• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Lachine

    Description


    Jusqu'au 1er janvier 2002, municipalité québécoise faisant partie de la Communauté urbaine de Montréal. Depuis cette date, arrondissement de la nouvelle ville de Montréal.

    Rappelons qu'au début de l'année 2002, le projet de loi sur la réorganisation de la vie municipale sur l'île de Montréal entrait en vigueur. La nouvelle ville inclut désormais toutes les municipalités présentes sur l'île. Elle comprend 27 arrondissements, 9 issus de l'ancienne Ville de Montréal, 18 issus des municipalités de banlieue.

    La nouvelle ville de Montréal
    Découpage des arrondissements de la nouvelle de Montréal
    1 conseiller municipal par tranche de 30 000 habitants


    A. Arrondissements issus des municipalités de banlieue

    18. Lachine
    Population: 40 077 h.

    Conseillers municipaux: 2
    Conseillers d'arrondissement: 1

    Tiré du dossier Montréal de la présente encyclopédie où se trouve la liste complète des arrondissement


    En rouge, Lachine

    © L'Atlas du Canada, Ministère des Ressources naturelles du Canada
    Reproduction pour utilisation publique non commerciale autorisée par le MRNC

    Histoire

    Histoire
    Origine du nom Lachine

    "Que le nom «Lachine» ait été imposé à la seigneurie de M. de la Salle, comme critique ironique de l’expédition manquée de 1669, cela semble ne plus souffrir de contradiction. Aux preuves de M. Sulte et celles que donne mon Vieux Lachine, j’en ajouterai de nouvelle. On sait que de La Salle appela sa seigneurie «Saint-Sulpice». – C’est le nom qu’il lui donne dans les actes de vente de 1669. Dans un bail du 15 novembre 1668, Basset, notaire, il prend la qualité de «noble homme, seigneur de Saint-Sulpice». C’était le nom de son domaine jusqu’à son départ pour les pays d’en haut, le 6 juillet 1669, à la recherche d’un passage au Japon et à la Chine. Dans l’automne de la même année, ses hommes reviennent à Saint-Sulpice sans leur chef, qui s’était séparé d’eux au lac Érié, pour aller hiverner avec les sauvages de l’Outaouais, nos alliés. Un acte de vente de Pierre Tabault, un des colons de La Salle, à Jean Roy, passé devant Basset le 26 février 1670, ne fait aucune allusion au nom de la Chine. Mais dès le 11 mai 1670, dans l’acte d’échange (Basset) entre René Cuillerier et Louis Homo, un des immeubles échangés est décrit «une concession au lieu dit la Chine», de 3 arpents sur 20, «ensemble dix arpents de terre au dit lieu de la Chine, à prendre dans la prairie», c’est-à-dire la commune qui se trouvait au bas de la côte, à l’endroit où se trouve l’aqueduc de Montréal. Puis le 11 juin 1670 (Basset, notaire), Jean Millot et sa femme s’engagent envers le Séminaire de faire construire un moulin à farine «sur cette concession que les dits Millot et sa femme ont acquise du Sr de La Salle au dit Montréal, au lieu de la Chine ainsi appelé». Le 10 août 1670, Nicolas Moisan vend à Mathurin Thibodeau «une concession au lieu dit la Chine». Enfin, on trouve au greffe de Basset un marché et devis à la date du 8 septembre 1670, par lequel Jean Millot, «habitant de ce lieu, au lieu de la Chine», donne à l’entreprise la construction du moulin à farine. Ce sont les plus anciennes mentions du nom. Les régistres (sic) de l’état civil ne l’ont adopté que plus tard, e 1673. Vieux Lachine, page 23.

    C’est donc durant l’automne de 1669 ou l’hiver de 1670, au retour de l’expédition manquée, que notre paroisse reçut, d’un commun accord, le nom de «la Chine». Dollier de Casson nous dit que le nom fut donné pendant l’hiver, bien qu’il fasse erreur sur l’année. Je doute fort qu’il ait été propagé par M. Dollier qui, parti de la côte Saint-Sulpice, le 6 juillet 1669, avec M. de Galinée et de La Salle, passa l’hiver de 1670 dans les pays d’en haut, loin de Villemarie."

    source: Désiré Girouard, Les anciens forts de Lachine et Cavelier de La Salle, Montréal, Société historique de Montréal, 1891, 64 p.: pages 21-22. On peut lire l'ouvrage en mode image sur le site Notre mémoire en ligne

    Historique de la ville
    Le massacre de Lachine (Encyclopédie canadienne)
    Désiré Girouard, Les anciens forts de Lachine et Cavelier de La Salle, Montréal, Société historique de Montréal, 1891, 64 p. (Notre mémoire en ligne)
    Stéphane Baillargeon, "L'oeuvre déchue. Ozias Leduc et l'église des Saints-Anges de Lachine", Québec Histoire, vol. 2, no 1, juin 1996

    Document vidéo: Lachine ("Histoire de villes fusionnées", dossier de de "Montréal ce soir", Radio-Canada). Vous pouvez écouter en Real Video un reportage de Philippe Schnobb
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Raccourcis

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.