• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Bobin Christian

     

    Biographie

    Publiée en 1995, à l'occasion de la publication du roman La Folle allure cette critique s'étend à l'ensemble de l'oeuvre de Christian Bobin.


    «En feignant, dans un roman, de laisser parler à sa place une jeune femme plus ou moins fofolle, Christian Bobin va-t-il dérouter ses nom­breux thuriféraires ? On en peut douter. Depuis quelques années, public et critiques, après l'avoir longtemps ignoré, acceptent tout de Bobin, béa­tement. Il y a là un curieux phénomène de mode et, osons le dire, d'aveu­glement.
    La folle allure se présente donc comme l'autobiographie, capricieuse et capricante, d'une nommée Lucie (peut-être : elle adore se présenter sous divers noms), parvenue aux environs de la trentaine. Elle est née dans un petit cirque où travaillaient ses parents. A deux ans, amoureuse d'un loup, inoffensif, elle a pris idée, un soir, d'aller dans sa cage dormir entre ses pattes ; on l'a longtemps cherchée partout. Première fugue, sui­vie de beaucoup d'autres, toujours entreprises avec intrépidité et jubila­tion. On finit par mettre Lucie en pension chez les sœurs. Se faisant pas­ser pour juive, elle en refuse l'instruction religieuse, mais réussit bien dans les études, sauf en sciences. A dix-sept ans, passivement, elle se laisse épouser par le premier garçon qui passe et s'éprend d'elle. Fils de notaire, il a de l'argent, mais ce n'est pas cela qui l'a motivée. Simple­ment, elle a appliqué sa philosophie rudimentaire, moyennant laquelle rien jamais ne la préoccupe vraiment : il a envie de moi, pourquoi me refuser ? « On verra bien ». On voit : passe un peu plus tard un gros et grand violoncelliste, qu'elle appelle « l'ogre », qui lui révèle Bach et l'amour, et par lequel elle se laisse allègrement dévorer. Après s'être un temps, sans problème, partagée entre le mari et l'amant, elle les quitte, sereinement, l'un et l'autre. Un peu plus tard, la voilà figurante de cinéma, puis actrice de petits rôles. Quand on lui en propose un plus important, elle prend la fuite : Lucie ne s'attache pas. Elle s'enferme dans un hôtel de la campagne jurasienne et entreprend d'écrire le récit qu'on est en train de lire. Inutile d'en raconter le dénouement, puisqu'il ne pou­vait pas y en avoir.
    Quel lien peut-on trouver entre ce roman et Le Très-Bas, l'ouvrage qui, en fin 1992, propulsa soudain Bobin au sommet de l'actualité litté­raire ? Quel lien entre le panégyrique de saint François d'Assise, et l'auto­biographie complaisante d'une marginale irresponsable ? A priori, aucun. Et pourtant... Dans les deux cas. que ce soit directement ou en s'effaçant derrière un personnage, Bobin prêche. Il prêche pour une sorte de sagesse, qui peut faire, et qui a fait, illusion. Il s'agit d'avoir, de paraître avoir, de se persuader qu'on a du cœur. « La sagesse, écrit la jeune Lucie, contrairement à ce qu'on raconte, ne vient pas avec l'âge. Sage, ce n'est pas une question de temps, c'est une question de cœur et le cœur n'est pas dans le temps. » Lucie a du cœur. Elle visite une vieille dame dans une maison de retraite ; elle aime les animaux, elle aime les arbres, elle préfère les fous aux « gens convenables ». Et de tout cela, sans cesse, elle se félicite, heureuse d'être, et d'être elle-même. « J'ai le cœur léger », proelame-t-elle. Et c'est bien là le caractère dominant de tout ce que j'ai pu lire de Bobin : une énorme satisfaction de soi.
