• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Jésus

    Juif originaire originaire de Palestine. Fondateur du christianisme, il est considéré par les chrétiens comme le fils de Dieu et le Messie annoncé par les prophètes.

    Biographie

    Jésus-Christ, un réformateur social? (Paul Janet, 1823-1899)
    «C'est la confusion de ces deux idées, l'idée chrétienne de la charité, et l'idée philosophique du droit, qui a souvent donné le change de nos jours sur le véritable caractère du christianisme, et lui a fait attribuer un sens politique et social, qu'il n'a jamais eu à l'origine. Rien de plus contraire au bon sens que de transformer Jésus-Christ en une sorte de réformateur philanthrope et socialiste. Jésus n'a jamais voulu qu'une seule réforme: l'amélioration des âmes. La seule société qu'il eut devant les yeux, c'est la société céleste, qu'il considérait comme le renversement de la société terrestre. La richesse et la domination qui assurent la supériorité sur la terre sont, au contraire, pour le ciel une croix et un empêchement. C'est pourquoi il allait s'écriant: "Malheur à vous, riches, qui avez votre consolation!... Malheur à vous qui êtes rassasiés, parce que vous aurez faim!" C'est pourquoi il dit encore que "les riches entreront difficilement dans le royaume des cieux", tandis que ce royaume appartient aux pauvres en esprit, c'est-à-dire à ceux qui supportent la pauvreté religieusement. Il en est de la domination comme de la richesse: "Les princes des nations les dominent; il n'en sera pas ainsi parmi vous.» Dans la cité promise, «les premiers seront les derniers et les derniers seront les premiers". Mais un tel renversement n'aura lieu que dans le royaume du ciel; ou s'il peut se réaliser ici-bas, c'est à la condition que les grands se fassent volontairement petits, et non que les petits aspirent à devenir grands: l'égalité chrétienne est une égalité morale, religieuse, volontaire, et non sociale et politique.

    Un point qui n'est pas moins certain, c'est que Jésus, qui n'a aucun caractère de réformateur politique, n'a pas davantage de prétentions au rôle de dominateur et de roi. On sait que c'est en cela même qu'a consisté l'aveuglement des Juifs: leur erreur a été de ne pas reconnaître le Messie, dans celui que n'accompagnait aucun signe sensible de la royauté. Or, il est certain que Jésus-Christ n'a jamais réclamé la domination ni pour lui ni pour ses disciples. Comment l'aurait-il fait, lui qui disait: "Je ne suis pas venu pour être servi, mais pour servir;" et encore: "Mon royaume n'est pas de ce monde." Tous les textes qui, au moyen âge, ont été interprétés dans le sens de la domination ecclésiastique, n'ont qu'un sens religieux et spirituel. "Fais paître mes brebis", disait-il à saint Pierre. Il entendait par là: nourris-les de la parole. Lorsqu'il disait: "Tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel; tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel 18", il ne voulait parler évidemment que de la rémission des péchés, et non de la dispense du serment de fidélité envers les puissances. Dans ces paroles: "Allez, enseignez les nations, et les baptisez au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit", il instituait le sacerdoce et la prédication, mais il ne donnait aucun pouvoir temporel à ses disciples. Quant à lui, il rejetait toute fonction qui avait rapport aux intérêts de la vie: "Maître, disait un de ses disciples, dites à mon frère de partager avec moi mon héritage." Jésus lui dit: "Qui m'a établi juge sur vous ou pour faire vos partages?" Enfin, dans le passage le plus célèbre et le plus souvent cité, Jésus fait le partage entre les puissances en disant: "Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu 20." Il est vrai que dans ces termes généraux, la question reste entière, puisqu'il s'agit de savoir ce qui est à César et ce qui est à Dieu. Mais le principe se détermine par l'application particulière qui en est faite. Or, de quoi s'agit-il? de payer le tribut. Ainsi le tribut est à César. Or, le tribut est le signe de la soumission civile; il en résulte que César est le véritable chef de l'union civile, c'est-à-dire de l'État. Ainsi Jésus-Christ a séparé le royaume de Dieu et le royaume de l'État, et il n'a pas voulu que le premier dominât sur le second.»

