• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Égypte

    Description

    "L’Égypte est située à l’extrémité nord-est du continent africain. Elle se divise en quatre régions: la vallée et le delta du Nil, le désert libyque ou désert occidental, le désert arabique ou oriental, et la péninsule du Sinaï, à l’est. Quatre-vingt-dix pour cent de la population vit dans le delta du Nil. Le fleuve traverse le pays du nord au sud, formant ainsi un mince ruban de terres fertiles. La plus grande partie du territoire égyptien est désertique et de faible altitude, excepté sur la péninsule du Sinaï, dont les côtes sont hérissées de montagnes au contour déchiqueté. Le Sinaï est une région riche en minerais; des gisements de pétrole ont aussi été découverts au large de ses côtes. 

    À Alexandrie, sur la côte méditerranéenne, le climat est tempéré,alors qu’à Assouan, dans le sud du pays, il fait très chaud, surtout l’été. Au Caire, dans le delta du Nil, les températures peuvent monter jusqu’à 35 ºC l’été, et descendre à 5 ºC l’hiver. Comme pour tous les climats désertiques, les températures sont très élevées le jour, mais beaucoup plus fraîches la nuit.

    Les terres cultivées fournissent trois récoltes par année, la plupart des productions arrivant à maturité en quatre mois. Les principales récoltes d’été sont le coton, le riz, le maïs et le sorgho. Le blé, le tréfle égyptien, ou bersim, les haricots et les autres légumes se récoltent l’hiver. Les six grandes oasis du désert occidental produisent des dattes pour l’exportation. Avec la construction de nouvelles habitations pour une population sans cesse croissante, les terres arables disparaissent, et l’Égypte doit de plus en plus dépendre de l’importation de denrées alimentaires. 

    Les crues du Nil, particulièrement problématiques dans le Delta, ont été contrôlées par la construction du barrage d’Assouan. Mais en dépit des ambitieux projets de reconquête des terres par le gouvernement, le Sahara continue à gagner du terrain: l’Afrique du Nord devient de plus en plus désertique chaque année."

    L'Égypte (Projet des Profils culturels, Centre Anti-Racism, Multiculturalism and Native Issues (AMNI), Faculté de travail social, Université de Toronto, avec l'aide de Citoyenneté et Immigration Canada) (reproduction autorisée)


    Vie économique

    "De 1991 à 1998, L'Égypte a mené, conjointement avec la Banque mondiale, un programme de réforme macroéconomique conçu pour stabiliser l'économie. De plus, un cadre de travail a été élaboré pour les politiques visant la réforme du secteur public, la privatisation et la libéralisation des échanges et de l'investissement. Standard and Poors a donné pour la première fois une cote d'évaluation d'investissements à l'Égypte en 1997 (BBB-). Bien qu'elle ait été maintenue en 2000, les efforts de l'Égypte en faveur de la réforme économique se sont heurtés à de graves difficultés, notamment à une crise aiguë de liquidité et à un manque prolongé de dollars. Certaines entreprises d'investissement, citant comme motifs la lenteur de la réforme structurelle, une politique monétaire inflexible et une augmentation des déficits, se sont désintéressées des perspectives économiques de l'Égypte. Un boom de la construction s'est effondré en 2000. Cette phase descendante semble être due en partie à une augmentation de 62 % des dépenses en capital sur divers mégaprojets, notamment le projet de Toshka, à l'Ouest d'Assouan, aux exportations stagnantes et à une surévaluation de la livre égyptienne. La situation a été encore amplifiée par un scandale au sujet d'un prêt, des banques ayant consenti pour 30 milliards $ de prêts non garantis, par l'augmentation des importations et par des déficits commerciaux massifs avec chaque bloc commercial, notamment avec l'Afrique subsaharienne. En 1998-1999, la croissance économique est tombée à 2,9 %, alors que les prévisions étaient de 6 %. Pour redresser la situation, le gouvernement a été obligé d'effectuer de lourdes ponctions sur ses réserves en devises étrangères qui s'élevaient alors à 25 milliards $US. La situation semblait s'améliorer progressivement et les réserves se sont stabilisés autour de 14 milliards $US. Mais les événements du 11 septembre ont dévasté le tourisme. Joint à la chute des prix pétroliers l'effet sur l'économie a été grave. Le taux de change officiel approche trois livre égyptiens pour un dollar canadien. Le gouvernement a placé des limites très strictes sur la disponibilité de la monnaie étrangère et a lancé un appel pour un programme de substitution de produits importés.

