• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Taschereau Louis-Alexandre

    Homme politique québécois, 14e premier ministre du Québec (1920-1936)



    L.-A. Taschereau (photo prise à une date non précisée)
    Crédit :  Rodolphe Carrière/National Archives of Canada/PA-74624
    Pour un agrandissement, cliquez sur la photo

    Biographie

    L'honorable Louis-Alexandre Taschereau est né à Québec, le 5 mars 1867, du mariage de l'honorable Jean-Thomas Taschereau, juge de la Cour suprême du Canada, et de Joséphine Caron, fille de l'honorable René-Édouard Caron, avocat, ancien Lieutenant-gouverneur de la Province de Québec. Il fit ses études au Séminaire de Québec.

    Après un cours de droit à l'Université Laval, à Québec, il est admis au Barreau en 1889.

    Syndic du Barreau de Québec de 1908 à 1909, il est Bâtonnier de 1911 à 1912. Il s'intéresse à la politique municipale et est échevin de la ville de Québec de 1906 à 1908.

    Le 7 décembre 1900, il est élu à l'Assemblée législative par le comté de Montmorency à l'élection générale et réélu le 25 novembre 1904. Le 17 octobre 1907, il fait partie du cabinet Gouin, en qualité de Ministre des Travaux Publics et du Travail. Le 4 novembre de la même année, il est réélu à l'élection complémentaire à une imposante majorité.

    Réélu sans interruption par le comté de Montmorency aux consultations générales de 1908, 1912, 1916 et 1919, il est assermenté comme Procureur général de la Province le 26 août 1919.

    Le 8 juillet 1920, il devient Premier ministre, à la suite de départ de Sir Lomer Gouin, et conserve le portefeuille de Procureur général. Il est réélu successivement lors des élections générales en 1923, 1927 et 1931.

    En avril 1933, il assume le portefeuille de Ministre des Affaires Municipales qu'il délaisse, le 6 juin 1935, en faveur de l'honorable Télesphore-Damien Bouchard, lors de l'admission de ce dernier dans le cabinet.

    Il est réélu par le comté de Montmorency à l'élection générale du 4 novembre 1935, et démissionne comme chef du Parti libéral et Premier ministre, le 11 juin 1936, en faveur de l'honorable Adélard Godbout.

    L'honorable Louis-Alexandre Taschereau mourut à Québec, le 6 juillet 1952.

    Il était Commandeur de la Légion d'honneur et Commandeur de l'Ordre de Léopold de Belgique.

    Le 26 mai 1891, il avait épousé Adine Dionne, fille de l'honorable Élisée Dionne, conseiller législatif. De cette union sont nés trois fils et deux filles: Paul Taschereau, C.R., avocat au Barreau de Québec; l'honorable Robert Taschereau, juge de la Cour suprême du Canada et Charles Taschereau, ingénieur civil; Gabrielle (Mme Courtland Fages); Juliette (Mme Louis-P. Gélinas).

    Source: Biographies canadiennes-françaises, 1965

    Documentation


    Taschereau, aristocrate et premier ministre, par Gilles Lesage (Le Devoir, 7 décembre 1996, p. D8): compte rendu de la biographie de Bernard Vigod
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01

    2%
    Dons reçus (2018-2019):609$
    Objectif (2018-2019): 20 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.