• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Liechtenstein

    Description

    Scène domestique

    Le Liechtenstein est une monarchie héréditaire constitutionnelle. Ses quelque 33 000 habitants (1998) occupent un territoire de 161 km2 situé entre la Suisse et l'Autriche, urbanisé à 81% et divisé en 11 municipalités, dont la plus importante est Vaduz, la capitale.

    Le chef d'État est le Prince Hans Adam II. Il représente l'État dans toutes ses relations avec les pays étrangers, sans toutefois s'aliéner la coopération nécessaire du gouvernement. La Diète (le Parlement) est composée de 25 membres élus. Le gouvernement comprend un chef et quatre conseillers, qui sont nommés par le Prince après recommandation et approbation de la Diète.

    Situation économique

    Malgré une pénurie de ressources naturelles, le Liechtenstein a une économie solide et moderne, et un des niveaux de vie les plus élevés du monde. À l'heure actuelle, à peine 2 % de la population travaille dans le secteur de l'agriculture, alors que les principaux secteurs sont ceux de la haute technologie, de la fabrication et des produits à haut coefficient de recherche (machines, pièces, textiles, céramique et produits pharmaceutiques). Le secteur des services fournit 48% des emplois. Même si la réputation du Liechtenstein est en grande partie fondée à l'étranger sur ses timbres-poste (une importante source de revenues), il constitue un paradis fiscal pour de nombreuses compagnies internationales attirées par des taxes extrêmement basses et l'un des codes bancaires où le secret est le plus strict au monde.

    Au courant de l'année dernière le Liechtenstein a été fortement critiqué sur la scène internationale pour le rôle important que jouerait la Principauté relativement au blanchiment de capitaux de provenance douteuse. Au mois d'octobre, le gouvernement du Liechtenstein a annoncé une série de mesures juridiques et réglementaires se voulant beaucoup plus strictes en matière de contrôle des flux financiers. Entre autres, on s'attend à ce que le nouveau gouvernement de la Principauté mettre une nouvelle législation anti-blanchiment et améliorer la loi actuelle sur l'entraide judiciaire.

    Relations extérieures

    Le Liechtenstein jouit de relations étroites avec la Suisse, relations consacrées, après la Première Guerre mondiale, par divers traités et conventions, notamment par un traité faisant du Liechtenstein partie intégrante du territoire douanier suisse en 1921. Depuis quelques années, le Liechtenstein manifeste le désir d'intensifier sa présence sur les tribunes internationales. Il est devenu le 160e membre des Nations Unies en 1990 et, plus tard, membre de l'Association européenne de libre-échange (AELE).


    Le Liechtenstein est une bande de territoire montagneux de 25 km de long sur 5 km de large enclavée entre la Suisse et l'Autriche. Sa capitale, Vaduz, a l'apparence d'un village de haute montagne et n'abrite que 6 000 habitants sur les 31 320 habitants que compte le Liechtenstein. Ce n'est donc pas sa position géographique de carrefour des échanges commerciaux ni même une tradition industrielle affirmée qui l'ont conduit à se développer à travers les services financiers.

    Le produit national brut du Liechtenstein par habitant atteint 35 000 dollars, soit l'un des plus élevés au monde. Il s'agit d'une véritable performance pour un micro-Etat de 160 km2 sans ressources naturelles ou énergétiques exceptionnelles et situé au coeur des Alpes. L'explication de ce miracle économique est simple: elle tient à l'importance du secteur tertiaire qui représente plus de la moitié des emplois et plus particulièrement aux activités bancaires et financières.

    Cette Principauté est devenue un véritable centre financier doté d'un dynamisme impressionnant alors que rien ne semblait prédisposer ces quelques vallées alpines à cette destinée. Cette réussite est fondée sur un choix politique délibéré lié à l'histoire de ce micro-État.

    Si ce choix a conduit le pays à la richesse, il importe de souligner qu'en son absence, le Liechtenstein n'aurait pas été réduit à la pauvreté car il dispose d'autres atouts: agriculture, industrie textile et de précision, tourisme.

    Histoire

    Histoire
    1. L'histoire d'une réussite

    Le Liechtenstein n'était en 1719 qu'une Principauté, 343e État du Saint Empire, avant de devenir en 1806, un État souverain.

