• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Ingres Jean-Auguste Dominique

    "Le peintre de deux Empires

    Elève de
    David, premier grand prix de peinture en 1800, Ingres a cependant
    du mal à imposer ses œuvres en France. Parti étudier les grands maîtres italiens, il se fixe à Rome puis à Florence, d’où il produit notamment
    Raphaël et la Fornarina, Le sommeil d’Ossian ou L’Odalisque couchée, ce dernier tableau, commandé par la reine de Naples, lui valant un retour en grâce auprès des critiques français. Décoré de la Légion d’honneur en 1824, Ingres est admis l’année suivante à l’Institut. Mais son travail continue de déchaîner les passions et il repart pour Rome prendre la direction de la Villa Médicis en 1834. Son second retour de Rome sera celui de la gloire officielle. Les commandes affluent, parmi lesquelles des peintures destinées à la Chambre des Pairs de la Monarchie de Juillet. Survient le Second Empire. Ingres, qui avait en 1804 composé un Portrait du Premier Consul et un Portrait de l’Empereur représente au plafond de l’Hôtel de Ville de Paris l’Apothéose de Napoléon 1er, avec cette légende: In nepote redivivus (Réincarné dans le neveu - Napoléon III était le neveu de Napoléon 1er). Appelé en mai 1862 à siéger au Sénat impérial, Ingres y vote jusqu’à sa mort pour la ligne gouvernementale."

    Portrait de Jean-Auguste Dominique Ingres (Le Sénat du Second Empire, 1851-1870 -- Le Sénat: histoire de la seconde chambre, Sénat de la République française) - reproduction autorisée par le site d'origine

    Biographie

    Gravure reproduisant un autoportrait
    Source : Library of Congress, Prints and Photograph Division
    Numéro de reproduction : LC-USZ62-85016

    Voir : Jean Auguste Dominique Ingres (1780-1867) : 4 portraits et documents. [S.l.], [s.n.], [s.d.] - Bibliothèque nationale de France, Gallica

    L'atelier d'Ingres à Rome. Peinture de Jean-Pierre Alaux, 1818 (Artnet)

    Oeuvres

    Oeuvres graphiques et picturales

    Oeuvres en ligne (Artcyclopedia)
    Oeuvres (Olga's Gallery)
    Oeuvres (Base Joconde, Min. de la Culture, Fr.)

    Vigne, Georges. Dessins d'Ingres : catalogue raisonné des dessins du Musée de Montauban, Paris, Gallimard, Réunion des Musées Nationaux, 1995, 851 p. Recension : Armelle Godeluck, "Dessins d'Ingres", Lire, mai 1995

    Dessins d'Ingres du Musée de Montauban : [exposition, Paris], Pavillon des arts, 7 juin-3 septembre 1989. [Catalogue par Marie-Christine Boucher]. Paris, Paris-musées, 1989, 75 p.

    Présentation d'oeuvres particulières

    "Napoléon Ier sur le trône impérial". Peinture d'Ingres (Exposition d'art russe et français : Paris-Saint-Pétersbourg 1800-1830 - Quand la Russie parlait français...)

    Jones, Jonathan. "Mademoiselle Caroline Rivière, Ingres (1805)", The Guardian, 2 août 2003

    Portrait de Mme Thiers (1834) - Allen Memorial Art Museum (Oberlin College, Oberlin, OH, É.-U.)


    Écrits

    Écrits sur l'art. Textes recueillis dans les carnets et la correspondance. Préface de Raymond Cognia; illustré de dessins. Paris, La Jeune Parque, 1947, XIV-91 p.
    Écrits sur l'art, Paris, la Bibliothèque des arts, 1994, 97 p.

    Notes et pensées, in Henri Delaborde, Ingres : sa vie, ses travaux, sa doctrine, Brionne, G. Monfort, 1984 (reproduction en fac-similé d'un extrait de l'édition de Paris, H. Plon, 1870)

    Ingres. Pensées, Paris, éditions de la Sirène, 1922, 174 p.

