• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Perrault Pierre

    Écrivain et cinéaste québécois.

    Né a Montréal, le 29 juin 1927, il a fait ses études classiques au Collège de Montréal, au Collège Grasset et au Collège Ste-Marie. En 1948, il s'inscrit à la faculté de droit de l'Université de Montréal. Il poursuit ses études à l'Université de Paris en histoire du droit et à l'Université de Toronto en droit international privé. Il ne pratiquera toutefois le droit que deux ans, de 1954 à 1956, année où il devient auteur radiophonique au service de la Société Radio-Canada.

    Parallèlement il commence sa carrière de cinéaste en 1959.

    Biographie

    Le cinéaste

    En 1994, Pierre Perrault recevait le prix Albert Tessier, l'un des Grands Prix du Québec, pour son oeuvre cinématographique. Voici le texte de présentation de ce prix.

    «On dit de Pierre Perrault qu'il est venu au cinéma par la parole. Mais on pourrait dire plus justement qu'il est parvenu au septième art par l'oreille ! Avec ses mots justes et rares qui savent gagner la confiance de l'autre, il a parcouru l'âme du pays. Certains diront qu'il s'agit d'un inventaire. Mais, en donnant cette parole à ceux qui avaient toujours cru devoir se taire, en écoutant sans interviewer, Pierre Perrault va plus loin, jusqu'au tréfonds de l'âme d'un peuple qui cherche ses racines, son identité.

    L'Île-aux-Coudres prendra une place toute particulière dans son œuvre. Trois films, Pour la suite du monde (1964), Le Règne du jour (1966) et Les Voitures d'eau (1968) naîtront de cette rencontre fabuleuse avec un peuple vrai, en relation très forte avec la nature. Puis, au moment où la ferveur nationaliste souffle sur le Québec, Perrault vérifie où en est le pays avec Un pays sans bon sens (1970) et L'Acadie, l'Acadie ?!? (1971), deux films qui abordent la lutte des peuples minoritaires pour préserver leur identité.

    Pierre Perrault entreprend ensuite deux cycles, concurremment, l'un sur l'Abitibi, l'autre sur les Amérindiens. Le premier interroge le passé et le présent de l'Abitibi, fait le procès de la colonisation et des promesses qu'elle a fait miroiter. Le deuxième cycle donne la parole aux Amérindiens, « ceux qui étaient là avant nous, mais qui ne sont pas nos ancêtres ». Avec eux il réalise Le Goût de la farine (1977) et Le Pays de la terre sans arbre (1980).

    La quête de Perrault se poursuit et s'approfondit. Il monte encore plus haut dans le Nord et établit « un dialogue avec les bœufs musqués ». L'Oumigmag ou l'Objectif documentaire (1993), qui donne lieu à un essai de 300 pages que le cinéaste considère comme son testament cinématographique, et Cornouailles (1994) montrent les grands espaces et cette bête un peu mythique – ou lumineuse, pour reprendre le titre d'un autre de ses films consacré au grand rite de la chasse – qui, à travers les siècles, a survécu à la froidure, à la faim et aux conditions extrêmes du Grand Nord.

    Pierre Perrault aura permis au Québec de se construire une mémoire, cette mémoire essentielle à la définition de notre identité. Son écriture filmique, qui a la finesse et la sensibilité propres à rapprocher le cinéma, la poésie – qu'il a pratiquée abondamment – et la culture populaire, a su redonner des racines et une voix à un peuple dépossédé qui avait toutefois laissé partout des traces de sa poésie. Perrault a suivi ces traces et nous les a montrées pour que nous nous souvenions, créant ainsi un pont entre la civilisation traditionnelle et le présent.»

    L'écrivain

    Pierre Perrault a aussi reçu, à plusieurs reprises, le prix du Gouverneur général du Canada. Ce sont ses talents d'écrivain qui ont été reconnus par ces divers prix, talents que le critique littéraire Jean Royer 1 a évoqué en ces termes dans le numéro de l'Action Nationale d'octobre 1999.

    «Pierre Perrault est devenu depuis les années cinquante un grand aventurier de la parole : à la radio, au cinéma et en poésie. On connaît bien ses films sur les royaumes perdus de Charlevoix, d'Acadie et d'Abitibi. On connaît moins ses poèmes réunis sous le titre Chouennes, qui veut dire « paroles », en Charlevoix. On n'a pas assez parlé de son grand poème épique Gélivures, où les mots arrachés à l'écorce du froid maîtrisent enfin le sens du paysage.

    Ce poème a valu à Pierre Perrault le titre de « Saint-John Perse du Labrador ». On y lit le combat d'un homme pour la vie, en un « âge premier du monde », le combat d'un peuple pour sa langue de terre et de mer, le combat d'un pays qui s'arrache à la « froidureté » pour conquérir son humanité. Des neiges aux lichens, et au-delà des saxifrages, des kalmias et du myrique baumier, les morceaux de ce poème sont bien - comme les fissures provoquées par le gel dans la pierre -, des gélivures dans le fleuve du Temps. Gélivures porte une poésie mythique « pour la suite du monde » contre la tragédie de la mort, une poésie qui s'approprie le langage à même « le paysage saigné à blanc ». Une poésie à la fois politique et métaphysique, qui nous unit dans son chant pour un Temps enfin habitable.

    L'aventure poétique de Pierre Perrault est exemplaire aussi en ce qu'elle s'est fondée sur l'oralité. Le cinéaste a pris pour des poèmes les propos d'Alexis Tremblay de l'Îsle-aux-Coudres. Comme ses grandes suites radiophoniques sur les habitants de la ville, ses films sur les gens de Charlevoix sont essentiellement des poèmes recueillis chez le peuple, des récits épiques d'un royaume qui ne disparaît pas tout à fait tant que nous gardons la mémoire de sa parole. « La poésie est une magie vieille comme l'homme : il suffit d'ouvrir les oreilles », me dira le poète de Toutes isles.

    Ce soir-là, à l'île d'Orléans, en mangeant le lièvre, Pierre Perrault ne cessera de me parler de sa femme Yolande, née Simard de Baie-Saint-Paul.

