• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Fromentin Eugène

    Peintre et écrivain français (1820-1878)

    Biographie

    Paul Souquet à propos de Fromentin (1881)
    «Je ne sais si Fromentin a peint tout ce qu'il voulait peindre et comme il l'aurait voulu; j'en doute. Mais il a écrit les quatre volumes qu'il voulait écrire, sinon tels qu'il les rêvait-en la délicatesse scrupuleuse et si éveillée de son goût. Il me semble qu'il a dit avec la plume ce qu'il avait à dire; et il ne l'a pas dit seulement d'une manière très heureuse, sans emphase ni abus de discrétion, il l'a dit aussi avec joie, une joie d'artiste et d'homme.

    Dans ses deux premiers volumes : Un Été dans le Sahara, Une Année dans le Sahel, le parti pris de la littérature descriptive et pittoresque est accepté avec une franchise décidée qui tient de la gageure; et la gageure est gagnée sans fatigue, sans monotonie dans un même volume et sans tautologie de l'un à l'autre. Dans le roman intitulé Dominique, le parti pris d'analyse psychologique et morale n'est pas moins déclaré ni soutenu avec moins de bonheur. Dans les Maîtres d'autrefois, le dilettante, critique d'art, note supérieurement ses impressions sur les grands peintres flamands et hollandais visités chez eux.

    Ainsi, son œuvre écrite, qui est triple par les sujets et qui est une nous dirons pourquoi, ressemble à un triptyque avec ses trois panneaux. Celui du centre, le roman, raconte le secret d'une vie et les agitations d'un cœur finalement apaisé : les deux autres font vivre pour nos yeux, l'un, les sites, les mœurs et les types de la nature prise dans un cadre exceptionnel ; l'autre, les merveilles d'un art très riche et religieusement étudié. Ce n'est pas pécher contre le tact et la mesure, c'est-à-dire contre Fromentin lui-même, que de voir dans cette disposition de son œuvre écrite un emblème expressif et une figuration philosophique : les troubles de la vie inquiète se reposant dans l'intimité de la nature et dans les nobles joies contemplatives de l'art. Mais la conclusion de Dominique nous avertit que l'âme délicate et virile de Fromentin pénétra plus avant dans le sens profond de l'existence, puisque c'est dans la paix mélancolique du bien obscurément accompli au village que s'abrite, à la fin de ce beau roman, un cœur endolori.

    Au moins est-il permis de voir dans la diversité de l'œuvre et dans son ordonnance l'expression fidèle et comme l'image totale de ce que fut Fromentin. Il s'y révèle sous les trois aspects de son organisation fine et complexe : très sensible à la nature, à ses spectacles et aussi à ses influences, l'aimant aussi pleinement qu'il la sentait, sachant admirablement la voir et goûtant avec vivacité le charme de s'établir posément dans sa familiarité ; — très attentif de même à ses propres sensations, à ce mouvement de la vie intérieure qui sollicitait son goût de l'analyse, en y mêlant une sérieuse préoccupation morale ; — enfin amateur studieux et sagace des choses de l'art, heureux de les comprendre, de se rendre compte de leurs mérites et de prolonger ses joies d'artiste en se les commentant à lui-même.