    Ingres, d'après une correspondance inédite. Introduction, commentaires et notes par Boyer d'Agen. Paris, H. Daragon, 1909, 543 p. Voir cette critique : Henry Lapauze,"Ingres, d'après les erreurs d'une biographie récente", La nouvelle revue, 31e année, 3e série, tome 12, 15 novembre 1909, p. 82-92 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Société de l'histoire de l'art français. Lettres d'Ingres à Marcotte d'Argenteuil. Présentées et annotées par Daniel Ternois. Nogent-le-Roi, Librairie des arts et métiers-J. Laget, 1999, 266 p.-[8] p. de pl.
    Ternois, Daniel. Lettres d'Ingres à Marcotte d'Argenteuil : dictionnaire. Publiées par la Société de l'histoire de l'art français. Nogent-le-Roi, Librairie des arts et métiers-J. Laget, 2001, 330 p. -[16] p. de pl.

    Ingres. Cahiers littéraires inédits. Édition préparée par Norman Schlenoff. Paris, Presses universitaires de France, 1956, 99 p.

    Les cahiers de Montauban. Publiés par Henry Lapauze. Cosmopolis, tome 9, no 27, mars 1898, p. 747-767 (Bibliothèque nationale de France, Gallica – mode image, format PDF)

    Réponse au rapport sur l'École impériale des beaux-arts, adressé au maréchal Vaillant, Paris, Didier, 1863, 20 p.

    Documentation

    Jugements sur Ingres et sur son oeuvre

    "Ingres n'a rien exposé cette année; c'est une vrai calamité dont on doit se consoler difficilement. La vue d'un tableau de ce grand peintre, au milieu de tout cet abominable fatras où l'art n'est pour rien, vous cause le même plaisir que l'entretien d'un homme qui n'a jamais transigé avec sa conscience. On peut se fier entièrement à M. Ingres, il n'emploiera jamais de petits moyens pour vous attirer et vous séduire; il ne fera pas le moindre sacrifice à la vogue du moment, et quel que soit le sujet qu'il traite, il y mettra toujours la même volonté, le même soin rigoureux, et ne quittera l'œuvre que lorsqu'il la jugera digne de son austère réputation."

    THÉOPHILE GAUTIER, "Salon de 1837 — École d'Ingres — Leehmann, Amaury-Duval, Flandrin", La Presse, 15 mars 1837. On peut trouver le texte intégral de cet article sur le site Les Classiques des sciences sociales.


    " (...) M. Ingres peut être considéré comme un homme doué de hautes qualités, un amateur éloquent de la beauté, mais dénué de ce tempérament énergique qui fait la fatalité du génie. Ses préoccupations dominantes sont le goût de l'antique et le respect de l'école. Il a, en somme, l'admiration assez facile, le caractère assez éclectique, comme tous les hommes qui manquent de fatalité. Aussi le voyons-nous errer d'archaïsme en archaïsme; Titien (Pie VII tenant chapelle), les émailleurs de la Renaissance (Vénus Anadyomène), Poussin et Carrache (Vénus et Antiope), Raphaël (Saint Symphorien), les primitifs Allemands (tous les petits tableaux du genre imagier et anecdotique), les curiosités et le bariolage persan et chinois (la Petite Odalisque); se disputent ses préférences. L'amour et l'influence de l'antiquité se sentent partout; mais M. Ingres me paraît souvent être à l'antiquité ce que le bon ton, dans ses caprices transitoires, est aux bonnes manières naturelles qui viennent de la dignité et de la charité de l'individu."

    CHARLES BAUDELAIRE, "Exposition universelle : II. Ingres" (1855)


    "M. Ingres est peut-être le peintre dont le pied de peinture s’est payé le plus cher, lui vivant, depuis que la peinture est. Son talent est reconnu par toutes les écoles, par ses ennemis, par ses amis. Il a enchaîné au char de sa gloire peintres, amateurs, public, critiques même. C’est le dictateur de la ligne, un Raphaël ressuscité, qui exige, pour la montre de son œuvre, l’apothéose égoïste d’une tribune de Florence. (...)