    « C'est d'abord à travers la parole de Yolande que j'ai découvert le pays, affirme d'emblée Perrault. Nous étions étudiants à l'université et, dans les rues de Montréal, elle me parlait de Baie-Saint-Paul. Son village devenait le monde entier ! Elle tenait ses mots de sa propre réalité. Sa poésie charriait les odeurs du pays. Elle me parlait de la rouche, des oiseaux, des fruits et des fleurs de son pays. Aujourd'hui, elle est une des rares personnes à connaître le nom vulgaire de chacune des fleurs du Québec. C'est avec elle que j'ai découvert la poésie. »

    La vraie poésie, en effet, n'a pas le pinceau flou ni le mol abandon, mais, au contraire, s'installe en un art du mot juste. On ne peut nommer le monde qu'à ce prix. Le poème fait le reste en contenant les rêves du langage, un peu comme de la terre dans les mains du potier s'élève une forme prête à recevoir nos secrets, nos boissons ou nos fleurs.

    1. Écrivain. Président de l'Académie des lettres du Québec.

    Oeuvres


    FILMOGRAPHIE

    Au pays de Neufve-France, série de treize films. Ces films portent les titres suivants : La Traverse d'hiver à l’île aux Coudres (noir et blanc), Attiuk, Le Jean Richard, Tête-a-la-Baleine, L'Anse Tabatière, Ka Ke Ki Ku, L'Anse-aux-Basques, En revenant de Saint-Hilarion, Diamants du Canada, Les Goélettes, Rivière du Gouffre, La Pitoune et Toutes Isles; production : Crawley Films Ltd. et Radio-Canada; en collaboration avec René Bonnière; caméra : Allan Grayston, Kenneth Campbell et Michel Thomas-D'Hoste; couleur, 1958-59, 30 min chacun.

    Pour la suite du monde, réalisation : Pierre Perrault; co-réalisation : Michel Brault et Marcel Carrière; caméra : Michel Brault; montage : Werner Nold; production : Office national du film, noir et blanc, 1963, 1 h 45.

    Le Règne du jour, réalisation : Pierre Perrault; caméra et co-réalisation : Bernard Gosselin; montage : Yves Leduc; production : Office national du film, noir et blanc, 1967, 1 h 58.

    Le Beau plaisir, réalisation : Pierre Perrault; caméra et co-réalisation : Bernard Gosselin et Michel Brault; montage : Monique Fortier; production : Office national du film, couleur, 1968, 14 min.

    Les Voitures d'eau, réalisation : Pierre Perrault; caméra et co-réalisation : Bernard Gosselin; montage : Monique Fortier; production : Office national du film, noir et blanc, 1968, 1 h 50.

    Un Pays sans bons sens, réalisation : Pierre Perrault; caméra et réalisation : Bernard Gosselin et Michel Brault; montage : Yves Leduc; production : Office national du film, noir et blanc, 1970, 1 h 57.

    L’Acadie, l'Acadie, réalisation : Pierre Perrault; co-réalisation : Michel Brault; caméra : Michel Brault et Bernard Gosselin; montage : Monique Fortier; production : Office national du film, noir et blanc, 1971, 1 h 58.

    Un royaume vous attend, réalisation : Pierre Perrault; caméra et co-réalisation : Bernard Gosselin; montage : Suzanne Dussault; production : Office national du film, couleur, 1975, 1 h 50.

    Le retour à la terre, réalisation : Pierre Perrault; caméra et co-réalisation : Bernard Gosselin; montage : Claire Boyer; production : Office national du film, couleur, 1976, 57 min.

    C'était un Québécois en Bretagne, Madame !, réalisation : Pierre Perrault; caméra et co-réalisation : Bernard Gosselin; montage : Claire Boyer; production : Office national du film, couleur, 1977, 58 min.

    Le Goût de la farine, réalisation : Pierre Perrault; caméra et co-réalisation : Bernard Gosselin; montage : Monique Fortier; production : Office national du film, couleur, 1977, 1 h 48.

    Gens d'Abitibi, réalisation : Pierre Perrault; caméra et co-réalisation; Bernard Gosselin; montage Claire Boyer; production : Office national du film, couleur, 1980, 1 h 47.

    Le Pays de la Terre sans arbre ou le Mouchouânipi, réalisation : Pierre Perrault; caméra et co--réalisation : Bernard Gosselin; montage : Monique Fortier; production : Office national du film, couleur, 1980, 1 h 50.

    La Bête lumineuse, réalisation : Pierre Perrault; caméra et co-réalisation : Martin Leclerc; montage : Suzanne Allard; production : Office national du film; couleur, 1982, 2 h 08.

    Les Voiles bas et en travers, réalisation : Pierre Perrault; caméra et co-réalisation : Martin Leclerc; montage : Monique Fortier; production : Office national du film, couleur, 1983, 56 min.

    La Grande Allure 1. De Saint-Malo a Bonavista, réalisation : Pierre Perrault; caméra et co-réalisation : Martin Leclerc; montage : Monique Fortier et Claire Boyer; production : Office national du film, couleur, 1986, 1 h 13.

    La Grande Allure 2. De Bonavista à Québec, réalisation : Pierre Perrault; caméra et co-réalisation Martin Leclerc; montage Monique Fortier et Claire Boyer; production : Office national du film, couleur, 1986, 1 h 13.

    L'Oumigmag ou l'Objectif documentaire, réalisation : Pierre Perrault; caméra et co-réalisation: Martin Leclerc; montage : Camille Laperrière et Claire Boyer; production : Office national du film, couleur, 1993, 28 min.

    Cornouailles, réalisation : Pierre Perrault; co-réalisation : Martin Leclerc; caméra : Martin Leclerc, Bernard Gosselin et François Vincelette; montage : Camille Laperrière; production : Office national du film, couleur, 1994, 52 min 30.


    BIBLIOGRAPHIE

    ŒUVRES

    Portulan, poésie, Montréal, Éditions Beauchemin, 1961.
    Ballades du temps précieux, poésie, Éditions d'Essai, 1963.
    Toutes isles, récits, Montréal, Éditions Fides, 1963.
    Au coeur de la rose, théâtre, Montréal, Éditions Beauchemin, 1964; Montréal, Éditions de l'Hexagone, coll. «Typo», 1988.

