• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Lamarck Jean-Baptiste de Monet chevalier de

    Naturaliste français.

    « Tout le monde connaît le titre de l’ouvrage capital de Buffon : Les Époques de la Nature. Lamarck vint et supprima cette idées d’époques, de cataclysmes, de déluges, pour la remplacer par l’idée de continuité des actions naturelles. Rien de soudain. Une espèce est la suite d’une autre espèce, comme un terrain géologique est la suite d’un autre terrain. Rien ne se crée, tout se transforme. Quelques philosophes avaient entrevu cette notion, mais il restait à la faire sortir des hypothèses, à la formuler scientifiquement, à lui assigner une base et des causes. Ce fut l’œuvre de Lamarck. Il ne faut, cependant, chercher dans La Philosophie zoologique ni la précision minutieuse de Darwin, ni l’audacieuse affirmation de Haeckel. Le génie de Lamarck, encore que nourri de faits scientifiques et des plus variés, est surtout intuitif. Il sait beaucoup, mais il devine encore plus. Il voit et en même temps il prévoit. Le titre de son livre n’est point pris au hasard : Lamarck n’a fait et n’a voulu faire qu’une philosophie de la nature. Son idée maîtresse est celle de l’adaptation qui consiste pour lui, comme l’a bien compris Haeckel, dans une relation entre la modification lente et constante du monde extérieur et un changement correspondant dans les activités et, par suite, dans les formes des organismes. De là l’importance donnée aux habitudes et au défaut d’exercice des organes. Le milieu nécessite des activités, et ces activités créent, renforcent ou détruisent les organes qui leur sont nécessaires ou inutiles. Pour arriver avec ce principe à la transformation des espèces anciennes en espèces nouvelles, il faut encore admettre un facteur d’une importance énorme, l’hérédité des caractères acquis. Il ne suffit pas, en effet, qu’un individu acquière les rudiments d’une activité nouvelle, il est nécessaire qu’il les puisse transmettre par la génération à ses descendants. Le milieu crée le besoin, le besoin crée l’organe et l’hérédité le consolide.

    (…)

    Veut-on maintenant un résumé synthétique des idées de Lamarck? On peut le demander à Lamarck lui-même. Écoutons-le : Les divisions systématiques, classes, ordres, familles, genres et espèces, ainsi que leurs dénominations, sont une œuvre purement artificielle de l’homme. Les espèces ne sont pas toutes contemporaines; elles sont descendues les unes des autres et ne possèdent qu’une fixité relative et temporaire : les variétés engendrent des espèces. La diversité des conditions de la vie influe, en les modifiant, sur l’organisation, la forme générale, les organes de l’animal; on en peut dire autant de l’usage ou du défaut d’usage des organes. Tout d’abord, les animaux et les plantes les plus simples ont été produits, puis les êtres doués d’une organisation plus complexe. L’évolution géologique du globe et son peuplement organique ont eu lieu d’une manière continue et n’ont pas été interrompus par des révolutions violentes. La vie n’est qu’un phénomène physique. Tous les phénomènes vitaux sont dus à des causes mécaniques, soit physiques soit chimiques, ayant leur raison d’être dans la constitution de la matière organique. Les animaux et les plantes les plus rudimentaires, placés au plus bas degré de l’échelle organique, sont nés et naissent encore aujourd’hui par génération spontanée. Tous les corps vivants ou organismes de la nature sont soumis aux mêmes lois que les corps privés de vie ou organiques. Les idées et les autres manifestations de l’esprit sont de simples phénomènes de mouvement qui se produisent dans le système nerveux central.
    (...) Lamarck nous donne encore cette leçon que, s’il n’y a pas de philosophie sans base scientifique, il n’y a pas non plus de science sans philosophie. Considérons avec émotion et avec reconnaissance le nom et l’œuvre de Jean-Baptiste de Monet de Lamarck, né en 1744 en Picardie et mort à Paris en 1829, après avoir vécu, travaillé et souffert pour la science et pour la liberté de la pensée.»

    REMY DE GOURMONT, «Le génie de Lamarck», Promenades philosophiques. Troisième série. Reproduit à partir de la onzième édition (Paris, Mercure de France, 1925, p. 77-83).

    Oeuvres

    Philosophie zoologique, ou exposition des considérations relatives à l'histoire naturelle des animaux. À Paris, chez Dentu, chez l'auteur, 1809: 1) mode texte, format html; 2) mode image, format PDF: tome premier (XXVI-428 p.); tome second (475 p.) - BNF, Gallica

    Histoire naturelle des animaux sans vertèbres : présentant les caractères généraux et particuliers de ces animaux (BNF, Gallica – mode image, format PDF) Tome premier: Paris, Verdière, 1815, XVI-462 p.
    Tome second: Paris, Verdière, 1816, 568 p.
    Tome troisième: Paris, Verdière, 1816, 585 p.
    Tome quatrième: Paris, Deterville, Verdière, 1817, 603 p.
    Tome cinquième: Paris, Deterville, Verdière, 1818, 612 p.
    Tome sixième: Paris, Lamarck, 1819, 232 p. Système analytique des connaissances positives de l'homme, restreintes à celles qui proviennent directement ou indirectement de l'observation, Paris, J.-B. Baillière, 1830, 364 p. (BNF, Gallica – mode image, format PDF)

    Annuaire météorologique pour l'an XIV de l'ère de la République française. Strasbourg ; Paris, Maillard, Treuttel et Würtz, an XIV [1805-1806], 205 p. (BNF, Gallica – mode image, format PDF)

    Discours d'ouverture [des cours de zoologie donnés dans le Muséum d'histoire naturelle: an VIII, an X, an XI et 1806. [Lille], [impr. L. Danel], 1907, 157 p.-[3] f. de pl. Extrait du "Bulletin scientifique de la France et de la Belgique", tome XL (BNF, Gallica – mode image, format PDF)

    En latin

    Avec Augustin Pyrame de Candolle. Synopsis plantarum in flora gallica descriptarum. Parisiis, apud H. Agasse, ex typis J. G. A. Stoupe, 1806, XXIV-452 p.

    Documentation

    Martins, Ch. "Un naturaliste philosophe - Lamarck, sa vie et ses oeuvres", Revue des Deux Mondes, 2e période, tome 104, 1er mars 1873, p. 142-177 (Bibliothèque nationale de France, Gallica – mode image, format PDF)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    France
    Naissance
    1744, Bazentin, Picardie
    Déces
    1829
    Documents Associés
    Ferdinand Hoefer
    Biographie de Lamarck, zoologie, classification du règne animal, génération spontanée

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.