    Sortez M. Ingres du portrait ou de l’académie, vous aurez la mesure de son talent avare. M. Ingres ne tire rien de lui. Il se demande lui-même au passé. Il extrait péniblement son œuvre des chefs-d’œuvre. Il cherche son âme et la glane à la sueur de l’effort. Sa naïveté est un souvenir, son caractère un archaïsme. Il supplée au génie par la patience, au don par la conscience. Mis face à face avec l’histoire, M. Ingres appelle vainement à son secours une certaine sagesse d’ordonnance, la décence, la convenance, la correction, et cette dose raisonnable d’élévation spirituelle que demande un public élevé au collège. Il sème les personnages autour d’un centre d’action. Il les place sans les grouper. Il jette çà et là un bras, une jambe, une tête parfaitement dessinés, et il croit sa tâche finie quand il a assemblé des formes. Il ignore absolument l’art de meubler une toile, d’intriguer plastiquement une scène historique, d’intéresser au fait les individus de planton dans sa composition, en sorte que ces réunions isolées, pour ainsi dire, ont le lien insuffisant de ces banquets de souverains de l’Europe figurés en cire.

    M. Ingres n’est grand, il ne touche presque au religieux que dans son Saint Symphorien, cette jeune et belle statue de la Résignation, calme dans la furie ambiante. (...) "

    EDMOND ET JULES DE GONCOURT, La peinture à l'exposition de 1855, Paris, E. Dentu, Librairie-éditeur, 1855. On peut lire l'intégralité de cet ouvrage sur le très beau site de Pierre Olivier Douphis


    " Sorti du portrait, Ingres n'est rien; c'est un calligraphe patient, un Chouilloux des Radrets de la peinture, un pète-sec laborieux, un chef de division de la préfecture des arts, et encore dans le portrait se dédouble-t-il, étant, tour à tour odieusement pataud et curieusement subtil."

    JORIS-KARL HUYSMANS, "La salle des États au Louvre", in Certains, Paris, Tresse et Stock, 1889


    Publications anciennes

    Planche, Gustave. "Les oeuvres de M. Ingres", Revue des Deux Mondes. Nouvelle période, tome 12, décembre 1851, p. 1119-1135 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Delaborde, Henri. Ingres : sa vie, ses travaux, sa doctrine, Paris, H. Plon, 1870, 379 p.
    Delaborde, Henri. "Peintres modernes de la France - Jean-Dominique Ingres, sa vie et ses oeuvres", Revue des Deux Mondes, 2e période, tome 68, 1er avril 1867, p. 545-581 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Mirecourt, Eugène de. Ingres, Paris, G. Havard, 1856, 95 p.-[1] f. de front.-[1] dépl. Autographe (Les contemporains; 11) – Bibliothèque nationale de France, Gallica – mode image, format PDF

    Amaury-Duval (1808-1885). L'atelier d'Ingres : souvenirs, Paris, G. Charpentier, 1878, VI-290 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Théophile Gautier, critique d'Ingres. Textes collectés et transcrits par Carine Dreuilhe dans le cadre d’un mémoire de D.E.A (septembre 2000) - sur le site de la Société Théophile Gautier, Université Paul Valéry, Montpellier, France

    Blanche, Jacques. "Quelques mots sur Ingres", Revue de Paris, année 18, tome 3, 15 mai 1911, p. 412-422 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Lapauze, Henry. Ingres, sa vie et son oeuvre, Paris, 1911