    Une privatisation étendue et des réformes structurelles concertées sont indispensables afin d'attirer l'investissement direct nécessaire pour commencer à augmenter les faibles exportations non pétrolières de l'Égypte et pour créer la croissance voulue - il faut une croissance d'au moins 6,5 % pour créer des emplois pour les 800 000 nouveaux travailleurs entrant sur le marché du travail chaque année. Dans le cadre de ses efforts pour moderniser le pays, l'Égypte a entrepris divers projets d'infrastructure importants visant à gérer la population en pleine expansion et à rendre l'économie plus efficace. On a construit des ponts, des autoroutes et des hôtels et aménagé un important prolongement du métro au Caire, tandis que plusieurs villes industrielles sont en construction dans le désert, à l'extérieur du Caire et près d'Alexandrie. On restaure les aéroports du pays, plusieurs projets sont en cours pour la production d'énergie électrique, et des plans ont été établis pour élargir les réseaux ferroviaire et routier.

    Malgré ces développements positifs, l'Égypte doit encore faire face à de grands défis, comme la privatisation des activités économiques du secteur public, la réduction de l'effectif de 5,4 millions de fonctionnaires et le franchissement des limites de la Vallée du Nil. Bien que le PIB moyen par habitant ait atteint 1 121 $US, la pauvreté est toujours générale, notamment en Haute-Égypte et dans les quartiers «populaires» du Caire où un analphabétisme généralisé persiste. La qualité de l'air et de l'eau est l'un des principaux défis du gouvernement - la pollution de l'air est particulièrement dense au Caire, où les niveaux de fumée et de plomb dépassent souvent ceux que recommandent les directives de l'OMS. Pour y remédier, l'Égypte retire progressivement du marché l'essence au plomb, introduit des véhicules au gaz naturel et réduit la pollution industrielle et le déversement des eaux usées dans le Nil.

    La disponibilité de l'eau constitue un autre défi croissant. Confrontée à un approvisionnement restreint et à une population susceptible d'atteindre 100 millions de personnes d'ici 2025, l'Égypte devra trouver de nouveaux moyens de conserver l'eau et réduire son recours aux récoltes telles que la canne à sucre et le riz, qui exigent d'importantes quantités d'eau. Entre-temps, l'agriculture, qui emploie un tiers de la population, ne contribue qu'à 11,4 % des exportations - ce qui représente une baisse par rapport aux 33 % de 1975."

    L'Égypte: aperçu du pays (Le Moyen Orient et l'Afrique du Nord, février 2002)
    © Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international, 2002. Tous droits réservés (reproduction pour utilisation non commerciale autorisée)


    Le monde du travail

    "L’Égypte possède environ 3,5 millions d’hectares de terres cultivables. La construction du barrage d’Assouan a permis d'augmenter l’étendue des terres cultivées et d’accroître par la même occasion la production d’électricité. Un tiers de la population active travaille la terre; les autres travaillent dans le secteur public, les industries, les champs de pétrole et le tourisme.

    Les modes de vie urbain et rural sont très différents. Dans les campagnes, les communautés sont petites et très unies. Les agriculteurs, ou fellahin (en arabe, fellah signifie "travailler la terre"), y mènent une vie tranquille, s’occupant essentiellement des récoltes et du bétail. Ils vivent dans de simples maisons de briques et élèvent des chèvres, des poules, des moutons et des buffles.

    Les conditions de vie se sont cependant nettement améliorées. Les villageois ont maintenant accès aux services de santé et peuvent envoyer leurs enfants à l’école. Toutes les communautés ont de l’eau potable, et il n’est pas rare d’y trouver radios et télévisions. De nouvelles techniques agricoles, plus productives, ont été adoptées un peu partout. La modernisation a même atteint les régions du désert les plus isolées, et les jeunes Bédouins partent à la ville à la recherche de travail.

    Les Égyptiens sont des gens pleins d’initiatives, et dans les villes, la plupart ont deux ou trois emplois. Les personnes hautement qualifiées occupent des postes dans les industries pétrolière, pharmaceutique, textile et touristique. Dans le secteur public, un grand nombre de postes à responsabilités sont occupés par des femmes. Les mosquées et les églises ont mis sur pied un bon réseau de services sociaux destiné à compléter les services offerts par le gouvernement.