    Le Règne du jour, description et dialogues du film, Montréal, Éditions Leméac, 1968.
    Les Voitures d'eau, description et dialogues du film Montréal, Éditions Leméac, 1969.
    En désespoir de cause, poésie, Montréal, Éditions Parti-pris, 1971.
    Un pays sans bon sens, description et dialogues du film, Montréal, Éditions Lidec, 1972. Chouennes, poésie, Montréal, Éditions de l'Hexagone, 1975.
    Discours sur la condition sauvage et québécoise, album de photos et de témoignages, Montréal, Éditions Lidec, 1977.
    Gé1ivures, poésie, Montréal, Éditions de l'Hexagone, 1977.
    La Bête lumineuse, description, dialogues du film et commentaires de l'auteur, Montréal, Éditions Nouvelle Optique, 1982.
    Pour la suite du monde, description et dialogues du film, Montréal, Éditions de l'Hexagone, 1992. Photographies de Michel Brault.
    De la parole aux actes, essais, Montréal, Éditions de l'Hexagone, 1985.
    La Grande Allure 1. De Saint-Maloàa Bonavista, description et dialogues du film, Montréal, Éditions de l'Hexagone, 1989.

    La Grande Allure 2. De Bonavista à Québec, description et dialogues du film, Montréal, Éditions de l'Hexagone, 1989.

    Secret du star system américain. Une stratégie du regard, Montréal, Éditions de l'Hexagone, coll. «Politique et Société», 1989.

    Irréconciliabules, poésie, Montréal, L'Action nationale, 1995.

    L'Oumigmatique ou l'Objectif documentaire, récit du tournage du film et essai sur le documentaire, Montréal, Éditions de l'Hexagone, 1995. Photographies de Martin Leclerc.

    Jusqu'a plus oultre, Montréal, Comeau & Nadeau Éditeurs, 1997.

    Le visage humain d’un fleuve sans estuaire, poésie, Trois-Rivières, Écrits des Forges, 1998. Irréconciliabules (édition revue), Trois-Rivières, Écrits des Forges, 1999.
    Nous autres icitte à l'ile, Montréal, Éditions de l'Hexagone, 1999.
    Le Mal du Nord, essais, Hull, Éditions Vents d'Ouest, 1999.

    Partismes, Hexagone 2001
    Articles publiés dans Le Quartier Latin: Journal étudiant de l'Université de Montréal (P319/B1,3)1

    « Nadja II », vol. XXXI, n° 6, 22 octobre 1948, p. 2.
    « Sur l'intellectualisme » , vol. XXXI, n° 31, 18 février 1949, p. 1.
    « Opinions sur l'homme », vol. XXXI, n° 32, 22 février 1949, p. 1.
    « La justice n’est pas à demander mais à rendre », vol. XXXI, n° 34, 1er mars 1949, p. 1. « Visages cramoisis », vol. XXXI, n° 35, 4 mars 1949, p. 1.
    «Comptabilité », vol. XXXI, n° 36, 8 mars 1949, p. 3.
    « Bilan de l'an carabin », vol. XXXI, n° 40, 22 mars 1949, p. 1.
    « Ti-Coq à l'université », vol. XXXI, n° 40, 22 mars 1949, p. 6.
    « Bienvenue aux Carabins », vol. XXXII, n° 1, 4 octobre 1949, p. 1.
    « Opinions », vol. XXXII, n°2, 7 octobre 1949, p. 1.
    « Avant d'écrire un éditorial », vol. XXXII, n° 3, 11 octobre 1949, p. 1.
    «On dépense à s'étriquer », vol. XXXII, n° 4, 14 octobre 1949, p. 1.
    « Société du film », vol. XXXII, n° 5, 18 octobre 1949, p. 5.
    « Réponse s'il vous plaît », vol. XXXII, n° 6, 21 octobre 1949, p. 1.
    « L'Avenir de l'esprit », vol. XXXII, n° 9, 2 novembre 1949, p. 4.
    « Bergeronnales », vol. XXXII, n° 10, 4 novembre 1949, p. 2.
    « L'idéal et la réalité », vol. XXXII, n° 11, 8 novembre 1949, p. 1.
    « Je ne crois pas en la paix », vol. XXXII, n° 11, 8 novembre 1949, p. 1 et 4.
    « Une exposition de dessins », vol. XXXII, n° 14, 18 novembre 1949, p. 5.
    « Les petits lundis de l'AGEUM », vol. XXXII, n° 16, 22 novembre 1949, p. 1.
    « Glissades », vol. XXXII, n° 16, 25 novembre 1949, p. 3.
    « Un gros lundi », vol. XXXII, n° 18, 2 décembre 1949, p. 1-2.
    « Gala fantaisiste », vol. XXXII, n° 20, 9 décembre 1949, p. 1-2.
    « L'étranger », vol. XXXII, n° 20, 9 décembre 1949, p. 5.
    « Un lundi comique », vol. XXXII, n° 21,13 décembre 1949, p. 1-2.
    « Prière de Noël », vol. XXXII, n° 22,16 décembre 1949, p. 4-5.
    « Trois lettres de l'alphabet », vol. XXXII, n° 27, 3 février 1959, p. 1.
    « Le sens de l'humour », vol. XXXII, n° 29, 10 février 1950, p. 1.
    « Les assassins sont parmi nous », vol. XXXII, n° 29, 10 février 1950, p. 3.
    « La famine menace les rats de bibliothèque », vol. XXXII, n° 30, 14 février 1950, p. 1.
    « L'étudiant chrétien en face du monde actuel », vol. XXXII, n° 31, 17 février 1950, p. 1-2.
    « Nous, la politique et les politiciens », vol. XXXII, n° 32, 21 février 1950, p. 1.
    « Carrefour 50 », vol. XXXII, n° 33, 24 février 1950, p. 1-2.
    « Lundi musical », vol. XXXII, n° 34, 28 février 1950, p. 1.
    « L'université libre », avec Marc Brière, vol. XXXII, n° 35, 3 mars 1950, p. 2.
    « La Faculté des lettres, les idées et les mots », vol. XXXII, n° 35, 3 mars 1950, p. 1.
    « Récit d'un voyageur », vol. XXXII, n° 36, 7 mars 1950, p. 1-4.
    « Nous la religion et…», vol. XXXII, n° 40, 21 mars 1950, p. 1.
    « Parade », vol. XXXIII, hors-série, 22 septembre 1950, p. 4.
    « Deux séminars en Europe », avec Yolande Simard, vol. XXXIII, n° 23, 19 décembre 1950, p.2-3.

