• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Balthasar Hans Urs von

    Théologien catholique suisse de langue allemande. Le cardinal Jean Daniélou a dit de lui qu'il était « l'homme le plus cultivé qui existe aujourd'hui (1) ».

    Né à Lucerne en 1905, enfant aîné d'une famille de trois, Balthasar fut élevé dans un milieu croyant. Très tôt, il se montra exceptionnellement doué: dès l'âge de quatre ans, il se mit à apprendre le français. Lorsqu'il commença ses études, deux ans plus tard, on remarqua vite sa mémoire phénoménale, sa curiosité hors du commun et, selon le mot prophétique de sa mère, sa passion « pour tout ce qui est beau (2) ». Sa vie et son oeuvre furent profondément marquées par la musique: son enfance, il la passa assis au piano; à l'âge de cinq ans, il fut bouleversé par la Messe en mi bémol majeur de Schubert, puis, à l'âge de neuf ans, par la Pathétique de Tchaïkovsky. Un peu plus tard, il découvrit Mozart, qui le foudroya de son génie, et qui fut sans doute une inspiration pour sa théologie.

    En 1923, alors à Vienne pour ses études, Balthasar fit la rencontre du médecin Rudolf Allers. Ce médecin érudit, traducteur de saint Anselme et de saint Thomas, communiqua son amour de la théologie au jeune Balthasar, en plus de partager avec lui sa passion pour la musique, entre autres pour Mahler. Balthasar se rendit ensuite à Berlin, pour suivre les cours du germaniste Helmut von Glesenapp et ceux du théologien Romano Guardini, qui influença sa pensée de manière décisive. En effet, Guardini le confirma dans son antikantisme, en plus de lui faire comprendre l'apport spécifique et nécessaire de la pensée éclairée par la foi à la recherche philosophique. En 1928, à l'Université de Zürich, Balthasar déposa sa thèse de doctorat en littérature allemande, intitulée L'histoire du problème eschatologique dans la littérature moderne allemande. Un an plus tard, il entra dans la Compagnie de Jésus. De 1933 à 1936, il étudia à Lyon, où il fit la connaissance du père Henri de Lubac, qui lui fit connaître les Pères de l'Église et les grandes oeuvres de la littérature catholique contemporaine: Claudel, Bernanos et Péguy. Dès lors, en plus de se faire un ami et de trouver un maître en la personne du père de Lubac, Balthasar se plongea dans l'étude des Pères, surtout Origène, Grégoire de Nysse, Maxime le Confesseur et Irénée de Lyon. En 1936, il fut ordonné prêtre à Munich et fit paraître sa traduction du Commentaire des Psaumes de saint Augustin. L'année suivante, toujours à Munich, il publia une version augmentée de sa thèse (2400 pages de plus), avec un nouveau titre: L'apocalypse de l'âme allemande. En 1940, à cause de la guerre, il quitta l'Allemagne pour revenir en Suisse, où il devint aumônier d'étudiants. La même année, il rencontra la chirurgienne mystique Adrienne von Speyr, avec qui il se lia d'amitié et, deux ans plus tard, il publia Présence et pensée, oeuvre fondamentale sur Grégoire de Nysse. En 1944, Balthasar et Speyr fondèrent l'Institut Saint-Jean. Ils désiraient par là introduire l'esprit johannique dans la spiritualité ignacienne institutionnelle. En 1945, ce fut la publication de Le coeur du monde, livre important dans le cheminement intellectuel et spirituel de Balthasar, où le théologien affirme son parti pris absolu pour le Christ. En 1950, il publia un ouvrage majeur sur Thérèse de Lisieux, intitulé Histoire d'une mission, et quitta la Compagnie de Jésus pour collaborer plus étroitement avec Adrienne von Speyr, dont il dira que la mission spirituelle est indissociable de sa théologie.

    De 1961 à 1987, Balthasar publia sa fameuse trilogie théologique : La gloire et la croix, La dramatique divine, et la Théologique. Il s'agit de l'oeuvre théologique la plus originale du vingtième siècle. De 1969 à 1988, il fut membre de la Commission théologique internationale. Le père Balthasar, pourtant absent du Concile Vatican II, fut élu cardinal en 1988. Il s'éteignit le 26 juin de la même année, deux jours avant de recevoir la pourpre cardinalice.