    Appliquer à l'œuvre de Fromentin et à sa nature les procédés de l'analyse et de la classification par genres semblera peut-être un solécisme, une sorte d'offense à ce qu'il y a chez lui d'aisance, d'accord harmonieux et d'équilibre sans effort. Nul n'est moins pédant, sans doute, et ne se travaille moins. Mais il est artiste judicieux et averti; en outre, il a gardé des études de l'atelier et de l'habitude de composer un certain respect de l'unité dans l'œuvre d'art et le goût d'en assortir les parties au caractère dominant qui en est la marque. Sa main, d'ailleurs, ne perd rien de sa souplesse et sait admirablement se varier. C'est ainsi qu'il insinue dans ses deux premiers volumes, descriptifs et pittoresques, plus d'une parenthèse sur l'art, mais discrètement et à propos; plus d'une pensée morale aussi et plus d'un retour aux choses de l'âme, mais sans quitter des yeux le pays où il voyage et en s'inspirant de cette nature orientale dont l'influence sur ses nerfs et sur sa volonté lui donne à réfléchir. Dans Dominique, vivante étude du cœur, il fait une large place au paysage, non comme à un décor, mais comme à un personnage muet qui reçoit les confidences d'une âme, l'écoute, la reconnaît et la console par la douceur des lieux anciennement aimés; l'art non plus n'y est pas oublié, ni les rêves de gloire. Enfin, dans les Maîtres d'autrefois, la critique des œuvres de peinture flamandes ou hollandaises et les discussions d'esthétique s'animent de la réalité locale des milieux décrits, des types, des mœurs, des idées et des sentiments saisis en pleine vérité et fixés comme ils sont vus.
    [...]
    L'Académie française avait, dit-on, les yeux sur lui. Elle l'aurait appelé, si la mort ne l'eût fait avant elle. Son talent libre et délicat, original sous une discipline non de tradition, mais de goût, eût marqué sa place dans le-voisinage de M. Renan et de M. Taine. Non, sans doute, qu'il ressemble en somme à l'un ni à l'autre, mais il a uni et tempéré en lui plus d'une qualité de tous deux. Il eût pu fraterniser avec l'un dans l'idéal, quoique différemment pensé et senti, et aussi dans un amour commun pour ce qui est choisi, mesuré; avec l'autre, dans un sentiment vif de la forme et de la couleur, dans la sympathie pour tout ce qui est l'art ou la vie. À l'Académie, comme devant le public, il eût trouvé encore dans le souvenir de Théophile Gautier, joint à celui de George Sand, le charme d'un patronage qui fut cher à ses débuts et la réminiscence d'une discrète parenté.»

    PAUL SOUQUET, "Eugène Fromentin", Nouvelle Revue, Paris, 1881, série 1, tome 8, p. 866

    *******


    Un voyageur attristé
    « "En France, toute toile qui n'a pas son titre et qui, par conséquent, ne contient pas un sujet, risque fort de ne pas être comptée pour œuvre ni conçue, ni sérieuse. Et cela n'est pas d'aujourd'hui; il y a cent ans que cela dure. Depuis le jour où Greuze imagina la peinture sentimentale, et, aux grands applaudissements de Diderot, conçut un tableau comme on conçoit une scène de théâtre, et mit en peinture les drames bourgeois de la famille, à partir de ce jour-là, que voyons-nous? La peinture de genre a-t-elle fait autre chose en France qu'inventer des scènes, compulser l'histoire, illustrer la littérature, peindre le passé, un peu le présent, fort peu la France contemporaine, beaucoup les curiosités des mœurs ou des climats étrangers? "

    C'est du Fromentin que nous citons; ces lignes sont d'un artiste qui avait la réputation d'être intelligent et raisonnable ; elles ont, par conséquent, une autorité. Elles valent, en outre, par une sincérité d'autant plus indiscutable que le peintre, en dénonçant ses confrères, ne s'épargne pas lui-même ; le dernier membre de la dernière phrase est un aveu qui n'était point facile à faire. Nature fine, distinguée, clairvoyante, on sait combien Fromentin a solitairement souffert de ses aspirations non comblées, L'originalité lui semblait à la fois une chose si simple et si inaccessible! Son éducation, ses idées, son ingéniosité, le gênaient autant que la crainte de n'être pas compris. N'aimant pas les voies communes, il s'engagea dans une voie de traverse peu ou mal explorée. Son orientalisme, si charmant et si plein de sensibilité qu'il soit, est la découverte d'un voyageur attristé, qui voyage pour se distraire et comme pour oublier un vieux désir irréalisable. Il fut un des meilleurs de son temps ; et combien, pourtant, la place qu'il occupe est petite !»

    JULIEN LECLERCQ, "Alfred Sisley", Gazette des beaux-arts, Paris, 1899, 3e série, tome 21, p. 230

    Oeuvres

    Dominique (roman), 1862. Texte intégral disponible en ligne.
    Un été dans le Sahara. Texte intégral disponible en ligne (sur le site de Gallica).
    Les Maîtres d'autrefois, 1876. Essai sur la peinture hollandaise.

    Documentation

    Gillet, Louis. "Eugène Fromentin et Dominique", La Revue de Paris, livraison du 1er août 1905, p. 526-558 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Gaubert, Ernest. "Eugène Fromentin et l'influence de Dominique", Mercure de France, no 199, 1er octobre 1905, p. 321-334 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    France
    Naissance
    1820, La Rochelle, Charente-Maritime
    Déces
    1878
    Documents Associés
    Paul Souquet
    Critique d'art, art hollandais, art belge
    Paul Souquet
    Raccourcis

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.