• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Landry Bernard

    Homme politique québécois. Devient premier ministre du Québec le 8 mars 2001, à la suite de la démission de Lucien Bouchard. Défait lors de l'élection du 14 avril 2003. Devient alors chef de l'opposition officielle. Il quitte la vie politique le 4 juin 2005, suite à un vote de confiance de 76,2 % lors du Congrès du Parti québécois, dont il était aussi président.

    Biographie

    Un lecteur de Sénèque

    Bernard Landry a quitté la vie politique le 4 juin 2005, suite à un vote de confiance de 76,2 % lors du Congrès du Parti québécois, dont il était aussi président.

    Bernard Landry a retrouvé son fleuve. Le Parti québécois a perdu un chef de premier ordre, moins ambitieux que conscient, avec raison, d’être la personne la plus apte à bien diriger le Québec dans les circonstances actuelles. Si la barre qu’il s’était fixée lors du vote de confiance était haute, celle de son successeur le sera davantage. Si le successeur ne parvient pas à la dépasser, le Parti québécois n’aura plus qu’à se saborder après «avoir dévoré ses chefs un à un», selon l’expression de l’ex-ministre Louise Beaudoin.
    Dans les interviews qu’il a accordées au cours des dernières années, Bernard Landry évoquait souvent son intérêt pour les philosophes stoïciens, pour Sénèque en particulier. Un mot résume cette philosophie, il est de Marc-Aurèle: «il ne faut pas désirer les choses plus qu’elles ne nous désirent.» (...)

    Bernard Landry aura sûrement lu et médité cette lettre où Sénèque recommande la retraite à Lucilius : «Je pense comme toi : cache-toi dans ta retraite, mais commence par cacher ta retraite elle-même. Agir ainsi c’est suivre, sinon les conseils, du moins les exemples des stoïciens; et pourtant, tels sont aussi leurs conseils. Nous n’autorisons pas le sage à s’occuper des affaires publiques de toute façon, en tout temps et sans arrêt et en outre, quand nous lui donnons une république digne de lui, je veux dire l’univers, nous n’en faisons pas, même dans la retraite, un étranger aux affaires publiques. Bien plus, ce petit coin écarté est peut-être pour lui le moyen de passer sur une scène plus grande et plus vaste. Du sommet qu’il occupe, il comprend qu’en montant sur sa chaise curule ou à son tribunal, il s’asseyait sur un siège bien bas. Je te le dis en secret : le sage n’est jamais si mêlé à l’action que lorsqu’il a sous les yeux les choses divines et humaines.»

    La partie la plus intéressante de la biographie de Bernard Landry par Michel Vastel est celle où l’on apprend tout ce que ce politique par destin a fait pour sa cause pendant sa première retraite, entre 1985 et 1994 : la campagne pour le libre-échange, la fondation du Bloc québécois, les rencontres du groupe Souveraineté et Progrès, la représentation du Québec en Amérique latine. La seconde retraite devrait être encore plus féconde.

    Source et suite

    Un professionnel en politique

    «Les Américains et les Français ont eu parmi leurs chefs, outre des professionnels, des soldats, des grands propriétaires et des hommes d'affaires. Nos voisins du Sud ont même eu un comédien comme président. Au Québec, les chefs de nos grands partis politiques et par suite de nos gouvernements ont été, à quelques rares exceptions près, des professionnels, avocats le plus souvent. René Lévesque avait été journaliste avant d'entrer en politique, mais tout le monde savait qu'il avait fait des études classiques suivies d'études en droit. Jacques Parizeau est économiste, mais il avait un profil semblable à celui que les Québécois ont toujours recherché chez leurs chefs: la culture générale, la maîtrise de la langue, le goût de la bonne vie et une personnalité qui leur donnait de l'ascendant. Si Jean Chrétien a échoué auprès des siens, c'est entre autres raisons parce qu'il leur apparaissait comme une caricature du professionnel idéal admiré des Québécois; si Pierre Trudeau a si bien réussi, c'est parce qu'il se rapprochait de l'archétype du même professionnel. Les arts et les lettres étaient son élément, il citait de mémoire ses auteurs préférés. Bernard Landry est de la même espèce. Depuis ses années de collège, sa curiosité intellectuelle n'a pas fléchi. Entre ses deux séjours au gouvernement, il a appris une troisième langue, l'espagnol, au point de pouvoir enseigner les sciences économiques dans une université mexicaine. D'où peut-être, chez les anciens, sa préférence pour Sénèque, philosophe et homme d'État romain d'origine espagnole.

