• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Gestion de l'eau

    Enjeux

    Le point de vue de M. Michel Patry, professeur à HEC Montréal.

    «Une particularité de l'eau est qu'elle doit être considérée à la fois comme un bien ou une ressource économique et comme un bien social. La gestion efficace d'une telle ressource est donc compliquée par la poursuite de plusieurs objectifs simultanément.
    Certains s'objecteront tout de suite à l'affirmation que l'eau est une ressource économique. Curieusement, ce sont souvent les mêmes personnes qui prônent une gestion écologique de la ressource. Les deux perspectives, loin de s'opposer, sont pourtant conciliables. Dire de l'eau qu'elle est une ressource économique signifie précisément que cette ressource est rare. C'est cette rareté qui lui donne une valeur et qui justifie que nous cherchions à éviter tout gaspillage et à préserver la ressource. De plus, nous savons que cette valeur ira en s'accroissant au cours des prochaines années, puisque la demande mondiale d'eau potable croît très rapidement. Par exemple, l'ONU prévoit que seule une poignée de pays à l'échelle de la planète ne souffriront pas de stress hydrique en 2025. Le Canada est parmi ce petit groupe de pays riche en«or bleu». L'eau est donc une ressource rare qui peut et doit être vue dans son«économie».

    Le caractère économique de la ressource renvoie également à son coût: l'eau potable doit«être produite», traitée, transformée. Cette transformation, ce traitement ont un coût qui est très méconnu parce que nos gouvernements ont opté pour un financement public des infrastructures et des coûts d'opération. Ce coût est non négligeable. Pour une grande ville, comme Montréal, il peut facilement dépasser les cent millions de dollars annuellement. L'eau a donc un coût, même si son prix apparent pour le citoyen est souvent nul (notons que ce n'est pas le cas de tous les utilisateurs: les utilisateurs industriels, en majorité, paient un prix pour chaque litre utilisé).

    La perspective écologique met en évidence l'interdépendance des systèmes dans un vaste écosystème et la nécessité de préserver la ressource pour les générations futures. Or l'expérience du vingtième siècle montre assez clairement que le meilleur moyen de détruire une ressource ou un écosystème, c'est d'en ignorer la logique économique. L'air pur est un bien rare, comme les stocks de morue. L'absence de réglementation économique de ces ressources est la principale cause de leur détérioration. Il n'en va pas autrement de l'eau!

    Pourtant, l'eau n'est pas une«ressource comme les autres». Les utilisateurs d'eau ne détruisent jamais complètement la ressource et la retournent à l'environnement. Ils génèrent ainsi ce que les économistes appellent des externalités. La présence de telles externalités signifie qu'un marché, abandonné à lui-même, ne parviendrait pas à une gestion socialement et économiquement désirable. D'où son caractère social. De quoi résulte ce que nous appelons l'impossible démission de l'état dans ce dossier. Il ne s'agit pas de débattre si l'état doit jouer un rôle ou si celui-ci doit s'éclipser devant les entreprises privées. Il s'agit, au contraire, de voir quel rôle l'état doit jouer et quelles responsabilités, s'il en est, il doit confier à d'autres agents économiques et sociaux.

    Ces considérations ont mené l'équipe de chercheurs du CIRANO à identifier quatre critères pour évaluer la performance des institutions dans la gestion de l'eau. Ces quatre critères, ou objectifs que la gestion de l'eau devrait poursuivre, sont: l'efficacité, l'équité, l'imputabilité et le développement économique. Ces quatre critères sont fondamentaux mais ne sont pas toujours compatibles entre eux. Une des fonctions essentielles d'un gouvernement consiste à trouver le compromis socialement désirable entre ces valeurs. Il s'agit là d'une première tâche qui est dévolue à nos gouvernements et qu'aucune autre institution ou corps social ne peut assumer dans un régime démocratique.»

    Source et suite
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Références
    Documents Associés
    Hélène Laberge
    Politique de l'eau
    Michel Patry
    Commercialisation de l'eau, privatisation, privé, public
    Lise Dolbec
    commercialisation de l'eau
    Ministère des Affaires étrangères du Canada
    Prélèvements à grande échelle
    Jacques Dufresne
    Québec, politique de l'eau, privatisation de l'eau
    Louise Doucet-Saïto
    Commercialisation de l'eau, embouteillage, stratégie
    Claude Villeneuve
    Consensus, responsabilité
    Jacques Dufresne
    experts, citoyens, commerce de l'eau
    Ministère des Relations internationales du Québec
    Marc Chevrier
    Commercialisation de l'eau

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.