    1 Cotation des dossiers dans lesquels se trouvent ces publications (Répertoire du Fonds Pierre--Perrault, Archives de l'Université Laval).



    AUTRES PUBLICATIONS

    « Suite et fin », Le Devoir, 29 octobre 1949, p. 9. (P319/B1,2)
    « La Faculté de droit ne s'intéresse pas au droit », en collaboration avec Marc Brière, L'autorité, 46, 6 juin 1953, p. 1. (P319/B1, 5)
    « Le jazz », Cahiers radiophoniques, vol. 1, n°1, 1958, p. 39-42. (P319/C4)
    « René Richard », Cahiers radiophoniques, vol. 1, n° 1, 1958, p. 73-79. (P319/C4 et P319/C6,6)
    « Les hommes chantent la mort », Essais et Erreurs (revue publiée par l'Association des étudiants de la faculté des lettres de l'Université de Montréal et les membres de la direction), (1960 ou 1961), p. 26-31. (P319/C1)
    « Les hommes chantent la mort », Essais et Erreurs (revue publiée par l'Association des étudiants de la faculté des lettres de l'Université de Montréal et les membres de la direction), (1960 ou 1961), p. 26-31. (P319/Cl)
    « Blanchon, mon ami le dauphin blanc », Cahiers d'essai, n° 3, janvier 1961, p. 25-31. (P319/B3,2)
    « Noël ancien dans une vallée nouvelle », Le Devoir, 22 décembre 1962, p. 9. (P319/B3,3)
    « Un poisson dans la mer », préface à un recueil sans titre des étudiants du collège Notre-Dame, année scolaire 1962-1963. (P319/B3,4)
    « J'habite une ville », Liberté, n° 28, juillet-août 1963, p. 375-384. (P319/B2,5)
    Préface à un recueil sans titre des étudiants de rhétorique du collège Notre-Dame, année scolaire 1963-1964. (P319/B3,7)
    « La mi-carême à l’île aux coudres », Le Magazine Maclean, mars 1964, p. 25-28 et suivantes (P319/D2,7)
    « Lettre aux demoiselles du collège Marguerite-Bourgeois », Lettres et Écritures, vol. II, n° 1, novembre 1964, p. 10-11. (P319/B3,9)
    « L'écrivain », Lettres et Écritures, vol. II, n° 1, novembre 1964, p. 19. (P319/B3,8)
    « J'habite une ville », Le Devoir, 19 juin 1965, p. 31.
    « Chanson des voyageurs du temps passé », Lettres et Écritures, vol. 1, n° 1, décembre 1965, p. 21-30. (P319/B3,5)
    « Discours sur la parole », Culture vivante, n° 1, 1966, p. 19-36; repris dans : Cahiers du cinéma, n° 191, juin 1967, p. 26-33; AR VRO, n°s 4-5, 1967, p. 83-97; De la parole aux actes, essais de Pierre Perrault, Montréal, Éditions de l'Hexagone, 1985, p. 7-39. (P319/B3,11)

    « Lettre de Montréal », Cahiers du cinéma, n° 194, octobre 1967, p. 59-62. (P319/B3,12)
    « Alexandre Bellefleur, le plus noble des chasseurs, ne tuait que par amour », Apostolat, janvier 1968, p. 14-16. (P319/C19,24)
    « Comment faire ou ne pas faire un film canadien », Cinéma et réalité, Montréal, La Cinémathèque canadienne, 1968, p. 6-7. (P319/B3,14)
    « Québec », épilogue à Option Québec de René Lévesque, Montréal, Éditions de l'Homme, 1968, p. 170-173. (P319/B3,13)
    « Se donner des outils de réflexion », Cinéma/Québec, vol. I, n° 1, mai 1971, p. 20-21. (P319/D7,14)
    « Prendre la parole pour briser le silence », dans L'Art et l'État, avec Robert Roussil et Denys Chevalier, Montréal, Éditions Parti pris, 1973, p. 65-101. (P319/B3,21)
    « De la toponymie », préface à Le Mushuânipi à l’âge du caribou de Louis-Edmond Hamelin, Québec, Centre d'études nordiques, 1973; repris dans De la parole aux actes, essais de Pierre Perrault, Montréal, Éditions de l'Hexagone, 1985, p. 41-52. (P319/B3,22)

    « A propos des voitures d'eau », postface à Marins du Saint-Laurent de Gérard Harvey, Montréal, Éditions du Jour, 1974, p. 245-310. (P319/B3,23)

    « L'apprentissage de la haine », communication au colloque L'homme dans son nouvel environnement à l'Université du Québec à Rimouski, décembre 1974; repris dans De la parole aux actes, essais de Pierre Perrault, Montréal, Éditions de l'Hexagone, 1985, p. 129-207. (P319/D19/1,4)
    « Préface à l'Acadie du discours », dans L'Acadie du discours de Jean-Paul Hautecoeur, Presses de l'Université Laval, 1975, p. IX-XXV; repris sous le titre « Lettre à mon meilleur ennemi » dans De /a parole aux actes, essais de Pierre Perrault, Montréal, Éditions de l'Hexagone, 1985, p. 209--230. (P319/B3,26)

    « Lettre du Québec», Pourquoi ?, n° 161, janvier 1977, Paris, p. 39-49; repris dans De la parole aux actes, essais de Pierre Perrault, Montréal, Éditions de l'Hexagone, 1985, p. 231 -272. (P319/B3,30)