    Lapauze, Henry. "Histoire de l'Académie de France à Rome. VIII. Le directorat de Ingres (1829-1834)", La Nouvelle Revue, 30e année, 3e série, tome 8, 1er avril 1909, p. 340-380 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Lapauze, Henry. "Ingres chef d'école (1824-1834) d'après des documents inédits", La nouvelle revue, 31e année, 3e série, tome 20, 15 avril 1911, p. 453-478; ibid., 2e partie, NR, tome 21, 1er mai 1911, p. 19-46 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Lapauze, Henry. "Ingres à Rome - Au sortir de la Villa Médicis (1811-1820)", Revue de Paris, année 18, tome 2, 1er avril 1911, p. 599-628 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Lapauze, Henry. "Le roman d'amour de M. Ingres", La nouvelle revue, 31e année, 3e série, tome 17, 15 octobre 1910, p. 433-456 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Chennevières, Henry. "Adolphe Salmon, le graveur de M. Ingres", La nouvelle revue, tome 68, janvier 1891, p. 97-115 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Morice, Charles. "L'art contemporain et Monsieur Ingres", Mercure de France, no 335, 1er juin 1911, p. 466-479 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Michel, André. "Après l'exposition Ingres", Revue de Paris, année 28, tome 3, 15 juin 1921, p. 790-806 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Moore, George (1852-1933). "Ingres and Corot"; "Notes : Ingres", in Modern Painting (Project Gutenberg)


    Publications contemporaines

    Vigne, Georges. Ingres, Citadelles & Mazenod, 1995, 349 p. On peut lire un extrait du livre sur le site du magazine Lire. Recension : Armelle Godeluck, "Ingres", Lire, mai 1995

    Vigne, Georges. Les dessins érotiques de monsieur Ingres, Toulouse, le Pérégrinateur éd., 1998, 66 p.

    Rosenberg, Pierre. Du dessin au tableau, Poussin, Watteau, Fragonard, David et Ingres, Paris, Flammarion, 2001, 240 p. Recension : Stéphanie Magalhaes, "Entre pierre noire et sanguine", Parutions.com, 22 mars 2002

    Bajou, Valérie. Monsieur Ingres, Paris, A. Biro, 1999, 383 p.

    Camesasca, Ettore. Tout l'oeuvre peint de Ingres. Introduction par Daniel Ternois; [traduit par Simone Darses]. Nouvelle édition mise à jour par Robert Fohr. Paris, Flammarion, 1984, 130 p.

    Rosenblum, Robert. Jean-Auguste-Dominique Ingres. Nouvelle édition. Paris, Éd. Cercle d'art, 1985, 176 p.

    Bertin, Eric. Ingres d'après les lettres reçues de contemporains illustres, [S.l.], [E. Bertin], 1998, p. 17-50. Extrait de Bulletin du Musée Ingres, n° 71, avril 1998.

    Picon, Gaëtan. Jean-Auguste-Dominique Ingres, Genève, Skira, 1980, 151 p.

    Roux, Paul de. Ingres, Paris, Herscher, 1996, 87 p.

    Ternois, Daniel. Ingres, Paris, F. Nathan, 1980, 192 p.

    Wildenstein, Georges. Ingres, Londres, Phaidon, [1954], 247 p.

    Siegfried, Susan L., et Rifkin, Adrian (éd.). Fingering Ingres. Oxford; Malden (Mass.), Blackwell, 2001, 178 p. Présentation sur le site de l'éditeur.
    Rifkin, Adrian. Ingres then and now, London; New York, Routledge, 2000, XII-163 p.

    Portraits by Ingres : Image of an Epoch, London, National Gallery; Washington, National Gallery of Art; New York, Metropolitan Museum of Art, 1999

    Ockman, Carol. Ingres's eroticized bodies : retracing the serpentine line, New Haven [Conn.]; London, Yale university press, cop. 1995, XI-178 p.

    Bondeville, Emmanuel. Jean-Dominique Ingres, illustre peintre et musicien de talent : Institut de France, Académie des beaux-arts, séance publique annuelle du... 19 novembre 1980. Paris, Institut de France, 1980, 14 p.-[3] f. de pl.