    En plus d'apporter une contribution fondamentale à la théologie, notamment à la christologie et à la patristique, Balthasar fut un traducteur éminent: il rendit en langue allemande des oeuvres de Paul Claudel, Charles Péguy, Henri de Lubac et Louis Bouyer. Grand admirateur de Goethe, Hans Urs von Balthasar fut possiblement l'homme du vingtième siècle qui lui ressembla le plus. (Patrick Dionne)

    Notes

    1. Jean Daniélou, Et qui est mon prochain? Mémoires, Paris, Stock, 1974, p. 93.
    2. Gabrielle von Balthasar, citée par Elio Guerriero, dans Hans Urs von Balthasar, préface de Jean Guitton, Paris, Desclée, 1993, p. 23.

    Biographie

    Hans Urs von Balthasar concevait ainsi la tâche du théologien : « [...] le théologien n'a pas à rendre compréhensible la Révélation divine d'une manière abstraite, en soi, mais pour les hommes de son temps, et [...] il a donc à l'expliquer en vue d'être compris d'eux ». (Le chrétien et l'angoisse, Paris, DDB, 1954, p. 15)

    Oeuvres

    Oeuvres traduites en français (ou rédigées directement en français)

    A. Livres

    Présence et pensée. Essai sur la philosophie religieuse de Grégoire de Nysse. Paris, Beauchesne, 1942. Réédité en 1988 chez le même éditeur. Ouvrage écrit directement en français.

    Liturgie cosmique. Maxime le Confesseur (Komische Liturgie). Paris, Aubier, Montaigne, 1947.

    Laïcat et plein apostolat (Der Laie und der Ordenstand). Liège, La Pensée Catholique; Paris, Office Général du Livre, 1949.

    Phénoménologie de la Vérité. La Vérité du monde (Wahrheit der Welt). Paris, Beauchesne, 1952. « Bibliothèque des archives de philosophie » # 1.

    Le coeur du monde (Das Herz der Welt). Bruges, DDB, 1953.

    Le chrétien et l'angoisse (Der Christ und die Angst). Paris, DDB, 1954.

    La théologie de l'histoire (Theologie der Geschichte). Préface d'Albert Béguin. Paris, Plon, 1955. Éd. revue, 1960.

    Le chrétien Bernanos (Bernanos). Traduit de l'allemand par Maurice de Gandillac. Paris, Seuil, 1956.

    Élisabeth de la Trinité et sa mission spirituelle (Elisabeth von Dijon und ihre geistliche Sendung). Paris, Seuil, 1959.

    Parole et mystère chez Origène. Paris, Cerf, 1957. Ouvrage écrit directement en français. Comprend deux article publiés dans Recherches de science religieuse (1936).

    Dieu et l'homme d'aujourd'hui (Die Gottesfrage des heutigen Menschen). Paris, DDB, 1958. Rééditions en 1961 et 1966 chez Aubier-Montaigne.

    La prière contemplative (Das betrachtende Gebet). Paris, DDB, 1959. Réédité en 1981 chez Fayard.

    La gloire et la croix. Aspects esthétiques de la Révélation (Herrlichkeit. Eine theologische Aesthetik). Vol. I. Apparition. Paris, Aubier, 1965. Réédité en 1990 chez DDB.

    L'amour seul est digne de foi (Glaubhaft ist nur Liebe). Paris, Aubier-Montaigne, 1966.

    Qui est chrétien? (Wer ist ein Christ?). Mulhouse, Salvator, 1967. Réédité en 1968.

    La gloire et la croix. Aspects esthétiques de la Révélation (Herrlichkeit. Eine theologische Aesthetik. Fächer der Stile, Bd. II). Vol. II. Styles en deux tomes:
    1. D'Irénée à Dante. Paris, Aubier, 1968.
    2. De Jean de la Croix à Péguy. Paris, Aubier, 1972. Réédité en 1986 chez DDB.

