• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Bergen

    Description

    Ville de Norvège.

    Description d'un voyageur du XIXe siècle:

    "Bergen est une assez grande ville qui s’étend en large amphithéâtre autour de son port et de son Harbour, golfe aux courbes arrondies. De très hautes montagnes vertes, qui descendent par des pentes raides jusqu’à la mer, forment une étrange et gracieuse ceinture. La ville, elle-même, est bâtie par monts et par vaux avec de jolis points de vue à chaque détour de quais ou places. Nulle part, peut-être, on ne trouve un pareil mélange de ville et de campagne. C’est si vrai que le soir, en écoutant la musique dans un square près de la gare, ne voyant ni port ni ville, admirant les beaux sommets tout verdoyants qui nous entourent, on pouvait se croire à Ischl ou à Interlaken.

    Des fenêtres de notre chambre à l’hôtel Skandinavi, nous avons une vue superbe du Harbour. Les montagnes qui font face sont étrangement découpées; a bord de l’eau, on voit une petite église au clocher élancé; auprès, un parc planté de grands arbres; plus loin, des usines d’où partent sans cesse de petits bateaux à vapeur qui vont aborder au fond du golfe. Là sont les do(c)ks, les bassins de radoubs et tout le mouvement maritime; mais un mouvement sans bruit, toujours calme qui s’harmonise avec l’ensemble du paysage presque alpestre. On ne se lasse pas de cette magnifique vue du Harbour. (…)

    Frédériksberg est un haut promontoire qui sépare le port du Harbour. À sa pointe s’élève une vieille forteresse. On a là une promenade ravissante avec la vue la plus complète sur toutes les parties de la ville. Le côté gauche du port est bordé de très anciens magasins à arcades dont les terrasses donnent sur l’eau. Il n’y a même pas de passage, le long du port, de ce côté; c’est une lacune à réparer. Le côté droit est occupé en entier par une immense rangée de docks, tous pareils, qui étaient habités autrefois par les fameux clercs des négociants hanséatiques. (...)

    La ville de Bergen est coupée dans le sens longitudinal du port par quelques rues assez larges avec de beaux magasins : Strandgaden, Store Markeveien, Nyveien. Des ruelles excessivement étroites où deux personnes de front ne pourraient pas passer, relient les rues aux ports. Des pentes très raides mènent sur les collines où sont aussi des quartiers riches. Du côté du Musée, derrière la gare et l’église catholique, on a élevé de vastes maisons en pierres, quelques-unes assez artistiques, en forme de chalets ou de villas italiennes avec verandas."

    Camoin de Vence, « Souvenirs et impressions de Norwège. IV. De Bergen à Laedarlsoren », Revue des études historiques (Société des études historiques), année 1885, p. 227-228

    Histoire

    Histoire
    "La Ligue hanséatique avait établi sa factorerie à Bergen, vers le milieu du XVIe siècle. Ayant obtenu de nombreux et importants privilèges du gouvernement danois, la Ligue avait successivement monopolisé à son profit tout le commerce de la Norwège, à l’exclusion des commerçants anglais, écossais, allemands et norwégiens eux-mêmes.

    La Ligue, enhardie par ses richesses toujours croissantes, exerça un monopole des plus oppressifs. C’est alors que les clercs hanséatiques constituèrent une sorte d’oligarchie riche et insolente. Christophe Walkendorf, en 1559, forma un parti national de résistance qui parvint à entamer et à réduire, peu à peu, la puissance abusive de la Ligue. Ses comptoirs subsistèrent encore pendant deux siècles; mais en 1763, des négociants norwégiens acquirent tout ce qui restait des propriétés hanséatiques et le commerce national prit sa libre expansion qui s’est toujours développée depuis."

    Camoin de Vence, « Souvenirs et impressions de Norwège. IV. De Bergen à Laedarlsoren », Revue des études historiques (Société des études historiques), année 1885, p. 228
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.