• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Rameau Jean-Philippe

    «La musique est l'arithmétique du son, comme l'optique est la géométrie de la lumière. [Debussy]»

    Rameau est l'auteur d'un Traité de l'harmonie, dans lequel il «revise entièrement la vieille classification empirique des accords qu'il ramène à quelques accords simples...». Il rapporte «toute l'harmonie à un son principal qu'il appelle centre harmonique (et) pose ainsi le principe de la basse fondamentale: découverte importante qui, pour la première fois, donne à la théorie de la consonance une base scientifique». Un de ses grands compatriotes Claude Debussy près de deux siècles plus tard fera de Rameau l'analyse très pertinente que voici: «Le besoin de comprendre - si rare chez les artistes - est inné chez Rameau. N'est-ce pas pour y satisfaire qu'il écrivait un Traité de l'harmonie, où il prétend restaurer les droits de la raison et veut faire régner dans la musique l'ordre et la clarté de la géométrie... il ne doute pas un instant de la vérité du vieux dogme des Pythagoriciens... la musique entière doit être réduite à une combinaison de nombres; elle est l'arithmétique du son, comme l'optique est la géométrie de la lumière. On voit qu'il en reproduit les termes, mais il y trace le chemin par lequel passera toute l'harmonie moderne; et lui-même».

    Biographie

    «Jean-Philippe Rameau a une importance considérable dans l'histoire de la musique. Cependant que Bach en Allemagne et Haendel en Angleterre édifiaient leur oeuvre, Rameau mettait de l'ordre dans la musique de son pays et lui donnait un nouveau sens. On joue toujours la musique de Bach, et bien peu celle de Rameau, ce qui nous fait croire que Rameau nous intéresse aujourd'hui davantage par ses idées que par sa propre musique. C'est peut-être parce que Rameau rejoint le pur classicisme du XVIIe siècle, celui des grands maîtres de la littérature, et que son esprit cartésien ne touche plus nos sensibilités.

    Jean-Philippe Rameau appartient lui aussi à une famille de musiciens. Son père était organiste à Dijon. Son frère Claude était également organiste et la légende veut que l'étonnant Jean-François Rameau, qui fit le sujet du fameux livre de Diderot, Le neveu de Rameau, eût, lui aussi, des dons très remarquables de musicien. C'est donc à Dijon, en France, que naquit Jean-Philippe Rameau. Il fit ses études au Collège des Jésuites et, à l'âge de huit ans, il voyage déjà en Italie afin de faire connaissance avec l'art terriblement à la mode des Italiens. Au commencement du XVIIIe siècle, il est à Paris, où il continue à s'instruire dans son art, et il songe déjà à écrire un traité d'harmonie, qui paraîtra en 1722. Il s'éprend d'une jolie femme qui lui préfère son frère Claude, et d'une autre encore qui le refuse à cause de son mauvais langage - ce qui est très curieux - et il épouse enfin Marie-Louise Mangot. Pauvre dans sa jeunesse, il meurt assez riche, puisqu'il laissa à sa mort environ deux cent mille livres. On connaît beaucoup mieux les détails de sa vie pratique et de ses idées, que ceux de sa vie sentimentale. Sa vie sentimentale, il semble qu'elle ait été réglée avec la même minutie et la même raison qui lui ont dicté les lois fondamentales de l'harmonie. Voici le portrait de l'homme, d'après son biographe Louis Laloy: « Il était grand, d'une maigreur effrayante, qui lui donnait plus l'air d'un fantôme que d'un homme. Grimm le trouve aussi hâve et aussi sec que M. de Voltaire, ce qui n'est pas peu dire... Mais le musicien était loin de montrer la mine malicieuse du philosophe: sa physionomie était sévère; tous les traits de son visage étaient grands, et annonçaient la fermeté de son caractère... »

    «Même au plus fort de sa renommée, dit encore Louis Laloy, on ne l'aimait guère. De méchants bruits couraient sur son compte: on le disait dur, avaricieux, intraitable... » Il est certain que Rameau n'était pas aimé et qu'il eût répugné à son caractère de se faire aimer par courtisanerie. Et si, par exemple, les grands seigneurs s'intéressent à lui, il n'en devient pas pour cela courtisan.

    Ses premières oeuvres sont refusées à l'Opéra, mais il ne s'aplatit pas devant les directeurs du théâtre. Et quand le Fermier-Général La Poplinière, celui que Voltaire appelait Meçaenas, fait de Rameau le directeur de sa musique particulière, c'est parce qu'il veut s'honorer lui-même en ayant chez lui le plus grand musicien de ce temps-là.
    Cette reconnaissance, cependant, lui ouvre bien des portes. Son opéra La Princesse de Navarre, dont Voltaire a écrit le livret, est représenté à l'occasion du mariage du Dauphin avec l'Infante Marie-Thérèse, et Louis XV le nomme compositeur de la Chambre du Roi. Le roi lui confère même des titres de noblesse et Rameau devient en quelque sorte un homme à la mode.