    Le travail des enfants reste toutefois un problème en Égypte. La pauvreté oblige en effet souvent les enfants à travailler pour augmenter le revenu familial."

    Langues parlées

    "L’arabe est la langue officielle de l’Égypte. C’est une langue riche en expressions colorées. Les Égyptiens parlent aussi des dialectes régionaux, qui différent de par leur lexique et leurs sons. Ainsi, les dialectes bédouins sont différents de ceux des habitants de la vallée du Nil: certains parlent même le berbère plutôt que l’arabe. Parmi les Égyptiens qui ont reçu une instruction, nombreux sont ceux pour qui l’anglais ou le français est la langue seconde."

    Religions et croyances

    "L’histoire religieuse de l’Égypte se divise en trois périodes : la période pharaonique des anciens dieux (Rê, Horus...), l’ère chrétienne et la période islamique. Aujourd’hui, la vaste majorité de la population égyptienne est musulmane sunnite; les Chrétiens coptes forment une minorité importante. 

    Les villages égyptiens se caractérisent par un sens très aigu de la communauté. Les gens se rassemblent pour les grands repas de fêtes, pour les festivals, les mariages et les naissances. L’islam est une grande force unificatrice.

    Les Chrétiens coptes ont leur propre pape, indépendant du pape de Rome. L’Église orthodoxe copte, fondée par saint Marc, est une des plus anciennes églises chrétiennes du monde. Même si le vendredi est le jour de repos officiel en Égypte, on accorde un peu de temps aux Coptes le dimanche pour aller à l’église. Les cantiques sont chantés en arabe et dans l’ancienne langue copte."

    Les fêtes religieuses

    "Les Égyptiens célèbrent deux grandes fêtes: la première est Eid-al-Fitr, qui marque la fin du Ramadan. De grands repas de fête sont alors organisés et c’est l’occasion pour les Musulmans de faire l’aumône aux pauvres.

    La seconde est Eid-al-Adha, qui célèbre la disposition du prophète Abraham à offrir son fils en sacrifice; des moutons ou des chèvres sont alors sacrifiés et offerts aux personnes dans le besoin.

    Muharram est le Nouvel An musulman. Sa date varie, le calendrier lunaire islamique durant 354 jours.

    Les Chrétiens coptes clébrènt Noël le 7 janvier, conformément au calendrier julien. Les Coptes accordent une grande importance aux saints, et le jour de la fête d’un saint particulier, les Coptes n’hésiteront pas à parcourir de longues distances pour aller le vénérer dans un monastère ou une église."

    L'éducation

    "En Égypte, l’école publique est gratuite. Les six premières années de primaire, obligatoires, sont suivies de trois autres années d’école intermédiaire. Au secondaire, les élèves peuvent choisir de suivre des cours d’enseignement général ou technique. Les écoles privées, qui offrent un meilleur niveau dÕinstruction, sont de plus en plus populaires. Les élèves peuvent y apprendre l’arabe, le français, l’anglais et l’allemand.

    Malgré les efforts du gouvernement visant à maintenir la qualité de l’éducation, la croissance démographique a eu pour effet de faire passer le nombre d’élèves par classe de 60 à 80 dans le système public.

    L’Égypte est dotée de 14 universités publiques. L’accès au système universitaire est très compétitif, les étudiants devant passer un examen d’entrée national. Il existe aussi des instituts et des collèges spécialisés offrant des cours pour la formation d’acteurs, de danseurs et de producteurs de films.  

    Le système d’éducation égyptien connaît des problèmes à tous les niveaux, du primaire à l’université. Ces problèmes sont dus principalement au manque de fonds et aux classes surchargées. Les écoles manquent par ailleurs de locaux, surtout dans les zones rurales.

    Le taux d’analphabétisme est très élevé, surtout dans les zones rurales: 45 % de la population égyptienne ne sait ni lire ni écrire. Aussi le gouvernement oeuvre-t-il constamment pour améliorer la qualité et l’accessibilité de l’éducation."

    La santé

    "L’Égypte a un système de santé public à plusieurs niveaux. Les soins de base sont gratuits et l’on peut obtenir des médicaments partout, même dans les villages les plus isolés. Maisons de retraite privées et traitements spécialisés sont réservés aux classes aisées. Malheureusement, face aux besoins d’une population sans cesse grandissante, ce système est en train de s’effriter.
     
