• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Pays-Bas

    Description

    "Situés en Europe occidentale, les Pays-Bas sont bordés à l’ouest et au nord par la mer du Nord, à l’est par l’Allemagne et au sud par la Belgique. Ils tiennent leur nom du fait que près du quart du territoire est au-dessous du niveau de la mer et des hautes eaux des fleuves qui le traversent. L’Escaut (Schelde), la Meuse, le Lek et le Waal, quatre des principaux fleuves, forment un vaste ensemble deltaïque avant de se jeter dans la mer. Le pays est plat et ses terres sont fertiles; seul le sud est vallonné et boisé.

    Les Hollandais ont toujours dû lutter contre les inondations. Aujourd’hui, des barrages et des digues protègent l’intérieur des terres, et des canaux détournent l'eau des champs asséchés ou polders. Des stations de pompage fonctionnent aussi 24 heures sur 24 pour évacuer le surplus d’eau. Certains des moulins qui autrefois pompaient l'eau du sol subsistent encore.

    Le territoire des Pays-Bas est en partie constitué de terres gagnées sur la mer. Un bras de la mer du Nord, le Zuider Zee, ayant progressivement envahi les terres, les Hollandais ont construit un barrage, asséché l’immense lac intérieur ainsi formé, et travaillé la terre pour la rendre propre à l’agriculture et à la construction immobilière.

    Bien que n’ayant qu’un peu plus de 15 millions d’habitants, les Pays-Bas ont l’une des plus hautes densités de population du monde. Les plus grandes villes sont Amsterdam, Rotterdam, Utrecht et La Haye.

    Le climat est doux et humide. L’hiver, la température tourne généralement autour de zéro, mais il est rare qu’il gèle longtemps. L’été, les températures s’échelonnent entre 13 °C et 22 °C. Il tombe environ 760 mm de précipitations par an, et le ciel est souvent nuageux."

    L'économie et le monde du travail

    "Plus de la moitié de la population active hollandaise travaille dans le secteur tertiaire (fonction publique, commerce, tourisme, communications...). Les transports occupent une place importante : l’Europort de Rotterdam est le plus grand port au monde, et l’aéroport de Schiphol, près d’Amsterdam, un grand carrefour du trafic aérien. Environ un quart de la population active travaille dans l’industrie sidérurgique, pétrolière, pharmaceutique, chimique ou électronique.

    Quant à l’agriculture et à la pêche, elles n’emploient qu’une petite proportion de travailleurs. Les fermes hollandaises produisent beaucoup, notamment dans le domaine de l’horticulture. Les Pays-Bas sont d’ailleurs réputés pour leur production de fleurs. Tous les printemps, d’immenses champs de tulipes colorent le paysage hollandais. Le commerce des fleurs coupées est si efficace qu’on peut livrer des roses hollandaises à l’autre bout du monde en moins de 24 heures. La culture des pommes de terre et des légumes sous serre est aussi importante. Le lait des fermes laitières est utilisé dans la fabrication du célèbre chocolat hollandais ainsi que dans celle d’une grande variété de fromages. Il y a aussi de grands élevages de porcs et de volailles.

    Les Pays-Bas prennent les problèmes de l’environnement au sérieux. Les scientifiques et les agriculteurs travaillent ensemble afin de découvrir des méthodes agricoles moins polluantes. Ils se penchent sur l’agriculture organique, le recyclage et la production de nouvelles variétés de plantes résistant aux maladies.

    Les bateaux de pêche hollandais rapportent dans leurs filets harengs, anguilles, soles, morues et crevettes. Moules et huîtres sont cultivées. Les pêcheurs hollandais ont appris il y a plus de 500 ans à conserver le poisson dans de la saumure et à le garder ainsi pendant leurs longs périples en mer.

    Autrefois la population active des Pays-Bas était surtout composée d’hommes, mais les femmes sont aujourd’hui nombreuses à travailler à l’extérieur de la maison. Il devient plus facile d’obtenir des congés parentaux ou de trouver des garderies, ce qui aide les familles dont les deux parents travaillent. Toutefois, la vie familiale étant très valorisée, on accorde toujours beaucoup d’importance au travail des femmes à la maison. Celles-ci étaient autrefois responsables des affaires de la famille. Les Hollandais considéraient les tâches ménagères comme un travail sérieux et astreignant, et leurs exigences en matière de propreté étaient très élevées."

    L'éducation

    "Aux Pays-Bas, l’école est pratiquement gratuite, et obligatoire de cinq à seize ans. Pendant les deux premières années, les enfants peuvent aller à l’école à temps partiel.

