• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Économie de services

    Enjeux

    Une autre façon d'être réellement éco-créatif est de cesser de concevoir les produits comme des «objets» pour les considérer comme des «services», c'est-à-dire réinventer le commerce. Ainsi, pour matérialiser le concept de «produits de services» mis de l'avant par McDonough et Braungart, Interface a mis sur pied le bail Evergreen. Qui tient vraiment à être propriétaire de fibres, de polyuréthane, de colles, de produits chimiques, etc.? Alors plutôt que de vendre ses carreaux de tapis, Interface offre d'en louer les services au propriétaire de l'immeuble. Le client ne paie pas pour les coûts d'installation et d'entretien, mais il paie un loyer mensuel pour les «services» et les «qualités» qu'il souhaite obtenir de son tapis: couleur, texture, chaleur, beauté, qualité acoustique, flexibilité, confort, propreté, sécurité et meilleure qualité de l'air intérieur. Interface fournit tous ces avantages accompagnés d'une garantie de satisfaction totale, mais reste propriétaire du tapis. Le bail stipule notamment que, à mesure que les carreaux arrivent à la fin de leur cycle de vie utile et sont remplacés, ils sont récupérés, décomposés et transformés en matière première pour fabriquer de nouveaux carreaux de tapis.

    Autre exemple, au lieu de vendre des pesticides, un fabricant de produits chimiques pourrait plutôt vendre de «l’intelligence»... Les fermiers et les industries agricoles paieraient les manufacturiers de pesticides pour protéger leurs récoltes des rongeurs plutôt que pour acheter des produits chimiques dangereux qu’ils peuvent utiliser à leur discrétion. Cela reviendrait à acheter une assurance-récolte. Le manufacturier serait incité à utiliser moins de pesticides pour éviter de gaspiller des matériaux. De plus, puisqu’il serait responsable des matières dangereuses, le manufacturier serait encouragé à inventer des produits moins dangereux pour se débarasser des animaux nuisibles. Les fermiers ne sont pas intéressés à manipuler des produits chimiques dangereux; ils sont intéresser à cultiver. Les manufacturiers de produits chimiques ne sont pas intéressées à contaminer le sol, l’air et l’eau; ils sont intéressés à faire de l’argent...

    Les avantages de la généralisation d’un tel système sont doubles: on élimine la création de déchets potentiellement dangereux, comme ce peut être le cas chez un manufacturier pourtant «éco-efficient», et des milliards de dollars de matériaux de valeur sont sauvés et réutilisés par les manufacturiers. Dans certains pays, comme l’Allemagne, les manufacturiers demeurent légalement propriétaires de leurs produits (par exemple les contenants de boissons gazeuses) et sont responsables d’en disposer à la fin de leur vie utile. Belle motivation pour les rendre parfaitement recyclables ou réutilisables!

    Le monde des affaires serait plus profitable en offrant de meilleures solutions plutôt qu’en vendant plus de marchandises. Ainsi, l’adoption d’une économie de services réduirait considérablement la volatilité de l’économie à l’échelle mondiale. Présentement, les manufacturiers font souvent face à la famine parce que les décisions d’achats des individus et des entreprises sont extrêmement sensibles à la fluctuation de leurs revenus. Mais dans une économie basée sur le flux continu des services, ces variations seraient considérablement réduites, apportant une stabilité bienvenue dans le domaine des affaires. Les surplus d’inventaires - autre forme de gaspillage et autre source de risques - n’auraient plus besoin d’être maintenus pour faire face à un accroissement momentané de la demande. Dans le modèle de l’économie de services, un manufacturier croît et s’enrichit en utilisant moins de matériel et devient plus fort en demeurant plus petit et plus stable.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.