• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Henri IV

    Biographie

    "Henri IV, dit le Grand, né en 1553, au château de Pau, était fils d’Antoine de Bourbon, duc de Vendôme, et de Jeanne d’Albret, reine de Navarre. Ils descendait de Robert, comte de Clermont, 6e fils de Saint Louis, et se trouvait être héritier légitime de la couronne de France à l’extinction de la famille de Valois. Sa mère l’éleva dans la religion réformée; il apprit l’art de la guerre sous l’amiral Coligny.

    Après le traité de Saint-Germain (1570), il épousa la sœur du roi, Marguerite de Valois; il devint roi de Navarre à la mort de sa mère, en 1572. Quoique beau-frère du roi, il ne put échapper au massacre de la Saint-Barthélemy qu’en se faisant catholique. Malgré sa soumission il fut gardé à vue, et ne parvint à s’évader qu’à la mort de Charles IX, en 1575. Alors il rétracta une abjuration forcée, revint à son ancien culte, et se mit à la tête du parti huguenot. De nombreux succès, notamment une victoire remportée à Coutras sur Joyeuse (1587), et le courage, l’habileté, la franchise, la générosité dont il donnait tous les jours des preuves, lui firent bientôt un grand renom. Après la journée des Barricades (1588), Henri III fit sa paix avec lui, et les deux princes vinrent assiéger Paris, qui était au pouvoir des Ligueurs.

    À la mort de Henri III, il fut reconnu roi de France par une partie de l’armée, le 2 août 1589, mais la Ligue refusa de le reconnaître et proclama roi le vieux cardinal de Bourbon sous le nom de Charles X. En même temps, la défection d’un grand nombre de catholiques le forçait de lever le siège de Paris. Deux victoires, remportées sur Mayenne, chef de la Ligue, à Arques (1589) et à Ivry (1590), relevèrent ses affaires, et il put reprendre le siège de Paris; mais il dut le lever encore à l’approche du duc de Parme, qui l’empêcha aussi de prendre Rouen (1592). Malgré son courage et ses habiles manoeuves, la guerre eût duré peut-être longtemps encore s’il n’eût consenti à abjurer le calvinisme (1593). Paris ouvrit bientôt ses portes, et les chefs de la Ligue se soumirent l’un après l’autre. Cependant il eut encore à livrer quelques combats : la victoire de Fontaine-Française lui soumit la Bourgogne (1595) et la prise d’Amiens réduisit la Picardie (1596). En 1598, Henri publia l’Édit de Nantes, par lequel il assurait aux calvinistes la liberté religieuse avec d’importants privilèges, et signa avec le roi d’Espagne la paix de Vervins. Depuis lors il donna tous ses soins au gouvernement et ne s’occupa plus qu’à guérir les plaies de la guerre civile. Les finances, dirigées par Sully, devinrent prospères; le commerce, l’agriculture, les arts furent protégés : il mérita d’être surnommé le Restaurateur de la France.

    À l’extérieur, Henri IV reprit les projets de François Ier et de Henri II contre la maison d’Autriche, rétablit l’influence française en Italie, acquit de la Savoie la Bresse, le Bugey et le Valromey (1601), soutint les Pays-Bas insurgés contre l’Espagne, rapprocha en Allemagne les luthériens et les catholiques. Il avait, assure-t-on, formé le projet d’une espèce de République chrétienne, où les différends auraient été jugés par une diète souveraine, où toutes les religions auraient été mises sur un pied d’égalité. Il voulait avant tout établir l’équilibre entre les grandes puissances, et déjà il armait contre l’Autriche pour faire restituer aux héritiers protestants de Juliers les domaines confisqués sur eux par l’empereur Mathias, lorsqu’il fut assassiné – il fut frappé le 14 mai 1610 d’un coup de couteau par le fanatique Ravaillac. Déjà plusieurs conspirations et plusieurs tentatives d’assassinat avaient été faites contre lui.

    Henri IV a été justement surnommé par la postérité le bon Henri, à cause de l’amour qu’il avait pour son peuple. Ce prince n’est pas moins connu par sa galanterie que par ses qualités guerrières et politiques; il eut plusieurs maîtresses dont la plus célèbres est Gabrielle d’Estrées. Son mariage avec Marguerite de Valois ayant été déclaré nul en 1599, Henri avait épousé Marie de Médicis, en 1600. Il eut pour successeur Louis XIII, son fils.

    Sa Vie a été écrite par Péréfixe, et son Histoire par M. Poirson (1857). Voltaire l’a pris pour le héros de sa Henriade. M. de Rommel a publié en 1840 sa Correspondance inédite avec Maurice, landgrave de Hesse. M. Berger de Xivrey a donné les Lettres de Henri IV dans les Documents inédits de l’histoire de France (7 vol., in-4, 1843-1855)."

    Marie-Nicolas Bouillet, Dictionnaire universel d'histoire et de géographie. Ouvrage revu et continué par Alexis Chassang. Paris, Hachette, 1878, p. 855



    Henri IV et l'idée de la paix perpétuelle

    « C’est un préjugé assez commun d’associer le nom de Henri IV à l’idée de la paix perpétuelle. On confond trop souvent ce que l’on appelle son grand dessein avec l’utopie de l’abbé de Saint-Pierre. C’est faire injure à la mémoire de Henri IV. Ce grand roi était le moins chimérique des hommes. Il put, dans les moments où il s’abandonnait à sa vive imagination, concevoir, sous la forme très-noble d’une confédération des États chrétiens réglant de concert leurs affaires communes et vidant pacifiquement leurs différends, le rêve d’une prépondérance de la monarchie française en Europe. Sully, dans ses ordonnances royales, s’est complu à donner aux confidences de son roi un caractère méthodique, et c’est sous cette forme un peu lourde que le grand dessein a été révélé au public.

    L’histoire nous montre que Henri IV, lorsqu’il rentrait dans son rôle de roi, ne s’inspirait que des intérêts de la France et se renfermait dans les limites de la réalité. « Il prit, a dit un historien, deux choses fort à cœur : la tolérance pour les trois religions qui avaient réussi à s’établir en Europe, et l’abaissement de la maison d’Autriche qui (…) restait la vraie et la redoutable rivale de la France (…); la politique française luttant contre la politique espagnole, tel était le vrai et le seul caractère sérieux du grand dessein » (Guizot, Histoire de France, t. III, ch. XXXVI).

    Th. Funck-Brentano et Albert Sorel, Précis du droit des gens, Paris, Plon, 1900, p. 441-442
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-03-25
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    France
    Naissance
    15 / 09 / 1553, Pau
    Déces
    14 / 05 / 1610
    Documents Associés
    Gédéon Tallemant des Réaux
    Raccourcis
    Henri IV (de France)

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.