• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Hunzas

    Description

    Il ne faut pas confondre le Karakoram, massif montagneux du Cachemire, avec l’Himalaya. Les explorateurs des Hunzas les situent souvent dans l’Himalaya. En fait, les pics rocheux du Karakoram, parmi les plus élevés du monde (jusqu’à 8000 mètres) s’élèvent entre l’Himalaya et l’Indus (fleuve de l’Asie méridionale qui s’étend sur 3040 kms) et à proximité de l’Hindou Kouch, une chaîne de montagnes au nord de l’Afghanistan. Située à une altitude variant de 1,600 à 2,400 mètres, aux confins de l'URSS, de la Chine, de l'Afghanistan, du Pakistan et de l'Inde, la vallée s’étend sur une distance de 160 kms environ. Près de 25 000 Hunzas y vivent, 35 000 si on englobe leurs voisins, les Nagirs, implantés sur l’autre versant de la vallée.

    Histoire

    Histoire
    Qui sont-ils ?
    Une tradition orale attribue l'origine des Hunzakuts (nom qu’ils préfèrent à celui de Hunza) à trois soldats d'Alexandre le Grand qui auraient épousé des femmes perses, il y a près de 2000 ans. Les Hunzas sont grands, ils ont la peau claire et l'aspect physique des anciens Grecs. Ils ont été à la fois nomades et sédentaires. Guerriers redoutés, ils utilisaient comme armes l'arc et le sabre. Les caravanes qui devaient emprunter les pistes passant sur leur territoire payaient des redevances au Mir (roi des Hunzas) pour assurer leur sécurité. Ce brigandage prit fin lorsqu'en 1891 les Hunzas passèrent sous la domination des Britanniques.(Ils appartiennent à l’heure actuelle au Pakistan.)

    Origine de leur nom
    «Ils sont unis comme des flèches dans un carquois». Les Girkis ont été tellement frappés par cette cohésion sociale des Bouroushos qu’ils ont appelé hunza, flèche en bouroushaki, toute la vallée où habite ce peuple.
    Les Hunzakuts étaient auparavant appelés «Bouroushos» à cause de leur langue, le bouroushaski, qu'ils sont les seuls à parler, avec leurs voisins les Nagirs qui, par ailleurs, ne leur ressemblent pas. Leur langue intrigue les linguistes, car elle ne se rattache pas aux langues indo-européennes que parlent les peuplades avoisinantes. L'hypothèse la moins invraisemblable est celle qui la rattache aux langues caucasiennes. Mais on soutient également qu'elle aurait des ressemblances avec la langue basque. Quoi qu'il en soit, c'est d’après les connaisseurs, une langue d'une richesse luxuriante, aux nuances infinies.

    Doocumentation

    Documentation
    «Hunza», Encyclopedia Britannica.
    Ralph Bircher, Les Hounzas. Un peuple qui ignore la maladie Trad. franç. de Gabrielle Gocet, Neuchâtel, Paris Attinger, 1943.
    Walter Bonatti, L'affaire du K2, Éditions Guérin, 2000.
    Christian H. Godefroy, Health Secrets of Hunzas, 2001.
    Alexander Leaf et John Lannois, «Search for the Oldest People», National Geographic Magazine, vol. 143, no 1, janvier 1973.
    D. L. R. Lorimier, The Burushaski Language, Oslo, 1935.
    E. O. Lorimier, Language Hunting in the Karakaram, Allen Unwin, London.
    Robert McCarrison, A Revolution in Outlook. The transference to Experimental Science.
    Ibid., Studies of Deficiency Disease. Oxford Medical Publications, Hodder and Stonghton, London.
    Sabrina et Roland Michaud, «Trek to Lofty Hunza - and beyond», National Geographic Magazine, vol. 148, no 5, novembre 1975.
    Jean et Franc Shor, «At World's End in Hunza,» National Geographic Magazine, vol. 104, no 4, octobre 1953.
    R. Taylor, Voyage au Pays HUNZA suivi de quelques recettes culinaires adaptées de l'Occident, inspirées des saines coutumes alimentaires des Hunzas. P, M.C.L. 1965. in-8 broché, 317 pages.
    John H. Tobe, Hunza. Adventures in a Land of Paradise, George J. McLeod, Limited. Publishers and publishers representatives, Toronto (Ontario) 1960. N.B. Ce livre remarquable a été écrit dans une langue très vivante par un observateur canadien, à la fois rigoureux et dénué de préjugés, qui s’était lié d’amitié avec le Mir de l’époque.
    G.T. Wrench, The Wheel of Health, Daniel Co. London, 1938.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-01-05
    Loading

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.