    Les familles peuvent choisir d’envoyer leurs enfants dans des écoles publiques qui sont à la charge de l’État, ou dans des écoles d’affiliation religieuse ou autre. Celles-ci sont aussi financées par l’État, qu’il s’agisse d’écoles catholiques, protestantes, juives, islamiques ou hindoues, ou d’écoles suivant le système Montessori ou d’autres méthodes éducatives. Les trois quarts des écoles hollandaises appartiennent à cette catégorie. Les autres sont des écoles publiques.

    Il arrive que les écoles demandent aux parents de contribuer au financement des activités extra-curriculaires. Le port de l’uniforme n’est pas obligatoire, les autorités elles-mêmes considérant souvent que le port de l’uniforme restreint la liberté d’expression.

    Les élèves qui vivent près des cimetières de guerre sont parfois chargés d’entretenir les tombes des soldats canadiens et des autres pays alliés tombés lors de la libération des Pays-Bas à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. On leur indique en classe de quelle tombe ils sont chargés. Ils doivent alors laver la pierre tombale et enlever les mauvaises herbes.

    Les élèves du secondaire doivent suivre des cours obligatoires pendant trois ans avant de pouvoir choisir l’orientation de leurs études. Certains choisissent une formation professionnelle comportant parfois un stage d’apprentissage. D’autres suivent des cours les préparant à l’université. Près du quart des jeunes adultes hollandais sont inscrits à l’université à temps partiel ou à temps plein. Les étudiants qui en ont besoin peuvent bénéficier d’une aide financière du gouvernement.

    Il arrive que les élèves aient un jour de congé quand les canaux gèlent suffisamment pour qu’on puisse patiner. On appelle ce jour de congé exceptionnel ijsvrij."

    Communiquer avec les Hollandais

    "Le néerlandais, la langue des Pays-Bas, est plus communément appelé hollandais. C’est une langue germanique que l’on parle aussi dans le nord de la Belgique (les Belges l’appellent le flamand). Les deux pays travaillent ensemble à la préservation de leur langue et à une plus grande précision des règles grammaticales et orthographiques.

    En plus du hollandais, les habitants de la province de la Frise parlent leur propre langue, le frison. C’est la langue officielle de la province et elle est parlée par environ 500 000 personnes. Les Frisons tiennent à préserver leur langue, qui est en fait très proche de l’anglais : ainsi, boi veut dire « garçon » (boy en anglais) et tolve signifie « douze » (twelve en anglais).

    La plupart des Hollandais parlent l’anglais, qu’ils apprennent à l’école. Ils sont aussi nombreux à parler le français ou l’allemand.

    Si les membres de la famille et les amis s’appellent par leur prénom, entre collègues de travail on privilégie le nom de famille que l’on fait précéder de Mevrouw (Madame), Juffrouw (Mademoiselle) ou Meneer (Monsieur)."

    Religions et croyances

    "Les Pays-Bas n’ont pas de religion d’état et quelque 40% des Hollandais n’appartiennent à aucune des religions reconnues. Environ 35% sont des Catholiques qui vivent dans le sud du pays; environ 30% sont protestants.

    Il y a plusieurs sectes protestantes mais la plus importante est l’Église réformée des Pays-Bas, qui suit les enseignements de Jean Calvin, réformateur religieux du XVe siècle qui rejeta le catholicisme, croyant que l’on était avant tout sauvé par sa foi en Dieu, et non par le respect de rites religieux. Les monarques des Pays-Bas ont toujours été membres de l’Église réformée. Le pays compte aussi de petites communautés musulmanes, hindoues et juives.

    La tolérance religieuse a toujours été importante aux yeux des Hollandais. Le concept même de piliers, ou verzuiling, créé au XIXe siècle, contribue à cet équilibre. Il existe quatre piliers : les Catholiques, les Protestants, les Socialistes et les Libéraux. Tout groupe ou association appartient à un pilier ou à un autre, et chaque pilier aide à soutenir la société dans son ensemble. Même les clubs de sport peuvent s’identifier comme appartenant à un pilier ou à un autre. Les organisations importantes comme les écoles, les syndicats ou les partis politiques, se sont toujours considérées comme appartenant à l’un des piliers de la société hollandaise. Le système permet aux gens d’être différents tout en restant égaux. Ainsi, les associations de radio et de télé-diffusion catholiques, protestantes et à caractère politique ont toutes leurs programmes de télévision et de radio. Elles travaillent aussi ensemble à la production d’émissions pour le réseau national, par exemple pour les programmes pour enfants. Ce système tend toutefois à devenir obsolète."

    Les fêtes

    "Les Hollandais fêtent l’anniversaire de la reine le 30 avril. C’est une fête nationale et les festivités sont nombreuses : foires et marchés colorés, danses folkloriques et concerts. Bien qu’il s’agisse en fait du jour de l’anniversaire de l’ancienne reine Juliana, la reine Beatrix perpétue la tradition en l’honneur de sa mère. Le couronnement de la reine Beatrix a d’ailleurs eu lieu un 30 avril 1980.