    PAUL JANET, «Le Nouveau Testament: morale et politique des Évangiles», Histoire de la science politique dans ses rapports avec la science morale, Paris, Félix Alcan, 1887


    *******



    Rousseau: de la sainteté des Évangiles
    «Je vous avoue aussi que la majesté des Écritures m'étonne, que la sainteté de l'Évangile parle à mon coeur. Voyez les livres des philosophes avec toute leur pompe: qu'ils sont petits près de celui-là! Se peut-il qu'un livre à la fois si sublime et si simple soit l'ouvrage des hommes? Se peut-il que celui dont il fait l'histoire ne soit qu'un homme lui-même? Est-ce là le ton d'un enthousiaste ou d'un ambitieux sectaire? Quelle douceur, quelle pureté dans ses moeurs! Quelle grâce touchante dans ses instructions! Quelle élévation dans ses maximes! Quelle profonde sagesse dans ses discours! Quelle présence d'esprit, quelle finesse et quelle justesse dans ses réponses! Quel empire sur ses passions! Où est l'homme, où est le sage qui sait agir, souffrir et mourir sans faiblesse et sans ostentation?[...]

    La mort de Socrate, philosophant tranquillement avec ses amis, est la plus douce qu'on puisse désirer; celle de Jésus expirant dans les tourments, injurié, raillé, maudit de tout son peuple, est la plus horrible qu'on puisse craindre. Socrate prenant la coupe empoisonnée bénit celui qui la lui présente et qui pleure; Jésus, au milieu d'un supplice affreux, prie pour ses bourreaux acharnés. Oui, si la vie et la mort de Socrate sont d'un sage, la vie et la mort de Jésus sont d'un Dieu.»

    JEAN-JACQUES ROUSSEAU, Émile ou de l'éducation (livre IV), Paris, Garnier, 1961, pp. 379-380.

    Documentation

    I. Christologie biblique :

    BROWN, Raymond E. Jesus, God and Man. Modern Biblical Reflections. Milwaukee, The Bruce Publishing Company, 1967, xviii-109 p.

    BROWN, Raymond E. The Birth of the Messiah. A Commentary on the Infancy Narratives in Matthew and Luke. Garden City, DoubleDay, 1977, 594 p.

    BROWN, Raymond E. Jésus dans les quatre évangiles. Paris, Cerf, 1996, 312 p.

    CULLMAN, Oscar. Christologie du Nouveau Testament. Neuchâtel/Paris; Delachaux & Niestlé, 1958, 300 p. Coll. « Bibliothèque Théologique ».

    CULLMAN, Oscar. Christ et le temps. Temps et histoire dans le christianisme primitif. 2e édition. Paris/Neuchâtel, Delachaux & Niestlé, 1966, xvi-182 p. Coll. « Bibliothèque théologique ».

    CULLMAN, Oscar. « Essais de christologie », dans Études de théologie biblique. Neuchâtel, Delachaux & Niestlé, 1968, pp. 29-71. Coll. « Bibliothèque Théologique ».

    CULLMAN, Oscar. Jésus et les révolutionnaires de son temps : culte, société, politique. Neuchatel, Delachaux et Niestlé, [1970], 87 p.

    CULLMAN, Oscar. Royauté du Christ et Église. Neuchâtel, Delachaux & Niestlé, 1971, 81 p. Coll. « Foi vivante » # 140.

    DANIÉLOU, Jean. Les Évangiles de l’enfance. Paris, Seuil, 1967, 141 p.

    DODD, Charles Harold. Le fondateur du christianisme. Traduit de l’anglais par Paul-A. Lesort. Paris, Seuil, 1972, 187 p.

    GUARDINI, Romano. L’image de Jésus-Christ dans le Nouveau Testament. Traduit de l’allemand par Jeanne Ancelet-Eustache. Paris, Seuil, 1969, 123 p. Coll. « Le livre de vie » # 98.

