Gaulois pour savourer le jambon, la saucisse, la mortadelle, l'andouillette, toutes préparations qu'on déguste encore de nos jours. Les Romains seront très friands de cette charcuterie gauloise.

    Le cochon est aussi de plus en plus prolifique, par quoi il est aussi de plus en plus utile aux humains. Le Larousse de 1964 donne le chiffre de 14 porcelets par truie et par an. Selon le Centre canadien pour l’amélioration des porcs, «un bon système de production porcine produira aujourd’hui 24 porcelets à croissance rapide et à l'indice de classement élevé par truie et par an.» Une brebis ne donne naissance qu’à un ou deux agneaux par année. C’est l’une des raisons pour lesquelles l’agneau coûte beaucoup plus cher que le porc.

    Le porc et le métier de porcher occupent une place importante dans L’Odyssée d’Homère. Au moment où il revient à son île natale, après des années d’absence, Ulysse se rend à la porcherie de son domaine royal pour se présenter à un fidèle serviteur, le porcher Eumée et juger de la qualité du travail qu'il avait accompli pendant son absence : «il avait planté au dehors des pieus épais et nombreux, en coeur noir de chêne ; et, dans l'intérieur, il avait fait douze parcs à porcs. Dans chacun étaient couchées cinquante femelles pleines ; et les mâles couchaient dehors ; et ceux-ci étaient beaucoup moins nombreux, car les divins Prétendants les diminuaient en les mangeant, et le porcher leur envoyait toujours le plus gras et le meilleur de tous; et il n'y en avait plus que trois cent soixante.»

    Six-cents femelles pleines! Même selon les critères d’aujourd’hui, il s’agit d’une mégaporcherie. Il faudra toutefois attendre encore près de deux millénaires pour que ce type d’élevage du porc se généralise. Jusqu’au milieu du second millénaire, à une date qu’il est difficile de préciser car elle varie selon les lieux, la tâche du porcher, calquée sur celle du berger, consistera à mener ses bêtes dans la nature et à les y surveiller, sans exercer de contrôle sur leur reproduction. Un tel contrôle commencera à se généraliser en Europe au début du XVIIIe siècle pour aboutir à l’insémination articifielle, qui est la norme actuellement. On peut penser que le clonage sera la prochaine étape. Pendant tout le moyen âge, des cochons plus individualistes se promèneront librement dans les villes et devront à l’occasion subir des procès, preuve qu’on les estimait doués de libre arbitre. Aujourd'hui ce sont plutôt les porcs qui intentent des procès aux humains!

    À l’heure actuelle, les porcs vivent tous sous contrôle humain, à raison de moins de 6 par ferme dans le pays qui produit le plus de porcs au monde, la Chine, et de plus de 100 000 dans les plus grandes porcheries américaines. La viande de porc est la plus populaire au monde. En 1999 la production mondiale a été, en (milliers de tonnes) de 88 430. La production de la Chine a été de 39 858, celle de l'Europe de 18 026, celle des États-Unis de 8 785 et celle du Canada de 1 525. Le Québec produit chaque année autant de porcs qu'il compte d'habitants, soit environ 7 420 000. La densité de porcs y est donc bien inférieure à ce qu'elle est au Danemark, pays minuscule de 5 352 000 habitants qui produit 23 millions de porcs par année.

    Enjeux

    «Les consommateurs n’ont plus le choix. Quand ils achètent du porc — et ils en consomment pas loin de 35 kg par an -, ils doivent se contenter de cochons industriels! En effet, 98 % pour ne pas dire 100 % de la viande de porc présente sur les étals proviennent d’élevages hors sol intensifs. Qu’ils viennent de Bretagne, d’Aquitaine, de Champagne, de Belgique, de Hollande, de Grande-Bretagne ou d’Allemagne... tous sortent de l’usine à cochons.»
    Source: "98% des porcs français sortent des usines à cochons", site Pour les animaux



    *******


    Le débat sur le porc il y a vingt ans: la saga de l’allicin.
    «L’élevage industriel du porc, tel qu’on le pratique plusieurs décennies déjà, ne va plus de soi. L’abus qu’on y fait des antibiotiques paraît de plus en plus injustifiable au fur et à mesure que chez les humains, se multiplient les cas où des bactéries sont causes de mort parce qu’elles résistent à tous les antibiotiques. Et ce n’est là qu’un aspect de la question.