    L’Égypte a été récompensée au niveau international par le Rotary et l’OMS (Office mondial pour la Santé) pour ses programmes de vaccination d’enfants. Le gouvernement égyptien travaille par ailleurs à la prévention des maladies infantiles telles que la polio, la diphtérie et la rubéole. Le nombre de cas a baissé et le taux de mortalité des nouveau-nés baisse lui aussi.

    Le gouvernement a mis sur pied les premiers programmes de planning familial, établi des cliniques mobiles pour les régions isolées, et encouragé le secteur privé à participer au système d’assurance maladie. Les hôpitaux égyptiens sont dotés d’équipements modernes et ont un personnel très qualifié. 

    Chaque année, de plus en plus de femmes deviennent médecins. La profession médicale est toujours une occupation prestigieuse et l’entrée en faculté de médecine est très compétitive. Certains chirurgiens et généralistes sont allés s’établir dans d’autres pays."

    Arts et littérature

    "L’Égypte a une longue tradition artistique, qu’il s’agisse de musique, de sculpture ou d’arts décoratifs. Les anciens Égyptiens aimaient jouer de la musique et chanter. Les chanteurs étaient accompagnés de joueurs de harpe, de luth et d’autres instruments à cordes. Une grande partie de la poésie de l’ancienne Égypte était d’inspiration religieuse; certains des poèmes ne sont d’ailleurs pas sans rappeler les psaumes de la Bible. Les anciens écrivains ont aussi créé de nombreuses histoires fictives dans le but évident de divertir.

    Bien que les Égyptiens lisent aujourd’hui plus de magazines que de livres, la poésie est toujours très populaire: les Égyptiens aiment réciter des poèmes folkloriques qu’ils ont mémorisés. Les nouvelles sont également très appréciées.

    La musique et la danse jouent un rôle très important dans la vie des Égyptiens. Ces derniers affectionnent plus particulièrement les musiques classique et folklorique. Aux mariages et aux fêtes, ils dansent avec enthousiasme, et entonnent des chansons populaires parlant des saisons et du cycle agricole ; habituellement, hommes et femmes dansent séparément.

    Tout au long de ce siècle, les artistes égyptiens ont su intégrer l’influence occidentale à leur propre culture:  les films, les romans et la peinture modernes en sont des exemples. Aujourd’hui, l’Égypte est le centre de l’édition et du cinéma arabes.

    L’auteur égyptien Naguib Mahfouz fut le lauréat du prix Nobel de littérature en 1988. Parmi ses oeuvres les plus célèbres, on citera Passage des miracles, Les Fils de la médina, Récits de notre quartier et Le Voleur et les Chiens.

    La création de la Compagnie des Ballets du Caire est le résultat de l’influence russe dans la culture égyptienne."

    L'Égypte (Projet des Profils culturels, Centre Anti-Racism, Multiculturalism and Native Issues (AMNI), Faculté de travail social, Université de Toronto, avec l'aide de Citoyenneté et Immigration Canada) (reproduction autorisée)



    Source : L'Égypte (Projet des Profils culturels, Centre Anti-Racism, Multiculturalism and Native Issues (AMNI), Faculté de travail social, Université de Toronto, avec l'aide de Citoyenneté et Immigration Canada) (reproduction autorisée)

    Histoire

    Histoire
    Survol historique

    "La première dynastie d’une longue lignée de rois égyptiens fut établie il y a environ 5 000 ans par un chef puissant, nommé Ménès. C’est à cette époque que furent construites les pyramides.
     
    L’Égypte ancienne tissa des relations commerciales avec la Grèce, la Syrie et la Crète. Les nombreux artistes, bâtisseurs et scribes de l’époque léguèrent un héritage artistique des plus riches et des plus variés. Les rois et les familles les plus fortunés firent construire de grands tombeaux pour qu’à leur mort, les membres de leur famille puissent être inhumés avec leurs trésors d’art. Les tombeaux étaient décorés avec élégance, souvent de peintures murales et d’inscriptions. À la riche contribution artistique que nous a léguée l’Égypte ancienne, s’ajoutent des écrits scientifiques portant sur l’astronomie, la médecine et les mathématiques.


