• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Langue

    Définition

    Définition proposée par l'écrivain québécois Fernand Ouellette :

    «La langue est à la fois le code d'une société dont les membres communiquent par le mot, et celui d'un psychisme qui a le pouvoir de se distancer par rapport premièrement à lui-même, sujet, donc de se saisir comme objet, et deuxièmement par rapport à l'objet ou le monde qui l'entoure. Par conséquent tout ce qui est verbalisable glisse du niveau de l'existence au niveau d'éléments de code. Ainsi par ce code l'homme se structure et structure le monde. (...) Ces quelques considérations soulignent qu'une langue est un fait social qui dans sa transmission même à l'individu propose, selon les lois internes de sa propre structure, un acquis codé de l'humanité, tout en permettant, supportant et rendant communicable la pensée soit d'une façon objective en se présentant essentiellement comme un code où la nécessité de faire passer clairement le message l'emporte sur la subjectivisation qu'implique l'expression (signe); soit d'une façon subjective en étant une mutation du code puisque celui-ci se charge de l'expérience personnelle du sujet et s'appuie davantage sur le symbole que sur le signe.»

    Fernand Ouellette (1969)

    Enjeux

    «Les ethnolinguistes estiment entre quinze mille et vingt mille le nombre de langues jadis parlées sur la planète. Plus des deux tiers se sont déjà éteintes. À l’heure où j’écris, dans les cultures minoritaires et dans le monde sous-développé, des langues meurent à un rythme qui ne cesse de s’accélérer. (...) La puissance économico-technique de l’anglo-américain a déferlé sur le monde tel un rouleau compresseur. (...) L’idée d’un monde plus ou moins monoglotte n’est plus inconcevable.

    Comme je l’ai suggéré, le coût serait, est immense. (…) Chaque langue, on le sait, engendre et exprime une vision du monde, une histoire de la destinée humaine, une construction d’événements à venir pour laquelle il n’est de fac-similé dans aucune autre. (…) La mort d’une langue, fût-elle chuchotée par une infime poignée sur quelque parcelle de territoire condamné, est la mort d’un monde.»

    George Steiner, Errata. Récit d’une pensée, Paris, Gallimard, «Folio», c1998, p. 166-168


    Un point de vue critique. Détruire les nations en détruisant les langues

    «L’anglo-américain (...) vise à détruire ou effacer les nations qui sont le dernier obstacle à la mondialisation. Or, la dissolution des nations passe par la destruction des langues nationales destinées à être remplacées par la langue de l’Empire américain. Par un apparent paradoxe dont l’Histoire a le secret, l’uniformisation linguistique et culturelle passe dans un premier temps par la promotion des “nouveaux parlers” (initiés par des modes comme le rap) et des vieilles langues régionales. Le but est clair: achever l’atomisation des individus et préparer l’avènement du communautarisme (...) de façon à ce que plus personne ne se comprenne. Alors, de cette guerre des mots surgira, comme un sauveur, l’anglo-américain.»

    Christian Authier, "Le français est-il perdu?", L'Opinion indépendante (date non précisée, 2000; lien désactivé)

    Documentation

    Les mots et les arts, une égale passion, par Jean Clair

     

    Claude Hagège, Halte à la mort des langues, Odile Jacob, 2000, 402 p. Compte rendu de Nicole Gueunier, Études, no 394-1, janvier 2001

    Guerre et paix des langues (dossier du Courrier de l'Unesco, avril 2000)

    George Monbiot, "The Collapsing Tower of Babel", The Guardian, 24 août 1995: "Language barriers are good, not bad, and their loss is a disaster for hundreds of millions of people."

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Documents Associés
    Chronique de lettres françaises
    enseignement des langues, méthode Berlitz
    Jacques Dufresne
    Langue française, Québec, langue anglaise, France, francophonie
    Raccourcis

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.