    Ce grave problème est connu depuis plus de vingt ans. Au Québec notamment, il a fait l’objet d’au moins un grand débat public. Voici le récit des événements entourant ce débat. Il jette une lumière singulière sur la situation actuelle.

    Ramenons nos calendriers à 1981-1982. Il y a eu à ce moment une grave épidémie d’hémophilus dans les porcheries de toutes les régions du Québec. L’année précédente, une épidémie semblable avait contraint les autorités du Danemark à ordonner l’abattage de tous les porcs du pays. Une solution semblable aurait coûté des centaines de millions au Québec, mais pour notre bonheur, un jeune vétérinaire particulièrement brillant, avait découvert en Italie un antibiotique efficace contre l’hémophilus.» (voir la suite de ce texte)

    JACQUES DUFRESNE, L'agriculture du troisième genre

    Essentiel

    «L’homme vit très près de son cochon. Paradoxalement, il l’élève, le saigne et le mange. Quand il veut insulter quelqu’un, il lui dit qu’il est un porc, sans se rendre compte qu’il fait de cette façon son autoportrait. L’homme et le porc sont très proches, même sur le plan physiologique (les greffes de porc par exemple). Il est difficile de dire si le rapport homme/cochon est universel, mais, l’homme et le cochon vivent ensemble depuis longtemps. À force d’être entouré d’animaux, l’homme subit leur influence.»

    Source: Entretien avec Yordan Raditchkov. Propos recueillis par Véronique Caye. Culture Europe, no 25. Raditchokov est l’un des écrivains les plus célèbres de Bulgarie. Le cochon occupe une place toute particulière dans les chroniques rurales qu’il écrit.


    *******


    Dans la quasi totalité des sites Internet destinés aux éleveurs, il n’est question que de techniques d’élevage, de sélection et de mise en marché. Le porc y est toujours présenté comme un objet ou un produit. Si l’on se soucie de sa santé, c’est dans la mesure où l’on estime qu’elle est nécessaire à la rentabilité de l’élevage. Jamais le porc n’est présenté comme un être vivant méritant un respect particulier et bien peu d’auteurs semblent se soucier du lien entre le sort fait à l’animal et la qualité des aliments qu’on en tire. Les premiers responsables des excès commis dans l’élevage du porc ne sont donc pas les cultivateurs, mais les organismes, gouvernementaux le plus souvent, qui leur indiquent la voie à suivre.

    Documentation

    Bacon, film de Hugo Latulippe
    Bacon, le film de l'ONF: les producteurs ne se reconnaissent pas (communiqué du 7 septembre 2001, format PDF, Acrobat Reader)
    Bacon, le film: trop peu, trop tard... (communiqué du 13 novembre 2001, format PDF, Acrobat Reader)
    On peut également consulter quelques fiches d'information (format PDF): Bacon, le film: rétablissons les faits; Environnement et qualité: les réalisations!; Portrait du secteur porcin québécois

    Élevage commercial du porc
    La Commission adopte de nouvelles normes en faveur du bien-être des porcs (Commission européenne, communiqué, 9 novembre 2001)
    La Commission propose d'améliorer le bien-être des porcs (Commission européenne, communiqué, 16 janvier 2001)
    The Welfare of Intensively Kept Pigs - Report of the Scientific Veterinary Committee - Adopté le 30 septembre 1997 (Commission européenne, sécurité alimentaire, format PDF)
    Dynamique structurelle des élevages porcins français. Étude réalisée par l’Institut Technique du Porc pour le compte de l’OFIVAL, février 1998. On peut lire en ligne le sommaire et le résumé des conclusions
    C. Debouche, La filière du porc en Wallonie
    Organisation et développement de la production porcine en Espagne. Étude réalisée par l’Institut Technique du Porc pour le compte de l’OFIVAL, février 1999. On peut lire en ligne le sommaire et le résumé des conclusions

