• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Gibraltar

    Description

    Possession du Royaume-Uni, située au sud-ouest de l'Europe, sur la côte méridionale de l'Espagne, au bord du détroit de Gibraltar qui relie la mer Méditerranée à l'océan Atlantique Nord.

    Présentation géographique (site du gouvernement, angl.)
    Le port de Gibraltar (site du gouvernement, angl.)
    Gibraltar, place financière internationale (site du gouvernement, angl.)


    Gibraltar

    Le lion dompté, couché dans la mer, et dardant
    Le regard en feu de tes grands phares tournant,
    Tu veilles ! Gibraltar !

    Mais les eucalyptus
    Se balancent au vent salé de l’Atlantique
    Et la nuit est déjà belle en Afrique.

    Source : Sybil, «Gibraltar», tiré de «Croquis d’Espagne», Mercure de France, 16 avril 1909, p. 618


    Description de Théophile Gautier (milieu du XIXe siècle)

    L’aspect de Gibraltar dépayse tout à fait l’imagination; l’on ne sait plus où l’on est ni ce que l’on voit. Figurez-vous un immense rocher ou plutôt une montagne de quinze cents pieds de haut qui surgit subitement, brusquement, du milieu de la mer sur une terre si plate et si basse qu’à peine l’aperçoit-on. Rien ne la prépare, rien ne la motive, elle ne se relie à aucune chaîne; c’est un monolithe monstrueux lancé du ciel, un morceau de planète écornée tombé là pendant une bataille d’astres, un fragment du monde cassé. Qui l’a posée à cette place? Dieu seul et l’éternité le savent. Ce qui ajoute encore à l’effet de ce rocher inexplicable, c’est sa forme : l’on dirait un sphinx de granit énorme, démesuré, gigantesque, comme pourraient en tailler des Titans qui seraient sculpteurs, et auprès duquel les monstres camards de Karnak et de Giseh sont dans la proportion d’une souris à un éléphant. L’allongement des pattes forme ce qu’on appelle la pointe d’Europe; la tête, un peu tronquée, est tournée vers l’Afrique, qu’elle semble regarder avec une attention rêveuse et profonde. Quelle pensée peut avoir cette montagne à l’attitude sournoisement méditative? Quelle énigme propose-t-elle ou cherche-t-elle à deviner? Les épaules, les reins et la croupe s’étendent vers l’Espagne à grands plis nonchalants, en belles lignes onduleuses comme celles des lions au repos. La ville est au bas, presque imperceptible, misérable détail perdu dans la masse. Les vaisseaux à trois ponts à l’ancre dans la baie paraissent des jouets d’Allemagne de petits modèles de navires en miniature, comme on en vend dans les ports de mer; les barques, des mouches qui se noient dans du lait; les fortifications même ne sont pas apparentes. Cependant la montagne est creusée, minée, fouillée dans tous les sens; elle a le ventre plein de canons, d’obusiers et de mortiers; elle regorge de munitions de guerre. C’est le luxe et la coquetterie de l’imprenable. Mais tout cela ne produit à l’œil que quelques lignes imperceptibles qui se confondent avec les rides du rocher, quelques trous par lesquels les pièces d’artillerie passent furtivement leurs gueules de bronze. Au moyen âge, Gibraltar eût été hérissé de donjons, de tours, de tourelles, de remparts crénelés; au lieu de se tenir au bas, la forteresse eût escaladé la montagne et se fût posée comme un nid d’aigle sur la crête la plus aiguë. Les batteries actuelles rasent la mer, si resserrée à cet endroit, et rendent le passage pour ainsi dire impossible. Gibraltar était appelé par les Arabes Ghiblaltâh, c’est-à-dire le Mont de l’Entrée. Jamais nom ne fut mieux justifié. Son nom antique est Calpé. Abyla, maintenant le Mont des Singes, est de l’autre côté en Afrique, tout près de Ceuta, possession espagnole, le Brest et le Toulon de la Péninsule, où l’on envoie les plus endurcis des galériens. Nous distinguions parfaitement la forme de ces escarpement et sa cime encapuchonnée de nuages, malgré la sérénité de tout le reste du ciel.