    « De l'artisanat comme instrument de conquête », Possibles, vol. I, nos 3-4, 1977, p. 59; repris sous le titre « La question amérindienne » dans Caméramages de Pierre Perrault, Montréal et Paris, Éditions de l'Hexagone et Éditions Édilig, 1983, p. 67-95; devenu « Du droit de regarder les autres ou De l'artisanat comme instrument d'aliénation » dans De la parole aux actes, essais de Pierre Perrault, Montréal, Éditions de l'Hexagone, 1985, p. 273-313. (P319/B3,25)

    « Trou d'homme » dans Bernard Gosselin. Rétrospective, La Cinémathèque québécoise, avril-mail 1977, p. 5-8; repris dans De la parole aux actes, essais de Pierre Perrault, Montréal, Éditions de l'Hexagone, 1985, p. 315-340. (P319/B4,2)

    « Lettre à Jeannine Bouthillier-Lévesque, sociologue des religions marxistes léninistes », Positif, nos 200-201-202, décembre 1977, janvier 1978, Paris, p. 5-8. (P319/B3,28)

    « Réponse de Menaud à Savard », Le Devoir, 28 janvier 1978, p. 33 et 48; repris sous le titre « Le royaume des pères a l'encontre des fils », dans De la parole aux actes, essais de Pierre Perrault, Montréal, Éditions l'Hexagone, 1985, p. 341-362. (P319/B4,4)

    « Miron ou La mort du poète », discours prononcé à la remise du prix Duvernay à Gaston Miron, en 1978; repris sous le titre « Miron ou Réflexions sur la mort du poète » dans De la parole aux actes, essais de Pierre Perrault, Montréal, Éditions de l'Hexagone, 1985, p. 363-391.(P319/B4,5)

    « On demande des poètes de chair et de sang », Possibles, vol. III, n° 2, 1979, p. 134-146. (P319/B4,9)

    « La mort dans l'âme », hommage rédigé lors du décès de Serge Dion, musicien et compositeur, 1979; repris dans De la parole aux actes, essais de Pierre Perrault, Montréal, Éditions de l'Hexagone, 1985, p. 393-431. (P319/B4,7)

    « C'est le grand temps », Possibles, vol. IV, n° 2, 1980, p. 123-156. (P319/B4,8)

    « Peau-Rouge-Gorge », Recherches amérindiennes au Québec, vol. X, nos 1-2, 1980, p. 4-7. (P319/B4,6)

    « Michel Brault, cinéaste », Copie Zéro, n° 5, 1980, p. 23-28; en version anglaise dans Cine--Tracts, n° 10, 1980, p. 30-36. Repris dans Caméramages de Pierre Perrault, Montréal et Paris, Éditions de l'Hexagone et Éditions Édilig, 1983, p. 17-29. (P319/B4,10)

    « De l'acharnation et du désespoir de cause », dans les Actes du colloque Identité culturelle et francophonie dans les Amériques (III), Centre international de recherche sur le bilinguisme, 1980, p. 192-201. (P319/D19/1,5)

    « On n’est pas un peuple sans parole », La Presse, 19 avril 1980, p. 18.

    « Pierre Perrault par lui-même », Québec français, n° 38, mai 1980, p. 38-42. (P319/B4,11)

    « Hors de l'Église, point de salut ! », Recherches amérindiennes au Québec, vol. X, n° 4, 1981, p. 229-236. (P319/B4,13)

    « Éloge de l'échec », Possibles, vol. VI, n° 2, 1982, p. 153-169; repris sous le titre « Gens d'Abitibi » dans Caméramages de Pierre Perrault, Montréal et Paris, Éditions de l'Hexagone et Éditions Édilig, 1983, p. 51-65. (P319/B4,17)

    « L'Alidade », conférence prononcée lors de la Xlle Rencontre québécoise internationale des écrivains, avril et mai 1984; publiée dans L’Écrivain et l'Espace, Montréal, Éditions de l'Hexagone, 1985, p. 13-27. (P319/19/1,20)

    « L'inconnu du connu ou Un fleuve à écrire » , Possibles, vol. IX, n° 3, 1985, p. 151-168. (P319/B4,19)

    « Le territoire de l'âme », Critère, n° 41, printemps 1986, p. 41-55; repris en postface dans La Grande Allure de Pierre Perrault, Éditions de l'Hexagone, 1989, p. 375-393. (P319/D17,25)

    « Nouveau discours sur la parole ou L'éloge du superlatif », Dialogue. Cinéma canadien et québécois, n° 3, 1986, p. 173-201. (P319/D19/1,22)

    « Opération Québec français », La Presse, 21 juin 1986, p. E-5. (P319/B4,21)

    « En mémoire », Le Devoir, 10 novembre 1987, p. 9. A l'occasion du décès de René Lévesque. (P319/B4,23)

    « Montréal : Pierre Perrault », Cinéma du réel, Paris, Éditions Autrement, 1988, p. 124-127. (P319/B4, 22)

    « De la découverte de Cabot à Cartier », dans les Actes du colloque Venezia El Caboto, 1990, p. 123-152. (P319/D19/1,32)

    « Hommage à Louis Marcorelles », Lumières, n° 22, 1990, p. 58. (P319/Al)

    « L'image du verbe », Lumières, n° 25, 1991, p. 10-14; repris en postface dans Pour la suite du monde de Pierre Perrault, Montréal, Éditions de l'Hexagone, 1992, p. 273-292. (P319/B4,30)

    « Des mots et des hommes », La revue maritime l'Escale, n° 49, 1992, p. 14-16. (P319/B4,31)

    « Le visage humain d'un fleuve sans estuaire. Voies d'avenir pour le Saint-Laurent », Paulymedia, Sainte-Foy (Québec), 1994, p. 23-28.

    « Savard, poète ou chanoine », p. 35-52

    « L'Épreuve du temps », p. 165-181 textes tirés de « Savard Félix-Antoine », relecture de l'oeuvre. Textes réunis par Roger Le Moine et Jules Tessier, Édition Fides, 1999.