    Document sonore: Au nom du porc... Vous pouvez écouter en Real Audio ce reportage de l'émission "Le Midi 15" (Radio-Canada, 14 juin 2001): Sur le moratoire partiel sur la production porcine au Québec
    Document vidéo: Le porc basque. Vous pouvez écouter en Real Video ce reportage (1 min. 55 sec.) de l'émission "Terroirs et cours de ferme" (La Cinquième, 26 juin 2001)

    Élevage du porc et environnement
    Le contrôle des odeurs de lisier de porc (dossier, Centre d'agriculture biologique du Québec)
    Les stations de traitement des effluents porcins. Estimation des coûts et conséquences économiques. Étude réalisée par l'Institut Technique du Porc pour le compte de l'OFIVAL, mars 2001. On peut lire en ligne le sommaire et le résumé des conclusions (France)
    Création du Groupement d'intérêt scientifique "Porcherie verte" (INRA, communiqué de presse, 3 octobre 2001)

    Le porc dans l'histoire
    F. Bonera, Le cochon: art, histoire, symbolisme, Paris, Laffont, 1990
    J. Diwo et I. Karsenty, Le livre du cochon: la vie du cochon en 21 siècles d'histoire et 165 recettes de cuisine, Paris, Lebaud, 1984
    J. Robinet, D. Vauthier et J. Morette, Monsieur le cochon. Vie et mort du cochon, traditions et coutumes de la préhistoire à nos jours, ou la fascinante histoire du porc, Paris, Klopp, 1992
    J. Verroust, M. Pastoureau et R. Buren, Le cochon. Histoire, symbolisme et cuisine du porc, Paris, Sang de la terre, 1987
    Le porc dans la société médiévale, Rambouillet, Centre d'enseignement zootechnique, 1963

    Le porc et la recherche médicale humaine
    Jean-Marc Veszely, Le porc est-il l'avenir de l'homme?, Le Soir illustré, 29 mars 2000: «Sans doute le porc deviendra-t-il demain le parfait donneur d'organes pour l'homme. Mais alors que les grands groupes pharmaceutiques investissent des millions de dollars dans ce qui pourrait devenir un marché florissant, des questions demeurent sans réponses en ce qui concerne la faisabilité de ce que l'on appelle les xénogreffes, et les risques qu'elles représentent pour l'espèce humaine.»

    Le porc toujours utile à l’homme, les chercheurs japonais croient plus que jamais à la xénotransplantation (Agrisalon.com, 18 août 2000)

    Biologie du porc
    Manuel pour les agents vétérinaires communautaires. Guide pratique - Recommandations aux moniteurs - Principes directeurs pour l'adaptation, Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, Rome, 1995. Voir le chapitre 4 portant sur le porc
    Articles sur le porc (revue Production animales, INRA, Fr.). Textes spécialisés dont certains peuvent être lus en ligne
    L'amélioration génétique du porc [au XXe siècle], Paris, Académie d'agriculture de France, 1988
    Le principe de précaution et la recherche sur les porcs transgéniques (Agrisalon.com, 15 août 2000)
    «Le porc domestique», Ethnozootechnie, n° 16, 1976

    Document sonore: Salutations de notre ami le porc... (Window Media Player)

    Le porc dans la littérature
    Truismes, roman de Marie Darrieussecq (P.O.L. Éditeur, 1996) dans lequel une femme se métamorphose en truie. Voici ce qu'inspirent à l'écrivain français Philippe Muray ce roman et l'accueil qu'il a reçu: «Tout le babillage contemporain tendant à bien nous enfoncer dans la tête que très peu de choses distinguent l’humain des autres vivants, et notamment des bêtes, n’est qu’une préparation parmi bien d’autres à cette retombée générale dans l’animalité (…)" (Après l'Histoire, Paris, Les Belles Lettres, 1999, p.59-60)