    LATOURELLE, René. L’Accès à Jésus par les Évangiles. Histoire et herméneutique. Tournai/Desclée et cie; Montréal, Bellarmin, [1977], 270 p.

    SCHNAKENBURG, Rudolf. « La christologie du Nouveau Testament », dans Mysterium Salutis (éd. française), vol. 10, Paris, Cerf, 1974, pp. 13-235.


    II. Christologie des Pères de l’Église :

    1) Ouvrages fondamentaux :
    GRILLMEIER, Aloys. Le Christ dans la tradition chrétienne. Tome I. De l’âge apostolique à Chalcédoine. Paris, Cerf, 1973; Tome II-1. Le Concile de Chalcédoine (451). Réception et opposition. Paris, Cerf, 1990; Tome II-2. L’Église de Constantinople au VIe siècle. Paris, Cerf, 1993.

    2) Les Pères apostoliques et apologètes :



    3) Les Pères Antenicéens :
    TERTULLIEN. La Chair du Christ. Introduction, texte critique, traduction, commentaire et index par Jean-Pierre Mahé. Paris, Cerf, 1975. Tome I : introduction, texte critique et traduction, « Sources chrétiennes » # 216; Tome II : commentaire et index, « Sources chrétiennes » # 217.


    3.1) Études de la christologie des Pères Antenicéens :

    BERTRAND, Frédéric. Mystique de Jésus chez Origène. Paris, Aubier/Montaigne, 1951, 156 p. « Théologie » # 23.

    HOUSSIAU, A. La christologie de saint Irénée. Gembloux, Duculot, 1955.

    SESBOÜÉ, Bernard. Tout récapituler dans le Christ. Christologie et sotériologie d’Irénée de Lyon. Paris, Desclée, 2000, 231 p. « Jésus et Jésus-Christ » # 80.


    4) Les Pères Postnicéens :

    ATHANASE D’ALEXANDRIE. Sur l’Incarnation du Verbe. Introduction, texte critique, traduction et notes par Charles Kannengiesser. Paris, Cerf, 1973, 484 p. « Sources chrétiennes » # 199.

    CYRILLE D’ALEXANDRIE. Deux dialogues christologiques. Introduction, texte critique, traduction et notes par G. M. de Durand. Paris, Cerf, 1964, 548 p. « Sources chrétiennes » # 97.


    4.1) Études de la christologie des Pères Postnicéens

    BOUYER, Louis. L’Incarnation et l’Église-Corps du Christ dans la théologie d’Athanase. Paris, Cerf, 1943. Coll. « Unam Sanctam » # XI.


    III. Christologie médiévale :

    AELRED DE RIEVAULX. Quand Jésus eut douze ans… Introduction et texte critique de Dom Anselme Hoste. Traduction de J. Dubois. Paris, Cerf, 1958, 133 p. « Sources chrétiennes » # 60.


    IV. Christologie de l’époque moderne :


    V. Christologie contemporaine (depuis 1914) :

    BONHOEFFER, Dietrich. Christology. Introduced by E. H. Robertson and translated by John Bowden. Collins, London, 1966, 126 p.

    BONHOEFFER, Dietrich. Qui est et qui était Jésus-Christ? Paris, Cerf, 1980.

    BORG, Marcus J. Jesus, a New Vision. Spirit, Culture and The Life of Discipleship. San Francisco, Harper, 1991, x-216 p.

    BORG, Marcus J. et N. T. Wright. The Meaning of Jesus, Two Visions. New York, Harper San Francisco, 1998, xii-288 p.

    BORNKAMM, Günther. Qui est Jésus de Nazareth? Traduit de l’allemand par M. Barth et S. De Bussy. Préface de Xavier Léon-Dufour. Paris, Seuil, 1973. « Parole de Dieu ».

    BOUYER, Louis. Le Fils éternel. Théologie de la Parole de Dieu et christologie. Paris, Cerf, 1974.

