• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Barthélemy Jean-Jacques

    Jean-Jacques, dit l'abbé Barthélemy. Érudit et écrivain français (1716-1795), auteur du Voyage du jeune Anarcharsis en Grèce, ouvrage hautement populaire dès sa publication en 1788 et au cours des premières décennies du XIXe siècle. Dans cet ouvrage auquel il consacra plus de trente années — il regrettait, disait-il à la fin de sa vie, ne pas s'y être pris dix années plus tôt et ne pas l'avoir terminé dix années plus tard —, l'auteur substitue à l'analyse historique traditionnelle, la description des lieux, des personnages, des us et coutumes tel qu'observés par un voyageur fictif, un jeune Scythe nommé Anacharsis, qui aurait parcouru la Grèce vers le milieu du IVe siècle av. J.-C. Passionné par les langues, il acquit rapidement une réputation d'orientaliste grâce à sa connaissance de l'arabe et ses travaux sur le palmyre et le phénicien, dont il fut le premier à traduire une inscription. Collaborateur, puis successeur de Gros de Boze à la garde du Cabinet des médailles de la Bibliothèque du Roi, il se rendit de 1755 à 1757 en Italie sur l'invitation de l'ambassadeur de France, voyage au cours duquel il s'intéressa aux trésors archéologiques des grandes collections italiennes, de même que les riches matériaux mis à jour dans les sites de Pompéi et Herculanum nouvellement découverts. On publia après sa mort ses lettres de son voyage en Italie adressées au comte de Caylus qui fut son collaborateur au cabinet des médailles. La carrière de Barthélemy, brisée par la révolution qui lui retira ses privilèges, rétablis l'année de sa mort en 1795, fut couronnée par une élection à l'Académie française et une reconnaissance à l'échelle européenne pour ses travaux historiques.

    Biographie

    Extrait d'une notice biographique parue dans la Grande Encyclopédie (article signé par L.-G. Pélissier)
    «Le principal ouvrage de Barthélemy est ce Voyage du jeune Anacharsis en Grèce dans le milieu du IVe siècle qui, sans doute, n'est plus au courant de la science, mais qui reste un tableau complet, animé et intéressant de l'antiquité grecque (surtout pour la vie privée). Il avait songé d'abord à faire sous forme de mémoires d'un voyageur un tableau de la Renaissance italienne littéraire, scientifique et artistique; mais, manquant de la préparation nécessaire et absorbé par d'autres travaux, il renonça à ce projet ou plutôt l'appliqua à une autre époque; au lieu de la Renaissance décrite par un Français, il donna la Grèce du IVe siècle décrite par un Barbare. Il suppose "qu'un Scythe vient en Grèce quelques années avant la naissance d'Alexandre et que, d'Athènes, il fait plusieurs voyages dans les provinces voisines, observant partout les mœurs et les usages des peuples, assistant à leurs fêtes, étudiant la nature de leurs gouvernements; quelquefois consacrant ses loisirs à des recherches sur les progrès de l'esprit humain, conversant avec les grands hommes qui florissaient alors: Phocion, Epaminondas, Xénophon, Platon, Aristote, Démosthène". "Cet ouvrage, commencé en 1757, ne parut qu'en 1787." Malgré l'imminence de la réunion des États généraux qui laissait peu de loisir aux plaisirs scientifiques, le succès d'Anacharsis fut immense. Le Monthly review seul insinua que l'ouvrage était imité des Lettres athéniennes, parues à Cambridge en 1741 et non mises dans le commerce. Barthélemy n'eut pas de peine à convaincre ses censeurs qu'il avait ignoré l'existence de cet ouvrage anglais, et le Monthly rewiew enregistra sa déclaration. Ainsi rien ne troubla le bonheur du vieux savant qui disait de son livre: "Je regrette, après y avoir employé plus de trente ans, de ne l'avoir pas commencé dix ans plus tôt et de n'avoir pu le finir dix ans plus tard."»

    Oeuvres

    Documentation

    L'influence des travaux de l'abbé Barthélemy
    La découverte de Pompéi, par Robert Étienne. Bibliothèque de Clio. Extrait: «L’ouvrage de l’abbé Barthélemy, Le voyage du jeune Anacharsis en Grèce, tout imprégné de la connaissance des objets découverts à Herculanum et Pompéi, eut une influence considérable pendant la Révolution et l’Empire.»

    L'abbé Barthélemy, déchiffreur du palmyre et du phénicien
    Le rôle de l'abbé Barthélemy dans le déchiffrement de l'alphabet phénicien. Typographie & Civilisation.

    Les précurseurs de l'orientalisme. Séance de l'Académie des inscriptions et des belles-lettres, par Jean Richard, membre de l'Académie. 2001
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.