    Manui Rui, Le Porc épique. Traduit du portugais (Angola) par Michel Laban. Dapper Littérature, 1999, 106 p. Vous pouvez en lire le premier chapitre ainsi qu'une critique sur le site de Libération

    Mythologie du porc
    Ph. Walter (éd.), Mythologies du porc. Actes du colloque de Saint-Antoine l'Abbaye 4 et 5 avril 1998, Grenoble, Éditions Jérôme Millon, 1999, 320 p.: «Dès l'Antiquité, le sanglier homérique, la laie féerique des mythes celtiques et la truie blanche aux trente gorets de Virgile donnent au porc d'étonnantes lettres de noblesse. Figure carnavalesque et créature sacrée, animal fondateur et protecteur, le porc mythique n'est pas systématiquement frappé des interdits auxquels le condamnent la Bible ou le Coran.» (site de l'éditeur)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Références
    Linguistique
    Allemand
    Schwein
    Anglais
    Pig, hog, swine
    Espagnol
    Cerdo,puerco
    Documents Associés
    Bernard Prost
    Jules Renard
    Animal
    Pierre Masse
    Porcherie, pollution, azote, développement durable, mathématiques, recherche universitaire, Université de Sherbrooke
    Michel Poulain
    Charcuterie
    Léon Bloy
    critique du Bourgeois
    Raccourcis
    Marché du porc - année 2000 (Ofival)
    Secteur de la viande de porc (législation de l'Union européenne)
    Cours du porc en Europe (MHR Viandes)
    Office interprofessionnel des viandes, de l'élevage et de l'aviculture: Conseil spécialisé porcin (Fr.)
    MHR Viandes (site référence de la filière des viandes françaises) - Porc. Voir également la page "Conjoncture porcine" - France
    Fédération des producteurs de porcs du Québec
    Portrait du secteur porcin québécois (FPPQ, format PDF)
    Conseil canadien du porc
    Canada Porc International
    PorkNet
    The Pig Site
    Breeds of Livestock - Swine (Oklahoma State University): description de toutes les races porcines au monde, avec illustrations et associations de reproducteur
    Pig Disease Information Centre
    Pig Genome Mapping (Roslin Institute, Édimbourg, Écosse)
    Contrôle des odeurs de lisier de porc
    Les races porcines françaises
    La Bretagne porcine
    Hogs made in USA
    10 millions de porcs en Caroline du Nord
    23 millions de porcs au Danemark
    Le porc (site Fermes ouvertes, Fr.)
    Le plus sale ami de l'homme
    El mejor amigo del hombre
    Institut technique du porc (Fr.)
    Centre de développement du porc du Québec
    Centre d'insémination porcine du Québec
    Rechamakayajo (site d'une ferme privée comportant de nombreuses informations pertinentes sur le porc et son élevage)
    Santé et nutrition (Fédér. des producteurs de porcs du Qc)
    Coupes de la viande de porc (Agence canadienne d'inspection des aliments)
    Recettes (Fédér. des producteurs de porcs du Qc)
    Les interdits alimentaires. Chez les juifs, les chrétiens et les musulmans (auteur: Sami A. Aldeeb Abu-Sahlieh, docteur en droit, diplômé en sciences politiques, responsable du droit arabe et musulman à l'Institut suisse de droit comparé, Lausanne)
    Interdit alimentaire: Islam, judaïsme
    "Je ne menge point de porc"
    Musée virtuel des petits cochons (site personnel)
    Anecdotes culinaires (Fédération des producteurs de porcs du Québec)
    Hommage au cochon (humour)
    Swine Resources (hyperliens de la WWW Virtual Library)

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.