    DANIÉLOU, Jean. Approches du Christ. Paris, Grasset, 1960, 254 p. Coll. « Église et temps présent ».

    ELLUL, Jacques. Si tu es le Fils de Dieu. Souffrances et tentations de Jésus. Paris, Les Éditions EBV/Centurion, 1991, 110 p.

    GRELOT, Pierre. Jésus de Nazareth, Christ et Seigneur. Tome 1. Paris, Cerf, 1997, 474 p. Coll. « Lectio Divina » # 167.

    GRELOT, Pierre. Jésus de Nazareth, Christ et Seigneur. Tome 2. Paris, Cerf, 1998, 554 p. Coll. « Lectio Divina » # 170.

    GUARDINI, Romano. Le Seigneur. Méditations sur la personne et la vie de Jésus-Christ. Tome 1. Traduit par le R.P. Lorson. Paris, Alsatia, 1945, 350 p.

    GUARDINI, Romano. Le Seigneur. Méditations sur la personne et la vie de Jésus-Christ. Tome 2. Traduit par le R.P. Lorson. Paris, Alsatia, 1945, 288 p.

    JEAN-PAUL II. Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai homme. Catéchèse sur le Credo IV. Introduction de Mgr Claude Dagens. Paris, Cerf, 1990, xx-192 p.

    KASPER, Walter. Jésus le Christ. Traduit de l’allemand par J. Désignaux et A. Liefooghe. Paris, Cerf, 1976, 421 p. Coll. « Cogitatio Fidei » # 88.

    LATOURELLE, René. Le Christ et l’Église signes de salut. Montréal/Bellarmin ; Tournai/Desclée et cie, 1971, 291 p.

    LATOURELLE, René. Miracles de Jésus et théologie du miracle. Montréal, Bellarmin, 1986, 400 p.

    LATOURELLE, René. Seigneur Jésus, montre-nous ton visage. Montréal, Bellarmin, 2001, 262 p.

    MOINGT, Joseph. L’homme qui venait de Dieu. Paris, Cerf, 1993, 726 p. Coll. « Cogitatio Fidei » # 176.

    MOLTMANN, Jürgen. Jésus, le messie de Dieu. Traduction de l’allemand par Joseph Hoffman. Paris, Cerf, 1993, 476 p. Coll. « Cogitatio Fidei » # 171.

    PANNENBERG, Wolfhart. Esquisse d’une christologie. Paris, Cerf, 1971, 516 p. Coll. « Cogitatio Fidei » # 62.

    RAHNER, Karl. « Problèmes actuels de christologie », dans Écrits théologiques. Tome 1. Traduction par Michel Rondet. Paris, Desclée De Brouwer, 1959, pp. 113-181. Coll. « Textes et études théologiques ».

    RAHNER, Karl. « La christologie à l’intérieur d’une vision évolutive du monde », dans Science, évolution et pensée chrétienne. Traduction par Henri Rochais. Paris, Desclée De Brouwer, 1967, pp. 121-168.

    RAHNER, Karl. Je crois à Jésus-Christ. Traduit de l’allemand par Henri Rochais. [Bruges], Desclée De Brouwer, [1971], 118 p. Coll. « Méditations théologiques ».

    RAHNER, Karl. « Jésus-Christ », dans Traité fondamental de la foi. Introduction au concept de christianisme. Traduction de Gwendoline Jarczyk. Paris, Le Centurion, 1983, pp. 203-359.

    RAHNER, Karl. Aimer Jésus. Traduction, présentation et postface de Joseph Doré. Paris, Desclée, 1985, 160 p. Coll. « Jésus et Jésus-Christ » # 24.

    SCHILLEBEECKX, Edward. Jesus – An Experiment in Christology. Translated by Hubert Hoskins. New York, The Seabury Press, 767 p.

    SCHILLEBEECKX, Edward. Christ – The Experience of Jesus as Lord. Translated by John Bowden. New York, Crossroad, 1980, 925 p.

