• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Basket-ball

    Définition

    "C'est là un […] sport américain qui s'est bien exporté, puisque plus de 250 millions de personnes y jouent de manière organisée de par le monde, tandis que beaucoup d'autres y jouent en amateurs. Le basket-ball est né en 1891, lorsqu'un futur pasteur presbytérien, James Naismith (1861-1939), fut chargé d'enseigner l'éducation physique dans un centre de formation de la Young Men's Christian Association (YMCA), situé à Springfield, dans le Massachusetts. La classe étant réputée pour son indiscipline, on lui avait conseillé d'inventer un jeu nouveau pour l'occuper. Comme on était en hiver et qu'il faisait très froid, il fallait un jeu qui pût se pratiquer à l'intérieur.

    Naismith se rappela son enfance au Canada où il s'amusait avec les garçons de son âge à déloger une grosse pierre posée sur un rocher en lançant des cailloux. Il se souvint aussi de joueurs de football qui, au gymnase, visaient une caisse avec un ballon. Il eut l'idée de clouer en hauteur des boîtes dans lesquelles ses joueurs lanceraient un ballon. Ne trouvant pas de boîte, il se servit de paniers à pêches. Si l'on en croit Alexander Wolff dans son ouvrage, 100 Years of Hoops, il ne lui fallut « qu'une heure environ » pour mettre au point les règles du jeu. La plupart d'entre elles sont toujours en vigueur aujourd'hui.

    Le basket se répandit rapidement parce que les diplômés de la YMCA voyageaient beaucoup, que Naismith donnait les règles du jeu à qui les voulait et que le besoin s'en faisait sentir. Naismith créa également le premier grand entraîneur de basket, Forrest « Phog» Allen (1885-1974), qui joua pour lui à l'université du Kansas et, devenu entraîneur pour ce college, y gagna 771 matches. Parmi ses découvertes, citons Wilt Chamberlain qui devint l'une des stars du basket professionnel - un soir de 1962, il marqua 100 points dans un même match.

    La première division de basket-ball professionnel fut créée en 1898 ; les joueurs gagnaient 2,50 dollars par match disputé à domicile et 1,25 pour ceux qu'ils jouaient à l'extérieur. Près de cent ans plus tard, Juwan Howard, star des Bullets de Washington (devenus les Wizards de Washington), se vit offrir plus de 100 millions de dollars pour sept saisons par les Bullets et par Miami Heat qui se le disputaient.

    De nombreuses équipes de la National Basketball Association embauchent désormais des joueurs étrangers qui représentent leurs pays respectifs lors des Jeux olympiques. Ce que l'on appelle la « Dream Team», composée des meilleurs joueurs professionnels américains, a représenté les États-Unis lors de la dernière compétition olympique. En 1996, elle ne s'est débarrassée de certains adversaires qu'assez tard au cours des matches - ce qui indique clairement que le statut international du basket est toujours en progression."

    source: "11. L'exportation de la culture populaire", Portrait des États-Unis, Agence d'information des États-Unis, septembre 1997 (domaine public)

    Enjeux

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.