    Lucie est une anarchiste. Elle ne parle pas de liberté, comme Prévert à tout bout de champ. Mais elle la vit, avec un égoïsme serein qui res­semble fort à de l'inconscience. Le mariage ? Après expérience, elle dénonce « la maladie du lien à un seul. » La famille ? Elle a aimé ses parents. Mais, devenue adulte, elle constate : « Je n'ai plus besoin de père, de mère, de mari. J'ai eu tout ça (sic) en quantité suffisante. J'ai seulement besoin de sentir l'air frais dans mon cou, entre la peau et le chemisier, de tacher mes yeux avec le vert des sapins. » Un peu d'écolo­gie, vaguement poétique, lui tient aisément lieu de morale. Quant à la spiritualité... « Je ne crois pas en Dieu, je pense que tout ce qui nous arrive est mis dans nos bras par Dieu auquel je ne crois pas... Mon Dieu qui n'êtes personne, donnez-moi chaque jour une chanson quotidienne, mon Dieu qui êtes un clown, je vous salue, je ne pense jamais à vous, je pense à tout le reste, c'est bien assez de travail, amen. »
    Penser à tout le reste, qu'est-ce à dire ? Même en sachant qu'on ne doit pas porter au crédit ou au discrédit d'un romancier les propos et les agissements d'un de ses personnages, on peut s'apercevoir tout de même qu'en présentant sous un jour délibérément favorable de telles formules vides, Bobin pose bel et bien au maître à penser. Et il a des atouts pour le faire croire. Il écrit bien, avec un très fréquent besoin d'expression ; à cet égard, toute la première partie du roman, quand Lucie raconte avec inno­cence ses fugues de petite fille, distille un véritable charme. Cependant, comment ne pas remarquer peu à peu que le brillant ou l'ingéniosité de l'écriture dissimule mal l'indigence de la pensée ? Lucie annonce à son mari qu'elle va le quitter, et raconte sa réaction. « Le premier soir, il a pleuré, ensuite il a ri, oui il a ri, il n'y a pas de grande différence entre les deux états, les rires ce sont les larmes qui se consolent toutes seules. » Joliment dit, mais creux.
    Comme Lucie, Bobin est un doux anarchiste. Et comme tous les anar­chistes, il a des côtés attirants. On lui trouve aisément des vertus. Il a le courage de « refuser le système », de vilipender la richesse, la civilisation du téléphone et du petit écran. Cele ne va pas plus loin. Il me paraît de plus en plus clair - et j'y songeais déjà après avoir lu L'inespérée (1994) -que si Bobin avait pu se présenter en disciple de saint François d'Assise, c'est tout simplement parce qu'il avait été séduit par son côté marginal, et non pas son côté spirituel. François renonçait à tous les conforts et prêchait, apparemment, une vie simple et naturelle. Mais il était habité par une présence. Même quand il le nomme, Dieu n'est pour Bobin qu'un nom prestigieux, dont l'homme use pour auréoler ses pulsions, et se don­ner à lui-même bonne conscience. En fait, ce prétendu sage n'a aucun idéal à proposer. Même pas un idéal social : si tout le monde ressemblait à Lucie, la vie en société serait impossible.
    Ne nous étonnons pas trop du succès de Bobin. Il est très caractéris­tique de notre temps sans repères. A peu de frais, il communique à ses lecteurs sa propre bonne conscience, même si pour la plupart ils sont incapables de partager en pratique sa manière de vivre. Bobin ne pose certes pas au gourou, ni au savant philosophe. Mais son audience est du même ordre que celle de tel ou tel chef de secte, ou aussi bien d'un philo­sophe délirant comme Lacan. Ainsi, de bien des manières, peut-on vatici­ner en cette fin de siècle, où prolifèrent les faux prophètes, de toutes dimensions.»