    ÉMISSIONS RADIOPHONIQUES DIFFUSÉES SUR LES BANDES AM ET FM DE RADIO-CANADA2

    Au bord de la rivière, octobre 1955 à février 1956.
    Le chant des hommes, avril 1956 à mars 1958.
    Poèmes et chansons, octobre et novembre 1956.
    Au pays de Neufve-France, novembre 1956 à octobre 1957.
    Noëls anciens, 25 décembre 1957.
    Destination inconnue, mars à septembre 1958.
    La violette double doublera, janvier à décembre 1959.
    Chroniques de terre et de mer, 1 ere série, janvier à juin 1960.
    Ballades du temps précieux, janvier à juillet 1961.
    Imageries sur ma ville, juillet à septembre 1961.
    Chroniques de terre et de mer, 2e série, octobre 1963 à juin 1964.
    J'habite une ville, janvier à septembre 1965.
    Paysages de la chanson, août à décembre 1969.
    Visages de Montréal, reprise de 13 émissions de J'habite une ville, 6 juin au 29 août 1983. Avec bons vents naviguant ou Jacques Cartier, le voyage imaginé (avec Jean-Daniel Lafond), 1984.

    L’appel du nord, voyage à la terre de Baffin, sur le brise-glace Pierre Radisson, 1992.

    Documents, avril à octobre 1993.
    C'est sur les bords du Saint-Laurent.
    Entretiens de Paul Warren avec Pierre Perrault, 1993.

    2 Liste tirée de Yves Lacroix, «OEuvre de Pierre Perrault», Voix & Images, vol. III, n° 3, 1978, p. 372-373. De 1955 à 1966, il aura écrit près de 675 émissions, chaque texte devant alimenter 30 minutes de mise en ondes, pour 12 séries radiophoniques.

    BIBLIOGRAPHIE SELECTIVE SUR L'OEUVRE DE PIERRE PERRAULT

    ALBERT, Claude, « Poésie et réalité. Le sens caché de L'Oumigmag de Pierre Perrault », Cinémas, printemps 1995, p. 101-115.

    ALSON, Nicole et Jean AIZAE, «Les voitures d'eau, résume des faits et dires », Téléciné 168, mars-avril 1971, p. 7-20.

    BASSET, Mireille, « La parole est à Perrault », Les cahiers de la Cinémathèque, n° 6, printemps 1972, p. 72-76.

    BEAULIEU, Françoise, « L'oumigmag, ce difficile parcours entre le mot et les choses », Cinémas, printemps 1995, p. 115-131.

    BEAULIEU, Janick, « LAcadie, l'Acadie», Séquences, n° 69, avril 1972, p. 36-38.

    BÉRUBÉ-TRUDEL, Suzanne, « Analyse sémiotique d'un genre cinématographique : Un pays sans bon sens de Pierre Perrault », mémoire de maîtrise, Université de Montréal, 1979, 141 p.

    BONNEVILLE, Leo, « Entretien avec Pierre Perrault », Séquences, n° 111, janvier 1983, p. 5-51.

    BOULAIS, Stéphane-Albert, « Lettre à Pierre Perrault, poète hérétique », Parallèles et Convergences, n° 5, décembre 1980, p. 123-129.

    BOULAIS, Stéphane-Albert, «Le cinéma vécu de l'intérieur. Mon expérience avec Pierre Perrault suivi de Autocritique », mémoire de maîtrise, Ottawa, Université d'Ottawa, 1988, 269 p.

    BOULAIS, Stéphane-Albert, « Tournage avec Pierre Perrault », 1986, Éditions du Vermilion, Collège de l'Outaouais, Bureau du cinéma en Outaouais, p. 24.

    BOUTHILLIER-LÉVESQUE, Jeannine, « Quand l'idéologie se fait utopie pour la suite du monde une analyse sociologique de l'oeuvre de Pierre Perrault », mémoire de maîtrise, Université de Paris, 1975.

    BOUTHILLIER-LÉVESQUE, Jeannine, « Pierre Perrault : cinéaste du passé ou de l'avenir ? » , Positif, n° 182, juin 1976, p. 25-33.

    BOUTHILLIER-LÉVESQUE, Jeannine, « Entretien avec Pierre Perrault », Positif, n° 198, octobre 1977, p. 41-52.

    BOUVIER, Luc, « Pierre Perrault, Gélivures », Livres et auteurs québécois, Sainte-Foy, Presses de L'Université Laval, 1977, p. 174-178.

    BRÛLÉ, Michel, « L'Acadie, le Québec », Cinéma-Québec, vol. 1, n° 8, mars-avril 1972, p. 14-17.

    BRÛLÉ, Michel, Pierre Perrault ou Un cinéma national: essai d'analyse socio-cinématographique, Montréal, Les Presses de l'Université de Montréal, 1974, 152 p.

    CHABOT, Claude, « Entretien avec Pierre Perrault », 24 Images, n° 46, 1989, p. 30-31.

    CHANTOISEAU, Madeleine, « Un poète, une langue, une culture : oeuvres poétiques et cinématographiques de Pierre Perrault », thèse de doctorat, Université de Paris VII, 1982, 313 p.

    CHAREST, Nicole, « Pierre Perrault ou le pays enfin retrouvé », Perspectives, 15 mai 1971, p. 8, 10, 12, 14.

    CIMENT, Michel, « La Bête lumineuse », Positif, juillet-août 1983, nos 269-270, p. 60-61.

    CLANFIELD, David, « Le film ethnographique comme métaculture : la contribution de Pierre Perrault », Copie Zéro, n° 11, p. 67-71.

    CONSEIL QUÉBÉCOIS POUR LA DIFFUSION DU CINÉMA, Pierre Perrault, Cinéastes du Québec, vol. V, 2e édition, Montréal, CQDC, 1971, 58 p.

    CORMIER, François et Yves LACROIX, « Oeuvres de Pierre Perrault », Voix & Images, vol. III, n° 3, printemps 1978, p. 371-378.

    CORMIER, François, Au coeur de la rose et le théâtre de Pierre Perrault, Presses du collège de Drummondville, 1985, 128 p.