    Texier, Richard. Peintures sur Ingres. Textes de Jan Laurens Siesling, avec la collaboration de Laurent Méric. [Niort], Éditions Rotor, 1982, 112 p.

    Fleckner, Uwe. Jean-Auguste-Dominique Ingres. 1780-1867, Cologne 2000 (Masters of French Art) - voir la page web (et cette autre page) de cet universitaire allemand spécialiste d'Ingres
    Fleckner, Uwe. Abbild und Abstraktion. Die Kunst des Porträts im Werk von Jean Auguste Dominique Ingres, Mainz, 1995

    Ribeiro, Ailenne. Ingres in Fashion. Representations of Dress and Appearance in Ingres's Images of Women, New Haven (Conn., É.-U.), Yale University Press, 1999, 268 p. Présentation sur le site de l'éditeur. Compte rendu : Suzy Menkes, "Painted Ladies of Ingres. Does the Decorative Surface Reveal the Sitter's Soul ?", International Herald Tribune, 20 avril 1999

    Edelstein, Debra. Ingres. In Pursuit of Perfection. The Art of Jean Auguste Dominique Ingres, Louisville, The J. B. Speed Art Museum, Indiana University, 1983

    Foucart, Jacques. "Saint Raphaël, seul dessin d'Ingres du Musée Condé mais dessin admirable", Le Musée Condé, Chantilly, n° 60, décembre 2003, p. 43-48 (reproduit sur le site de La Tribune de l'art)

    Carrington Shelton, Andrew. "Art, politics, and the politics of art : Ingres's Saint Symphorien at the 1834 Salon", The Art Bulletin, décembre 2001

    Jamet, Christian. Monsieur Ingres et Magdeleine, Paris, L'Harmattan, 2004, 178 p. Un roman historique. Présentation sur le site de l'éditeur
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Naissance
    1780, Montauban, Fr.
    Déces
    1867
    Documents Associés
    Jean-Auguste Dominique Ingres
    Propos sur l'art et la peinture, Raphaël, Titien, Rubens, Grèce antique, Zeuxis, nouveauté
    Anatole France
    Louvre, Eugène Delacroix, génie grec, peinture française
    Francis Wey
    violon, Rome
    Henry Lapauze
    Nicolas Poussin, classicisme
    Charles-Pierre Baudelaire
    Charles-Pierre Baudelaire
    peinture française, néoclassicisme, Jacques-Louis David, Guérin, Girodet
    David d'Angers
    dessin, David d'Angers, chair
    Gustave Kahn
    peinture française, Édouard Manet, impressionnisme
    Alain
    dessin, peinture, couleur, Balzac, Hegel, nu
    Raccourcis
    Biographie
    Jean Auguste Dominique Ingres, 1780-1867
    Ingres, l'héritier de Holbein (Artcult, dossier, juillet 1999)
    Notice de l'encyclopédie Hachette (Yahoo ! France)
    Biobibliographie en langue allemande (Biographisch-Bibliographische Kirchenlexikon)
    Intéressante présentation du contexte des années 1815-1830 et de la vie d'Ingres (Deutsche und französische Malerei von 1780 bis 1880 im Vergleich : 1815-1830 : Historischer Überblick (texte complet en format Word) - sur le site de l'Université de Munich, Allem.) - en allemand
    Jean-Auguste-Dominique Ingres, un portraitiste de génie (Hommes et femmes en Quercy)
    Ingres (Histoire de l'art - La peinture du néoclassicisme à l'impressionnisme)
    History of Jean Auguste Dominique Ingres (passages tirés de l'ouvrage de Aileen Ribeiro : Ingres in Fashion)
    Courte notice (Educnet)
    Ingres (Anovi)
    Brève notice (The Columbia Electronic Encyclopedia, 6e éd., © 2004)
    Notice biographique (Olga's Gallery)
    Notice de la Catholic Encyclopedia
    Notice de Wikipedia (fr.); voir aussi la version allemande
    Autre notice en langue allemande
    Jean-Auguste-Dominique Ingres - Biografie und Bilder (Realismus-Idealismus - Learn Line NRW)
    De 1835 à 1841, directeur de la Villa Médicis, à Rome. Voir aussi : Installation de l'Académie de France à Rome à la Villa médicis, 1803 (Célébrations nationales 2003, Min. de la Culture, Fr.); Allison Eckardt Ledes, "French artists in Eternal City", Magazine Antiques, septembre 2003; Olivier Le Naire, "La Villa éternelle", L'Express, 6 mars 2003