    Dans certaines villes, les habitants portent toujours leurs costumes traditionnels le jour de l’anniversaire de la reine, de même qu’à Pâques et à la Pentecôte. Ces costumes varient d’une ville à l’autre, mais sont tous très colorés et très recherchés : les femmes portent des coiffes de dentelle, des jupes rayées et des chemisiers brodés.

    Le 5 mai, fête de la Libération, marque la fin de l’occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale. Le soir du 4 mai, des cérémonies sont organisées pour commémorer les souffrances de la guerre : on dépose des couronnes dans les cimetières et aux pieds de monuments, et à 8 h précises, on observe deux minutes de silence. Le lendemain, c’est la fête : les enfants s’amusent dans les foires et aux carnavals, et les particuliers organisent des ventes de trottoir.

    Les enfants attendent tous avec impatience la fête de Saint-Nicolas (Sinterklaas) début décembre. Le saint est le patron des marins, des marchands et des enfants. Les plus jeunes croient que la nuit de sa fête, Sinterklaas et son assistant Zwarte Piet parcourent les toits à cheval pour déterminer qui a été gentil ; aussi bourrent-ils leurs souliers d’un peu de foin et de carottes pour le cheval blanc du saint ; le lendemain matin, un petit cadeau a été déposé dans leurs souliers.

    D’autres assistants de Sinterklaas répandent dans toute la maison des bonbons et des petits biscuits appelés pepernoten, que les enfants devront trouver. Les gens échangent des cadeaux et des poèmes amusants destinés à faire rougir leur destinataire. L’auteur du poème ne signe jamais et l’on dit « Merci Sinterklaas ! ».

    Le jour de Noël, on prend le temps de se détendre en famille : on chante des chants de Noël ou on va à la messe. Le deuxième jour de Noël, le 26 décembre, on mange le traditionnel repas de Noël composé notamment de lapin, d’oie ou de dinde. La veille du Nouvel An se fête aussi en famille, à la maison. À minuit précis, les navires font retentir leurs sirènes, les cloches des églises sonnent à la volée et des feux d’artifice illuminent le ciel. Les gens se précipitent dehors pour retrouver amis et voisins et leur souhaiter une bonne et heureuse année.

    Certains agriculteurs hollandais annoncent les fêtes de Noël en soufflant dans de longues cornes tordues faites de branches creuses. Pour amplifier ce son sinistre, ils soufflent parf dans les cormes juste au-dessus de leur puits, et se répondent de ferme en ferme."

    Arts et littérature

    "Les Hollandais ont une longue tradition artistique qui commence au XVe siècle avec Hieronymus (Jérôme) Bosch, l’un des premiers grands artistes hollandais dont les tableaux religieux sont riches en détails et pleins de mystères. Le Siècle d’or fut celui de Rembrandt van Rijn et de Frans Hals, auteurs de portraits en clair-obscur, ainsi que de Jan Vermeer, qui nous a laissé de paisibles scènes de la vie quotidienne. Puis, au XIXe siècle, ce fut Vincent van Gogh, dont les paysages et les portraits déploient une palette éclatante. Finalement, le XXe siècle nous a révélé Piet Mondrian, aux tableaux constitués de formes géométriques, et M. C. Escher, dont les dessins sont de véritables énigmes : escaliers qui n’aboutissent jamais, champs qui se transforment en vol d’oies. Au début du XXe siècle, le mouvement néerlandais De Stijl (« Le Style ») a contribué au développement du modernisme dans le domaine des arts et du mobilier. Gerrrit Rietveld, architecte hollandais, est le concepteur d’une célèbre chaise fabriquée de morceaux de bois peints de couleurs vives. Bien que datant de 1917, cette chaise paraît encore moderne aujourd’hui. Rem Koolhaas est un célèbre architecte contemporain qui a publié, en collaboration avec le Canadien Bruce Mau, un livre intitulé S, M, L, XL qui traite de la vie et de l’architecture urbaines.

    Des nombreux grands penseurs néerlandais, Érasme est celui dont l’influence fut la plus grande. C’était un humaniste du XVIe siècle, qui croyait en la dignité des individus et qui s’opposa à toute forme de superstition
    ou d’ignorance..

    Les écrits des romanciers hollandais modernes portent souvent sur la vie quotidienne. Louis Couperus a été reconnu au niveau international pour son roman Les Petits Esprits. Le Jardin de cuivre, de Simon Vestdijk, est une description critique de la vie dans une petite ville hollandaise. L’Attentat, de Harry Mulisch, est une parabole populaire sur la guerre. Parmi les œuvres de fiction populaires traduites en langues étrangères, on mentionnera aussi les romans policiers de Janwillem Van Der Wetering et Albert Cornelis Baantjer, dont l’intrigue se déroule dans la Hollande d’aujourd’hui.

