• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Jamaïque

    Description

    "La Jamaïque est l'une des plus grandes îles des Antilles, deux fois la taille de l'Île-du-Prince-Édouard. Une majeure partie de l'île est couverte de montagnes; de luxuriantes vallées descendent vers les célèbres plages sablonneuses de la Jamaïque. Plus d'une centaine de rivières dévalent des montagnes vers la mer. La région accidentée de Cockpit est truffée de grottes et de rivières souterraines; les Maroons l'ont rendue célèbre car elle leur servait de lieu de refuge.

    La Jamaïque possède un climat tropical. La température annuelle moyenne dans les régions côtières est de 26C; ces dernières reçoivent presque autant de pluie que Vancouver et la température moyenne est de 16C, ce qui donne un climat printanier toute l'année. L'ensemble de l'île est exposée aux ouragans.

    Chaque groupe de nouveaux arrivants sur l'île apporta de nouvelles plantes, qui prospérèrent dans le riche sol de la Jamaïque. Les Jamaïcains affirment que leur île est si fertile que «même les poteaux y poussent».

    Les Arawak, les premiers habitants de la Jamaïque, ont introduit le maïs, le manioc, le cacao, la patate douce et le tabac.

    L'ackee, l'arbre produisant le fruit national, a été amené par des esclaves africains. Les Espagnols importèrent la noix de coco, l'ananas, les agrumes, la banane et la canne à sucre; les Britanniques apportèrent l'arbre à pain. Le ganja (cannabis) a été introduit par les serviteurs sous contrat des Indes orientales qui l'utilisaient pour faciliter la méditation.

    La Jamaïque jouit également d'une flore et d'une faune indigènes impressionnantes, y compris 30 espèces d'orchidées et des centaines d'espèces de fougères. Les hibiscus, les bougainvilliers et les allamandas poussent partout dans l'île.

    Il y a plus de 250 espèces différentes d'oiseaux dans l'île, notamment le kling-kling, le hibou patoo ainsi que plusieurs espèces d'aigrettes et de colibris. De loin, le plus connu est l'oiseau national, le colibri à queue fourchue."

    Langues

    "L'anglais est la langue officielle en Jamaïque depuis le XVIIe siècle. Il existe également une langue unique, le créole jamaïcain, utilisée librement par les Jamaïcains dans tous les secteurs de la société. Cette langue, en évolution constante, reflète la vitalité de la culture jamaïcaine et de son important patrimoine africain.

    De nouveaux mots s'ajoutent sans cesse au dictionnaire jamaïcain. Plusieurs de ces mots ont pratiquement la même sonorité que leur équivalent anglais, mais d'autres sont totalement différents. Ainsi, aï-tal veut dire «aliment naturel» et aï-rie, «excellent, magnifique».

    La grammaire est également très différente de la grammaire anglaise. Alors que le français et l'anglais font la différence entre les temps de base (passé opposé au présent), la grammaire créole jamaïcaine ressemble plus à certaines langues africaines en raison d'une différence d'aspect (action continue et non continue)."

    Religions et croyances

    "Le langage reflète l'importance de la religion à la Jamaïque dans ses nombreuses références aux événements bibliques. Cette importance se manifeste également dans les vastes rassemblements d'église, le dimanche, et dans le respect de ce jour de repos et de prières.

    La majorité des Jamaïcains sont chrétiens: anglicans, baptistes, méthodistes, pentecôtistes, frères de l'église ou catholiques. Siège de la plus ancienne synagogue de l'hémisphère occidental, la Jamaïque compte une importante communauté juive à Kingston. Il y a également un certain nombre d'hindous et de musulmans.

    La Jamaïque compte plusieurs religions d'origine africaine dont la plus connue est le culte rastafari. Cette religion, fondée sur le nationalisme noir, fut adoptée au départ par les personnes au bas de l'échelle sociale, dans un effort pour revendiquer leur héritage africain. Le nom vient de Ras (prince) Tafari Makonnen, couronné roi d'Éthiopie en 1930 pour devenir l'empereur Hailé Sélassié 1er. Il prétendait descendre du roi Salomon et de la reine de Saba. Les rastas le révèrent parce qu'ils le considèrent comme celui qui a été annoncé par le réformateur Marcus Garvey, qui affirmait: «Regardez vers l'Afrique, là où un roi noir sera couronné».

    Le mouvement n'a ni églises ni partis politiques, mais il est très visible; les disciples adoptent un langage, un comportement, un régime alimentaire et des vêtements qui les distinguent de «Babylone» (le reste de la société). Deux principes fondamentaux de la croyance rasta sont la divinité d'Hailé Sélassié et le rapatriement en Afrique de tous les Africains dispersés. Les rastas ont un style de vie simple, ils s'opposent à la médecine et aux contraceptifs modernes, ainsi qu'au mariage civil. Ils croient que le ganja est une herbe biblique qui leur permet de communiquer avec Jah (Dieu) et d'atteindre la compréhension intuitive ou la sagesse."