    Lors de l’arrivée d’Alexandre le Grand au pouvoir en 331 av. J.-C., l’Égypte, qui avait été gouvernée par plusieurs rois faibles, n’était malheureusement plus la superpuissance qu’elle avait été.

    Les Arabes conquirent l’Égypte en 639. La majorité des Égyptiens se convertirent à l’islam et beaucoup adoptèrent l’arabe comme langue. À la fin du XVIIIe siècle, Napoléon envahit l’Égypte, qui était alors gouvernée par les Ottomans; mais les Anglais, qui convoitaient aussi le pays, firent échouer l’expédition.

    Après l’ouverture du canal de Suez en 1869, les Anglais augmentèrent peu à peu leur emprise sur le pays, et à la fin du xixe siècle, l’Égypte devint protectorat britannique. Après la Première Guerre mondiale, l’Égypte proclama son indépendance, mais demeura une monarchie.

    En 1952, un groupe d’officiers s’empara du pouvoir et envoya le roi Farouk en exil. La république fut alors proclamée, avec à sa tête Gamal Abdel Nasser, l’un des officiers à l’origine du coup d’État. Il démocratisa l’Égypte et introduisit des réformes importantes. Le président Anouar al-Sadate, qui succéda à Nasser, adopta une politique d’ouverture vis-à-vis d’Israël, geste qui lui coûta la vie: il fut assassiné en 1981. C’est le président Hosni Moubarak qui lui a succédé."

    L'Égypte (Projet des Profils culturels, Centre Anti-Racism, Multiculturalism and Native Issues (AMNI), Faculté de travail social, Université de Toronto, avec l'aide de Citoyenneté et Immigration Canada) (reproduction autorisée)

    Voir les sites suivants pour des informations plus approfondies:

    Égypte ancienne

    L'Égypte des Pharaons : histoire et civilisation. Site de grande qualité conçu par Michel Guay, professeur à l'Université du Québec à Montréal
    Life in Ancient Egypt: An Introduction to Walton Hall of Ancient Egypt at the Carnegie Museum of Natural History (Pittsburg, É.-U.)
    Égypte, terre d'éternité (dossier, Info Science, novembre 1998)
    L'or des Pharaons (un site personnel)
    Land of the Pyramids (Discovery Channel)
    Egyptian Hieroglyphic Dictionary
    Hérodote, An Account of Egypt (Project Gutenberg Edition)

    Histoire moderne

    Napoleon's Obsession: Quest for Egypt (Discovery Channel)
    Robert Vitalis, When Capitalists Collide. Business Conflict and the End of Empire in Egypt, Berkeley, University of California Press, 1995 (texte intégral, format html)
    Joel Beinin, The Dispersion of Egyptian Jewry. Culture, Politics, and the Formation of a Modern Diaspora, Berkeley, University of California Press, 1998 (texte intégral, format html)

    Doocumentation

    Documentation

    Gregory Starrett, Putting Islam to Work. Education, Politics, and ReligiousTransformation in Egypt, Berkeley, University of California Press, 1998 (texte intégral, format html)

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-04-13
    Loading
    Informations
    Raccourcis
    Présentation générale: fiche d'information (Institut européen de recherche sur la coopération méditerranéenne et euro-arabe), Les 100 portes du Proche-Orient, CIA - The World Factbook,
    Présentation approfondie: Country Study - Library of Congress
    Sites gouvernementaux:
    Site de la présidence (angl.)
    Assemblée Shoura - «Sénat» (vers. angl.)
    Site du gouvernement (arabe)
    Ministère des Affaires étrangères (angl.)
    Ambassade d'Égypte à Washington (angl.)
    Autres sites gouvernementaux
    Guide touristique (Ministère du Tourisme, angl.)
    Journaux et revues: Al Ahram (quotidien du Caire plus que centenaire, arabe), Al-Ahram Weekly (angl.), Al-Ahram Hebdo (fr.)
    Center for Computer-Aided Egyptological Research (Université d'Utrecht, Pays-Bas)
    Egyptology Resources
    The Ancient Egypt Site
    Collection égyptienne du British Museum (Londres, R.-U.)
    Un répertoire de 4700 hiéroglyphe en ligne (Hieroglyphica, Publications interuniversitaires de recherches égyptologiques informatisées (PIREI), volume I)
    Conseils aux voyageurs se rendant en Égypte: Min. des Aff. étrang. et du Commerce intern., Can.; Min. des Aff. étrang., Fr.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.