    Cordula ou l'épreuve décisive (Cordula oder der Ernstfall). Paris, Beauchesne, 1968.

    La foi du Christ. Cinq approches christologiques. Paris, Aubier-Montaigne, 1968.

    De l'Intégration. Aspects d'une théologie de l'histoire (Das Ganze im Fragment. Aspekte der Geschichtstheologie). Paris, DDB, 1969. Réédité en 1983.

    Retour au centre (Einfaltungen). Traduit de l'allemand par Robert Givord. Paris, DDB, 1971.

    Romano Guardini. Une réforme aux sources (Romano Guardini. Reform der Ursprung). Paris, Fayard, 1971.

    Pâques le Mystère (Theologie der drei Tage). Paris, Cerf, 1972. Réédité en 1981et en 1996.

    Thérèse de Lisieux. Histoire d'une mission (Schwestern im Geist. Thérèse von Lisieux und Elisabeth von Dijon). Apostolat des Éditions, 1973. (Ne contient que la partie sur Thérèse de Lisieux à partir de la deuxième édition).

    Points de repères pour le discernement des esprits (Klarstellungen). Paris, Fayard, 1973.

    Dans l'engagement de Dieu (In Gottes Einsatz leben). Traduit de l'allemand par Robert Givord. Sherbrooke, Paulines; Paris, Apostolat des Éditions, 1973. Réédité sous le titre L'engagement de Dieu, Paris, coédition Desclée/Proost, 1990.

    La gloire et la croix (Herrlichkeit. Eine theologische Aesthetik). Vol. III, 1. Théologie. L'Ancienne Alliance. Paris, Aubier, 1974.

    La gloire et la croix (Herrlichkeit. Eine theologische Aesthetik). Vol. III, 2. Théologie. La Nouvelle Alliance. Paris, Aubier, 1975. Réédité en 1986 chez DDB.

    Catholique (Katholisch). Traduction de Georges Chantraine, complétée par l'auteur. Avertissement du P. Henri de Lubac. Paris, Fayard, 1976.

    Le complexe antiromain. Essai sur les structures ecclésiales (Der antirömische Affekt). Montréal, Paulines; Paris, Apostolat des Éditions, 1976.

    Triple couronne (Der dreifache Kranz). Méditations sur le Rosaire - Le salut du monde dans la prière mariale. Namur, Culture et vérité, 1978. Réédité en 1992.

    Aux croyants incertains (Kleine Fibel für verunsicherte Laien). Paris, Lethielleux, 1980.

    Nouveaux points de repères (recueil d'articles). Paris, Fayard, 1980.

    La gloire et la croix (Herrlichkeit. Eine theologische Aesthetik). Vol. IV, 1. Le domaine de la Métaphysique. Les fondations. Paris, Aubier-Montaigne, 1981.

    La gloire et la croix (Herrlichkeit. Eine theologische Aesthetik). Vol. IV, 2. Les constructions. Paris, Aubier-Montaigne, 1982.

    La gloire et la croix (Herrlichkeit. Eine theologische Aesthetik). Vol. IV, 3. Les héritages. Paris, Aubier-Montaigne, 1983.

    Le cardinal de Lubac. L'homme et son oeuvre (Henri de Lubac. Sein organisches Lebenswerk). Namur, Culture et vérité, 1983.

    La Vérité est symphonique. Aspects du pluralisme chrétien (Die Wahrheit ist symphonisch. Aspekte des christlichen pluralismus). Paris, Éd. S.O.S., 1984.

    La dramatique divine I. Prolégomènes (Theodramatik I. Prolegomena). Paris, Lethielleux, 1984.

    La dramatique divine II. Les personnes du drame (Theodramatik II). 1. L'homme en Dieu. Paris, Lethielleux, 1986.

    Espérer pour tous (Was dürfen wir hoffen?). Paris, DDB, 1987.

    L'enfer. Une question (Kleiner Diskurs über die Hölle). Paris, DDB, 1988.

    La dramatique divine II. Les personnes du drame (Theodramatik II). 2. Les personnes dans le Christ. Paris, Lethielleux; Namur, Culture et vérité, 1988.