    COULOMBE, Michel, Marcel JEAN, Le Dictionnaire du cinéma québécois, Montréal, Boréal, 1991, p. 427-431.

    COULOMBE, Michel, Marcel JEAN, Le Dictionnaire du cinéma québécois, nouvelle édition revue et corrigée, Montréal, Boréal, 1999, p. 508-512.

    DE GRANDPRÉ, Pierre, Histoire de la littérature française du Québec, tome 3, Montréal,
    Beauchemin, 1969, p. 329-342.

    DELAHAYE, Michel et Louis MARCORELLES, « L'action parlée : entretien avec Pierre Perrault », Cahiers du cinéma, n° 165, avril 1965, p. 32-39.

    DE VAUCHER, Anne (Gravili), « La mémoire de la découverte, Jacques Cartier et Pierre Perrault, 1534-1984 ». En réponse à la communication de Pierre Perrault au colloque de Venise sur Giovanni Caboto, 1989. Publication du Centro Italiano Per Gli studi Storico-Geografici. Genova--Brigati, 1999. « Giovanni Caboto », Roma 29 settembre, 1 ottobre 1997.

    DUBUC, Yvan et Yves LACROIX, « Pierre Perrault, l'envie de se taire : entrevue », Voix & Images, vol. III. n° 3, printemps 1978, p. 353-369.

    Écritures de Pierre Perrault, actes du colloque Gens de paroles, Maison de la culture de La Rochelle, La Cinémathèque québécoise et Éditions Édilig, 1983, 80 p.

    « Entretien avec Pierre Perrault », Séquences, n° 114, janvier 1983, p. 4-51.

    FARGIER, Jean-Paul, « Le règne du jour fiche n° 503 », Téléciné, janvier 1969, p. 18-31.

    FÈCHE, Albert et Sr Sainte-Marie Éleuthère, «Pour la suite du monde», Séquences, n° 34, octobre 1963, p. 45-50.

    GAUTHIER, Guy, « Pierre Perrault », Image et Son, 183, avril 1965, p. 55-60.

    GAUTHIER, Guy, «Pour la suite du monde>>, Image et Son, n° 223, 1968, p. 144-145.

    GAUTHIER, Guy, « Perrault poète et cinéaste », Image et Son, n° 256, janvier 1972, p. 9-28.

    GAUTHIER, Guy et Louis MARCORELLES, « Entretien avec Pierre Perrault »,, Image et Son, 256, janvier 1972, p. 55-74.

    GAUTHIER, Guy, « La femme dans le cinéma québécois », Image et Son, n° 267, janvier 1973, p. 12-17.

    GAUTHIER, Guy, « Le Québec d'ouest en est », La revue du cinéma, no 318, juin-juillet 1977, p. 101-107.

    GAUTHIER, Guy, « Entretien avec Pierre Perrault », Image et Son, n° 318, juin-juillet 1977, p. 108--114.

    GAUTHIER, Nicole, « Entretien avec Pierre Perrault », La revue du cinéma, n° 318, juin-juillet 1977, p. 108-114.

    GAY, Paul, « Pierre Perrault », Notre poésie, Hurtubise/HMH, 1974, p. 162-164.

    HAMEL, Réginald, John HARE et Paul WYCZINSKI, Dictionnaire pratique des auteurs québécois, Montréal, Fides, 1976, p. 555-557.

    HOULE, Michel et Alain JULIEN, Dictionnaire du cinéma québécois, Montréal, Fides, 1978, p. 237-240.

    HUE, Bernard, « Image et Mirage dans Toutes Isles", Études canadiennes, n° 17, 1984.

    JEANCOLAS, Jean-Pierre, « Pierre Perrault », Jeune cinéma, n° 53, mars 1971, p. 13-18.

    LABERGE, Yves, « Pour suivre l'itinéraire de Pierre Perrault », Québec français, octobre 1986, p. 52-54.

    LACROIX, Yves, « A l’écoute », Image et Son, n° 256, janvier 1972, p. 29-36.

    LACROIX, Yves, « Poète de la parole, Pierre Perrault », mémoire de maîtrise, Université de Montréal, 1972, 192 p.

    LACROIX, Yves, « Le Chant des hommes de Pierre Perrault, parole de l'empremier »


    Voix et images du pays, no 8, 1974, p. 39-66.

    LACROIX, Yves, « Les derniers films de Pierre Perrault », Copie Zéro, n° 11, 1981, p. 72-79.

    LAFOND, Jean-Daniel, « Pierre Perrault, étoile de mars », Image et Son, n° 370, mars 1982, p. 111-135.

    LAFOND, Jean-Daniel, Les traces du rêve ou Il était une fois Pierre Perrault, cinéaste, poète et Québécois, essai, Montréal, l'Hexagone, 1988, 260 p.

    LAMOUREUX, Jean-Luc, « Le cinéma direct : cinéma subjectif ou objectif », mémoire de maîtrise, Université de Montréal, 1978, 149 p.

    LAROCHE, Maximilien, « Pierre Perrault et la découverte d'un langage », Le cinéma québécois: tendances et prolongements, Montréal, Éditions Sainte-Marie, 1968, p. 25-47.

    LAROCQUE, Denis, « Structures imaginaires et textuelles dans Ballades du temps précieux de Pierre Perrault », thèse de doctorat, Université d'Ottawa, 1983, 400 p.

    LAROUCHE, Michel, « Le sens de la parole dans le cinéma de Pierre Perrault », mémoire de maîtrise, Université de Montréal, 1975, 106 p.

    LAROUCHE, Michel (dir.), L'Aventure du cinéma québécois en France, Montréal, XYZ éditeur, 1996.

    LEMIEUX, Louis-Guy, « Un homme à notre image », Le Soleil, Québec, (supplément littéraire), 24 mai 1986, Cahier «F» , pages 4-5.

    LEVER, Yves, Cinéma et société québécoise, Montréal, Éditions du Jour, 1972, p. 21-55.

    LEVER, Yves, « Feu La Bête lumineuse », Relations, n° 487, janvier-février 1983, p. 32-34.

    LIZÉ, Émile, «Au coeur de la rose de Pierre Perrault, une sonate aux accents de tragédie », Co-incidences, vol. II, n° 2, avril 1972, p. 20-31.

