• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Rouget de Lisle Claude-Joseph

    Biographie

    La République n'a que trop peu honoré la mémoire de Claude-Joseph Rouget de Lisle, créateur de la Marseillaise, notre hymne national. Écrit par un soldat, ce chant patriotique transcende nos frontières. Symbole de la France, partout dans le monde il incarne l'idéal de liberté.
    Si Rouget de Lisle se destine très tôt à la carrière militaire, il n'en oublie pas pour autant son goût pour les arts et les lettres. Brillant élève de l'école du Génie de Mézières, dont il sort en 1784, c'est à Strasbourg qu'il se trouve au moment de la déclaration de guerre au roi de Bohème et de Hongrie le 20 avril 1792. Avec son bataillon les Enfants de la patrie, il se prépare au combat. La France n'est pas encore une République, mais la patrie est déjà en danger. Il lui faut des volontaires, il leur faut du courage. Dans la nuit du 25 au 26 avril 1792, Rouget de Lisle écrit un chant de lutte. Lié d'amitié avec le baron Dietrich, maire de Strasbourg, il l'interprète chez lui. Dietrich l'appelle immédiatement
    Chant de guerre pour l'armée du Rhin.
    Ses mots sont simples et évocateurs. Ils savent trouver dans le c_ur des Français l'écho enthousiaste de son souffle sublime. Né dans un milieu d'officiers et de bourgeois patriotes, ce chant devient celui du peuple tout entier. Jailli de l'est de la France, c'est sur son rythme que les fédérés marseillais entrent à Paris le 30 juillet 1792. Le
    Chant de guerre de l'Armée du Rhin a déjà quitté le sort commun de ces nombreux chants qu'entonna notre Révolution. Du Nord au Midi, la Marseillaise est devenue la voix unique de la nation, consciente d'elle-même. Michelet l'écrit : " Au matin de Jemmapes, la Marseillaise tient lieu d'eau-de-vie. "
    Si ce qui caractérise la musique dans sa puissance originelle, c'est la capacité d'émouvoir, il est certain que ce qui caractérise dès cette époque
    la Marseillaise c'est d'être l'expression vibrante du sentiment national. Elle s'oppose aux despotes. Elle appelle à la constitution d'une armée de citoyens remplaçant la vieille armée aristocratique de l'Ancien Régime. A l'Europe monarchique, elle oppose l'ambition de la nation française : vivre libre.
    Devenu chant national de la République en 1795,
    la Marseillaise, proscrite sous la Restauration, retentit à nouveau sur les barricades. Le 2 décembre 1851, après le coup d'Etat du Prince-Président, elle est l'ultime refuge des opposants. Soixante ans après sa création, elle n'a rien perdu de sa vigueur : elle donne l'élan, double les forces, voile la mort, selon la belle formule de Lamartine. Avec la Commune, la Marseillaise est le chant de ralliement des patriotes. La République restaurée retrouve naturellement le 14 juillet 1879 le chant des soldats de l'an II et en fait l'hymne national. De la Bretagne à la Champagne, à Paris, dans les campagnes, c'est sur ses mots que les écoliers apprennent la langue française.
    Peut-être est-ce pourtant hors de nos frontières que
    la Marseillaise trouve son plus grand hommage : l'hommage des combattants de la liberté. Modèle de tous les hymnes nationaux modernes, elle est entonnée par l'Europe pendant le printemps des peuples en 1848. Nul autre chant patriotique n'a eu cette postérité admirable : incarner aux yeux du monde entier la liberté et le refus de la tyrannie.
    Cette postérité exceptionnelle, Rouget de Lisle ne la connut pas. Après avoir pris part à quelques opérations militaires, telle l'affaire de Quiberon, il se retira des armes. Emprisonné pour dettes, il connut la misère et l'oubli. Il reçut finalement une pension de Louis-Philippe peu avant de mourir en 1836 à Choisy-le-Roi. En 1915, le Président Poincaré proposa de transférer ses cendres de Choisy-le-Roi au Panthéon. Mais cet hommage tardif de la République tourna court devant l'opposition du Parlement. Les cendres de Claude-Joseph Rouget de Lisle se trouvent aujourd'hui dans le caveau des Gouverneurs, situé sous la crypte de l'église Saint-Louis aux Invalides.
    La France n'a que trop tardé à saluer la mémoire de cet homme dont l'_uvre, si elle tient à quelques couplets, est de celles qui atteignent le génie. Rouget de Lisle mérite la reconnaissance que la patrie offre à ses grands hommes. La dernière fête nationale du siècle doit être marquée par un événement symbolique à sa mesure. Elle peut être l'occasion de transférer les cendres de Claude-Joseph Rouget de Lisle au Panthéon.


    Exposé des motifs

    N° 1857
    ASSEMBLÉE NATIONALE
    CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958
    ONZIÈME LÉGISLATURE
    Enregistré à la Présidence de l'Assemblée nationale le 13 octobre 1999.

    PROPOSITION DE LOI

    visant au
    transfert des cendres de Rouget de Lisle au Panthéon.
    (Renvoyée à la commission des affaires culturelles, familiales et sociales, à défaut de constitution d'une commission spéciale dans les délais prévus par les articles30 et 31 du Règlement.)
    présentée
    par M. Georges SARRE,
    Député.


    http://www.assemblee-nat.fr/propositions/pion1857.asp
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01

    0%
    Dons reçus (2018-2019):0$
    Objectif (2018-2019): 25 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.