    Economiquement dépendant de son grand voisin autrichien, le Liechtenstein s'est juridiquement lié à l'Autriche avec laquelle on a coutume de dire qu'il entretient « des liens de coeur » - le Prince régnant a d'ailleurs la nationalité autrichienne.

    En 1852, le Liechtenstein conclut ainsi avec l'Autriche une Union Douanière que le Parlement Liechtensteinois devait dénoncer à l'unanimité le 2 août 1919, la chute de l'Empire austro-hongrois ayant eu raison de ce Traité. Ce qui fait dire aux commentateurs de son histoire: «Après avoir largement profité de l'Autriche pendant soixante cinq ans, les liechtensteinois, dont le bon sens paysan est remarquable, retiraient leur mise du jeu et portaient leur regard vers l'opulente Helvétie» (1) (1).

    Le Liechtenstein met donc en place avec la Suisse une nouvelle Union Douanière en 1923 et introduit en 1924 le franc suisse.

    Les années d'après guerre constituent pour le pays une période charnière avec l'adoption d'une nouvelle Constitution en 1921 et d'une législation sur les trusts en 1928.

    Cette période est également marquée en 1927 par de terribles inondations, qui éprouvent durement l'économie du pays, elles sont suivies en 1928 par le krach de la Caisse d'Epargne qui réduit à néant les réserves de l'Etat. Le Liechtenstein sort financièrement ruiné de cet épisode et lourdement endetté à l'égard de la Suisse.

    Cette première après guerre économiquement difficile laisse le champ libre à la réalisation d'étranges aventures financières et c'est à cette époque que le Liechtenstein commence à acquérir une image contestable.


    (Le Liechtenstein): une «vaste société privée assez suspecte.»
    «
    La période d'euphorie, puis d'incertitude qui caractérise l'après-guerre donne naissance à une faune d'aventuriers et d'escrocs dont certains voient dans la principauté un terrain propice à exploiter ; elle permet les demandes les plus extravagantes comme celle de la « Globocapital Association » qui, moyennant une rémunération confortable, n'exige pas moins que la cession d'un territoire à pleine compétence internationale, en vue de servir de base territoriale à un trust destiné à propager une monnaie internationale, le «globo», garanti par l'or et l'argent. Le Gouvernement de Vaduz se déclare malgré tout incompétent. Le Volkspartei engage aussi le pays dans une Loterie Nationale affermée à des financiers de New-York. De cette période, se dégage une impression de malaise; la principauté prend l'allure d'une vaste société privée assez suspecte qui abuse de sa compétence internationale pour s'enrichir, ou plutôt pour se remettre de la ruine provoquée par l'effondrement de la monnaie autrichienne.» (Pierre Raton, Le Liechtenstein, Sirey 1949)

    Sur le plan politique, le Liechtenstein a proclamé sa neutralité depuis 1914, qu'il réussit à préserver en 1939, ce qui lui vaudra l'arrivée en 1945 de 7 000 réfugiés sur son sol, réclamant le droit d'asile.

    En mars 1939, le Président de la Diète, le chanoine Anton Frommelt réussit à déjouer la tentative d'une centaine de nazis liechtensteinois de marcher sur Vaduz pour procéder à un Anschluss et renverser la monarchie.

    Dès le début du conflit en 1939, le Gouvernement se fait attribuer les pleins pouvoirs et le Prince décide de proroger le mandat des parlementaires pour une durée indéterminée officiellement «en raison de la nécessité d'assurer la continuité dans la législation et de l'administration» officieusement par crainte de voir arriver aux élections de 1943 des défenseurs du régime nazi.

    En 1946, les nazis liechtensteinois sont jugés par les tribunaux ordinaires de leur pays.

    Au sortir de la guerre, le Liechtenstein, économiquement très affaibli, doit à nouveau construire les bases de son développement.

    Arrimé à la Suisse, déjà doté d'une législation attractive tant sur le plan fiscal que sur celui du droit des sociétés, le pays décide pour la seconde fois de fonder son développement sur l'économie financière.

    Cette deuxième tentative sera la bonne et dans les années soixante la réputation du Liechtenstein n'est plus à faire: c'est un paradis fiscal faisant du secret un principe quasi constitutionnel.

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    45%
    Dons reçus (2016-2017): 9 040$
    Objectif (2016-2017): 20 000$


    Nous avons reçu 18 600$ lors de la campagne 2015-2016. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2016-2017, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.