    SCHILSON, Arno et Walter Kasper. Théologiens du Christ aujourd’hui. Traduit de l’allemand par R. Givord. Paris, Desclée, 1978, 221 p. Coll. « Jésus et Jésus-Christ » # 9.

    SCHNAKENBURG, Rudolf et A. Vögtle. Le Message de Jésus et l’interprétation moderne. Paris, Cerf, 1969.

    SESBOÜÉ, Bernard. Jésus-Christ dans la tradition de l’Église. Paris, Desclée, 1982.

    SESBOÜÉ, Bernard. Pédagogie du Christ. Éléments de christologie fondamentale. Paris, Cerf, 1995.

    SESBOÜÉ, Bernard et B. Meunier. Dieu peut-il avoir un fils? Paris, Cerf, 1993.

    TILLIETTE, Xavier. La christologie idéaliste. Paris, Desclée, 1986, 240 p. Coll. « Jésus et Jésus-Christ » # 28.


    VI. Jésus et les philosophes :

    BOUSQUET, François. Le Christ de Kierkegaard. Paris, Desclée, 1999, 462 p. Coll. « Jésus et Jésus-Christ » # 76.

    JASPERS, Karl. « Jésus », dans Les grands philosophes. Traduit de l’allemand par Hélène Naef, sous la direction de J. Hersch. Paris, Plon, 1963, pp. 164-192.

    TILLIETTE, Xavier. Le Christ de la philosophie. Prolégomènes à une christologie philosophique. Paris, Cerf, 1990, 294 p. Coll. « Cogitatio Fidei » # 155.

    TILLIETTE, Xavier. Le Christ des philosophes. Du maître de sagesse au divin Témoin. Namur, Culture et vérité, 1993, 492 p.


    VII. Jésus dans les religions non chrétiennes :

    ARNALDEZ, Roger. Jésus dans la pensée musulmane. Paris, Desclée, 1988, 282 p. Coll. « Jésus et Jésus-Christ » # 32.


    VIII. Jésus dans la littérature :

    DICKENS, Charles. La vie de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Illustrée par Andrée Bienfait. Paris, Droguet & Ardant, 1991, 86 p.

    EMMANUEL, Pierre. Le Poète et son Christ. Éd. revue et augm. Présentation d’Albert Béguin. Neuchâtel, Éd. de La Baconnière, 1938, 144 p. Coll. « Les Cahiers du Rhône ».

    GIBRAN, Khalil. Jésus Fils de l’Homme. Ses paroles et ses actes racontés et rapportés par ceux qui l’ont connu. Traduit de l’anglais par J.-P. Dahdah et M. Schurman. Paris, Albin Michel, 1990, 242 p.

    GRÉGOIRE DE NAZIANZE. La Passion du Christ, tragédie. Introduction, texte critique, traduction et notes de André Tuilier. Paris, Cerf, 1969, 364 p. « Sources chrétiennes » # 149.

    GUITTON, Jean. Jésus. Paris, Grasset, 1956, 447 p.

    PAPINI, Giovanni. Histoire du Christ. Traduction française de Paul-H. Michel. Paris, Payot, 1946, 454 p.

    TILLIETTE, Xavier. Jésus romantique. Paris, Desclée, 2002, 349 p. Coll. « Jésus et Jésus-Christ » # 85.


    IX. Jésus dans l’art :

    BUECHNER, Frederick et Lee Boltin. The Faces of Jesus. New York, Riverwood/Simon & Schuster, 1974, 256 p.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Références
    Données biographiques
    Naissance
    vers 7-6 av. J.-C., Bethléem
    Déces
    vers 27-28
    Documents Associés
    Jean-Jacques Rousseau
    Christianisme, Évangile, sainteté
    Victor Hugo
    Divinité, humanité, bourgeoisie, stupidité, foi
    Victor Hugo
    Raccourcis
    Anno Domini: Jésus au fil de l'histoire (exposition, Musée virtuel du Canada)
    From Jesus to Christ: The First Christians (dossier Web de l'émission "Frontline" diffusée sur PBS, le 6 avril 1998)

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.