    Lumière de la Parole. Commentaire des lectures dominicales. Année A (Licht des Wortes. Skizzen zu allen Sonntagslesungen). Namur, Culture et vérité, 1989.

    Si vous ne devenez comme cet enfant (Wenn ihr nicht werdet wie dieses kind). Paris, DDB, 1989.

    La dramatique divine III. L'action (Theodramatik III. Die Handlung). Namur, Culture et vérité, 1990.

    Lumière de la Parole. Commentaire des lectures dominicales. Année B (Licht des Wortes. Skizzen zu allen Sonntagslesungen). Namur, Culture et vérité, 1990.

    Simplicité chrétienne. Paris, Desclée, 1992.

    Credo. Méditations sur le Symbole des Apôtres (Credo). Traduit de l'allemand par Joseph Doré. Paris, Nouvelle Cité, 1992.

    La dramatique divine IV. Le dénouement. Namur, Culture et vérité, 1993.

    Marie, première Église (recueil d'études rédigées par Balthasar et par le cardinal Joseph Ratzinger). 3e édition. Paris, Médiaspaul, 1998. Lire le compte rendu d'A. Cabes dans le Bulletin de Littérature Ecclésiastique.

    À propos de mon oeuvre. Traversée (Hans Urs von Balthasar. Zu seinem Werk). Traduit de l'allemand par Joseph Doré et Chantal Flamant. Bruxelles, Lessius, 2002. Lire le compte rendu de Pierre Jay dans la revue Esprit & Vie.

    Le soulier de satin de Paul Claudel. Genève, Ad Solem, 2002. Postface à la traduction allemande de la pièce de Claudel.

    Grains de blé. Aphorismes. Traduit par F. Georges-Catroux. Orbey, Arfuyen, 2003.


    B. Articles

    « Rencontrer Dieu dans le monde d'aujourd'hui », Concilium, 6, juin 1965, pp. 27-39.

    « L'Évangile comme norme et critique de toute spiritualité dans l'Église », Concilium, 9, novembre 1965, pp. 11-24.

    « Vérité et vie », Concilium, 21, janvier 1967, pp. 77-83.

    « Relation immédiate avec Dieu », Concilium, 29, novembre 1967, pp. 37-48.

    « La joie et la croix », Concilium, 39, novembre 1968, pp. 77-87.

    « Le Royaume de Dieu ou l'Église? », Communio, tome XI, 3, mai-juin 1986, pp. 4-12.

    Documentation

    Communio, « Hans Urs von Balthasar - Théologie et culture », tome XXX, 2, mars-avril 2005. Des contributions de Xavier Tilliette, Jean-Louis Chrétien, Jean-Marie Lustiger et al.

    Guerriero, Elio. Hans Urs von Balthasar. Préface de Jean Guitton. Paris, Desclée, 1993.

    Holzer, Vincent. Le Dieu Trinité dans l'histoire. Le différend théologique Balthasar-Rahner. Préface de Bernard Sesboüé. Paris, Cerf, 1995, 476 p. « Cogitatio Fidei » # 190.

    Planchon, Félicien. Le langage théologique du Mal et du Salut dans la trilogie de Hans Urs von Balthasar. Une base pour la réflexion sur le langage théologique. Mém. dactyl., 2 vol., 453-viii p. Faculté de théologie de l'Université catholique de Louvain, 2003.

    Saint-Pierre, Mario. Beauté, bonté, vérité chez Hans Urs von Balthasar. Saint-Nicolas, Les Presses de l'Université Laval, 1998.

    Souletie, Jean-Louis. « "Raison esthétique" et herméneutique christologique chez Balthasar », Nouvelle revue théologique, tome 127, no 1, janvier-mars 2005, pp. 18-35.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-02-28
    Loading
    Informations
    Références
    Données biographiques
    Nationalité
    Suisse
    Naissance
    12 août 1905, Lucerne
    Déces
    26 juin 1988
    Raccourcis
    Site de la Facoltà di Teologie di Lugano, Suisse
    (français, anglais, italien, allemand, espagnol)

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.