    La Jamaïque (Projet des Profils culturels, Centre Anti-Racism, Multiculturalism and Native Issues (AMNI), Faculté de travail social, Université de Toronto, avec l'aide de Citoyenneté et Immigration Canada) (reproduction autorisée)

    Source : CIA - The World Factbook (domaine public)

    Voir aussi cette carte détaillée

    Histoire

    Histoire

    Regard sur le passé

    "Il y a plus de 1 500 ans, les Indiens arawak arrivèrent d'Amérique du Sud en Jamaïque. Fermiers et pêcheurs, ils cultivaient le coton qu'ils tissaient pour en faire des vêtements et taillaient des bijoux dans des pierres et des coquillages. Ce peuple pacifique offrit peu de résistance à Colomb lorsqu'il débarqua sur l'île lors de son second voyage vers le nouveau monde en 1494.

    Diego Colomb, fils de Christophe Colomb, établit la première colonie espagnole, maintenant appelée Spanish Town. Les Espagnols utilisaient les Arawak comme main-d'oeuvre; plus de 100 000 périrent à cause des brutalités dont ils étaient victimes. C'est ce qui explique qu'à compter de 1517, les Espagnols amenèrent des Africains comme esclaves.

    Les Britanniques s'emparèrent de l'île en 1655. Pendant la guerre entre ces derniers et les Espagnols, beaucoup d'esclaves s'enfuirent dans les montagnes et la région accidentée de Cockpit où ils devinrent connus sous le nom de Maroons. Ils affrontèrent les Britanniques au cours de deux guerres, en 1729 et en 1795, et devinrent un symbole de résistance pour les esclaves à travers les Amériques.

    Les Britanniques firent de la Jamaïque une colonie prospère, exportant du sucre, du coton, du cacao et du tabac. La demande en sucre augmenta rapidement; les Britanniques amenèrent de plus en plus d'esclaves africains. Entre 1700 et 1810, plus de 600 000 Africains furent transportés en Jamaïque. La plupart moururent de maladie, d'épuisement ou de mauvais traitements. En 1834, l'esclavage fut aboli et les esclaves libérés, seulement 250 000 étaient encore vivants.

    Après l'abolition, quelques anciens esclaves restèrent dans les plantations comme ouvriers salariés; d'autres établirent leur propre exploitation. Certains apprirent de nouvelles techniques et travaillèrent comme artisans dans les villes ou émigrèrent en Amérique centrale pour travailler aux chemins de fer. On amena alors des serviteurs des Indes orientales et de Chine pour travailler sous contrat dans les plantations.

    À la fin du XIXe siècle et au début du XXe, des Allemands, des Libanais, des Syriens et des Juifs s'installèrent en Jamaïque. Des mariages mixtes entre ces nombreuses ethnies ont créé une véritable société multiraciale avec pour devise Out of Many ­ One People (Plus d'une source ­ un seul peuple). Aujourd'hui, la Jamaïque compte environ 2,5 millions d'habitants, 76 p. 100 d'origine africaine, 15 p. 100 afro-européenne, 4 p. 100 afro-asiatique, 3 p. 100 de race blanche et 2 p. 100 d'autres origines.

    La Jamaïque a obtenu son indépendance de la Grande-Bretagne en août 1962. Après l'Indépendance, l'économie de la Jamaïque a connu une croissance rapide. Aujourd'hui, les principaux éléments de l'économie jamaïcaine sont l'extraction de la bauxite, la production d'alumine, l'agriculture et l'industrie touristique, la source la plus importante de devises étrangères."

    La Jamaïque (Projet des Profils culturels, Centre Anti-Racism, Multiculturalism and Native Issues (AMNI), Faculté de travail social, Université de Toronto, avec l'aide de Citoyenneté et Immigration Canada) (reproduction autorisée)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Raccourcis
    Actualités: Yahoo! News, The Washington Post, Jamaica Information Service (gouvern.)
    Médias: Journaux. Jamaica Gleaner (fondé en 1834), Jamaica Observer
    Présentation générale du pays: Atlas Universalis, Quid, Country Profile (BBC News), Informations sur les pays: Jamaïque (L'Amérique et les Antilles, MAECI, Can.), CIA - The World Factbook, Introduction to Jamaica
    Portails, répertoires de sites: Jamaica Links Catalog
    Sites gouvernementaux:
    Conseil du cabinet (gouvernement de Jamaïque)
    Cour suprême du pays
    Banque de Jamaïque
    Autres sites gouvernementaux; autre page de liens officiels
    Politique:
    Composition du gouvernement (CIA)
    Constitution du pays (Political Database of the Americas)
    Situation énergétique: Caribbean Fact Sheet (Energy Information Administration, É.-U.)
    Culture: Bibliothèque nationale de la Jamaïque
    Tourisme: Office du tourisme de la Jamaïque
    Guides: Lonely Planet (fr.)
    Conseils aux voyageurs se rendant en Jamaïque: Min. des Aff. étrang., Fr.; Min. des Aff. étrang. et du Comm. intern., Can.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.