    On remarque qu'à partir de cette époque, sa musique et son caractère se ressentent de ces grands succès et de ce bien-être matériel. Il devient plus gai et sa musique s'épanouit davantage. Elle est « plus aisée, plus reposée, de meilleure grâce », et le malicieux Louis Laloy ajoute qu'il « lui a fallu tout ce temps pour apprendre à rire... »
    Il a alors soixante ans. Ces hautes protections ne l'ont pourtant pas dispensé de livrer de terribles batailles avec des adversaires de tous calibres: musiciens, savants et encyclopédistes. On le considérait comme un révolutionnaire hardi, écrivant une musique d'une « mécanique prodigieuse », mais on l'opposait aux « doux ébranlements » des musiciens de son temps qui, eux, ne secouaient point la tradition. Voltaire lui-même opposait «cette profusion de doubles croches à la sérénité de Lulli », et cela déchaîna la querelle des ramistes et des lullistes, dont triompha pourtant le sage, classique et audacieux Rameau. Mais Rameau eut aussi à lutter contre les encyclopédistes, et on connaît cette autre querelle dite des Bouffons qui opposa vivement deux formules d'opéra: l'italienne et la française. Rousseau, Grimm, Alembert et Diderot prirent nettement parti contre Rameau, et Rousseau louait « les Italiens de n'attacher de prix qu'à la mélodie, et de réduire l'harmonie à la portion congrue... » . A quoi Rameau répondit par sa fameuse brochure: Erreurs sur la Musique dans l'Encyclopédie, qui déchaîna une véritable guerre. C'est ainsi que se passe la vie de Rameau, en discutant et en bataillant. Mais cela ne l'empêche pas de produire des opéras, des ballets, qui sont joués, et qui s'imposent. Hippolyte et Aricie triomphent et aussi Dardanus, et Rameau vieillit, A l'âge de soixante-dix-neuf ans, il dit un jour à un ami : « De jour en jour j'acquiers du goût, mais je n'ai plus de génie... » . Au Président de Brosses qui le pressait de se remettre au travail, il dit: «L'imagination est usée dans ma vieille tête, et on n'est pas sage quand on veut travaille à cet âge aux arts qui sont entièrement d'imagination... » Cette parole est loin d'être la réponse d'un artiste qui aurait nié l'imagination, ainsi qu'ont voulu le faire croire ses détracteurs.

    Néanmoins, sa force de caractère et sa mauvaise humeur ne l'ont jamais quitté, même à la fin de sa vie. On prétend qu'il aurait empêché que sa fille se mariât de son vivant « pour n'avoir point de dot à fournir », et on dit encore que, sur le point de mourir, il riposta au curé de Saint-Eustache qui l'assistait: « Que diable venez-vous me chanter là, monsieur le curé? Vous avez la voix fausse... » Enfin, il mourut à Paris le 12 septembre 1764, laissant une oeuvre considérable et des théories générales sur la musique qui ont toujours force de loi. (Car la science harmonique qui régit la musique, on la doit en grande partie à ce savant musicien.) Il est possible que Rameau soit venu trop tard et qu'il aurait dû être le contemporain de Corneille, de Racine et de Bossuet. Et cependant, l'art de Rameau est humain, et émouvant, mais émouvant comme Racine, et non pas comme Jean-Jacques et les grands romantiques: Tous ces opéras-ballet que l'on n'entend plus qu'en Europe et dans de rares circonstances, contiennent des pages admirables de caractère, tragiques et émouvantes. Castor et Pollux, Hippolyte et Aricie, Dardanus, Pygmalion, nous toucheraient encore si on pouvait s'en approcher, et les airs de danses et les ouvertures symphoniques de Rameau feraient également notre joie si on s'avisait de les remettre au répertoire symphonique. Mais la paresse et la routine ont créé un fossé profond, ou plutôt un profond malentendu entre cet art et notre sensibilité actuelle.»

    Léo-Pol Morin, Musique, Montréal, Beauchemin, 1946

    ***


    Le mécène de Rameau

    Le Riche de la Pouplinière avait hérité une immense fortune familiale qu'il accrut encore par d'habiles spéculations. Fermier général sous Louis XV de 1721 à 1738, il avait plusieurs résidences dans lesquelles il organisait des concerts pour lesquels il était à l'affût de tous les talents. Les répétitions générales de la plupart des concerts donnés ensuite à Paris se faisaient dans les châteaux de la Pouplinière. C'est donc lui qui adopta Rameau, lequel fut son musicien attitré de 1731 à 1753.

    Documentation

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Naissance
    1683, Dijon
    Déces
    1764
    Documents Associés
    Hélène Laberge
    Rousseau, harmonie, mélodie, musique italienne, musique française, Pergolèse
    Raccourcis

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.