    MARCEL, Jean, « Pierre Perrault, poète », L'action nationale, vol. 54, n° 8, 1965, p. 815-821.

    MARCORELLES, Louis, « Objectif Québec : notes sur deux films de ce temps », Image et Son, n° 256, janvier 1972, p. 37-42.

    MARSOLLAIS, Gilles, « Un cas d'anthropologie cinématographique : La Bête lumineuse de Pierre Perrault »,, Vie des arts, vol. XXVIII, n° 111, juin-juillet-août 1983, p. 47-48 et 72.

    MARTIN, Marcel, « Le Québec sans bon sens », Écran, n° 57, avril 1977, p. 23-25.

    MAY, Cedrucm « Pierre Perrault et la suite du monde », Études canadiennes, France, n° 17, 1984.

    NOGUEZ, Dominique, « Pierre Perrault, Les Voitures d'eau », Cahiers du cinéma, n° 212, mai 1969, p. 44-49.

    O'NEIL, Huguette, « Pierre Perrault, un cinéaste », L'actualite, mai 1971, p. 44-51.

    PARIZEAU, Alice, « Pierre Perrault, le plus célèbre de nos cinéastes », Châtelaine, septembre 1969, p. 26-27 et p. 51-52.

    PILON, Jean-Claude, « Il suffit d'un marsouin », Objectif, n° 22, août 1963, p. 25-27.

    PRÉDAL, René, « Jeune cinéma canadien », Premier plan, n° 45, octobre 1967, p. 130-134.
    ROYER, Jean, « L'accès au pays », Estuaire, n° 3, février 1977, p. 72-97; repris dans Écrivains contemporains, entretiens 1: 1976-1979, Montréal, l'Hexagone, 1982, p. 36-49.

    ROYER, Jean, « Pierre Perrault, poète sur parole », Poètes québécois, entretiens, Montréal, Typo, 1991, p. 226-230.

    Spécial Pierre Perrault dans Séquences, Montréal, janvier 1983.

    TESSIER, Jocelyne, « La poésie de Pierre Perrault », mémoire de maîtrise ès arts, Ottawa, Université d'Ottawa, 1975, 252 p.

    TESSIER, Jocelyne, « Pierre Perrault, l'homme et sa parole », Voix & Images, vol. III, n° 3, printemps 1978, p. 379-395.

    THERIEN, Gilles, « La Bête lumineuse ou le gibier imprévu », Voix & Images, vol. VIII, n° 1, automne 1982, p. 168-169.

    « Une heure avec Pierre Perrault », Séquences, n° 34, octobre 1963, p. 24-44 et p. 75.

    VANOYE, Francis, « Récit de vie/Récit de film : l'exemple de Pierre Perrault », Cahier de sémiotique textuelle, n° 4, Paris X, 1986, p. 157-163.

    VERONNEAU, Pierre, « Les traces du rêve : effet, rétrospective et géométrie documentaire », Copie Zéro, n° 30, 1985, p. 157-163.

    WARREN, Paul, « Pierre Perrault et la conquête de notre espace cinématographique », Québec français, mai 1980, p. 43.

    WARREN, Paul, « Le refus de la fiction », Québec français, n° 52, décembre 1983, p. 24-26.

    WARREN, Paul, Pierre Perrault. Cinéaste de la parole, Montréal, l'Hexagone, coll. « Entretiens », 1996, 342 p.

    WEINMANN, Heinz, « Menaud, fils de Perrault ou de Savard ? », Voix et Images, vol. III, n° 3, printemps 1978, p. 396-407.
    Pierre Perrault page 18 de 14
    ET À PROPOS DU CINÉASTE

    Les Traces du rêve, Réalisation : Jean-Daniel Lafond; caméra : Martin Leclerc; production Office national du film, couleur, 95 min 22.

    PRIX ET DISTINCTIONS - LITTÉRATURE

    1961 Le prix du Grand Jury des lettres canadiennes pour le recueil Portulan
    1965 Le prix du gouverneur général pour Au cœur de la rose (théâtre)
    1968 Le prix Duvernay pour l'ensemble de son oeuvre
    1975 Le Prix du Gouverneur Général pour Au coeur de la rose et Chouenn
    1983 Le Prix du Québec
    1984 Le Prix 3 juillet 1984
    1986 Université Laval, doctorat ès lettres « honoris causa »
    1987 Prix Gémeaux pour « meilleure réalisation : émission ou série documentaire ou d'information
    1997 Médaille d'argent du Mouvement national des Québécoises et Québécois pour son oeuvre
    1997 Université de Sherbrooke, doctorat d'honneur en lettres
    1998 Titre d'Officier de l'Ordre national du Québec
    1999 Le Prix du Gouverneur Général pour Le Mal du Nord (essais)


    PRIX ET DISTINCTIONS - CINÉMA

    1963-64 Migueldi di oro et le Viking d'or, Espagne
    1964-65 Film canadien de l'année au Palmarès du film canadien, Ontario
    1966-67 Premier prix, Chris Statuette Award, Ohio
    1966-67 Festival du film de Melbourne, diplôme de mérite, Australie
    1966-67 Australie, L'Émeraude
    1968 « Meilleur enregistrement en direct », et « Meilleure photographie en noir et blanc » au Palmarès du film canadien, Toronto
    1971 Premier prix du long métrage au Festival de Dinard, France
    1983 Prix spécial du jury au festival de Mannheim
    1986 Université Laval, doctorat d'honneur
    1992 Prix du Saint-Laurent, Québec
    1994 Prix Albert-Tessier pour l'apport exceptionnel qu'il a apporté au cinéma
    1994 Festival(4e) international du film animalier d'Albert, mention du jury pour l'Oumigmag ou l'Objectif documentaire
    1995 Université Lumière Lyon 2, doctora « honoris causa »
    1997 Chevalier en l'Ordre des Arts et Lettres de France (Orléans)

    Documentation

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    Canada
    Naissance
    29 / 06 / 1927, Montréal
    Déces
    1999
    Raccourcis

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.