    Albert Loranquin, revue Le Bulletin des lettres, Octobre 1995, no.549,  p. 341-344

    Oeuvres

    Lettre pourpre (Éditions Brandes, 1977)
    Le feu des chambres (Éditions Brandes, 1978)
    Le baiser de marbre noir (Éditions Brandes, 1984)
    Souveraineté du vide (Éditions Fata Morgana, 1985)
    L’homme du désastre (Éditions Fata Morgana, 1986)
    Dame, roi, valet (Éditions Brandes, 1987)
    Lettres d’or (Éditions Fata Morgana, 1987)
    Le huitième jour de la semaine (Éditions Lettres Vives, 1988)
    Préface de Air de solitude de Gustave Roud Éditions Fata Morgana 1988
    L’enchantement simple (Éditions Lettres Vives, 1989)
    La part manquante (Éditions Gallimard, 1989)
    Éloge du rien (Éditions Fata Morgana, 1990)
    Le colporteur (Éditions Fata Morgana, 1990)
    La vie passante (Éditions Fata Morgana,1990)
    La femme à venir (Éditions Gallimard, 1990)
    L’autre visage (Éditions Lettres Vives, 1991)
    La merveille et l’obscur (Éditions Paroles d’Aube, 1991) - Entretiens avec Christian Bobin, ISBN 2-909096-00-9
    Une petite robe de fête (Éditions Gallimard, 1991)
    Le Très-Bas (Éditions Gallimard, 1992) - Prix des Deux Magots 1993, Grand Prix Catholique de Littérature 1993
    Un livre inutile (Éditions Fata Morgana, 1992)
    Isabelle Bruges (Éditions Le temps qu'il fait, 1992)
    Cœur de neige (Éditions Théodore Balmoral, 1993)
    L'Éloignement du monde (Éditions Lettres Vives, 1993)
    L'Inespérée (Éditions Gallimard, 1994)
    L'Épuisement (Éditions Le temps qu'il fait, 1994)
    Quelques jours avec elles (Éditions Le temps qu'il fait, 1994)
    L'Homme qui marche (Éditions Le temps qu'il fait, 1995)
    La Folle Allure (Éditions Gallimard, 1995)
    Bon à rien, comme sa mère (Éditions Lettres Vives, 1995)
    La Plus que vive (Éditions Gallimard, 1996)
    Clémence Grenouille (Éditions Le temps qu'il fait, 1996)
    Une conférence d’Hélène Cassicadou (Éditions Le temps qu'il fait, 1996)
    Gaël Premier, roi d’Abime et de Mornelongue (Éditions Le temps qu'il fait, 1996)
    Le jour où Franklin mangea le soleil (Éditions Le temps qu'il fait, 1996)
    Donne-moi quelque chose qui ne meure pas (Éditions Gallimard, 1996) - Photographies en noir et blanc d'Édouard Boubat accompagnées des textes de Christian Bobin - rééd. 2010
    Autoportrait au radiateur (Éditions Gallimard, 1997)
    Geai (Éditions Gallimard, 1998)
    L'Équilibriste (Éditions Le temps qu'il fait, 1998)
    La Présence pure (Éditions Le temps qu'il fait, 1999)
    Autoportrait au radiateur (Éditions Gallimard, 2000)
    Tout le monde est occupé (Éditions Mercure de France, 1999)
    Ressusciter (Éditions Gallimard, 2001)
    La Lumière du monde (Éditions Gallimard, 2001)
    L’Enchantement simple et autres textes (Éditions Gallimard, 2001)
    Paroles pour un adieu (Éditions Albin Michel, 2001)
    Le Christ aux coquelicots (Éditions Lettres Vives, 2002)
    Mozart et la pluie suivi de Un désordre de pétales rouges (Éditions Lettres Vives, 2002)
    Louise Amour (Éditions Gallimard, 2004)
    Prisonnier au berceau (Éditions Mercure de France, 2005),ISBN 2-7152-2592-X
    Une bibliothèque de nuages (Éditions Lettres Vives, 2006)
    La Dame blanche (Éditions Gallimard, 2007)
    Les ruines du ciel (Éditions Gallimard, 2009)(Prix du livre de spiritualité Panorama La Procure)
    Donne-moi quelque chose qui ne meure pas, photos d'Édouard Boubat (Éditions Gallimard, 2010)
    Un assassin blanc comme neige (Éditions Gallimard, 2011)
    Éclat du Solitaire (Éditions Fata Morgana, 2011)

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-04-16
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    Français
    Naissance
    Avril, Le Creusot

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.