• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Taillon Louis-Olivier



    Louis-Olivier Taillon (1892-1896)
    Crédit: Canada. Library of Parliament/National Archives of Canada/C-021904
    Pour un agrandissement, cliquez sur la photo

    Biographie

    Sir Louis-Olivier Taillon est né à Terrebonne, le 26 septembre 1820, du mariage de Aimé Taillon et de Marie-Josephte Daunais.

    Il fit ses études au Collège Masson et apprit ensuite le droit à l'étude juridique de Fabre, Lesage, Jetté et Girouard. Admis au Barreau en 1865, il pratique sa profession à Montréal où il forme plus tard, l'étude juridique Taillon, Bonin, Laramée et Morin. En 1892, il est choisi Bâtonnier du Barreau de la Province.

    En 1875, il est élu à l'Assemblée législative par le comté de Montréal-Est. Le 8 mars 1882, il est choisi Président de l'Assemblée, charge qu'il détient jusqu'au 23 janvier 1884, alors qu'il devient Procureur général dans le cabinet Ross.

    Le 11 décembre 1886, il est élu par le comté de Montcalm lors d'une élection complémentaire, ayant été défait antérieurement dans le comté de Montréal-Est par L.-O. David, à l'élection générale du 30 juin 1886. Il assume de nouveau la charge de Procureur général, qu'il conserve jusqu'au 25 janvier 1887.

    Le 25 janvier 1887, il est assermenté comme Premier ministre et Procureur général à la suite de la démission du Premier ministre, l'honorable John Jones Ross qui avait été en butte à une lutte acerbe de la part du «Parti national» dirigé par Honoré Mercier au sujet de la pendaison de Riel. Ce parti, notons-le, était composé de libéraux et de conservateurs dissidents.

    Le 29 janvier 1887, quatre jours après son assermentation comme Premier ministre, l'honorable L.-O. Taillon démissionne à son tour en raison de la faiblesse de son gouvernement battu en brèche, en Chambre, par Honoré Mercier. L'honorable Taillon ayant proposé l'ajournement de la Chambre, sa motion fut défaite par 36 voix à 26. Après quoi, Mercier proposa lui-même l'ajournement. Cette motion fut adoptée par 35 voix à 28. C'est alors que Taillon lâcha les rênes du pouvoir et que le Lieutenant-gouverneur Masson charge Honoré Mercier de former un ministère.

    Le 21 décembre 1891, l'honorable L.-O. Taillon devient Ministre sans portefeuille dans le gouvernement de l'honorable C.E.B. de Boucherville, poste qu'il occupe jusqu'au 16 décembre 1892. Le 8 mars de la même année, il est élu à l'Assemblée législative par le comté de Chambly.

    Le 16 décembre 1892, il est assermenté comme Premier ministre, pour la seconde fois, à la suite de la démission de l'honorable de Boucherville. Il assume le portefeuille de Trésorier provincial.

    Le 11 mai 1896 il démissionne pour entrer à la Chambre des Communes en qualité de Ministre des Postes dans le cabinet de Sir Charles Tupper. Il est défait en 1896, à l'élection fédérale générale, dans le comté de Chambly-Verchères, nouvellement formé. À l'avènement du gouvernement conservateur de l'honorable R.L. Borden à Ottawa, en 1911, Sir L.-O. Taillon est nommé Maître de poste à Montréal.

    En 1917, il avait été créé Chevalier Commandeur de l'Ordre de Saint Michael and Saint George.

    Sir Louis-Olivier Taillon mourut, à Montréal, le 25 avril 1923.

    En juillet 1875, il avait épousé Louise-Georgina Archambault, fille de R.U. Archambault.

    Source: Biographies canadiennes-françaises, 1965
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01

    0%
    Dons reçus (2018-2019):0$
    Objectif (2018-2019): 25 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.