    La culture faisait partie du portrait que traçaient les journalistes de ces professionnels chefs. Tout le monde avait entendu parler de la collection de tableaux de Maurice Duplessis, de la vaste culture de Georges-Émile Lapalme ou des romanciers préférés de Lucien Bouchard. »
    Source et suite





    Né à Saint-Jacques (Joliette) le 9 mars 1937
    Formation
    Études à l'Académie Saint-Louis, Saint-Jacques
    Études au Séminaire de Joliette
    Licence en droit, Université de Montréal
    Barreau du Québec (1965)
    Diplôme en économie et finance, Université de Montréal
    Diplôme en économie et finance, Institut d'études politiques, Paris, France

    Expérience professionnelle
    Conseiller technique au cabinet du ministre des Richesses naturelles
    Adjoint au directeur général de la planification du ministère des Richesses naturelles
    Coordonnateur, pour le Québec, au Conseil canadien des ministres des Richesses naturelles
    Chargé de mission au cabinet du ministre de l'Éducation
    Stage de perfectionnement au ministère des Finances et des Affaires économiques, Paris, France (1965-1967)
    Avocat, Joliette et Montréal (1967-1969)
    Coanimateur et personne-ressource à l'émission de télévision d'affaires publiques Le Monde magazine (1986-1987)
    Professeur, Département des sciences administratives, Université du Québec, Montréal (1986-1994)
    Engagement communautaire et politique
    Secrétaire exécutif du Comité ouvrier des droits de l'homme (Congrès du Travail du Canada)
    Candidat du Parti québécois dans la circonscription de Joliette (1970)
    Candidat du Parti québécois dans la circonscription de Joliette-Montcalm (1973)
    Membre de l'exécutif national du Parti québécois (1974)
    Candidat à la direction du Parti québécois (1985)
    Candidat dans la circonscription de Laval-des-Rapides (1985)
    Membre du conseil d'administration de Micro-Logic Applications MLA inc.
    Vice-président du Parti québécois (1989-1994)
    Officier d'infanterie de milice
    Membre de l'exécutif de la Fondation de la Ligue des droits de l'homme
    Membre de l'Association canadienne des sciences politiques
    Membre de l'Association du Barreau canadien
    Fondateur et premier titulaire de la Chaire en mondialisation des marchés agroalimentaires de l'Université du Québec à Montréal

    Fonctions politiques, parlementaires et ministérielles
    Élu député de la circonscription de Fabre aux élections générales du 15 novembre 1976
    Ministre d'État au Développement économique du 2 février 1977 au 12 mars 1981

    Élu député de la circonscription de Laval-des-Rapides aux élections générales du 13 avril 1981
    Ministre d'État au Développement économique d'avril 1981 au 9 septembre 1982
    Ministre délégué au Commerce extérieur du 9 septembre 1982 au 12 janvier 1983
    Ministre des Relations internationales et du Commerce extérieur du 5 mars 1984 au 16 octobre 1985
    Ministre des Finances du 16 octobre au 12 décembre 1985

    Élu député de la circonscription de Verchères aux élections générales du 12 septembre 1994
    Vice-premier ministre du 26 septembre 1994 au 15 décembre 1998
    Ministre des Affaires internationales, de l'Immigration et des Communautés culturelles de septembre 1994 au 2 novembre 1995
    Membre du Comité des priorités
    Membre du Comité de législation
    Ministre des Affaires internationales du 3 novembre 1995 au 28 janvier 1996
    Ministre responsable de la Francophonie du 3 novembre 1995 au 28 janvier 1996
    Ministre responsable du Secrétariat à la jeunesse du 3 novembre 1995 au 28 janvier 1996
    Ministre responsable du Secrétariat à l'action humanitaire internationale du 3 novembre 1995 au 28 janvier 1996
    Ministre de l'Industrie, du Commerce, de la Science et de la Technologie du 29 janvier 1996 au 23 septembre 1998
    Ministre d'État à l'Économie et aux Finances du 29 janvier 1996 au 15 décembre 1998
    Ministre des Finances et ministre du Revenu du 29 janvier 1996 au 15 décembre 1998
    Président du Comité ministériel de l'emploi et du développement économique
    Ministre responsable de la région de l'Estrie
    Réélu député de la circonscription de Verchères aux élections générales du 30 novembre 1998