    Les films, les documentaires et les dessins animés hollandais ont remporté plusieurs oscars et les réalisateurs Paul Verhoeven et Jan De Bont, comme l’acteur Rutger Hauer, ont connu le succès à Hollywood.

    L’Orchestre Royal Concertgebouw a une réputation internationale en musique classique et la société d’opéra des Pays-Bas monte plusieurs spectacles chaque année. Le festival annuel de jazz de la mer du Nord à La Haye est l’un des plus importants d’Europe."

    Les Pays-Bas (Projet des Profils culturels, Centre Anti-Racism, Multiculturalism and Native Issues (AMNI), Faculté de travail social, Université de Toronto, avec l'aide de Citoyenneté et Immigration Canada) (reproduction autorisée)


    Principales villes du pays
    Source: CIA - The World Factbook


    Les provinces des Pays-Bas
    Source : Europa
    © Commission européenne, 2003
    Reproduction autorisée, moyennant mention de la source

    Voir aussi cette carte, sur le site de l'Ambassade des Pays-Bas à Paris

    Histoire

    Histoire
    "La région était autrefois habitée par des tribus germaniques et celtes. Le sud fut conquis par Jules César au ier siècle avant notre ère. Plus tard, la puissance romaine s’affaiblissant, les Saxons et les Francs s’établirent dans la région; les Francs, qui imposèrent leur domination au IVve siècle, convertirent alors la population au christianisme. La région fut annexée au Saint Empire romain au Xe siècle et au cours des quelques siècles qui suivirent, le pays devint une nation marchande aux villes solidement construites.

    Au XVIe siècle, les Pays-Bas d’alors (les Pays-Bas d’aujourd’hui, la Belgique et le Luxembourg) passèrent sous domination espagnole. L’Espagne, la plus grande puissance d’Europe de l’époque, exerçait une autorité très stricte. Aussi les Pays-Bas se révoltèrent-ils, avec à leur tête le prince Guillaume d’Orange. C’est en 1648, après une longue guerre, que naquit la République hollandaise.

    Au XVIIe siècle, les Pays-Bas devinrent la plus grande puissance industrielle, financière et maritime du monde. Cette époque est connue sous le nom de « Siècle d’or » aux Pays-Bas. La culture et l’art hollandais florissaient, et les explorateurs et marchands hollandais établissaient des colonies et des comptoirs dans le monde entier : de la Nouvelle Amsterdam (la New York actuelle) à Batavia (Jakarta), en passant par les Antilles, Ceylan, l’Amérique du Sud et l’Afrique.

    Des guerres coûteuses avec l’Angleterre et la France mirent fin au Siècle d’or. En 1795, les Français envahirent le pays et l’annexèrent. Pendant ce temps, les Anglais prenaient possession de nombreuses colonies hollandaises. À la fin de l’occupation française, les Pays-Bas s’unirent sous la domination hollandaise, puis se séparèrent. Le Royaume des Pays-Bas devint une monarchie constitutionnelle en 1813, sous le règne de Guillaume Ier, descendant de Guillaume d’Orange.

    Pendant la Première Guerre mondiale, les Pays-Bas restèrent neutres. Pendant la Deuxième Guerre mondiale cependant, les armées allemandes ayant envahi et occupé le pays, les Hollandais organisèrent une résistance, mais souffrirent terriblement : le centre-ville de Rotterdam fut détruit par les bombes, la plupart des Juifs furent envoyés aux camps d’extermination, de nombreuses personnes furent envoyées aux travaux forcés en Allemagne et des milliers de citoyens moururent de faim. En 1945, les armées canadiennes participaient à la libération du pays.

    La reconstruction du pays fut rapide. Rotterdam devint bientôt le port le plus actif du monde. Des immigrants de Turquie, du Maroc ainsi que des anciennes colonies du Suriname et d’Indonésie firent des Pays-Bas un pays multiculturel. Dans les années 1960 et 1970, de grosses dépenses furent entreprises dans le domaine des services sociaux pour améliorer la vie des citoyens. Plus récemment cependant, des restrictions budgétaires ont entraîné la réduction des services."

    Les Pays-Bas (Projet des Profils culturels, Centre Anti-Racism, Multiculturalism and Native Issues (AMNI), Faculté de travail social, Université de Toronto, avec l'aide de Citoyenneté et Immigration Canada) (reproduction autorisée)

    Voir aussi : Brève histoire des Pays-Bas (Ambassade des Pays-Bas à Paris)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.