• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Exposition

    Enjeux

    Les questions que pose ici Walter Benjamin ont conservé toute leur pertinence.


    Grandville ou les expositions universelles


    «Oui, quand le monde entier, de Paris jusqu’en Chine,
    O divin Saint-Simon, sera dans ta doctrine,
    L’âge d’or doit renaître avec tout son éclat,
    Les fleuves rouleront du thé, du chocolat ;
    Les moutons tout rôtis bondiront dans la plaine,
    Et les brochets au bleu nageront dans la Seine ;
    Les épinards viendront au monde fricassés,
    Avec des croûtons frits tout autour concassés ;
    Les arbres produiront des pommes en compotes,
    Et l’on moissonnera des carricks et des bottes ;
    Il neigera du vin, il pleuvra des poulets,
    Et du ciel les canards tomberont aux navets.
    Langlé et Vanderburch : Louis-Bronze et le Saint-Simonien
    (Théâtre du Palais Royal, 27 février 1832).




    Les expositions universelles sont les centres de pèlerinage de la marchandise-fétiche. « L’Europe s’est déplacée pour voir des marchandises » dit Taine en 1855. Les expositions universelles ont eu pour précurseurs des expositions nationales de l’industrie, dont la première eut lieu en 1798 sur le Champ de Mars. Elle est née du désir « d’amuser les classes laborieuses et devient pour elles une fête de l’émancipation ». Les travailleurs formeront la première clientèle. Le cadre de l’industrie de plaisance ne s’est pas constitué encore. Ce cadre c’est la fête populaire qui le fournit. Le célèbre discours de Chaptal sur l’industrie ouvre cette exposition. – Les saint-simoniens qui projettent l’industrialisation de la planète, s’emparent de l’idée des expositions univer-selles. Chevalier, la première compétence dans ce domaine nouveau, est un élève d’Enfantin, et le rédacteur du journal saint-simonien Le Globe. Les saint-simoniens ont prévu le développement de l’industrie mondiale ; ils n’ont pas prévu la lutte des classes. C’est pourquoi, en regard de la participation à toutes les entreprises industrielles et commerciales vers le milieu du siècle, on doit reconnaître leur impuissance dans les questions qui concernent le prolé-tariat.

    Les expositions universelles idéalisent la valeur d’échange des marchandises. Elles créent un cadre où leur valeur d’usage passe au second plan. Les expositions universelles furent une école où les foules écartées de force de la consommation se pénètrent de la valeur d’échange des marchandises jusqu’au point de s’identifier avec elle : « Il est défendu de toucher aux objets expo-sés ». Elles donnent ainsi accès à une fantasmagorie où l’homme pénètre pour se laisser distraire. A l’intérieur des divertissements, auxquels l’individu s’abandonne dans le cadre de l’industrie de plaisance, il reste constamment un élément composant d’une masse compacte. Cette masse se complaît dans les parcs d’attractions avec leurs montagnes russes, leurs « tête-à-queue », leurs « chenilles », dans une attitude toute de réaction. Elle s’entraîne par là à cet assujettissement avec lequel la propagande tant industrielle que politique doit pouvoir compter. – L’intronisation de la marchandise et la splendeur des distractions qui l’entourent, voilà le sujet secret de l’art de Grandville. D’où la disparité entre son élément utopique et son élément cynique. Ses artifices subtils dans la représentation d’objets inanimés correspondent à ce que Marx appelle les « lubies théologiques » de la marchandise. L’expression concrète s’en trouve clairement dans la « spécialité » – une désignation de marchandise qui fait à cette époque son apparition dans l’industrie de luxe. Les expositions universelles construisent un monde fait de « spécialités ». Les fantaisies de Grandville réalisent la même chose. Elles modernisent l’univers. L’anneau de Saturne devient pour lui un balcon en fer forgé où les habitants de Saturne prennent l’air à la tombée de la nuit. De la même façon un balcon en fer forgé représenterait à l’exposition universelle l’anneau de Saturne et ceux qui s’y avancent se verraient entraînés dans une fantasmagorie où ils se sentent mués en habitants de Saturne. Le pendant littéraire de cette utopie graphique, c’est l’œuvre du savant fouriériste Toussenel. Toussenel s’occupait de la rubrique des sciences naturelles dans un journal de mode. Sa zoologie range le monde animal sous le sceptre de la mode. Il considère la femme comme le médiateur entre l’homme et les animaux. Elle est en quelque sorte le décorateur du mon-de animal, qui en échange dépose à ses pieds son plumage et ses fourru-res. « Le lion ne demande pas mieux que de se laisser rogner les ongles, pourvu que ce soit une jolie fille qui tienne les ciseaux. »
    II