    Vice-premier ministre du 15 décembre 1998 au 8 mars 2001
    Ministre d'État à l'Économie et aux Finances du 15 décembre 1998 au 8 mars 2001
    Ministre de l'Industrie et du Commerce du 15 décembre 1998 au 8 mars 2001
    Ministre des Finances du 15 décembre 1998 au 8 mars 2001
    Ministre responsable de la région de l'Estrie du 15 décembre 1998 au 8 mars 2001
    Président du Comité ministériel de l'emploi et du développement économique du 15 décembre 1998 au 8 mars 2001
    Membre du Comité ministériel des affaires régionales et territoriales du 15 décembre 1998 au 8 mars 2001
    Membre du Comité des priorités du 15 décembre 1998 au 8 mars 2001
    Membre du Comité ministériel de la recherche, de la science et de la technologie du 10 février 1999 au 8 mars 2001
    Membre du Comité ministériel de la région de Montréal du 31 mars 1999 au 8 mars 2001
    Ministre du Revenu du 28 avril au 10 novembre 1999
    Président du Parti québécois depuis le 2 mars 2001
    Premier ministre du Québec du 8 mars 2001 au 29 avril 2003
    Président du Comité des priorités du 8 mars 2001 au 29 avril 2003
    Président du Comité ministériel spécial pour la région Gaspésie--Îles-de-la-Madeleine du 11 avril 2001 au 29 avril 2003
    Réélu député de la circonscription de Verchères aux élections générales du 14 avril 2003

    Chef de l'opposition officielle depuis le 29 avril 2003

    Source: Assemblée nationale du Québec

    Oeuvres

    Commerce sans frontières, Montréal, Éditions Québec/Amérique, 1987

    Quelques écrits de Bernard Landry (site de Vigile)

    Documentation


    Un partenariat Québec-Canada inspiré du modèle européen?
    «Le thème de la variété culturelle, comme celui de la démocratie, sont indissociables de la thèse centrale de Bernard Landry: un partenariat avec le Canada s’inspirant du modèle européen. Ce sera le coeur du prochain grand débat, s’il doit avoir lieu. Dans un excellent article du Figaro intitulé L’exception perdue, Alain-Gérard Slama soutenait récemment que l’Europe fédérale postmoderne risque fort de devenir une Europe féodale, «un regroupement conflictuel de corporatismes et de chefferies». Pendant, précise-t-il, que la gauche pratique la déconstruction politique, la droite ultra-libérale lui apporte son soutien avec son projet de donner aux intérêts communautaires les moyens de résister à l’État et à sa loi.

    De laquelle des deux Europes faudra-t-il s’inspirer? De celle qui glisse vers le féodalisme ou de celle qui voudra renforcer les États nations pour freiner l’éclatement?»

    JACQUES DUFRESNE, Les arguments gagnants de Bernard Landry, L'Agora, vol. 8, no 2



    *******



    Michel Vastel, Bernard Landry - Le grand dérangeant, Montréal, Éditions de l'Homme, 2001. Extrait: «Éternel second, assez proche du premier pour qu’on pense à lui lorsque les successions s’ouvrent, Bernard Landry est au cœur des grands moments de l’histoire du mouvement souverainiste. Éminence grise de René Lévesque, puis de Jacques Parizeau, il y a du Talleyrand chez ce chargé de mission. Enfin 'grand vizir' de Lucien Bouchard, il accède, cinq ans plus tard, à ce poste de chef de gouvernement qu’il ne convoitait plus.»
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.