• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Groseillier

    Définition

    Nous avons tous vu, dans les campagnes et dans les jardins, ces beaux buissons de groseillers qui, selon les variétés, se couvrent de petites fleurs en épis, solitaires ou en grappes, blanches, jaunes ou rouges, qui donneront les fruits blancs rouges, verts, violets ou noirs que nous connaissons bien.

    En France et en Belgique, les plus communs sont: le groseillier rouge (Ribes rubrum), le groseillier épineux (Ribes uva crispa) appelé aussi groseiller à maquereau, parce qu'on assaisonne ce poisson avec le jus de ses fruits, et le cassis (Ribes nigrum), dont on tire une sorte de ratafia.

     Il y a encore le groseiller de Hollande à fruit rouge et celui à fruit blanc, le groseillier Queen Victoria à gros fruit rouge, le groseiller-cerise à très gros fruit, et tant d'autres que nous ne pouvons tous citer, le nombre des espèces connues dépassant la centaine.

      Au point de vue scientifique, le groseillier fait partie des plantes dicotylédones, famille des saxifragacées, sous-famille des rubiacées, dont on trouve des variétés dans toutes les régions tempérées de l'hémisphère Nord; dans l'hémisphère Sud, on en trouve uniquement en Amérique, au pied de la Cordillière des Andes. Les dimensions de la plante sont modestes; sa hauteur moyenne varie entre 1,50 et 2 m. Les branches, aux contours tortueux, sont remplies de moelle.

      Le groseillier pousse également à l'état sauvage; c'est une plante qui n'a pas de grandes exigeances. Robuste et d'une riche vitalité, elle peut pousser et prospérer également dans des terrains peu fertiles. En effet, dans les régions montagneuses il n'est pas rare de la trouver j'usqu'à 1500 mètres d'altitude.

      La variété groseiller à maquereau pousse des ramifications fortement épineuses, et de longueur moyenne. Les feuilles, lobées et dentelées, sont d'une teinte vert sombre. Les fruits, par paire ou isolés, sont situés aux ramifications des branches, et ne se forment que sur les branches âgées d'au moins une année. Pour obtenir une plus grande quantité de fruits, il est de bonne règle d'élaguer les branches plus vieilles.

        En Italie, on cultive presque exclusivement la groseille rouge commune et la groseille à maquereau. Par contre en France, en Angleterre, et dans l'Amérique du Nord on cultive des variétés fort estimées, soit à cause de la grosseur du fruit, soit à cause de sa saveur particulière. Par exemple, la groseille de Hollande donne des grappes à baies de la taille de petites cerises d'une couleur blanche ambrée, à la chair ferme et très savoureuse.

       Variétés sélectionnées de groseilles à maquereau: London, aux baies grosses et rouges; Shannon, aux baies de couleur blanchâtres et de saveur très sucrée. La groseille noire ou cassis, d'une culture répandue en France, est la seule variété dont le plant puisse atteindre une hauteur de trois mètres. On distille ses fruits pour obtenir une liqueur de faible teneur alcoolique justement dénommée: Cassis.

        Dijon est, à juste titre, réputé pour cette fabrication. La groseille n'est pas à l'abri de certaines maladies provoquées par des micro-organismes et des insectes. Ses principaux ennemis sont la rouille, le brouillard, et le mildiou.   1

     

    1- Le nouveau tout connaître encyclopédie en couleur numéro: 19. -1969- Page: 1752. DOCUMENTAIRE: n. 548.

     

     

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01

    0%
    Dons reçus (2018-2019):0$
    Objectif (2018-2019): 25 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.