    La mode : Monseigneur la mort ! Monseigneur la mort !
    Léopardi : Dialogue entre la mode et la mort.


    La mode prescrit le rite suivant lequel le fétiche qu’est la marchandise demande à être adoré ; Grandville étend son autorité sur les objets d’usage courant aussi bien que sur le cosmos. En la poussant jusqu’à ses conséquences extrêmes il en révèle la nature. Elle accouple le corps vivant au monde inorganique. Vis-à-vis du vivant elle défend les droits du cadavre. Le fétichisme qui est ainsi sujet au sex appeal du non-organique, est son nerf vital. Les fantaisies de Grandville correspondent à cet esprit de la mode, tel qu’Apollinaire en a tracé plus tard une image : « Toutes les matières des différents règnes de la nature peuvent maintenant entrer dans la composition d’un costume de femme. J’ai vu une robe charmante, faite de bouchons de liège ... La porcelaine, le grès et la faïence ont brusquement apparu dans l’art vesti-mentaire.. . On fait des souliers en verre de Venise et des chapeaux en cristal de Baccarat. »

    Passage tiré de Paris, capitale du XIXe siècle.

    Une édition électronique réalisée à partir du texte de Walter Benjamin, “ Paris, capitale du XIXe siècle ”, « exposé » de 1939 – écrit directement en français par W. Benjamin – in Das Passagen-Werk (le livre des Passages), Frankfurt am Main, Suhrkamp Verlag, 1982, pages 60 à 77. Une édition numérique réalisée par Daniel Banda, bénévole, professeur de philosophie en Seine-Saint-Denis et chargé de cours d'esthétique à Paris-I Sorbonne.

    Documentation

    On attribue au Roi Xerxès de Perse l'idée et la réalisation de la première Exposition "mondiale" de l'histoire de l'Humanité.
    Voir: Brève histoire des expositions internationales et universelles.

    Eugène Mouton, L'Expositiomanie (Bibliothèque électronique de Lisieux)

    Findling, John E. (éd.), Historical Dictionary of World's Fairs and Expositions, 1851-1988, New York, Greenwood Press, 1990

    Paris : Tableaux d'expositions. La photographie et les expositions universelles à Paris de 1867 à 1900. Exposition proposée par le Centre historique des Archives nationales (Ministère de la Culture, Direction des Archives de France), 30 octobre-31 décembre 2000

    Exposition de Paris (1889)

    Paris Exposition of 1889. Overview (Prints and Photographs Division, Library of Congress, Washington, D.C.)

    Alfred M. Picard (éd.), Exposition universelle internationale de 1889 à Paris: Rapport général. 10 vol. Paris, Imprimerie nationale, 1891-1892 (rapport officiel de l'exposition)

    Walton, William. Chefs-d'Oeuvre l'Exposition universelle de Paris, 1889, Paris, G. Barrie, [c1889].

    Harriss, Joseph, The Tallest Tower: Eiffel and the Belle Epoque, Boston, Houghton-Mifflin Company, 1975

    Levin, Miriam R. When the Eiffel Tower was new: French visions of progress at the Centennial of the Revolution, South Hadley, Mass., Mount Holyoke College Art Museum; distribué par University of Massachusetts Press, 1989.

    Nelms, Brenda. The Third Republic and the Centennial of 1789, New York, Garland Publishing Company, 1987
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Linguistique
    Allemand
    Austellung
    Anglais
    Exposition, Fair
    Raccourcis

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.