    Musées, expositions
    * Musée Ingres - visite des collections en ligne (Montauban.com). Voir aussi cette page; consulter cette présentation sur le site de France Sud-Ouest
    Amis du Musée Ingres
    * "Jean-Auguste Ingres - Dessins du Louvre" (exposition organisée au Musée du Louvre, à Paris, du 17 mars au 14 juin 2004)
    * "Picasso Ingres", Musée Ingres, Montauban, jusqu’au 3 octobre 2004. Présentation sur le site Montauban.com (voir aussi : Bernard Géniès, "Ingres invite Picasso", Nouvel observateur, n°2072, 22 juillet 2004)
    "Picasso Ingres" (exposition au Musée national Picasso, à Paris, du 17 mars au 21 juin 2004) - Extrait du catalogue Picasso/Ingres. Bibliographie Picasso/Ingres (format PDF)
    * "Maestà di Roma. D'Ingres à Degas : Rome et les artistes français 1803-1873" (exposition présentée à l'Académie de France à Rome - Villa Médicis, du 8 mars au 29 juin 2003)
    * "Portraits by Ingres : Images of an Epoch", exposition jusqu'au 2 janvier 2000, au Metropolitan Museum of Art, New York; page de la National Gallery de Londres, R.-U.; autre page de la National Gallery of Art de Washington, D.C. (voir aussi : Marlena Donohue, "Ingres's portraits unveil history and celebrity", The Christian Science Monitor, 25 juin 1999; John Haber, Sex, Cash, and a Lot of Class); voir aussi : James Gardner, "In Your Face - Jean-Auguste-Dominique Ingres exhibit, Metropolitan Museum of Art, New York, New York", National Review, 8 novembre 1999
    Visages d'Ingres (auteur : Jean Pierrard. Le Point, no 1380, 27 février 1999, p. 86) - à propos de l'exposition présentée à la National Gallery de Londres); voir aussi : s. a., "Double entendre - Jean-Auguste-Dominique Ingres, National Gallery", New Statesman, 29 janvier 1999; Donald Bruce, "The large miniatures of Ingres : 'Portraits by Ingres' at the National Gallery - Jean-Auguste-Dominic Ingres, National Gallery, London", Contemporary Review, avril 1999; Christopher French, "Image and Reflection", Artnet

    Recherche
    Séminaire : Ingres - Delacroix. Zwei Antagonisten des 19. Jahrhunderts (professeur Ulrike Gehring, Université de Trèves, Allem., 12 novembre 2003)

    Lieux de mémoire
    Sa sépulture au Père Lachaise (Find a Grave)
    Avenue Ingres (Paris)

    Artistes ayant influencé Ingres
    Hans Holbein le jeune ("De Grünewald à Menzel. L'image de l'art allemand en France au XIXe siècle", compte rendu de Didier Rykner, La Tribune de l'art, 9 avril 2004)

    Autres sites
    Félix Vallotton en 1905 : "Lors de la rétrospective consacrée à Ingres au Salon d'automne, il est bouleversé par son Bain turc (1863, Paris, Musée du Louvre))." (Musée d'art et d'histoire de Genève)
    Influence d'Ingres sur le peintre John Frederick Lewis
    Le violon d'Ingres (Musica et Memoria)

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.