    Comme Cadix, Gibraltar, situé à l’entrée d’un golfe dans une presqu’île, ne tient au continent que par une étroite langue de terre que l’on appelle le terrain neutre, et sur laquelle sont établies les lignes de douanes. La première possession espagnole de ce côté est San-Roque. Algéciras, dont les maisons blanches reluisent dans l’azur universel comme le ventre argenté d’un poisson à fleur d’eau, est précisément en face de Gibraltar (…).

    source : Théophile Gautier, Voyage en Espagne. Nouvelle édition révisée. Paris, Charpentier, 1859, p. 360-362



    Description d'un voyageur français du début du XXe siècle

    Une montagne bossuée de canons; une ville entassant à flanc de coteau ses rues étroites mais propres, où fourmillent des milliers de travailleurs, des armées de soldats en khaki; un port avec ses jetées nouvelles venant s’ajouter aux quais anciens; une rade merveilleuse, vaste à y laisser évoluter toutes les escadres du monde, et d’autres encore; et par-dessus tout cela un ciel magique drapant d’immensité cette caverne du léopard britannique, qui n’est qu’un rocher, certes, mais le plus formidable des rochers.

    On a dit qu’il ressemblait à un lion endormi. Peut-être, mais, lorsque par toutes les fentes de la montagne, le canon tonne, le réveil du lion doit être terrible.

    Gibraltar! Un sphinx, a-t-on encore écrit. C’est possible, et je ne tenterai point de déchiffrer l’énigme de ce colosse, barrant la route des mers latines aux flots de l’Atlantique, prolongeant sa veille au seuil de deux continents.

    Lorsque, un soir, j’eus quitté Tanger pour me rendre ici, des nuées planaient sur le rocher, rendant plus mystérieuses ses cimes imprécises. Une sorte de gigantesque fer de lance à la pointe de pierre acérée terminait brusquement Gibraltar du côté de Linea espagnole, tandis que, vu de la mer, il me donnait l’impression d’une tête de taureau dont les autres rochers dessinaient la croupe rebondie. Au-dessus, comme pour marquer la bête au front du sceau des prédestinés, un astre, Jupiter, étincelait. Et je voulus voir dans cette masse sombre surgissant du sein des flots dans le ciel calme, dominée seulement par l’astre du roi des dieux, un symbole. Maintenant que j’ai visité, pierre par pierre, le fameux rocher, je ne puis me refuser à trouver le symbole particulièrement significatif.

    Gibraltar est la consécration indubitable de la toute-puissance britannique; il est l’orgueil de la nation, le triomphant effort du peuple dont l’histoire et la politique sont toutes contenues dans cette formule : « La force seconde le droit ».

    source : Jean du Taillis, « Autour d’Algésiras. Le Rocher et le Port de Gibraltar », À travers le monde, 1906, p. 33
    Source: CIA - The World Factbook
    Source : CIA - The World Factbook

    Carte interactive de Gibraltar

    Histoire

    Histoire
    Brève histoire (site du gouvernement de Gibraltar, angl.)

    Doocumentation

    Documentation

    Chambre des Communes du Royaume-Uni, Foreign Affairs Committee, session 2000-2001: Sixth Report: Gibraltar, 11 avril 2001. Réponse du gouvernement britannique, 19 juillet 2001 (format PDF)
    Chambre des Communes du Royaume-Uni, Foreign Affairs Committee, session 2001-2002: First Report: Gibraltar, 4 décembre 2001
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Documents Associés
    Commission européenne (Union européenne)
    Royaume-Uni, Union européenne, fiscalité, impôt, exonération d'impôts, service financier, évasion fiscale
    Raccourcis

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.